La plus extraordinaire de mes vidéos, le 21 février 2022 – Retranscription

Retranscription de La plus extraordinaire de mes vidéos, le 21 février 2022

Bonjour, nous sommes le lundi 21 février 2022 et j’appellerai cette vidéo : « La plus extraordinaire des vidéos que j’ai faites » ou quelque chose comme ça. Bon, vous allez voir pourquoi, vous n’allez pas être déçus et si vous vous êtes un jour posé la question : « Est-ce que Paul Jorion est complètement fou ? », je vais vous offrir aujourd’hui les éléments pour vous faire une opinion. Et pourtant, je vais vous parler de la même chose que d’habitude, je vais vous parler de l’actualité tragique : je vais vous parler de l’Ukraine, je vais vous parler de la Bourse, je vais vous parler de finance. Donc les choses dont je parle habituellement, mais je vais le faire d’une manière un peu particulière, vous allez voir.

De quoi s’agit-il ? Il s’agit de la chose suivante : c’est que… Je vais faire ça de manière systématique. Voilà, ça c’est un billet, je vais vous montrer, c’est un billet du 21 janvier 2022. C’est donc il y a un mois. Il faut regarder le dessin. Ça vous montre l’évolution de la Bourse.

Et ce que j’ai surligné en jaune, c’est la chose suivante. Si vous êtes adepte de l’analyse technique en matière de cours boursier, vous aurez compris ce qui est en train de se passer. Et ce qui est extraordinaire, c’est qu’il y a des adeptes de l’analyse technique qui ont regardé ça et disent : « On ne comprend pas, c’est pas très clairement ‘Head and Shoulders’, etc. ».

Ce qu’il faut savoir, c’est que c’est un mouvement de la Bourse qui s’amortit et qui amorce une baisse.

Vous voyez comment c’est ? Et je vous montre maintenant, comment c’est maintenant, un mois plus tard, et j’ai représenté, enfin j’ai surligné en jaune la partie supplémentaire, c’est-à-dire que la baisse que je laissais entendre, elle est là.

Alors, si vous regardez les chiffres qui sont indiqués, vous verrez qu’on n’est pas retombé aussi bas mais ce qu’il est important de voir, c’est qu’il y a une remontée qui a tenté de se faire mais qui n’a pas été suffisante pour remonter au plus haut que l’on voit là, et les gens qui font de l’analyse technique diraient : « C’est un mouvement de baisse qui est en train de s’amorcer et qui va se poursuivre ».

[P.J. Aujourd’hui 8 mars, quinze jours plus tard, l’évolution que je constatais entre le 21 janvier et le 21 février, s’est poursuivie :

]

Qu’est-ce que ça donnerait ? Dans quelques mois, ça donnerait quelque chose de cet ordre-là, voilà. Ç’aurait monté, ç’aurait monté, ç’aurait monté et ce qui s’amorçait, c’est ce qu’on voyait-là, ça baissait et ça retomberait à peu près à l’endroit où ça avait commencé à monter. Ça ne retombe pas toujours aussi bas, et ça remonte d’ailleurs souvent avant que ça ne soit retombé entièrement aussi bas que cela. 

Vous voyez, il y a des dates : 1990 et 1994, et vous voyez aussi une partie que j’ai mise en rouge pour montrer la date dont je vais parler.

Pourquoi ces dates de 1990 à 1994 ? C’est parce que je commence à travailler dans la finance en février 1990 et je commence à m’intéresser aux courbes qu’on voit dans les prix de marché. Et c’est le moment où on commence à parler des fractales et il y a une chose qu’on appelle la « dimension de Hausdorff » qui vous permet de caractériser le mouvement d’une fractale.

Et donc, ce que j’ai dans mes données, c’est la partie en rouge, et l’autre partie, c’est celle que je peux extrapoler à partir du mouvement qui se dessine dans la partie en rouge. Qu’est-ce que ça montre ? Donc j’en parle à mes supérieurs. M. Casanova s’en souvient peut-être et M. Touzet. C’est peut-être… Je fais peut-être ça au moment où M. Casanova n’est plus dans la banque et je le montre peut-être uniquement à M. Touzet, c’est bien possible.

