La valeur de divertissement des théories complotistes, par van Prooijen, J.-W., Ligthart, J., Rosema, S. et Xu, Y

La valeur de divertissement des théories complotistes

van Prooijen, J.-W., Ligthart, J., Rosema, S. et Xu, Y. (2021), The entertainment value of conspiracy theories. Br J Psychol. https://doi.org/10.1111/bjop.12522

De nombreuses personnes dans le monde entier croient aux théories du complot. Pourquoi ces théories sont-elles si attrayantes ? Nous avançons ici que les théories du complot suscitent des sensations fortes, indépendamment de leur valence émotionnelle. Les gens trouvent donc les théories du complot divertissantes – c’est-à-dire des récits que les gens perçoivent comme intéressants, excitants et qui retiennent l’attention – et de telles évaluations de divertissement sont positivement associées à la croyance en ces théories.

Cinq études ont confirmé ces idées. Les participants ont été exposés à un texte conspirationniste ou non conspirationniste sur l’incendie de Notre-Dame (étude 1) ou sur la mort de Jeffrey Epstein (étude 2 pré-enregistrée). Le texte conspirationniste a suscité des évaluations de divertissement plus fortes et des émotions plus intenses (indépendamment de la valence émotionnelle) que le texte non conspirationniste ; de plus, les évaluations de divertissement ont médié les effets de la manipulation sur les croyances de conspiration. L’étude 3 a montré que les participants adhéraient à des croyances complotistes plus fortes lorsqu’un événement électoral était décrit de manière divertissante plutôt qu’ennuyeuse. Les résultats ultérieurs ont révélé que les croyances conspirationnistes, qu’elles soient structurelles (étude 4) ou sociétales (étude 5), sont positivement associées à la recherche de sensations – un trait caractérisé par une préférence pour les expériences excitantes et intrigantes. Nous concluons que l’une des raisons pour lesquelles les gens croient aux théories du complot est qu’ils les trouvent divertissantes.

Partager :

26 réflexions sur « La valeur de divertissement des théories complotistes, par van Prooijen, J.-W., Ligthart, J., Rosema, S. et Xu, Y »

  1. Je ne savais pas qu’on pouvait mesurer le niveau de divertissement . On n’arrête pas le progrès .

    Pascal s’était contenté de le repérer : ” C’est rendre un homme heureux de le divertir de la vue de ses misères domestiques “.

    Il en avait conclu , plutôt que des unités de mesure du divertissement : ” …mais le divertissement nous amuse et nous fait arriver insensiblement à la mort .”

    Les films de science fiction ou le cinoche , à classer comme du divertissement ?

    1
    1. Oui, comme le roman … de divertissement.
      Et l’étape suivante, c’est ne pas se contenter de frimer en racontant des histoires mais mettre en pratique et partir à l’aventure.
      A ce stade et dans certains cas, lorsqu’on “bénéficie” d’un encadrement religieux lié à une épaisse dose de désoeuvrement … on est mûr pour le jihad.

  2. Salut à vous Juan!

    “Je ne savais pas qu’on pouvait mesurer le niveau de divertissement . On n’arrête pas le progrès “.

    Il suffit d’être “sachant” pour tout mesurer parfaitement .
    Expertise cloisonnée et Ingénierie ultra spécialisée, en tous domaines…
    Sont désormais les ferments artificiels de nos cerveaux Pasteurisés.
    Plus aucun asticots, pas la plus petite moisissure…
    Seulement quelques lots numérotés retirés du marché de temps en temps.
    C’est à pourrir d’ennui bien avant la date de péremption!
    Eric.

    Content de retrouver enfin votre marque en tête de gondole.
    On ne saurait se passer de quelques spécialités de caractère.

  3. Proposition un poil provocatrice

    “Les gens trouvent donc les théories du complot divertissantes – c’est-à-dire des récits que les gens perçoivent comme intéressants, excitants et qui retiennent l’attention – et de telles évaluations de divertissement sont positivement associées à la croyance en ces théories…. Nous concluons que l’une des raisons pour lesquelles les gens croient aux théories du complot est qu’ils les trouvent divertissantes.”

    Versus
    “Les gens trouvent donc les théories de l’effondrement divertissantes – c’est-à-dire des récits que les gens perçoivent comme intéressants, excitants et qui retiennent l’attention – et de telles évaluations de divertissement sont positivement associées à la croyance en ces théories…. Nous concluons que l’une des raisons pour lesquelles les gens croient aux théories de l’effondrement est qu’ils les trouvent divertissantes.”

