Archives par mot-clé : Bourse

Vers un changement de paradigme économique dans le contexte post-pandémie ?, Savoir / Agir N° 56 juin 2021

Grand entretien avec Paul Jorion

Propos recueillis par Pierre Pénet et Frédéric Lebaron

Vers un changement de paradigme économique dans le contexte post-pandémie ?

Depuis des mois, les bourses battent des records mais la multiplication de faillites d’entreprises est aussi le signe que des problèmes plus profonds existent. Quelle évaluation faites-vous de l’état de l’économie et de la finance depuis le début de la pandémie ?

Certains secteurs de l’économie ont évidemment été très profondément touchés par la pandémie, comme le commerce de détail et le secteur de la restauration et de l’hôtellerie. Quand on examine les données économiques, on voit ces derniers mois des rebonds dans certaines activités qui remontent jusqu’à 60 % ou 75 % de leur niveau d’avant-crise, mais sans toutefois atteindre les 100 %. Certaines pertes pourraient donc être irréversibles, et ce malgré les fonds publics investis pour relancer l’activité. Continuer la lecture de Vers un changement de paradigme économique dans le contexte post-pandémie ?, Savoir / Agir N° 56 juin 2021

Partager :

La Tribune, « La fronde des petits porteurs à Wall Street est un combat perdu d’avance » (Paul Jorion, anthropologue), par Éric Benhamou, le 4 février 2021

« La fronde des petits porteurs à Wall Street est un combat perdu d’avance » (Paul Jorion, anthropologue)

L’affaire GameStop et son retentissement médiatique renvoient à des questions de fond, comme les mécanismes de fixation des prix ou les rapports de force sur les marchés. Le poids des petits porteurs, à la fois faible mais potentiellement grandissant avec les réseaux sociaux et les plateformes de courtage sans frais, semble s’entrechoquer avec les fonds d’investissement passifs et alternatifs, en très forte croissance, chacun étant persuadé de sa force respective. Paul Jorion, ancien banquier aux Etats-Unis, et auteur de nombreux ouvrages sur la crise financière de 2008, analyse pour La Tribune ces nouveaux rapports de force et leurs conséquences sur le fonctionnement sur les marchés.

Continuer la lecture de La Tribune, « La fronde des petits porteurs à Wall Street est un combat perdu d’avance » (Paul Jorion, anthropologue), par Éric Benhamou, le 4 février 2021

Partager :

Arrêt sur images, Gamestop et les autres, le vendredi 5 février 2021 à 12h

Je serai vendredi sur le plateau d’Arrêt sur images, pour une émission sur les petits investisseurs qui chahutent le marché boursier américain. L’autre invité sera Alexandre Delaigue *.

Évoquer l’affaire GameStop et sa perception médiatique, les mécanismes de fixation de valeur des actions dans ce contexte, le poids à la fois encore faible mais potentiellement grandissant des petits porteurs dans le contexte des réseaux sociaux, des plateformes sans frais de courtage et de la très forte croissance des fonds d’investissement passifs, les risques qu’ils prennent (ou pas) en s’enivrant de leur force supposée, entre autres sujets

* Alexandre Delaigue a longtemps été l’animateur du blog Éconoclaste.

Continuer la lecture de Arrêt sur images, Gamestop et les autres, le vendredi 5 février 2021 à 12h

Partager :

Vidéo – Bourse : Le petit gars a perdu

La Bourse n’est pas faite pour les pauvres
Robin des Bois a trahi les manants

P.S. Je n’arrête pas de dire “Gameshop” au lieu de “Gamestop”

Partager :

Wall Street : Les fous ont pris le contrôle de l’asile

Comment les autorités des marchés boursiers vont-elles réagir au fait qu’une bande de zozos intéressés seulement à “pomper” les cours de nanars ont pris le pouvoir depuis vendredi (pour coincer [squeeze] des fonds spéculatifs vendant ces nanars à découvert)  ?

La SEC (Securities and Exchange Commission), le régulateur des marchés boursiers US a un nouveau patron : Gary Gensler, qui s’est fait une réputation d’interventionniste quand il était (2009-2014) à la tête de la CFTC (Commodity Futures Trading Commission), le sous-régulateur des produits dérivés.

Gensler va bouger, c’est sûr, mais l’exercice est délicat : le mythe ultralibéral toujours dominant est que tout prix est objectif puisqu’il résulte de l’action omnisciente d’une puissance plus formidable encore que Dieu-le-Père : “Le Marché”. Toute intervention un peu à poigne de la part de Gensler confirmerait que les fous ont pris le contrôle de l’asile – pas très bon pour l’image en ces temps de scepticisme avancé dans la population pour la manière dont les choses fonctionnent au sommet (les zélites !).

Explication plus complète du mécanisme en cours :

Continuer la lecture de Wall Street : Les fous ont pris le contrôle de l’asile

Partager :

Le krach boursier, c’est pour quand ? Épisode 1 : les prophètes

J’ai remis en ligne tout à l’heure la vidéo de mon passage à France Info le 5 juin 2009. J’en ai extrait le passage où je dis : « Ne dites pas du mal de la Chine : la Chine nous sauvera tous dans dix ans. C’est grâce à la Chine qu’on sortira de cette crise, alors soyez gentils vis-à-vis de la Chine, il ne faut pas la critiquer : c’est l’avenir du monde. »

Je ne craignais donc pas à l’époque d’émettre de nouvelles prophéties.

Nous sommes dix ans plus tard, même onze, et vous avez peut-être vu ça, il y a dix jours exactement, se tenait un colloque intitulé “Crises et nouveaux prophètes”.
Continuer la lecture de Le krach boursier, c’est pour quand ? Épisode 1 : les prophètes

Partager :

Le Média : LE CAPITALISME SE SUICIDE ET VEUT NOUS EMPORTER AVEC LUI, le 14 décembre 2020

Les taux d’intérêt négatifs – la véritable “euthanasie” du rentier = “le capitaliste” – sont en train de détruire également le marché boursier car ils faussent entièrement le calcul du cours “juste” pour une action, lui fixant un montant excessif, coupé de la réalité économique.

Partager :

Bourses américaines : ouverture en berne

“The truth sinks in”, dit-on en anglais, littéralement “la vérité s’engloutit”, elle finit par s’imposer : cette pandémie est un désastre, et aux États-Unis en particulier, où le pays ayant un capitaine ivre à la barre, part à la dérive, elle prend le cap du cataclysme.

À peine le public avait-il digéré la nouvelle de “100.000 à 200.000 morts probablement”, assénée par le Dr Fauci, qu’il entendait dire ce matin : “Euh… plutôt 240.000”.

La clôture aura été du même acabit (x 2) que l’ouverture.

Partager :