Et qu’est-ce que ça montre ? Ça montre que les marchés vont se crasher. C’est une courbe qui a à voir avec le prix des obligations donc, en fait, c’est déterminé par les taux d’intérêt. Ça montre que les marchés vont se crasher en 1994. Et si vous avez un vague souvenir de ce qui s’est passé en 1994, il y a effectivement ce qu’on appelle le crash obligataire, c’est-à-dire que ça a bien eu lieu.

Au moment où je le montre, personne n’y croit. Personne n’y croit en disant : « Ce n’est pas possible de prévoir aussi loin que ça et pourquoi est-ce que ça dégringolerait ? etc. » et moi, je commence à formuler des choses dans ma tête en me disant : il y a quelque chose qui est dans le monde et qui fait que ça va se crasher. Qu’est-ce que ça veut dire ? Ce que nous croyons, c’est que tous les intervenants à la Bourse peuvent décider du jour au lendemain [en toute liberté] de faire ceci plutôt que cela. Je peux prendre [en toute liberté] la décision dans 5 minutes d’acheter ou de vendre, etc. Donc ça n’a pas de sens de dire que l’histoire est déjà entièrement écrite. Et pourtant, je m’en convaincs parce que je vois ça [la première partie de la courbe suggérant la partie de la courbe encore à venir.

C’est-à-dire qu’on est en 1990, je ne sais pas si ça va se passer comme je le dis en 1994 mais j’en suis convaincu, au point qu’en février 1992, c’est donc deux ans exactement après que je sois entré dans la finance, je fais ce rapport qui… à l’époque, je travaille pour un hedge fund (un fonds spéculatif), en fait, on appelle ça à l’époque un commodities and trading advisor. On fait ce rapport. Je l’ai publié en français il y a une grosse semaine, un rapport daté de février 1992. J’ai deux co-auteurs : l’un, c’est le patron de la boîte et l’autre, vous le verrez si vous lisez ce rapport, vous comprendrez pourquoi l’autre est mentionné comme co-auteur, c’est parce qu’il doit y avoir, il y a une question de droits qui vont être payés, de partage des bénéfices de ce qui est dit là.

Et dans ce texte, je dis la chose suivante. Voilà, je le présente sur mon blog de cette manière-là :

Et il y a une partie, vous voyez, en jaune, qui s’appelle : « La nature déterministe de l’activité humaine », c’est-à-dire qu’au moment où j’écris ça en 1992, je reste convaincu que la courbe que j’avais et qui allait se crasher en 1994 – ce que je ne peux pas savoir – va bien se crasher.

Qu’est-ce que j’écris dans ce texte ? Là, c’est la traduction bien entendu en français que j’ai publiée il y a quelques jours :

« Le comportement des opérateurs étant de manière plausible déterministe… [c’est-à-dire que les gens qui agissent sur les marchés sont agis par des forces déterministes, autrement dit que c’est écrit une fois pour toutes, non pas qu’on puisse le connaître facilement mais c’est un déroulement quasiment automatique] – le comportement des opérateurs étant de manière plausible déterministe, le caractère aléatoire des variations de prix ne peut donc provenir que de la nature non-déterministe des nouvelles qui les incitent prétendument à acheter ou à vendre [c’est-à-dire qu’en fait, il y aurait quand même des forces extérieures qui feraient qu’il y aurait quelque chose d’imprévisible dans ce qui se passe] – c’est-à-dire qui induisent les fluctuations de prix. Mais d’où viennent ces nouvelles ? D’où viennent ces nouvelles politiques qui expliquent le comportement des gens ? À l’exception des nouvelles provenant de l’espace – par exemple une météorite frappant le Chicago Board of Trade – toutes les autres nouvelles sont induites dans le système semi-fermé de la planète Terre, qu’elles soient naturelles, c’est-à-dire politiques, climatiques, géologiques, etc., toutes sont de manière plausible de nature déterministe linéaire ou non-linéaire, soit comme des phénomènes humains politiques, économiques, etc., tous de manière plausible de nature déterministe linéaire ou non-linéaire ». 

