Archives par mot-clé : Friedrich Nietzsche

Ce que je pense de Comment sauver le genre humain, par Cédric Chevalier

Paul, Vincent, je suis invité par Pablo Servigne à rédiger une recension de votre essai « Comment sauver le genre humain » dans le magazine Yggdrasil (« Yggdrasil, effondrement & renouveau« ).

Servigne n’a jamais caché ses sources d’inspiration anarchistes, même s’il a toujours l’intelligence d’être assez indirect dans ses interventions et de se distancier face à des théories extrêmes : Ici il fait parler Kropotkine… L’Etat, ça a tout détruit dans la violence, les gildes, etc. Kropotkine : si on détruit l’Etat, l’entraide va revenir spontanément. (ça ce sont les courants anarchistes)

Mais dans Comment tout peut s’effondrer, Servigne & Stevens évoquent déjà le rôle que pourrait jouer l’Etat, à partir des expériences des économies de guerre UK et US (p. 235 et suivantes) : « lorsqu’on s’organise dans un but commun, il est possible de faire vite et de voir grand ». Continuer la lecture de Ce que je pense de Comment sauver le genre humain, par Cédric Chevalier

Partager :

Les attitudes possibles devant la menace d’extinction (III.b. & III.c.) L’eugénisme et l’exterminisme

Ouvert aux commentaires. Rappel : options I et II ; option III.a. III.b. L’eugénisme, à la différence de l’exterminisme, vise…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Les attitudes possibles devant la menace d’extinction (III.a.) La frugalité individuelle

Ouvert aux commentaires. Rappel : options I et II I. Déni de l’extinction II. Acceptation de l’extinction III. Malthusianisme III.a.…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Les antihumanismes et la survie de l’espèce

Ouvert aux commentaires. On assiste depuis quelque 150 ans à la montée en puissance de différentes réflexions généralement appelées «…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

« POUR EN FINIR AVEC LE JUGEMENT DE DIEU… » – L’ENFANT-ROI ET SES JUGES ou GRETA ET MICHEL L’ANCIEN, par Vincent Teixeira

Ouvert aux commentaires.

En cette période de « murs », face à « l’ordure politique », et aussi, si j’ose dire, face à une certaine ordure intellectuelle française, je devrais sans doute ériger plus haut mes murs… Hélas, même si je suis loin, très loin, d’être à la hauteur de ces/ses murs, un Flaubert lui-même disait faire tous ses efforts pour « tâcher de vivre dans une tour d’ivoire », mais faisait le constat amer qu’« une marée de merde en bat les murs »… 

Un siècle et demi plus tard, sauf à vivre sur une île déserte (et encore !), difficile de se protéger et d’échapper totalement à ces multiples marées noires qui envahissent et abîment notre monde, qu’il soit géographique, bien terrestre, marin, ou symbolique.

Marées noires dont participent certains pseudo-penseurs médiatiques, qui semblent désormais avoir pour principale tâche « intellectuelle » d’accabler leurs prétendus « ennemis » (à compter qu’ils ne se trompent pas de cibles) de leurs jugements pleins d’un fiel obscène et émétique. Dans ce qui a été un des tristes feuilletons « intellectuels » (vache maigre), ou plutôt médiatiques de l’été, la petite Suédoise Greta Thunberg en a fait largement les frais. Mais l’hydre du nihilisme et du cynisme (pour reprendre les termes de Paul Jorion) a le goût du venin, se complaît dans ses fétides persiflages (et sans doute en vit-elle ?)… Alors qu’avec une once de dignité, il conviendrait bien plutôt d’« avoir le goût des autres dans la bouche », pour paraphraser le poète Pierre Peuchmaurd.

Continuer la lecture de « POUR EN FINIR AVEC LE JUGEMENT DE DIEU… » – L’ENFANT-ROI ET SES JUGES ou GRETA ET MICHEL L’ANCIEN, par Vincent Teixeira

Partager :

Quinzaines, La folie de Nietzsche, le 15 juin 2019

La folie de Nietzsche

Faut-il distinguer chez Nietzsche l’avant-la-folie de l’après-la-folie ? Ou se dire que bien fou serait celui qui s’y aventurerait ? Tout est plutôt à prendre ou à laisser. Ne rien prendre, c’est rejeter l’essentiel de la philosophie après Hegel. Tout accepter, c’est mettre dans le même sac, il faut le savoir, le précurseur génial de Freud, et celui qui expliquait aux passants qu’il était Dionysos ayant pris l’apparence d’un clown.

Que Nietzsche soit mort fou, nul ne le met en doute. Les relations ne manquent pas de ses séjours en asile, ses éclaboussements infantiles dans la baignoire, ses danses « dionysiaques » impromptues alors, ou de sa prostration dans la maison de sa sœur, Elisabeth, durant les six dernières années de sa vie, où les disciples choqués venaient jeter un regard pudique par la porte entrouverte de sa chambre, pour constater le cœur brisé sans aucun doute, l’état de lamentable déchéance dans lequel le grand homme se trouvait désormais : incapable du moindre mouvement, les yeux seuls roulant occasionnellement dans leur orbite, poussant parfois dans la nuit d’affreux rugissements d’animal blessé.

Continuer la lecture de Quinzaines, La folie de Nietzsche, le 15 juin 2019

Partager :

PHILO EN 2 LEÇONS – 1. DIEU EST MORT – Retranscription

Retranscription de PHILO EN 2 LEÇONS – 1. DIEU EST MORT, le 27 décembre 2018. Merci à Cyril Touboulic !

