La Bourse : Comment ça marche ?, le 10 mai 2022

Le 24 janvier 2022

Rappel : Bourse : Le Pays de Cocagne ne serait-il qu’une rumeur ?, le 24 janvier 2022

Si vous êtes adepte de l’« analyse technique » en matière de cours boursiers, vous aurez compris ce qui est en train de se passer (P.S. Si vous êtes mathématicien, familier des fractales, vous serez parvenu à la même conclusion).

En bon français : une baisse spectaculaire est en train de s’amorcer.

Le 8 mars 2022

Rappel : La plus extraordinaire de mes vidéos, le 21 février 2022

Qu’est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire que quand on dit que c’est le comportement des opérateurs, des agents intervenant sur un marché qui va créer les prix, eh bien, qu’en réalité, il n’y a qu’un seul truc [le monde autour de nous, les décisions politiques, les marchés, les acheteurs et les vendeurs, etc.]. […] c’est une seule chose. Il est écrit de la même manière dans ce qui va se passer que [la situation politique est X ou Y], que les marchés vont se crasher, que les gens vont décider de vendre ou d’acheter, etc.

En bon français : l’inéluctabilité du devenir est globale (hypothèse de Stephen Wolfram).

Les marchés boursiers aujourd’hui 10 mai (ce que vous pouvez voir évoluer en direct dans la colonne à la gauche du billet) :

Aujourd’hui 10 mai 2022
Partager :

23 réflexions sur « La Bourse : Comment ça marche ?, le 10 mai 2022 »

    1. Caramba! C’est bien plus qu’une voiture dans le fossé 🙁
      Ouf, je viens juste de planquer mes quelques pépettes euh dans l’achat d’un petit appart (analyse technique, inflation, … càd. tout le merdier ).
      Wait and See (la future « réforme fiscale » m’attend au tournant ou pas).

  1. Ma p’tite formule perso me dit ceci : retour du CAC 40 sur son support situé à 3600 pts (horizontale 2013-2020) d’ici à septembre 2022…

    Il faut financer la guerre… Une bonne purge quoi… Y a des pigeons à plumer…

    So wait and See…

  2. Bonjour !
    Bien que pas matheux du tout, j’ai toujours trouvé le truc des fractales fabuleux.
    Fut-ce à cause de la longueur de la côte de Bretagne, ou de la surface d’une tranche de pain.
    Ne serait-ce qu’en imaginant que nous puissions être dans une dimension qui ne soit pas forcément un nombre « entier ». Et que ça marche très bien quand même !

    De même votre démonstration des courbes qui doivent se « juger » de loin pour ne pas se laisser perturber par leurs « dents-de-scies ».
    Pour moi, ça me parait évident…

    Mais comme, en réalité, je n’y connais absolument rien j’aimerais bien vous (?) poser une petite question : sur les cours de la bourse > que signifient les échelles (?) 2T, 3T, 4T, 1T, 2T…. ???
    Je regarde le « visuel », mais je n’ai pas idée de l’échelle.
    Merci d’avance,
    Et bonne journée à tous.
    G.M.

  3. Comme je n’ai jamais eu de doctorat à 20ans ni le prix McArthur, je souhaiterais connaître ce que veut dire « l’inéluctabilité du devenir est globale », car c’est clair mais trop peu clair néanmoins.
    Merci.

      1. P.S. Bien que n’ayant eu moi non plus ni doctorat à 20 ans ni le prix McArthur, je suis parvenu à traduire 😀 .
        C’est le dictionnaire qui m’a aidé :

        Devenir – Nom commun
        Action ou fait de devenir

    1. Chez les bouddhistes, on appelle ça l’impermanence (rien n’est figé dans l’univers mais tout est relié ) et chez les yogis, on appelle ça le karma (nos actes compulsifs participent de notre destin inconscient). Et tout ça nourrit un certain déterminisme qui pose sérieusement la question de notre libre arbitre. 😊