Et bien entendu, il y a un lecteur de ce texte qui m’écrit aussitôt. Je n’ai pas retrouvé ça dans les commentaires, c’est donc sans doute un mail qui m’est envoyé, disant : « Vous faites une erreur quand vous dites ‘naturel, c’est-à-dire politique, climatique et géologique’ ». Eh bien précisément non : je pense déjà à l’époque, en 1992, c’est-à-dire il y a 30 ans, je pense déjà exactement la même chose que deux ans auparavant, et que je pense toujours, à savoir que ce qui est de l’ordre de l’humain, c’est du naturel, pas de l’artificiel. C’est du naturel comme le reste, c’est-à-dire que c’est déterminé par les mêmes forces géologiques, climatiques, etc.

Qu’est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire que quand on dit que c’est le comportement des opérateurs, des agents intervenant sur un marché qui va créer les prix, eh bien, qu’en réalité, il n’y a qu’un seul truc [le monde autour de nous, les décisions politiques, les marchés, les acheteurs et les vendeurs, etc.].

C’est pour ça que c’est là que vous allez décider si je suis complètement fou ou non :  c’est une seule chose. Il est écrit de la même manière dans ce qui va se passer que [la situation politique est X ou Y], que les marchés vont se crasher, que les gens vont décider de vendre ou d’acheter, etc.

À quoi ça nous renvoie ? On se trouve aujourd’hui avec une crise d’ordre politique, historique, etc. peut-être même une guerre [ce qui s’est vérifié depuis] dont on ne sait pas exactement comment elle sera et quand les marchés vont continuer de s’écrouler, on vous dira : « Les opérateurs, les agents ont réagi aux mauvaises nouvelles qui nous viennent du côté de la guerre ». Or, ce que je dis en 1992 et qui est en fait le message, bien entendu, qu’on trouve chez M. Stephen Wolfram – qui part d’une réflexion sur les automates cellulaires – c’est-à-dire que le monde, l’univers c’est tic-tic-tic-tic et tout est remis à jour de moment en moment de manière discrète [décomposée en instants, par opposition à « continue »] dans l’histoire, mais tout ça va ensemble. Si vous dites : « Ce truc qui est là, c’est la cause de l’autre », non, tout ça va ensemble [avance d’un seul bloc se remettant à jour d’instant en instant]. Le marché qui s’écroule, la guerre en Ukraine, tout ça c’est le même truc : tic-tic-tic, c’est [un mouvement] inexorable, c’est inéluctable. 

La conclusion de tout ça, c’est quoi ? La conclusion, c’est la suivante, c’est qu’il n’est pas difficile de prédire comme je l’ai fait pour la crise des subprimes, il n’est pas difficile de prédire en 1990 que les marchés des obligations vont se crasher en 1994. C’est écrit, c’est écrit dans la courbe. La courbe est en train de se faire et cette courbe, c’est quoi ? C’est le reflet de l’univers, c’est le reflet de tout ce qui est en train de se passer ET ce que je vous dis là ET ce que machin X que je ne connais pas va acheter ou vendre sur les marchés, ce qui va faire baisser les prix, etc. tout ça, c’est la même chose, c’est le même mouvement, voilà. 

Alors, décidez si je suis complètement dingue ou non, ou si c’est comme ça que ça marche. Vous avez en tout cas là mon opinion. 

Allez, à bientôt j’espère. 

Partager :

17 réponses à “La plus extraordinaire de mes vidéos, le 21 février 2022 – Retranscription”

  1. Avatar de Christian Brasseur
    Christian Brasseur

    Tout est politique.
    Rions un peu: tu manges ou tu manges pas, tu crèves quand même.
    Faire des études, n’a pas d’influence sur le déterminisme social (je ne me rappelle pas où j’ai lu cette réflexion ).

    1. Avatar de Philippe Soubeyrand
      Philippe Soubeyrand

      Bonsoir Christian,

      Moi je n’ai pas besoin de me rappeler où j’ai bien pu lire cette réflexion, car mon fils vient de me le jeter en pleine figure pas plus tard qu’hier…

      Il a littéralement tourné le dos à ces études…

      Que répondre à cela ?

