POURQUOI INTERROMPRE LA FUITE EN AVANT TANT QU’IL Y A DU MOU ? par François Leclerc

Billet invité.

Implacablement, le garrot continue d’être serré autour du cou de la Grèce, sans se soucier de la vraisemblance et des conséquences de la politique qui y est imposée. La fuite en avant généralisée qui prévaut trouve une nouvelle illustration, qui fait fi du rôle auquel le pays s’est trouvé contraint dans la crise des réfugiés.

Continuer la lecture de POURQUOI INTERROMPRE LA FUITE EN AVANT TANT QU’IL Y A DU MOU ? par François Leclerc

Partager

QUE PEUT PRODUIRE LA CONJONCTION DES CRISES ? par François Leclerc

Billet invité.

La conjonction des crises va-t-elle profiter un peu à la Grèce ? Cela se joue en ce moment, à lire la presse du pays. Il ne pourrait être en même temps exigé d’elle qu’elle remplisse les conditions draconiennes de son nouveau sauvetage et qu’elle accueille sur son sol des dizaines de milliers de réfugiés, dans l’attente de les bloquer si possible en Turquie.

Continuer la lecture de QUE PEUT PRODUIRE LA CONJONCTION DES CRISES ? par François Leclerc

Partager

EN ESPAGNE ET EN IRLANDE, LA CRISE POLITIQUE S’AFFIRME, par François Leclerc

Billet invité.

Tandis que l’Autriche s’engage dans la sédition en réunissant les représentants de la Route des Balkans (sans y associer les Grecs) afin de conforter sa politique de fermeture, la crise politique poursuit en Espagne et en Irlande son inexorable progression.

Continuer la lecture de EN ESPAGNE ET EN IRLANDE, LA CRISE POLITIQUE S’AFFIRME, par François Leclerc

Partager

La déconstruction de l’Europe ne semble pas pouvoir être freinée, par François Leclerc

Billet invité.

Pas à pas, la déconstruction de l’Europe s’engage dans un processus qui ne semble pas pouvoir être freiné, cristallisée dans l’immédiat par la mort clinique de Schengen et la menace que représente le referendum britannique, tandis que la crise politique s’approfondit ou apparait dans de nouveaux pays. Immanquablement, tout se combine et accroît la confusion.

Continuer la lecture de La déconstruction de l’Europe ne semble pas pouvoir être freinée, par François Leclerc

Partager

ADELANTE (ter) ! par François Leclerc

Billet invité.

Pavé dans la mare, l’enregistrement des débats du comité fédéral du PSOE qui s’est tenu ce week-end à portes fermées s’est retrouvé ce matin dans la presse espagnole. Cela a confirmé, s’il en était besoin, que les barons du PSOE sont à l’offensive contre Pedro Sanchez, le secrétaire général, coupable de vouloir trouver un accord avec Podemos. Pour mémoire, lui qui a déjà répliqué à cette offensive en annonçant vouloir prioritairement consulter les membres du parti à propos d’une éventuelle alliance gouvernementale, avant ses caciques, a été le premier secrétaire général élu directement par les militants.

Continuer la lecture de ADELANTE (ter) ! par François Leclerc

Partager

ADELANTE (BIS) ! par François Leclerc

Billet invité.

Pedro Sanchez a déclaré aujourd’hui qu’il acceptera l’invitation du roi de former un gouvernement – une hypothèse désormais considérée comme très probable – avec comme objectif de constituer un « gouvernement progressiste, si tout va bien ».

Continuer la lecture de ADELANTE (BIS) ! par François Leclerc

Partager

FAUT-IL À NOUVEAU PARIER LE PIRE ? par François Leclerc

Billet invité.

David Cameron proche d’obtenir l’essentiel de ce qu’il voulait auprès d’autorités européennes qui reculent devant le risque d’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne (*), Matteo Renzi peut-il en espérer autant ne disposant pas du même levier ? Le premier engage un dernier tour de piste afin de rencontrer Jean-Claude Juncker et Donald Tusk, le président du Conseil européen, le second se rend à Berlin pour discuter avec la chancelière, en précisant qu’il n’a pas son chapeau à la main.