  4. Alors qu’autant la cour du « roi te touche dieu te guérit » (réélu)… que les plus hautes responsabilités des instances européennes, vantent leur livraison d’armes lourdes à l’Ukraine, à son peuple allant vivre avec le virus, la guerre contre la Russie livrant encore son gaz… à qui veut… durant longtemps… à ce peuple combattant pour l’idéal européen démocratique… qui se rend compte de l’injonction contradictoire, de la schizophrénie dans laquelle les chiens de garde, nous plongent, avec les « donneurs de leçons de moralité/immoralité/amoralité » affichant sans complexe leur « préférence nationaliste » à conspuer une campagne électorale nationale/locale de LFI axée entre autre sur la sixième république (disons qu’ils préfèrent s’en prendre à M. Mélenchon, alors qu’à LFI, il y a des gens ordinaires plus que talentueux comme M. Ruffin, etc)… quand ils envoient des louanges à un « Jupiter » prêt à enfreindre en toute impunité, indifférence… toutes les règles élémentaires de séparation des pouvoirs pour avoir la majorité parlementaire aux législatives, qu’il souhaite, et l’opposition qu’il désir (extrême droite/droite extrême), avec l’envie « sans équivoque »… de prendre le risque de faire exploser l’abstentionnisme, d’aggraver le dérèglement climatique, la perte de la biodiversité, la pollution de l’air, l’eau potable, des océans, terres arables… d’intensifier les guerres commerciales, monétaires, de « civilisations » pour les terres rares, ressources non renouvelables, matières premières livrées sans régulation, contrôle, réglementation, à la spéculation (et ses propriétaires privés assistés sans contrepartie) organisant leur pénurie, problèmes d’approvisionnement, hausses de prix (inflation/stagflation)…?

  5. Finalement, cette échéance climatique a brutalement bombardé la finance de la gestion à court terme à celle du long terme.
    Demain c’est déjà le futur, gasp…
    Le Dow Jones comme indicateur du temps jusqu’à notre extinction, il reste encore à définir le seuil à partir duquel la courbe s’évanouit dans le néant, pschitt..

    1
  6. PJ: « l’inéluctabilité du devenir est globale (hypothèse de Stephen Wolfram). ».

    Que voilà une belle hypothèse mystique! C’est aussi l’hypothèse de René Thom :

    « Les situations dynamiques régissant l’évolution des phénomènes naturels sont fondamentalement les mêmes que celles qui régissent l’évolution de l’homme et des sociétés. » (Il va pour moi sans dire que l’évolution des espèces en fait partie.) (Stabilité Structurelle et Morphogenèse, sous-titré « Essai d’une théorie générale de modèles », conclusion).

    En avril 2020, Wolfram a annoncé le projet de physique Wolfram dans le but de réduire et d’expliquer toutes les lois de la physique dans le cadre d’un paradigme de l’hypergraphe transformé par des règles de réécriture minimales qui obéissent à la propriété de Church-Rosser. (1)

    Il m’apparaît ici que Wolfram voit les choses comme une conquête de l’espace par le temps, comme un déploiement fonctionnel du temps sur l’espace-temps (les algorithmes qui réalisent ce déploiement étant privilégiés, voire seuls conservés).

    Thom :

    « Toute fonction apparaît alors comme un pli des temps sur l’espace-temps » (Apologie du logos p.257);

    « Les bosons, de nature essentiellement radiative, ont tendance à s’associer en champs où ils deviennent indistinguables et non localisables, effet dû à la résonance. Les fermions, de nature essentiellement spatiale, matérielle, devraient leur caractère répulsif et individualiste au phénomène de collision qui les sépare… » (id, p.325) ;

    « C’est parce que la mathématique débouche sur l’espace qu’elle échappe au décollage sémantique créé par l’automatisme des opérations algébriques. » .

    Conquête du continu par le discret (la position de Thom) ou conquête du discret par le continu (la position de Woolfram(?) et de Grothendieck(?). ? Beau sujet de réflexion pour PJ (3) qui, au vu de son rejet du nombre -cf. le chapitre IV de « Comment la vérité… »-, doit hésiter -tel l’âne de Buridan- sur la voie à choisir. Mais peut-être a-t-il choisi une troisième voie ?