      Tant ce monde ne sera plus jamais le même…

      Bien à vous,

      Philippe

      1. Avatar de juannessy
        juannessy

        Bah , il a peut être tout bêtement saisi une occasion .

        Wait and see . ( ps : quel âge a-t-il ? Fils unique ? ) .

      2. Avatar de arkao

        Les miens ont fini leur cursus (bac+2 et Bac+5), mais font maintenant autres choses qui n’ont rien à voir avec cet enseignement.
        La plupart de leur copains, pareil. Beaucoup se sont reconvertis dans des métiers manuels.

        1. Avatar de juannessy
          juannessy

          Bah , la vie est pleine d’opportunités .

          Anecdote:

          J’ai mis ici la photo des 37 têtes de bois qui étaient en CM2 au début des années 50 . Il se trouve que j’ai professionnellement eu l’occasion d’ en retrouver 3 dans l’exercice de ma vie professionnelle , alors qu’aux seuls critères des résultats scolaires ( confirmés par la suite plus ou moins longues après le CM2 ) on n’était pas très « égaux » .

          Le premier , nul comme une bille selon les critères de l’époque , était devenu plombier zingueur , avait monté sa petite boîte et pétait de santé financière . C’est parce que j’intervenais pour une commune pour des réparations sur un bâtiment public qu’on s’est retrouvé et tombé dans les bras . On s’est payé deux sacrés gueuletons bien arrosés à l’occasion du chantier . Il a payé le premier et moi le second . Il est mort l’an passé du Covid .

          Le second , moyen selon les critères de l’époque , a passé son brevet et je l’ai croisé bien plus tard alors qu’il était contrôleur technique dans une boîte de TP . Il se plaignait pas . On a encore une fois fait un gueuleton en familles respectives , mais il est parti ensuite sous d’autres cieux .

          Le troisième était celui qui me disputait les  » premières places  » au classement . Un vrai déconneur mais omniscient . Il est aussi allé jusqu’à bac +5 , puis s’est arrêté là . Quand le hasard des mutations m’a remis sur sa route , il y a une trentaine d’années , c’est pour apprendre un beau matin qu’il venait de se suicider .

          Aimez vos enfants .

          4
  2. Avatar de Juillot Pierre
    Juillot Pierre

    Est-ce que ce qui suit à quelque chose à voir avec le sujet de votre vidéo/retranscrite à l’écrit, M. Jorion…? N’ayant pas l’excellence de vos connaissances pluridisciplinaires, ni votre talent pédagogique, ce billet en suivant essaie de décrire une compréhension personnelle de vos explications et sa traduction en terme de politique intérieure, mais surtout campagne électorale.

    « Il paraît que baisser le chauffage de 1 degrés, serait faire « l’effort de guerre » nécessaire au pays. Sous-entendant d’une part qu’en prévision des problèmes d’approvisionnement en gaz, de flambée des prix… qu’occasionne la guerre en Ukraine, etc…. il faut agir vite… d’autre part, le « en même temps » justifie ainsi de mener à l’occasion… sur un second front… la guerre contre le dérèglement climatique. Les amalgames populistes sont en nette croissance eux aussi lors-qu’est suggéré de seulement baisser les taxes sur les énergies, dont une part plus que majoritaire dans la composition des prix, pour les carburants n’est pas répartie, dédié vers la « transition énergétique », etc …

    Le ministre de l’économie, et la macronie prétendant « lutter contre les inégalités à la racine »… attendent cet « effort de guerre »… entre autre… de la part des plus de 12 millions de Français.e.s en précarité énergétique… alors que la campagne officielle du candidat/président « Jupiter », débute sur les chapeaux surdimensionnés (inégalité dans le partage des temps de parole) d’une roue optimisée, donnant plus qu’une longueur d’avance, à la « sur-représentativité » des mieux préparés (avec fiches et questions connues d’avance) comparativement aux « non représenté.e.s », « rien », etc ; abstentionnistes risquant de créer la surprise par exemple.

