LE TEMPS QU’IL FAIT LE 10 FÉVRIER 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 10 février 2017. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le vendredi 10 février 2017 et, hier soir, avant de m’endormir, j’ai eu une pensée, je me suis dit « Tiens c’est curieux, quand même, il y a 9 ans que je fais ces vidéos, 52 fois par an, une fois par semaine et, heureusement je n’ai jamais été empêché de le faire par le fait d’être malade. » Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 10 FÉVRIER 2017 – Retranscription

Partager

Vers la fin de l’Histoire, ou vers la fin du consensus démocratique ? par Roberto Boulant

Billet invité

L’importance de la chose, la paix civile, mérite un rappel : le retour au statu-quo ante, la possibilité d’élire de nouveau des partis dits ‘de gouvernement’, n’est pas du tout assuré une fois les populistes de droite au pouvoir. Une fois établie l’évidence que leurs politiques de régression sociale et de repli nationaliste ne débouchent pas sur le plein emploi pour les gens ayant la bonne couleur de peau (nationalité, religion, etc.).

Continuer la lecture de Vers la fin de l’Histoire, ou vers la fin du consensus démocratique ? par Roberto Boulant

Partager

Le monde, nous, et l’opium du peuple

Ces planches de La survie de l’espèce (2012) sont autobiographiques si l’on veut puisque c’est mon analyste Philippe Julien qui, dans les années 1987-91, avait un jour interrompu avec irritation mon monologue d’auto-accusation par ce très sec : « Arrêtez ! Ce n’est pas vous : c’est le monde ! » Un souvenir libérateur à une époque où notre système socio-économique en déliquescence nous enjoint de répondre à ses méfaits par un repli sur nous-même : chamanisme, et autres daubes aux relents exotiques – ou, faudrait-il dire de manière plus politiquement correcte, « techniques d’auto-perfectionnement » ?

Continuer la lecture de Le monde, nous, et l’opium du peuple

Partager

Les bases biologiques de la morale ou de l’intérêt de l’altruisme chez les primates sociaux, par Roberto boulant

Billet invité

Une théorie scientifique se doit d’être explicative mais également prédictive. Et comme toute construction intellectuelle organisée en système, elle doit pouvoir se confronter à de nouvelles observations afin d’être confortée, précisée, ou même à l’occasion… invalidée ! Ainsi en va-t-il des cathédrales intellectuelles, comme le modèle standard en physique des particules par exemple, que théoriciens et expérimentateurs partout sur la planète s’acharnent à vouloir dynamiter (las, en vain jusqu’à présent). Continuer la lecture de Les bases biologiques de la morale ou de l’intérêt de l’altruisme chez les primates sociaux, par Roberto boulant

Partager

DU CRÉPUSCULE A LA NUIT DE MÉDICIS : de l’élection de Donald Trump, symptôme politique, philosophique et psychologique, d’une crise systémique globale hors de contrôle, au symptôme climatique !, par Philippe Soubeyrand

Billet invité

1

Figure 1 – Le Crépuscule & La Nuit selon Michel-Ange – Les Tombeaux de Médicis – Basilique San Lorenzo de Florence [1] – Minimum arctique 2016, Image obtained using Climate Reanalyzer, Climate Change Institute, University of Maine, USA [43], & Spécimen.

N’oublions jamais ceci : la phase terminale d’un cancer est toujours caractérisée par une aggravation soudaine des symptômes de la maladie et une dépendance totale du patient qui est alors contraint de laisser en l’état l’ensemble de ses affaires en cours. Continuer la lecture de DU CRÉPUSCULE A LA NUIT DE MÉDICIS : de l’élection de Donald Trump, symptôme politique, philosophique et psychologique, d’une crise systémique globale hors de contrôle, au symptôme climatique !, par Philippe Soubeyrand

Partager

Le temps qu’il fait le 27 octobre 2016

Le Monde : La moitié des espèces animales vertébrées a disparu en quarante ans, le 27 octobre 2016

Paul Jorion, Principes des systèmes intelligents, 1989

Paul Jorion, Le dernier qui s’en va éteint la lumière, 2016

Catherine Belzung (CNRS, Université François-Rabelais de Tours) : « Les émotions artificielles existent-elles ? Le regard d’une neurobiologiste »