Continuer la lecture de FAUT-IL À NOUVEAU PARIER LE PIRE ? par François Leclerc

Partager

ÉLECTIONS ESPAGNOLES, PREMIÈRE SAISON, par François Leclerc

Billet invité.

Le roi ayant repris ses consultations après le refus de Mariano Rajoy de former « pour le moment » un gouvernement, quelle équipe pourrait sortir des élections espagnoles, si l’on écarte l’hypothèse d’une nouvelle consultation, faute de solution ?

Continuer la lecture de ÉLECTIONS ESPAGNOLES, PREMIÈRE SAISON, par François Leclerc

Partager

TOUJOURS SUR LE QUI VIVE ! par François Leclerc

Billet invité.

Alexis Tsipras, le premier ministre grec, et Pedro Sanchez, le leader du PSOE espagnol, avaient samedi en commun de chercher à sortir au plus vite des situations périlleuses qui se présentaient à eux. Pour le premier, que la Grèce devienne un cul-de-sac où les réfugiés s’installeraient faute de pouvoir poursuivre leur exode, et pour le second que le PSOE entre en crise sous la pression de ses barons opposés à une alliance avec Podemos.

Continuer la lecture de TOUJOURS SUR LE QUI VIVE ! par François Leclerc

Partager

ADELANTE ! par François Leclerc

Billet invité.

Tout s’accélère en Espagne. Pablo Iglesias a proposé la formation d’un gouvernement PSOE, Podemos et Izquierda unida (IU), et le secrétaire général du PSOE Pedro Sanchez a répliqué que « ni les électeurs de Podemos, ni ceux du PSOE ne comprendraient que nous ne nous entendions pas ».

Continuer la lecture de ADELANTE ! par François Leclerc

Partager

L’EUROPE À UN POINT D’INFLEXION, par François Leclerc

Billet invité.

La bourse de Milan et la presse italienne ne s’y sont pas trompées, la BCE vient de sauver les banques italiennes qui filaient un très mauvais coton en débloquant la situation. Le mouvement de panique qui touchait les valeurs bancaires depuis le début de la semaine a pris fin, Matteo Renzi étant désormais en mesure d’affirmer que le système financier était « solide » en raison de la cuisine qui se mijote.

Continuer la lecture de L’EUROPE À UN POINT D’INFLEXION, par François Leclerc

Partager

CROISER DES REGARDS COMPLICES… par François Leclerc

Billet invité.

Rythmées par le calendrier électoral, les manifestations de la crise politique européenne s’enchaînent. Toutes expriment le même besoin profond d’un changement radical sans parvenir à le concrétiser et donner l’exemple.

Continuer la lecture de CROISER DES REGARDS COMPLICES… par François Leclerc

Partager

LA RELÈVE ESPAGNOLE, par François Leclerc

Billet invité.

Tous les deux à leur place, le PSOE et Podemos tiennent en main la clé des élections législatives espagnoles. Le premier peut choisir entre la participation à une grande coalition avec le Partido Popular (ou de s’abstenir afin de permettre la constitution d’un gouvernement minoritaire), ou bien rechercher une issue à la portugaise en trouvant des alliances sur sa gauche, avec Podemos en premier lieu. Celui-ci peut également jouer cette carte, ou bien favoriser la tenue de nouvelles élections une fois l’impasse constatée.

Continuer la lecture de LA RELÈVE ESPAGNOLE, par François Leclerc

Partager

L’ENJEU ESPAGNOL N’EST PAS ÉLECTORAL, par François Leclerc

Billet invité.

L’équation électorale espagnole peut-elle être résolue par une combinaison gouvernementale ? L’analyse sans fin des scénarios possibles, qui ne manquent pas, renvoie à une évidence : aucune solution ne semble en mesure de faire face aux exigences contradictoires de la situation.