    A l’heure où j’écris ces mots, le ciel est bleu avec de petits cumulus chauffés au soleil de septembre. Ce midi, j’ai bien mangé, mon fils nous a fait des smoothies en dessert. Je profite de ce weekend agréable pour récupérer de la semaine harrassante que je viens de passer au boulot. Là, juste à l’instant, autour de moi, nulle trace de complot ou d’effondrement. Je sais que lundi, j’ai mon rendez-vous chez le néphrologue. Les dernières analyses n’étaient pas terribles. Il faut aussi s’occuper de la scolarité de notre fille handicapée. Ce soir, des amis viennent manger à la maison, on va se raconter nos vacances de cet été. Là, juste à l’instant, autour de moi, nulle trace de complot ou d’effondrement.

    C’est quand je me pose un moment avec mon ordinateur, sur le blog de Paul Jorion, que les mots, les images me parviennent. C’est à ce moment là que je me plonge dans ces idées de complot et d’effondrement. J’aime bien ça, j’ai l’impression de participer à quelque chose de… “grand”, de plus grand que ma petite vie routinière. Je partage des idées avec des gens que je ne connais pas mais avec qui je suis sur la même longueur d’onde. Quand j’ai un “pouce” ou deux à l’un mes commentaires, ça me donne un petit coup de dopamine. Parfois, je me laisse prendre au jeu et je peux y passer une heure ou deux. Pendant ce temps là, les petits soucis du réel se tiennent à distance.

    Mais sinon, là, juste à l’instant, autour de moi, nulle trace de complot ou d’effondrement.

    8
      1. Qu’il soit bien clair que pour moi, le réchauffement climatique n’est pas à remettre en question. J’habite dans les Pyrénées depuis suffisamment longtemps pour en voir clairement les effets. (https://www.voyageons-autrement.com/l-opcc-devoile-ses-10-defis-pour-s-adapter-au-rechauffement-climatique-dans-les-pyrenees)
        J’essaie simplement de prendre un peu de recul sur la manière dont nous humains prenons la chose. Si nous ne réagissons pas, n’est ce pas parce que dans les pays occidentaux (riches) nous ne sommes pas (peu) touchés encore par les conséquences ? Est ce que finalement, le feuilleton climato médiatique n’est il pas pris comme un divertissement, comme le feuilleton du procès des terroristes, du feuilleton du covid…. ? Ne sommes nous pas devenu des consommateurs (passif) d’information ?

        1. @Pascal : … ” pour moi, le réchauffement climatique n’est pas à remettre en question ” …

          Si on se donne la peine de lire attentivement l’article (et ses liens) on ne constate pas de contradiction :
          … ” Si on montre que le réchauffement actuel est unique dans l’histoire, la probabilité que nos émissions en soient l’origine est grande.
          Dans le cas contraire, le réchauffement peut être la somme de l’effet de nos émissions et de phénomènes naturels, dans des proportions à définir, mais cela relativise notre « culpabilité ».
          ” …

          Sauf que…

        2. @ Pascal

          « Qui regarde toujours, pour savoir la suite, n’agira jamais : et tel doit bien être le spectateur. »

          Guy Debord / « Commentaires sur La société du spectacle ».

  4. Mwouais. Puisque le syllogisme théorie du complot = sensation forte= attrayant existe, je comprends mieux la vidéo des talibans armés s’amusant sur les manèges d’une fête foraine.

  5. Billet intéressant
    Je comprends mieux pourquoi le service de sécurité de l’ONU n’a pas viré illico Colin Powell pour action mettant la vie d’autrui en danger quand il a agité sa fiole d’anthrax au Conseil de Sécurité en 2003, ils ont dû penser que c’était du bon divertissement … sacré Powell

    1
  6. Je ne pense pas que ceux qui croient à la théorie de la “terre plate”, y croient car cette théorie est divertissante. Je dirais plutôt l’inverse, ceux qui n’y croient pas , trouvent cette théorie divertissante 😉

  7. Du “Kitchen sink” cinéma dont Paul en a fait une série de vidéos au “Reality shows” qui ont “uberisé” le style, la réalité est belle et bien morte. Dans ce terreau gonflé aux stéroïdes, les théories complotistes pullulent comme des mouches autour du cadavre.

  8. Le divertissement est devenu le boulot du bibliothécaire.

    Cela me fait penser à “La société du spectacle” de Debord. Peut-être que tout devient divertissement quand la marchandise est abondante, non ?
    Et j’ai comme l’impression que ce divertissement (au sens premier de détourner la pensée de son chemin, capter l’attention première pour autre chose) a progressé et fait tâche d’huile tout au long du 20e siècle. Jusqu’à toucher tous les domaines, toutes les classes, toutes les sciences.
    Un véritable virus !

    Je suis bibliothécaire. Vous verriez l’état de la profession. Peu glorieux. Les documents s’achètent et se désherbent à tout va, la pression de la nouveauté est énorme, en gros 10% des bouquins font 80% des prêts, les livres les plus empruntés sont les plus achetés dans le commerce etc etc etc.