Continuer la lecture de Le temps qu’il fait le 27 octobre 2016

Partager

Il n’y a que 24 heures dans une journée…

Au moment où je termine mon entretien à la radio suisse, où nous débattions de comment assurer la survie de l’espèce, un mail tombe, venant de l’un d’entre vous, qui me demande de faire en sorte que Piketty se présente à la présidentielle, ou à défaut, Nicolas Hulot. Je voudrais partager avec vous la réponse que je viens de lui faire :

Je fais ce que je peux ! J’essaie déjà de sauver le genre humain, alors si je dois en plus essayer de faire gagner à mon candidat favori toutes les élections qui se présentent… 😀

Partager

« La transition fulgurante. Vers un bouleversement systémique du monde » (Bayard 2014) de Pierre Giorgini, par Madeleine Théodore

Billet invité.

Le livre « La transition fulgurante » de Pierre Giorgini nous livre une réflexion sur ce qu’il appelle le « bouleversement systémique du monde ».

Continuer la lecture de « La transition fulgurante. Vers un bouleversement systémique du monde » (Bayard 2014) de Pierre Giorgini, par Madeleine Théodore

Partager

Armement, le nouvel eldorado ? par William

Billet invité.

Ce soir, en rangeant mes stylos et en éteignant mon ordinateur après une belle journée de labeur vouée à satisfaire l’appétit croissant de nos actionnaires, un truc dérangeant me trottait dans la tête.

Continuer la lecture de Armement, le nouvel eldorado ? par William

Partager

Réchauffement climatique, hôte et parasites, par Michel Leis

Billet invité.

Certains tiennent, y compris sur ce blog, des propos très alarmistes sur le réchauffement climatique. Nous parasites humain qui avons pris le pouvoir sur notre hôte, cette bonne vieille planète Terre, nous savons pourtant qu’il est essentiel que l’hôte qui nous héberge survive, quitte à l’affaiblir temporairement. Pour ce faire, nous pouvons faire appel à un ensemble efficace de régulations implicites et explicites.

Continuer la lecture de Réchauffement climatique, hôte et parasites, par Michel Leis

Partager

REQUIEM : le temps alloué était dépassé…, par Philippe Soubeyrand

Ce texte a été rendu permanent sur le Blog sous la forme très accessible d’une Page dans la colonne de gauche.

REQUIEM : le temps alloué était dépassé…

Note de l’auteur :

L’anticipation que je vous propose ici est avant tout dédiée aux enfants. Elle renvoie aux références permettant de rendre l’ensemble robuste. Libre à chacun de se faire sa propre opinion, sauf que nous n’avons plus le choix. Nous devons agir maintenant et non demain…

Fig1b-Mars_NASA_2016

Hubble Takes Mars Portrait Near Close Approach – Image Hubble publiée le 19 mai 2016 par NASA Goddard Space Flight Center – NASA, ESA, the Hubble Heritage Team (STScI/AURA), J. Bell (ASU), and M. Wolff (Space Science Institute) – (CC BY 2.0) [1].

Continuer la lecture de REQUIEM : le temps alloué était dépassé…, par Philippe Soubeyrand

Partager

rtbf – Face à l’info, Le dernier qui s’en va éteint la lumière, mercredi 13 avril 2016

le dernier qui s'en va...

J’étais interrogé par Eddy Caekelberghs.

Nous avons parcouru les différentes thèses de mon livre « Le dernier qui s’en va éteint la lumière », telles que formulées par Roberto Boulant.

Partager

Le dernier qui s’en va éteint la lumière, de Paul Jorion, éd. Fayard, 2016. Une note de lecture (III) : Compte à rebours, par Roberto Boulant

le dernier qui s'en va...

Billet invité.

Le long chapitre, près d’une centaine de pages, que Paul Jorion consacre à un état des lieux planétaire, provoquera peut-être chez certain(e)s un fou-rire incontrôlable.

Mais de ceux qui vous saisissent lors d’un enterrement, lorsque submergé par la peine et l’absurdité des choses, votre corps décide sans vous demander votre avis de relâcher l’insupportable tension.