Continuer la lecture de L’ENJEU ESPAGNOL N’EST PAS ÉLECTORAL, par François Leclerc

Partager

ESPAGNE : L’ÉMERGENCE D’UNE ALTERNATIVE SE POURSUIT, par François Leclerc

Billet invité.

L’Espagne est à son tour embarquée dans un chamboulement politique au débouché incertain. Les deux partis de gouvernement qui pratiquaient l’alternance, le Partido Popular et le PSOE, ont été défaits par de nouvelles formations aspirant au changement, Podemos et Ciudadanos, qui se classent respectivement à gauche et à droite.

Continuer la lecture de ESPAGNE : L’ÉMERGENCE D’UNE ALTERNATIVE SE POURSUIT, par François Leclerc

Partager

ESPAGNE : L’ÈRE DU BIPARTISME EST TERMINÉE, par François Leclerc

Billet invité.

Après dépouillement de 99,1% des suffrages, le PP reste en tête (28,7% des voix et 122 sièges) mais sans majorité parlementaire. Le PSOE a finalement pris la deuxième place (22,02% et 91) devant Podemos (20,66% et 69). Cuidadanos reste en quatrième position (13,93% et 40).

La majorité est de 176 sièges au Parlement.

Partager

LES FAUX-SEMBLANTS, par François Leclerc

Billet invité.

Schengen en péril, la construction européenne continue à se démantibuler. La BCE ne sera pas cette fois-ci le sauveur, comme elle l’a été pour l’euro, et les autorités européennes sont à nouveau placées devant leur irresponsabilité collective. Elles se révèlent incapable d’accueillir la vague de réfugiés et tentent piteusement de négocier avec le régime autocratique turc son endiguement avant qu’elle n’atteigne l’espace Schengen. Car, une fois celui-ci atteint, la tentative en cours de maitriser le flux en triant les « bons » et les « mauvais » réfugiés va vite se révéler insuffisante, renforçant la dynamique de fermeture des frontières et signant l’arrêt de mort de Schengen.

Continuer la lecture de LES FAUX-SEMBLANTS, par François Leclerc

Partager

LA FLEXIBILITÉ TOUTE POLITIQUE DU PACTE DE STABILITÉ, par François Leclerc

Billet invité.

« Les règles du Pacte de stabilité ne doivent pas être remises en cause », s’est cru obligé de préciser le commissaire Pierre Moscovici ce matin, balayant ce qu’il a qualifié de « beaucoup d’exagérations et de spéculations ». Avec l’Espagne, l’Italie et la France dont les gouvernements font plus ou moins subrepticement le contraire, on a quelques difficultés à le croire !

Continuer la lecture de LA FLEXIBILITÉ TOUTE POLITIQUE DU PACTE DE STABILITÉ, par François Leclerc

Partager

PORTUGAL : UNE DROITE AU BORD DE LA CRISE DE NERFS, par François Leclerc

Billet invité.

La droite n’accepte pas de perdre le pouvoir et la tension politique monte au Portugal. La constitution d’un gouvernement socialiste appuyé par l’extrême-gauche et les communistes est toujours dans l’attente d’une décision du président de la République, annoncée pour la fin de la semaine prochaine, le gouvernement de coalition PSD/CDS de Pedro Passos Coelho étant tombé à l’Assemblée comme prévisible.

Continuer la lecture de PORTUGAL : UNE DROITE AU BORD DE LA CRISE DE NERFS, par François Leclerc

Partager

DES ASSOUPLISSEMENTS POUR LA GRÈCE ? par François Leclerc

Billet invité.

En attendant l’avènement au Portugal d’un gouvernement de gauche toujours dans les limbes, puis la tenue le 20 décembre des élections espagnoles sur fond d’indépendantisme catalan qui les perturbe, la Grèce fait à nouveau parler d’elle. Faut-il y voir confirmation d’une nouvelle donne qui pourrait s’esquisser, la crise des réfugiés prenant le dessus, tandis que Matteo Renzi roule pour lui en Italie ?

Continuer la lecture de DES ASSOUPLISSEMENTS POUR LA GRÈCE ? par François Leclerc

Partager