Archives de catégorie : Complotisme

7ème rencontre franco-chinoise du droit et de la justice de l’Ambassade de France en Chine, Le transhumanisme à l’ère de la médecine méliorative, après-midi du 11 mai 2021

Table ronde n°4 –  Le défi de la préservation de l’Humanité face au développement de la médecine améliorative

Président de séance :  Emilie GAILLARD, maître de conférences HDR en droit privé à Sciences po. Rennes et coordinatrice générale de la Chaire Normandie pour la paix et Li XIAOYONG, directrice du centre de recherches du droit de la santé, maître de conférences à l’université médicale de la capitale (UMC)

  • 14h00 – 14h15 Présentation générale de la thématique par les Présidents de séance
  • 14h15 – 14h30 « L’esprit d’Asilomar 1975 résistera-t-il à la conquête des étoiles ? », Paul JORION, anthropologue, sociologue et psychanalyste, professeur associé à l’Université catholique de Lille
  • 14h30 – 14h45 « La protection de la condition humaine via le concept d’ethic by the top », Loïc ETIENNE, médecin urgentiste, spécialiste en e-santé
  • 14h45 – 15h « Les droits fondamentaux comme frontières de la médecine améliorative de l’humain », Aurélie MAHALATCHIMY, chargée de recherches au CNRS en sociologie et sciences du droit, et Guylène NICOLAS, maître de conférences HDR en droit public à l’Université Aix-Marseille.
  • 15h – 15h15 « La médecine préventive ou la recherche d’un Homme protégé », Amélie DIONISI-PEYRUSSE, maître de conférences en droit privé à l’Université de Rouen Normandie.

Continuer la lecture de 7ème rencontre franco-chinoise du droit et de la justice de l’Ambassade de France en Chine, Le transhumanisme à l’ère de la médecine méliorative, après-midi du 11 mai 2021

Partager :

7ème rencontre franco-chinoise du droit et de la justice de l’Ambassade de France en Chine, Le transhumanisme à l’ère de la médecine « améliorative », les 10 et 11 mai 2021


Continuer la lecture de 7ème rencontre franco-chinoise du droit et de la justice de l’Ambassade de France en Chine, Le transhumanisme à l’ère de la médecine « améliorative », les 10 et 11 mai 2021

Partager :

“Pourquoi les explications complotistes semblent-elles avoir une audience croissante ?”, par Alexis Toulet

“Pourquoi les explications complotistes semblent-elles avoir une audience croissante ?”

Je n’ai pas “la” réponse, et je soupçonne que les causes sont multiples. Quelques pistes que j’explorerais, sans ordre particulier :

– Le niveau éducatif moyen en France chute

Je renvoie aux diverses comparaisons internationales, aux comparaisons douloureuses entre le contenu des enseignements aujourd’hui et il y a quinze ans, sans parler de la comparaison avec ce qu’il en était il y a trente ans.
Continuer la lecture de “Pourquoi les explications complotistes semblent-elles avoir une audience croissante ?”, par Alexis Toulet

Partager :

Qu’il y a du jeu dans le complotisme, par Nikademus

  • Nous sommes dans une période de transition entre 2 périodes historiques:
  1. celle qui finit de la gestion plus ou moins capable d’élites formées au gouvernement (au sens le plus général du terme)
  2.  une autre qui cherche à se définir et qui tente de se former autour d’un magma encore informe fait de consultation, participation, cogestion, coconstruction, etc. bref qui se voudrait “plus démocratique”, faite par “le peuple”. Quelles définitions émergeront finalement pour ces termes, c’est toute la question qui est en train de se décanter dans l’époque.
  • Les élites (dirigeantes, savantes, médiatiques, etc.) à la suite de tripatouillages pas clairs ont perdu la confiance de tous. Étant donné l’état actuel du monde, qui en doute, qui s’en étonne?
  • Le peuple ou si on préfère le pékin lambda que nous sommes tous en est conduit à se débrouiller quasi tout seul pour former une représentation et agir. C’est ainsi que l’on voit surgir un pharmacien énonçant une nouvelle théorie de la monnaie ou un notaire émettre son avis éclairé sur la vaccination. Nous pouvons tous être théoriquement (en droit) cet “outsider” qui révolutionne un champ, la question est de savoir si dans les faits nous avons tous été équipés, nous nous sommes équipés pour ça. La réponse la plupart du temps est non.
  • Plusieurs facteurs concomitants s’additionnent pour rendre l’émergence du nouveau chaotique (au sens de René Thom), on peut citer:
    • la sous-éducation chronique des populations à la fois aux processus de la vie collective (comprendre, s’informer, débattre, décider, construire à plusieurs) et aux caractères généraux du fonctionnement des sociétés (histoire, sociologie, etc.) = c’est plutôt à mon sens un quasi-miracle que le report de la compréhension du monde sur des interprétations complotistes et de leurs toujours renouvelés “deus ex machina” délirants ne soit pas plus généralisé. Todd a noté sur le champ la rapidité avec laquelle les Gj se sont élevés au-dessus de tout ça, et à quel point c’était une raison d’optimisme pour la suite.
    • dit autrement, jusqu’ici ça arrangeait tout le monde, et ça fonctionnait, de réduire l’éducation générale de la population à un vade mecum succinct (“instruction civique” du collège et lycée): “il y a des députés, et un président, vous votez tous les 5 ans, voilà c’est fini”. Et pareillement de l’histoire collège-lycée à: “il y a eu des dirigeants, des guerres, des périodes de crises où les gens avaient faim et d’autres d’expansion économique, voilà c’est fini”.
    • le saut qualitatif des expériences d’apprentis-sorciers : de la publicité et à sa manipulation des affects à petite échelle, aux réseaux sociaux qui forment et déforment aujourd’hui la quasi-totalité des consciences hystérisées et insécurisées “by design”.
    • Plus généralement, tout le matériel humain formé en Business Schools (et on sait que depuis le directeur d’hôpital jusqu’aux présidents des nations ils y passent tous) est formé à la manipulation du fond anthropologique hérité des périodes précédentes, comme s’il devait rester identique et non modifié par un processus qui a pris une ampleur généralisée.
  • on pourrait peut-être ramener l’essentiel de nos problèmes à l’apparente victoire sans partage de l’individualisme méthodologique, il est en train de s’auto-détruire sous nos yeux en détruisant les consciences, le langage, la réflexion. Ce n’est pas une maladie du peuple mais de l’époque. Le rapport par exemple de Messieurs Trump et Macron, aussi différents qu’ils soient, à la décision, au langage, au gouvernement, tombent sous le même diagnostic : le réel est censé correspondre à leur énonciation individuelle. Ils sont tout aussi fous que le reste d’entre nous…
Partager :