Car il faut bien admettre l’absurde de la chose : aurions-nous eu la volonté de nous suicider, que nous n’aurions guère fait mieux !
Continuer la lecture de Le dernier qui s’en va éteint la lumière, de Paul Jorion, éd. Fayard, 2016. Une note de lecture (III) : Compte à rebours, par Roberto Boulant

Partager

Le dernier qui s’en va éteint la lumière, de Paul Jorion, éd. Fayard, 2016. Une note de lecture (II) : Commercialement, l’extinction de l’espèce est une bonne affaire, par Roberto Boulant

Dernier_JorionBillet invité.

Ce qu’il y a de plus paradoxal avec cette curieuse espèce qui se nomme elle-même avec arrogance homo sapiens, c’est qu’elle est suffisamment stupide pour détruire son seul et unique habitat, tout en étant suffisamment intelligente pour comprendre et analyser lucidement les enchainements menant à l’inéluctable catastrophe.

Continuer la lecture de Le dernier qui s’en va éteint la lumière, de Paul Jorion, éd. Fayard, 2016. Une note de lecture (II) : Commercialement, l’extinction de l’espèce est une bonne affaire, par Roberto Boulant

Partager

Le dernier qui s’en va éteint la lumière, de Paul Jorion, éd. Fayard, 2016. Une note de lecture, par Roberto Boulant

Dernier_Jorion

Billet invité.

Est-il raisonnable de présenter un livre en disant que sa lecture est une rude épreuve ? Pire même, qu’il va à l’encontre de l’air du temps ! De celui qui ne cesse de nous susurrer à l’oreille que nous pouvons nous endormir tranquillement, que tout est sous contrôle. Ceux et celles qui ne veulent pas se poser de questions parce qu’ils ne veulent surtout pas avoir de réponses, ne liront pas ce livre de toute manière. Mais les autres, que sans une foi démesurée j’imagine les plus nombreux, risquent d’être pour le moins désarçonnés.
Continuer la lecture de Le dernier qui s’en va éteint la lumière, de Paul Jorion, éd. Fayard, 2016. Une note de lecture, par Roberto Boulant

Partager

Le temps nous est compté, par Philippe Soubeyrand

EL NIÑO 2015-2016(-2017?) vs ATLANTIQUE NORD : un choc se produit au dessus de l’Arctique et du Groenland, et nous vivons à l’heure Cosmopolis de l’indifférence, la luxure, l’orgueil, l’inégalité et l’indignité… Or le temps nous est compté ! Continuer la lecture de Le temps nous est compté, par Philippe Soubeyrand

Partager

Pourquoi vouloir que l’espèce humaine survive ?, par Cédric Chevalier

Dernier_Jorion

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Dans son « Temps qu’il fait » du 3 mars 2016, Paul Jorion s’exprime à propos de son prochain livre, Le dernier qui s’en va éteint la lumière :

« Et je vous l’ai déjà dit : on ne peut pas prouver qu’il faut sauver le genre humain et l’humanité, cela ne se prouve pas, c’est une chose qu’on a envie de faire ou pas. Moi personnellement, j’ai envie que cela continue… qu’on s’améliore quand même. Je me dispute un petit peu dans tous les coins, sur un mode un peu réformiste d’un côté, sur un mode un peu plus révolutionnaire d’un autre, je fais [flèche] de tout bois mais j’ai l’impression qu’avant de partir, il faut faire un max quand même. Pourquoi ? « Pour la beauté du geste » comme j’avais dit un jour. Je ne sais pas exactement ce que veut dire l’expression mais je me comprends et j’espère vous aussi, que faire quelque chose pour la beauté du geste, ça vaut la peine. »

Continuer la lecture de Pourquoi vouloir que l’espèce humaine survive ?, par Cédric Chevalier

Partager

Le Grand Tournant : la relève est là !

La personne qui m’envoie cela, fait un parallèle avec les dernières pages de La survie de l’espèce (Jorion & Maklès, Futuropolis).

Sanders - Intercept

Extrait d’un article de The Intercept intitulé : « Selon un des principaux sondeurs Républicain : Les jeunes sont de gauche d’une manière terrifiante ».

Partager