    Remarques en rapport avec l’article:

    1.  » l’inéluctabilité du devenir ». Thom promeut l’idée d’une origine géométrique du langage, et il associe le verbe « devenir » à la catastrophe élémentaire « fronce ».

    2. Christopher Zeeman a proposé un modèle des kracks boursiers associé à cette même catastrophe « fronce ».

    3; PJ: « Je dispose donc désormais d’un directeur de conscience, qui détermine à titre gratuit à ma place ce que je ferais mieux de penser. C’est très intéressant ! » ((https://www.pauljorion.com/blog/2022/05/07/video-p-vs-np-problemes-solubles-et-insolubles/#comments)

    1: https://fr.wikipedia.org/wiki/Stephen_Wolfram

  7. la remontée des taux longs va faire sauter les digues… et les marchés actions vont couler. Les fonds en euros vont ramasser aussi… Investissons dans les livres de Paul pour moins nous appauvrir.

      1. merci Paul
        les dogmatiques de la « religion féroce » (votre expression) prétendent que c’est pour limiter la demande et le recours à l’emprunt, donc les investissements. Rendre l’argent plus cher pour calmer la spirale inflationniste…

  8. Comment ce fait-il que dans « C dans l’air » ai pu être affirmé sans contestation, ni contradiction aucune, que le dette publique française soit à 75 % d’endettement par rapport au taux de croissance du PIB – estimé lui atteindre les plus de 2 900 milliards d’euros au dernier trimestre 2022, résultat qui apparaîtra « consolidé », qu’à la fin du premier trimètre 2023… ?

    Faut-il que la mémoire des « temps de cerveaux disponibles » soit celle d’un vulgaire poisson rouge (pardon pour lui), vouant un « culte féroce » à la seule « DICTATURE des émotions » sondées capable de « réconcilier » ses doutes, incertitudes, indécisions, avec le « ras le bol fiscal », « poujadisme », pour oublier qu’il y a presqu’un an (en juillet 2021) l’endettement publique dépassé les 118 % de la croissance du PIB… ?

    Tant que ce n’est pas encore une espèce menacée d’extinction, ce poisson rouge tournant en rond dans son bocal – parce que protégée par le mouvement « chasse pêche nature et tradition » conseillant (comme certains cabinets de conseils… ?) à ces intentions/tentations de jouer le promeneur du dimanche… de faire des excursions… chez lui… – qu’il continue de consumer à lui seul, plus de trois planètes par an dans son « écosystème idéalisé », « alternatif »… ?

    Mais quel étrange conception est faite de la réalité des faits, des études scientifiques (sociologiques, « économiques », etc) se consacrant à examiner le réel… ???

    Cette réalité des faits n’affirment-ils pas eux, sans conteste, que la croissance étant à ce point atone – prévue à zéro par rapport à un risque d’explosion de l’inflation pouvant dériver vers la stagflation, aujourd’hui – dans de plus en plus de bocal individuel de poissons rouges isolés, esseulés, désœuvrés, paupérisés, précarisés, discriminés (majoritaire en terme de contribuables non imposables par rapport aux contribuables directs imposables)… que leur capacité de faire croître leur consommation à eux seuls, sauf à avoir payés plus chers les hausses de leurs dépenses contraintes (taxes, TVA sur leurs loyers, énergies, carburants, gaz, alimentation, etc)… ne peut suffire à avoir fait exploser le taux de croissance du pib en si peu de temps dans pareilles crises conjoncturelles « en même temps » que structurelles … ?