Covid-19 – Y a-t-il une conspiration des complotistes ?

À la recherche de la source d’une désinformation systématique sur l’élection présidentielle de 2016 aux États-Unis, le FBI repéra une agence à Saint-Pétersbourg et inculpa un certain nombre de ses salariés.

Il n’est évidemment pas donné à tout le monde d’avoir les moyens de découvrir la source d’une intoxication et … d’inculper ses responsables.

Cela étant dit, je suis cependant surpris que ceux qui dénoncent la production de fausses informations relatives à la pandémie du Covid-19, apparaissent dans l’ensemble superbement indifférents à la question : “Qui sont les inventeurs des bobards (avant de les répandre) ?”

Certains sites se sont spécialisés dans la démystification et démontrent par leur activité que la découverte de l’identité de l’auteur de fake news est loin d’être irréalisable. Et si on trouve bien sûr souvent à l’origine de bobards, des individus chez qui se combinent banalement une très haute disposition à l’indignation et une capacité très basse  à comprendre les faits, la question très complotiste demeure : n’y a-t-il vraiment qu’eux ?

Partager :

L’après-Covid-19… n’est pas pour demain, le 20 avril 2020 – Retranscription

Retranscription de L’après-Covid-19… n’est pas pour demain, le 20 avril 2020. Bonjour, 20 avril 2020. Ma petite causerie s’intitulera « L’après-Covid…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

“À moi, on ne me la fait pas !”

Ouvert aux commentaires.

En 13 ans de blog, j’en ai vu passer des commentaires qui commençaient par “À moi, on ne me la fait pas !” Ces mots pleins de bravoure étant suivis de la rumeur la moins fondée , du pire canard, que vous puissiez imaginer.

Comment est-ce possible ? L’explication est simple : la rumeur, le canard, en question, qu’ils se faisaient un bonheur de rediffuser, débutaient eux aussi par les mêmes mots magiques : “À moi, on ne me la fait pas !” qui les avaient enchantés, dissolvant avec eux tout reste d’esprit critique.

Moralité : il n’y a de pire gogo que celui qui clame à l’envi qu’à lui, “on ne la fera pas !”.

Partager :

Les trolls sont comme le coronavirus !

Les trolls sont comme le coronavirus : leur capacité à la mutation est sidérante !

En 13 années de blog, n’en ai-je pas vu, des flopées de trolls dans les commentaires ici ?

Mais alors que leur message est habituellement – sur le mode du “On nous cache tout, on nous dit rien ” – que tout va beaucoup plus mal qu’on ne l’imagine – “Personne n’en parle ! et patati et patata !” – ils sont passés cette fois-ci au “TOUT VA BEAUCOUP MIEUX QU’ON NE L’IMAGINE !” :

Coronavirus ? Moins dangereux que de traverser la rue ! Le sirop d’orgeat vous permettra de passer entre les gouttes !, etc.

Ces sales petites bêtes ont décidément une capacité de mutation et d’adaptation redoutable !

Partager :

« Le gouvernement nous ment », le 21 janvier 2020 – Retranscription

Retranscription de « Le gouvernement nous ment », le 21 janvier 2020. Ouvert aux commentaires. Bonjour, nous sommes le mardi…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Trends -Tendances : Climat : le déni officiel australien, le 23 janvier 2020

Ouvert aux commentaires.

Le déni officiel australien

Pendant que les abominable incendies ravageant l’Australie font la une de la presse internationale, le monde entier s’interroge : pourquoi ces nouvelles semblent-elles laisser indifférents les Australiens eux-mêmes, étant reléguées dans leurs propres journaux loin dans les pages intérieures ?

Le Premier ministre, Scott Morrison, relativise : il a toujours fait chaud l’été dans son pays, et les feux de brousse ont toujours accompagné la chaleur. Ce qu’il faut expliquer pour lui, c’est l’hystérie de la jeunesse sur cette histoire d’incendies. Deux facteurs jouent à son avis : l’impétuosité naturelle des jeunes, qui les pousse à l’exagération, et le fait que n’ayant pas encore vécu très longtemps, ils ignorent que les feux de brousse ont toujours existé en Australie.

Continuer la lecture de Trends -Tendances : Climat : le déni officiel australien, le 23 janvier 2020

Partager :