    Prétextant, tout dans le sous-entendu, que le gel des tarifs, prévus en « inflations constantes » si ce n’est pas croissantes, en hausses quoi, concernant les besoins et demandes en énergie, chauffage, etc, va avoir une limite – son poids sur la dette publique (l’austérité, les « réformes structurelles néolibérales/ultralibérales, restant dans l’ombre, de la lumière mise sur la « peur d’avoir peur » de la dette publique) – le « Quoi qu’il en coûte » lève t-il enfin le voile, du coté obscure des forces se faisant passer pour du « bon sens »…?

    Ce « Quoi qu’il en coûte » suggère t-il dans le « non dit » que cela revient assez cher aux propriétaires privés de titres d’actions, etc… aux spéculateurs assistés sans contrepartie agissant de façon dérégulée, dérèglementée… sur la gestion des stocks en flux tendus, et les prix, quelque soit les situations de crises (sanitaires, etc) de tensions à l’internationale… de ne pas pouvoir prévoir de quoi provisionner des distributions indécentes de dividendes, des privatisations croissantes, rentables, à deux chiffres presque, de profits… dans les années à venir, quelques soient les issues catastrophiques des conflits… et urgences climatiques, sanitaires, etc, non résolues…? Ils attendent peut-être un « retour sur investissement, soit une socialisation officielle de leurs pertes et dettes privées…?

    A voir la « bonne santé » retrouvée des fleurons du CAC40, aujourd’hui (jusqu’au milieu d’après midi en tout cas), « bonne santé » paradoxalement inverse aux autres indices de bourse, en baisses… leur « retour des jours heureux » a quelque chose de plus « qu’immoralement optimisé ».

    Ne suffirait-il pas d’interdire la spéculation à découvert faite à l’occasion… des tensions géopolitiques risquant sans cesse le dérage nucléaire… de crises sanitaires… ou/et au cours des guerres commerciales, monétaires, de « civilisation » pour le contrôle des ressources, « terres rares », terres arables, eau potable… d’interdire donc les paris nus faits sur les risques de pénuries, raréfactions, et flambées des prix (les prix brutes, rapportant le maximum de recettes fiscales à « l’Etat de droit », par la taxation) de pareil produits de premières nécessités (denrées alimentaires, soit de existentielles, essentielles, de subsistances compris), pour rétablir l’équilibre, l’EGALITE, la SOLIDARITÉ, la FRATERNITÉ et la LIBERTÉ… dans les « efforts de guerre » à faire « consentir » à toutes et tous, pour toutes et tous…?

  3. Avatar de Berco
    Berco

    Je crois capter ce q vous voulez dire.Ce q j’en conclus et ressens à titre personnel, c’est q ts les chgts ts azimuths à la vitesse V, la déplétion des énergies, le réchauffement climatique-défi majeur- causé aussi par « nos »( pas le mien, bref) modes de vie ultraconsuméristes et hyper polluants( cqfd), sous pretexte de « croissance » economique ( liée en grande partie à la consommation des energies fossiles) st en train d’être la résultante de causes annoncées( rapport meadows, notamment), chute de la biodiversité, etc, et donc le réchauffement climatique.Je ne parle mme pas de la dérégulation financière accélérée et ses impacts au fil de x crises destabilisant le monde du travail, sa place ds la société, et accélérant à mes yeux l’inconnu et les impensés de nos sociétés occidentales/modernes de façon inouïe ! Ah, le greed !
    La vie est tragique, on le savait, les civilisations mortelles aussi, mais en mutation en gal, qt à notre époque, elle y a ajouté le non sens le plus absolu avec ses burn de ttes sortes et ses dérèglements narcissiques les plus fous !
    A part les progrès de la médecine et d’une certaine science, qu’avons nous vrt apporté ? Une réelle éducation à la paix, aux lois du savoir, de la connaissance, du partage et de l’épanouissement créatif ??? Et l’humour, surtout sur soi ?!
    Et puis l’Ukraine, conflit rampant depuis huit ans et non traité…
    Entre le « modèle » occidental et le modèle Russe( ex urss), il y a pt-être l’opposition de deux tragédies humaines, l’une « positive » et occidentale, productiviste, rationelle, l’autre « résignée », pas démocratique et habituée au tragique(une oeuvre littéraire et culturelle énorme la Russie qd mme…), aux excès et à une forme de fatum ???…
    La solution du « milieu », n’existe pas encore, ou slt à titre individuel, de petits groupes et minoritaire.
    Tt ça me fait penser au « discours de Harvard »(sur wikipedia) de Soljenitsyne, implacable et assez puissant…
    La schizophrénie est consubstantielle à la folie de la vie et à l’homo sapiens, génial mais incomplet, incapable de savoir son propre usage et agissant, sans savoir…
    S’il y a un patron, c’est la nature, le système Terre, l’univers, capables de tout et donnant tout, sans qu’ « on » s’en rappelle ici bas…
    Ts les gros blocs géopolitiques, à terme st voués à se supporter ou se détruire en fait…L’histoire semble être un éternel recommencement, version antique ou 2.0 ! Mais, là l’avenir de cette espèce, une parenthèse dingue au milieu de la « vie »est confrontée à ses énormes paradoxes et contradictions: la mort, la bourse ou la vie ????
    Bref, à suivre…😳🧐🙏😰