    Ces Faits ne disent-ils pas non plus qu’il est impossible pour ces poissons rouges là, d’avoir d’ailleurs tellement épargné des « dépenses sociales » leur étant soit soit disant allouées (Excluons alors les NON RECOURS…?) que leurs consommations en écrans plats, ordi, tablettes, smartphones, etc, et autres drogues, alcools, jeux vidéos, auraient fait exploser le taux de croissance inférieur à zéro durant la crise sanitaire… et donc auraient fait passé le taux de rentrées fiscales indirectes (TVA, taxes) de leurs consommations… inférieurs lui aussi en cette même période de crise sanitaire, à une telle frénésie consumériste… que la dette publique aurait été réduite de 118 % du PIB, à seulement 75 % du taux d’endettement des comptes publics… ?

    A moins que la drogue, et autre activité illégale, illicite (On parle du « travail au noir » quand le refus d’accueil des réfugié.e.s climatiques… est acté… ? On parle du travail non déclaré quand « l’ubérisation et ordinisation » défiscalisée et désocialisée du travail et des savoirs faire des services publics, sont privatisés/dématérialisés/digitalisés, et que l’emploi restant non « remplaçable par des caisses automatiques, du THF, des guichets automatiques… est plus que précarisé… ? Ou on ne peut pas parler donc de « l’immorale optimisation fiscale », sa flat taxe, du « doit à l’erreur fiscale », etc.… ?), activité suspecte reprochée systématiquement de façon connotée, péjorative… négative (On parle des « externalités négatives » du productivisme polluant, aggravant le dérèglement climatique, la perte de la biodiversité, dans les pays moins disant sociaux, fiscaux, moraux, environnementaux…?) aux poissons rouges pauvres, précaires, discriminés, a moins donc que ces activités aient été inclus dans le calcul des recettes/dépenses, de la stabilité et équilibre des comptes publics, à l’insu du plein grès des dits poissons… ?

    Quel est donc ce « miracle », quelle est donc cette « magie » – celle de la main invisible de la spéculation à découvert pariant sur les stocks gérés en flux, leurs problèmes d’approvisionnement, leur pénurie et l’inflation de leurs prix : pour les biens de premières nécessités sanitaires comme les masques, gants, blouses, « vaccins », médicaments », respirateurs, purificateurs d’air, capteurs d’air, oxygène de réa, réactifs de tests…, pour les besoins de subsistances existentiels comme les denrées alimentaires les produits hygiéniques… les besoins énergétiques… ? – qui a fait passer la « peur d’avoir peur » d’un endettement public à plus de 118 %…. au coté obscure mais « bon » il paraît, d’un endettement public réduit seulement à 75 % en ce début de nouvelle mandature jupitérienne, alors que le « Quoi qu’il coûte » n’a été profitable qu’aux propriétaires privés/parieurs d’actions, d’entreprises, de salaires variables, de stock-options, de retraites chapeaux/dorées, d’assurances vies, et autres retraites par capitalisation… ?

    Serai-ce que comme pour la socialisation des pertes casinos et dettes privées pourries des banques et actionnaires… survenue au cour de la crise des subprimes/dettes publiques/de l’Euro/politiques de 2008… la privatisation des profits des mêmes assistés sans contreparties du « Quoi qu’il en coûte » bénéficiaire prioritaire du « sauvetage » des « vies économiques majeurs », « élitistes », « méritantes »… – sauf que cette privatisation des dits dividendes indécents est de moins en moins taxée, contributive fiscalement aux biens communs [services publics hospitaliers, de l’éducation nationale, de l’assistance sociale…] – aurait comme par « magie » remboursé l’endettement public de l’intérêt général pour le ramener de plus de 118 % en 2021 à 75 % à « l’horizon » (incertain dans un contexte de guerre commerciale, monétaire de « civilisation », et pour les ressources en hydrocarbures, indépendances énergétiques, en matières premières et alimentaires : de la guerre contre le virus à celle de la Russie contre l’Ukraine- d’une prévisibilité immoralement optimisée du pib de la croissance française pour 2022 – sauf qu’aussi, à l’époque de la crise financière… l’explosion de le dette publique accusée un déficit de plus de 600 milliards d’euros, au point de l’avoir fait frôler les 100 % d’endettement public… ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.