    Le plus inquiétant n’est pas là. Il réside dans le fait qu’aucune discussion n’est envisageable sur le fond des questions centrales : qu’est-ce que la culture, les cultures, leurs constructions, leurs complexités, leurs paradoxes (distinctions sociales), leurs liens avec la compréhension du monde, leurs liens avec la connaissance, l’histoire, l’effort… Non, le milieu vous parle de quoi : d’animations divertissante, de numérique ludique ad nauseam, de moments “sympas”, de fun, de donner au public ce dont il a envie, de statistiques, de réactivité à chaud sur réseau…

    Nous bibliothèques territoriales, publiques, encadrées par l’Etat, nous divertissons les citoyens (finalement une évidence, si l’on gênait, vous eriez déjà au courant). On donne sa came à mamie (roman de terroir) ou au gamin (ben oui, on prête des ordi portables aux mômes, pour qu’ils s’amusent, certainement pas assez d’écran dans la journée les petits).
    Pendant que la maison brûle, nous, on divertit. On informe bien un peu, de ci de là, mais on suit le mouvement en quelque sorte. Mainstream.
    On divertit des divertis (par leur téléphone toujours sorti, le rythme du boulot, les infos d’hier, les compétitions du week-end etc)

    Bémol, je taquine un peu, malgré tout nous “tissons un lien de proximité” (comme on dit maintenant) bien réel. Juste de la vie quoi.
    Parfois mamie pleure son mari ou fait sa sortie pour rompre l’isolement, et le petit bambin s’évade du quotidien trop vache la tête dans sa bédé
    ou se marre avec les copains sur le canapé.

    Bref, du social, du présent, entre deux divertissements.

    4
    1. J’avais eu envie de vous reprendre , mais vous avez vous même déceler l’important , qui justifie toutes les bibliothèques et tous les bibliothécaires même insatisfaits , par vos cinq dernières lignes .

      Car , à quoi serviraient tous les livres , s’ils ne conduisaient pas d’abord , surtout et uniquement à ” ça ” .

  9. En somme, ce serait, comme à la bourse, le triomphe de la volatilité.

    La volatilité est ici celle des affects : Boosté par un récit X ou Y, mon cerveau se coule dans les chicanes logiques qui finissent par vaincre ou annihiler les barrières du train-train, et qui aident à faire des petites bouffées d’affect (d’adrénaline ou autre mettons, en pratique) . Et donc ce que le cerveau préfère à la longue, c’est ces “nouveaux” affects.

    Il est intéressant à ce stade de se demander comment Dame nature a résolu le problème de la volatilité, qui embêtent bien tous les êtres darwiniens parmi lesquels nous-même.
    Et bien elle l’a résolu assez joliment, tous ceux qui ne jouent pas le jeu et donc qui “veulent tout pour rien et puis on s’arrête, pouce”, ont été virés (darwiniennement).
    Ceux qui ont survécu ne sont pas les plus adaptés à un “struggle for life” particulier avec leur prédateur favori,
    ils ont survécu parce qu’ils avaient une défense/immunité qui tenait compte de la volatilité.

    1
  10. ” Nous concluons que l’une des raisons pour lesquelles les gens croient aux théories du complot est qu’ils les trouvent divertissantes. ”

    Je m’étonne que les responsables de l’étude ne croient pas au complot de Oussama Ben Laden, préparé de longue date contre les USA et ayant débouché sur l’attentat aérien contre plusieurs cibles physiques, le 11 septembre 2001.

  11. Les gens se divertissent de la spychopatie tous les jours avec les actualites.

    Si ils pensaient réellement aux fait, les concevaient vraiment, jamais il pourrait voir un reportage sur Hitler, etc…, et ne pas etre choqué plusieurs jours sans rien pouvoir faire et a chaque fois.

    1
  12. Nos problèmes ne viennent ils pas de ce que le libéralisme pendant longtemps, a transformé la politique en divertissement ?
    Ainsi dans cet article:
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/09/14/les-elections-allemandes-un-risque-pour-l-agenda-politique-de-macron_6094625_823448.html,
    Peut-on lire: ”
    Le chef de l’Etat pourra, aussi (pendant la présidence tournante de l’une au 1er semestre 2022″, y peaufiner sa stature de leader européen, alors que la chancelière Angela Merkel aura quitté le pouvoir. « L’occasion est unique, il n’y aura aucun autre poids lourd en Europe », résume Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’IFOP. Emmanuel Macron sera « en surplomb » de la scène politique française. « Il parlera du climat et de reconstruire la souveraineté sur le médicament quand les autres seront englués dans des discussions de politique politicienne », poursuit-il.”
    Produire du discours, à fort potentiel de buzz (lampe à huile, traverser la rue), ou non suivi d’actions ou si peu, comme Emmanuel Macron en a l’occasion depuis 2017, est ce vraiment different d’un spectacle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.