Bonjour, nous sommes le jeudi 27 décembre 2018. Et si vous écoutez la radio, si vous regardez la télé, si vous ouvrez vos journaux, vous vous rendez compte que le monde en ce moment est complètement déboussolé. Le monde est de plus en plus constitué de pauvres d’un côté et de riches de l’autre : les pauvres se biturent et les riches se gavent, et les pauvres rêvent de cesser de se biturer pour pouvoir se gaver et ceux qui se gavent (les riches) se rendent compte que ça n’arrange absolument rien et commencent à se biturer comme les autres. C’est là où nous en sommes.

Continuer la lecture de PHILO EN 2 LEÇONS – 1. DIEU EST MORT – Retranscription

Partager :

Transhumanisme : la notion de « dignité humaine » est-elle dépassée ? le 21 juin 2018 – Retranscription

Retranscription de Transhumanisme : la notion de « dignité humaine » est-elle dépassée ? Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le jeudi 21 juin 2018 et j’ai mis un petit billet ce matin sur le blog pour expliquer pourquoi j’étais à ce point absent. Mais, c’est parce que je suis impliqué de différentes manières – je suis l’un des organisateurs – du colloque qui a lieu en ce moment à l’Université Catholique de Lille sur le transhumanisme ou les transhumanismes, si vous voulez. Et j’y participe de différentes manières : tout à l’heure, j’organise avec Michel Saloff Coste un atelier de discussions sur les avenirs qui s’ouvrent à nous ; hier, j’ai présidé un groupe qui s’intéressait tout particulièrement au rapport entre Nietzsche et différents courants posthumanistes et transhumanistes et, demain, je présiderai un autre groupe sur les rapports entre religion chrétienne et transhumanisme ; mais, ce matin, je dirais que mon implication principale, c’était un grand débat organisé entre Stefan Lorenz Sorgner et moi-même.

Continuer la lecture de Transhumanisme : la notion de « dignité humaine » est-elle dépassée ? le 21 juin 2018 – Retranscription

Partager :

« Il vaut mieux en rire qu’en pleurer ! », le 19 juin 2018 – Retranscription

Retranscription de « Il vaut mieux en rire qu’en pleurer ! ». Merci à Marianne Oppitz ! Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes le mardi 19 juin 2018 et pas de thème précis à ma vidéo aujourd’hui mais un titre, quand même ! Le titre ce sera : « Il vaut mieux en rire qu’en pleurer ». Alors pourquoi il vaut mieux en rire qu’en pleurer ? Mais si vous ne l’avez pas constaté vous-même, je vous le rappelle quand même : le monde est en décomposition rapide. Monsieur Salvini, ministre de l’intérieur en Italie du gouvernement populiste dit qu’il va s’occuper sérieusement de la question des Roms. Alors, on s’attend au pire parce que quand on dit « s’en prendre sérieusement » à une population qui est arrivée dans nos pays, je crois – si j’ai bon souvenir – au XIIe siècle et qui s’est mêlée à notre population d’une manière – comment dire ? – un peu hétérogène, vu que c’est une population qui venait d’un pays où il y avait un système à castes et que cette population ne s’est jamais véritablement mêlée à la nôtre et est restée un peu dans sa manière de voir les choses. Quand on s’en prend sérieusement aux Roms, c’est dans une perspective, bien entendu – comme on l’a déjà vu – d’élimination. Alors, ça fait très, très peur.

Continuer la lecture de « Il vaut mieux en rire qu’en pleurer ! », le 19 juin 2018 – Retranscription

Partager :

La caféine ? Regardez ce que cela fait aux araignées

Ouvert aux commentaires.

Selon Sjöstedt * c’est la consommation excessive de drogues, et en particulier d’hydrate de chloral, qui a rendu Nietzsche fou. Dans son Le combat avec le démon : Kleist – Hölderlin – Nietzsche, publié en 1930, Stefan Zweig notait :

… en deux mois, Nietzsche emploie cinquante grammes d’hydrate de chloral, pour se procurer un peu de sommeil. °

Continuer la lecture de La caféine ? Regardez ce que cela fait aux araignées

Partager :

Échange à propos de « Vers un nouveau monde »

Vers un nouveau monde

Ouvert aux commentaires.

Le 3 septembre, 2017 à 23h28

Bonsoir Paul,

A propos de votre dernier livre « Vers un nouveau monde ».

En le lisant, j’ai ressenti la même impression que certains de vos lecteurs dont la réaction vous a déçu : je l’ai déjà lu. Vous y reprenez vos thèmes favoris, ordonnés d’une manière plus didactique. En caricaturant un peu, c’est moins un essai qu’un manuel. Mais il ne m’a pas déçu ! Seulement, à mon sens, il n’est pas vraiment destiné à votre lectorat habituel.

Continuer la lecture de Échange à propos de « Vers un nouveau monde »

Partager :

En attendant l’immortalité, nous préférons tuer le temps

Ouvert aux commentaires.

Si nous ne croyons pas à l’immortalité de l’homme, il n’est de diversion qui ne soit capable de nous faire dérailler d’un véritable idéal car nous faisons feu de tout bois pour tenter d’oublier que nous sommes mortels. Et si nous croyons au contraire à l’immortalité future, nous ne savons trop, en attendant, comment occuper le temps qui nous est donné ici-bas. Si bien que l’observation du genre humain révèle une espèce qui, pour une raison ou une autre, s’active fébrilement à tuer le temps.

Continuer la lecture de En attendant l’immortalité, nous préférons tuer le temps

Partager :