    2
    1. Avatar de Juillot Pierre
      Juillot Pierre

      La mort, certes. Mais dans quelles conditions (souffrances, humiliations, etc) ..? Mourir comment, quoi (dans un Ehpad, ou au « front »…? Et pour qui puis pour quoi de surcroit…? Puis ou… « consentir » à ce que sa mort ne soit pas « inutile », donc soit « utile », être dans « l’acceptabilité » de son advenue… causée par qui, puis avec qui elle pourrait paraître plus « rassurante », réconfortante », « réconciliable »…?

      La bourse, soit. Mais laquelle (soit qui : entre les propriétaires privés assistés sans contreparties, d’actions, de salaires variables, de stock-options, retraites chapeaux, de capacité d’user de la reproduction de classe, de l’endogamie… du capitalisme communiste/d’État, et les même défaut corrupteurs, corrompus, corrupteurs, clientélistes, carriéristes, conflits d’intérêts, délits d’initiés, pantouflage… du capitalisme néolibéral/ultralibéral, doit dominer ?)…? Et comment la « rassurer », « réconforter », « réconcilier » entre les « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer un « culte féroce » à la seule « DICTATURE des émotions » capable de « convaincre » l’inculture de leurs doutes incertitudes, indécisions, avec le « ras le bol fiscal » « poujadisme » (voir du coté obscure du choix d’une Europe de la défense, dans l’immédiateté, « procrastinant » sur une harmonisation sociale, fiscale, morale, environnementale, au mieux disant), et la « chair à canon » sacrifiée, des plus pauvres, précaires, discriminées, de son « inculture »…?

      La vie, OK…? Mais laquelle entre la survie dans la continuité des besoins injustement, inégalitairement insatisfaits, des plus pauvres, précaires, discriminé.e.s en toute impunité et de façon « systémique » puis indifférente… et les « envies » des dits « temps de cerveaux disponibles »… voulant qu’il ne leur en coûte rien (voir que ça leur rapporte en continuant de spéculer de façon dérégulée, dérèglementée, sur la gestion des stocks en flux tendus et des prix, de la raréfaction des ressources, des biens communs, de premières nécessités sanitaires, – vaccins masques, gants, blouses, médicaments respirateurs, oxygène de réa, capteurs de co², purificateurs d’air réactifs de tests… – de subsistances alimentaires…) dans le « sauvetage les vies » des premiers, quelques soient les crises sanitaires… climatiques, géopolitiques… et autres risques croissants d’effondrement démocratique (abstention, etc) ?

  4. Avatar de Juillot Pierre
    Juillot Pierre

    C’est sûr, en tout cas, que la teneur et « valeur » morale et éthique du discours « apolitique » du ministre de l’économie, et de la macronie… ou autres « représentativités » politiques candidatant à la présidence… aurait été tout autre, si la même guerre avait eu lieu au même endroit mais en été…

    Car demander de faire comme « efforts de guerres », menés sur deux fronts (crises climatique et tensions géopolitiques) une baisse conséquente de l’usage des climatiseurs, dont les 12 millions de foyers/familles en situation de précarité énergétique, ne disposent pas… alors que la consommation énergétique moyenne d’un pays tempéré, baisse durant cette saison… n’aurait pas eu le même impact, en dehors d’une période électorale présidentielle terminée… ni sur le même public d’ailleurs…

    Qu’en aurait-il été de la « peur d’avoir peur » des risques que le conflit, et sa menace nucléaire militaire – qui aurait été placé à l’horloge… à peu près à la même micro-seconde prêt, de l’apocalypse – se propage à la production industrielle énergétique, faite avec la fission atomique « civilisée »… quant en France, plus de 60% de cette production d’énergie devant réfrigérer les foyers, les plus cossus… dépendent du nucléaire…?

    1. Avatar de Juillot Pierre
      Juillot Pierre

      Étant anti-militarisme/militariste, et contre, soit « Athé » vis à vis de la « mythologie » de l’exploitation de l’Atome, du nucléaire civil/militaire, « vert », « sans risque », « garant de la souveraineté et indépendance énergétique », « en même temps » qu’étant en capacité de servir d’arme de « dissuasion »… de l’Europe, de la France (s’il y avait des ressources souterraines à extraire, de matières fissibles, aux potentiels si radioactifs, « sans équivoque », des plus nuisibles après usages, pour des millénaires – sauf que par rapport aux risques du dérèglement climatique, de la perte de la biodiversité, des productions polluantes… ça se voit tellement moins, la radioactivité létale [voire du coté de la sous-traitance vers les pays pauvres moins disant sociaux, moraux, fiscaux, environnementaux… des déchets hospitaliers, radioactifs], la gestion néolibérale d’une crise sanitaire… que les « externalités négatives » du productivisme/consumérisme… qu’il est possible de faire croire aux « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer un « culte féroce » à la seule DICTATURE des émotions » sondées capable de « réconcilier » les doutes, incertitudes « peur d’avoir peur » de perdre en pouvoir d’achat », avec le « ras le bol fiscal », « poujadisme », que comme le nuage de Tchernobyl, il s’est arrêté à la frontière – en Europe et en France, faudrait-il que je crois aveuglément que les conflits locaux se déroulant dans d’anciennes colonies occidentales, en Afrique… sont indépendants des « secrets défenses/d’affaires », des guerres de « civilisations », monétaires, commerciales…?) croyez vous que j’aurais exploité cette hypothèse avec naïveté, crédulité… ignorant que si cette guerre de Poutine, menée en Ukraine, avait éclaté en été, cela aurait arrangé encore moins l’affairisme d’oligarques du capitalisme communiste/d’État Russe visant à obtenir le contrôle des centrales nucléaires ukrainiennes, que « l’affairisme » du « capitalisme communiste/d’Etat » gérant le nucléaire civil en Europe et en France particulièrement comme les « secrets d’affaires », le clientélisme, carriérisme, les conflits d’intérêts de l’endogamie, de la reproduction de classe des capitalistes néolibéraux/technocrates/bureaucrates… gérant le nucléaire civil et militaire (« ventes d’armements patriotiques et dissuasifs ») comme une entreprise, préfère sacrifier les pauvres en baissant de 1 degrés leur chauffage en hivers, que leurs poule aux œufs d’or se rendant « complices du pire », ignorant que les climatiseurs en été et autres big-data, dépendant du nucléaire, prolonge les risques d’un cataclysme, accidentel ou militarisé, nucléaire, sans faire gagner du temps, une microseconde, à l’horloge signifiant qu’il ne reste que quelques nanosecondes, avant l’extinction de l’espèce humaine, des suites d’un holocauste atomique…?

  5. Avatar de Dimburgia
    Dimburgia

    Bonjour,
    je me permets de remettre le commentaire que j’avais effectué sur la rubrique d’origine (vidéo seule) :
    Les propos de Paul sur le déterminisme et les fractales me ramènent quelques années en arrière (1999) avec la sortie du livre « Les arbres de l’évolution » par trois chercheurs français (Laurent Nattale, Jean Chaline et Pierre Grou*) d’horizons très différents. Un livre aux perspectives vertigineuses qui pointent que tous les grands systèmes (vie, univers ou sociétés) ont d’importants points communs en ce qu’ils évoluent vers la complexité, connaissent des phénomènes d’accélération, …. Leur découverte tient à la mise à jour d’une loi mathématique (faisant appel aux fractales) décrivant l’évolution et pouvant même la prédire partiellement. Une approche basée sur l’étude de diverses datas (chiffres, dates, mesure,..) en considérant que ces dernières possèdent dans leur suite une structure qui se vérifient avec la chronologie des faits réels analysés.
    Ainsi concernant les crises économiques, les dates retenues (qui peuvent toujours poser débat comme soulignés par d’autres scientifiques à propos de cette étude) se vérifient avec l’équation. A un journaliste qui leur demandait s’il pouvaient du coup prédire des crachs boursiers (l’équation permettant la prédictibilité) ils avaient répondu, pour résumer, que c’était trop sensible pour le dire sur la place publique.
    Reste ce sentiment plutôt déstabilisant d’être les marionnettes de règles qui nous dépassent. Pour cependant mitiger la chose, en dehors de cette « superstructure » (qui a pu émerger et n’être pas à l’oeuvre dès le « départ »)- les champs des possibles reste entiers. Ouf notre sentiment de libre arbitre est sauvé…
    * Laurent Nattale : astro-physicien et directeur de recherche au CNRS et auteur de « La relativité dans tous ses états » et « l’Univers et la lumière »; Jean Chaline, paléontologue et chercheur en Biogéosciences et auteur de « Les horloges du vivant »; Pierre Grou, enseignant en sciences économiques et auteur de « L’aventure économique ».

  6. Avatar de Karluss

    finalement Paul, vous êtes bouddhiste, l’interconnexion globale du tout et de tous et l’impermanence en permanence.
    on va aussi se payer un krach obligataire avec la remontée des taux face à l’inflation alors chute amplifiée des marchés actions, etc. C’est une ritournelle, hausser les épaules pour ne pas perdre la tête.
    comment il s’appelait déjà votre « one man show » dans un théâtre parisien ?
    je ne sais pas pourquoi j’y repense, comme lors de la première publication je pensais à René Thom…

  7. Avatar de Karluss

    on dirait qu’aujourd’hui, ce 9 mars, avec +7% le CAC tente d’hausser une épaule … après la main invisible, la tête-épaules en graphe.

  8. Avatar de Brasseur
    Brasseur

    Moi, je pense plutôt à la nouvelle « religion » qu’evoquait il y a quelque temps M. Jorion. Si c’est de cela qu’il s’agit, alors, je le rejoins, car je suis déjà converti.

  9. Avatar de baloo
    baloo

    Coucou,

    Dans la série méteo, je vous donne la NSA !

    https://www.nouvelobs.com/monde/20220310.AFP8287/la-guerre-en-ukraine-ou-la-redemption-du-renseignement-americain.html

    Faut il s’en réjouir ?

    Bonne journée

    STéphane

  10. Avatar de Combes Didier
    Combes Didier

    Cette analyse tout à fait claire se place-t-elle exclusivement dans le cadre du capitalisme tel qu’on le connaît depuis le 19 eme siècle, je veux dire prédateur de la nature sous toutes ses formes ou considérez-vous que tout changement profond opéré dans l’organisation des sociétés humaines (changements proposés et développés entre autres dans vos livres) est partie intégrante de ce système et ne changerait rien à la direction de la courbe de santé des sociétés qui vont obstinément, et à marche forcée ces temps ci, vers leur fin comme tout organisme vivant ?

  11. Avatar de Carlos
    Carlos

    Ma première réaction est que dire que tout est déterminé, au moins au niveau macro global (macro global: j’invente ça pour dire quelque chose) revient, si tout est inexorable, à ôter toute responsabilité personnelle aux acteurs de plus haut niveau, décideurs politiques, économiques, etc… J’ai du mal à l’accepter mais comme
    je fais aussi partie de ce monde alors mon opinion et mes actions ont aussi quelque chose de déterministe. Donc le monde serait comme une équation avec une infinité d’inconnues. Bonne chance pour la résoudre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta