22 réflexions sur « Trump : Une transnationale fasciste »

  1. Merci pour cette vidéo.
    Je me permettrai de rajouter :
    – un lien vers un article du Monde diplomatique qui corrobore ce que vous dites sur l’importance glaçante de la notion de race ; https://www.monde-diplomatique.fr/2019/07/BREVILLE/60012
    – suite aux dernières déclarations de Trump, il me semble que mis à part Mme Merkel récemment, les chefs d’état étrangers ne sont pas assez courageux pour s’indigner et alerter publiquement sur la dangerosité de Trump

  2. 1 / Est-il exact que depuis leur création, les USA ont été en guerre pendant plus de 90 % de leur existence ? Si cela était avéré, faudrait-il encore s’étonner qu’une partie du peuple américain voit des ennemis partout et que le reste de la population en ait la tentation. Abusé-je ?
    2 / En outre, j’ai la conviction que l’effondrement des systèmes aura pour conséquences de porter au pouvoir, dans la plupart des pays encore  »protégés », des dictateurs sans scrupules, armés jusqu’aux dents et entourés de milices.
    3 / En France, Macron a montré à quel point l’intéressait l’affrontement qu’il souhaite le plus manichéen possible entre le  » bien  » libéral et le  » mal  » totalitaire. Mais ne sont-ce pas les deux faces d’une même médaille ?

  3. Je songe que se prépare dans l’hémisphère Nord et ailleurs la mise en place de dictatures dont l’objectif sera de faire face aux millions de réfugiés climatiques, aux pandémies, et aux multiples pénuries que provoquera « l’apocalypse sans royaume » que craignait déjà Günther Anders. Devant l’épuisement des ressources la violence sera encore le dernier mot de la conjuration des imbéciles. Trump est l’avant goût bouffon d’un fascisme qui fera passer les nazis pour de sombres crétins. Durant deux siècles l’espèce humaine va s’entretuer et si elle survit à cette guerre civile planétaire alors une Renaissance pourra se dessiner dans une perspective historique radicalement nouvelle pour l’éventuel milliard de survivants.

  4. Transnationale fanas ou fafas ?
    Il y a du « monde », hélas, encore trop, beucoup trop, et les populations prise en otage de ces délires trinquent !

    D Trump et ses faucons/gardiens de la révolution (entre autres…), fafas/fanas, ça sent le soufre.

    Accord sur le nucléaire iranien : la riposte de Téhéran
    Interview 10 juillet 2019
    Le point de vue de Thierry Coville

    « Les partenariats stratégiques avec la Chine et de la Russie permettent à l’Iran d’avoir leur soutien dans la crise actuelle. La Chine et la Russie ont ainsi clairement énoncé qu’elles considéraient les mesures prises par l’Iran pour sortir de l’accord comme la résultante de celles des États-Unis en mai 2018 et de la réimposition des sanctions américaines. »
    https://www.iris-france.org/138988-accord-sur-le-nucleaire-iranien-la-riposte-de-teheran/

      1. C’est surtout le patient qui doit gagner la confiance de son médecin. C’était d’ailleurs le talent tout particulier du Dr. Knock que peu de patients parvenaient à gagner sa confiance.

  5. A mon avis, Trump est le résultat direct de la mondialisation économique et de ses dérives. On observe, non seulement aux Etats-Unis, une tendance au repli identitaire. La mondialisation est un mouvement dynamique et complexe, dans laquelle s’inscrit également la migration en masse venant du sud (on n’est qu’au début de ce phénomène). Trump réagit comme un animal: il sent les inquiétudes et phantasmes d’une large partie de la population et l’exploite pour légitimer sa place au pouvoir, peut-être même au-delà de son premier mandat – rien ne peut être exclu.
    De plus le développement économique en occident a escamoté pas mal de contradictions et asymétries – Trump s’en sert. Il ne rencontre que peu de résistance (en dehors du verbal), car le dollar US est une arme redoutable.
    « Le dollar c’est votre problème » disait jadis un homme politique américain à son homologue européen.

  6. Plutôt que lepen qui n’est que dirigeante de parti, il eut été préférable d’intégrer macron au tableau, lui qui est chef d’état et dont on voit bien désormais tant dans les méthodes de maintien de l’ordre de son gouvernement que dans la manière dont sont superbement ignorées ses oppositions (qu’elles soient parlementaires, grévistes ou autres) le potentiel fasciste. Faute d’un barrage efficace, les castors doivent commencer à se ronger méchamment les ongles, non?

    1. Juste. Mais:
      1- Celui ou celle qui est au pouvoir n’est jamais fasciste et rarement d’extrême-droite. Jamais, sauf en Autriche, il y a longtemps, dans les années 1990. Une histoire de décence entre collègues, je suppose.

      2- Il s’agit d’une vidéo d’Arte. On peut pas leur demander de mordre la main qui les nourrit, non? Arte a des limites facile à comprendre.

      3- Pis d’abord, cessez de faire le malin. Le sujet est la guerre de l’info menée par Poutine contre Nous. Pas l’inverse, qui n’existe pas. Nous, nous sommes blancs, purs, immaculés et pas fascistes, naturellement. Vous n’allez pas me dire qu’il vous est venu à l’esprit un truc du genre « les fasciste parlent aux fascistes », non?

      1. On en fait des caisses sur l’ingérence russe depuis quelques années, tandis qu’on n’évoque que très peu l’ingérence américaine qui date de bien plus longtemps et sur de bien plus larges zones, comme si les États-Unis n’étaient pas jusqu’à encore très récemment la puissance hégémonique par excellence. Réduire la première puissance mondiale à l’état de pantin du grand méchant Poutine aurait de quoi faire sourire si les États-Unis n’étaient pas encore à ce jour vecteurs principaux du capitalisme le plus féroce. Ce ne sont en effet ni les sodas, ni les fast-food, ni le mode général de consommation russes qui nous ont colonisé, jusqu’à preuve du contraire. Tout ce battage autour de Poutine et ses soit-disant alliés/sous-fifres, aussi problématiques soient chacun de ces personnages, ressemble fort à une diversion.

    2. @Dissonance
      «  il eut été préférable d’intégrer macron au tableau »

      oui, non, mais… il deviendrait difficile de trouver un éditeur 😉
      comme dirait PJ !

  7. Par les temps qui courent, on ferait bien de relire « Psychologie de masse du fascisme » de Wilhem Reich et également « C’est pour ton bien » d’Alice Miller. A toutes fins utiles, donc…

  8. Lisez 5000 ans d’histoire de la dette et vous comprendrez aussi la relation entre la dette américaine et le fashisme naissant ainsi que la surpuissance militaire.
    Trump sera malheureusement réélu.
    Merci pour cette vidéo.

    1. @Jerome « Trump sera malheureusement réélu »

      Jérôme, que fais-tu pour empêcher que Trump ne soit réélu ?
      Penses-y avant de t’endormir la nuit prochaine.
      Parce que tu sais quoi, Jérôme ?
      Ton fatalisme nous fait une belle jambe !

  9. Comme l’écrivait « the Atlantic » avant l’élection de 2016, Hillary Clinton « fait entendre ce crissement insupportable, familier à ceux qui ont une belle-mère » (de mémoire, mais l’idée y est). Beaucoup de gens, et j’en aurais fait partie si j’avais été américain, ont préféré voter contre elle, rien que pour ne plus l’entendre. Et le livre qu’elle a publié après montre que son échec (et celui de tous les instruits) ne lui a rien appris (à eux non plus). Pour le reste, Trump aura 74 ans à sa réélection, pas 44 ans comme Hitler quand il a gagné les élections. Donc pas de transes.
    J’avais cru (d’autres aussi) que Sarkozy exploserait en vol, que Trump s’effondrerait. Et puis non. Comme si Dieu leur avait donné la grâce d’état dot parle saint Paul, qui descend sur celui qui prend en charge quelque chose de difficile. Alors que d’autres, qu’on croyait raisonnablement aptes, en furent privés (Carter, Hollande)

  10. Merci pour cette vidéo.

    Les capitalistes allemands ont soutenu le parti nazi et son leader en partie pour faire barrage au communisme en des temps troublés où il était nécessaire de garder l’ordre établi afin de continuer comme avant.

    Aujourd’hui, les capitalistes du pétrole, des voitures thermiques et de l’agriculture chimique soutiennent ceux qui permettront le « business as usual » face au changement climatique et à la révolte sociale. Est-ce que le racisme qui y est accolé est une composante essentielle ? N’est-ce pas plutôt un élément de tactique visant à conserver la situation actuelle, pour distraire l’attention d’une lecture dominants / dominés et donner un bouc émissaire à un débat public qu’il faut occuper ?
    Le protectionnisme est un moyen de plus pour conserver les choses en l’état…

    Parallèlement, depuis des années, la Chine montre que le capitalisme et l’économie de marché n’ont que faire de la démocratie. En même temps, ils montrent qu’une économie peut croitre sans le libre-échange du néolibéralisme, où peut-être grâce à son absence ? Là aussi, le racisme est à l’oeuvre, les Han se distinguent des non-Han, les noirs sont très mal vus (euphémisme…) alors qu’il y a un continent à piller pour permettre à l’industrie de continuer à tourner.

    Est-ce que Trump s’inspire de la Chine ? Si ce n’est lui, ses conseillers qui composent ses recettes ?
    Avec la différence notable que les USA défendus par Trump sont économiquement sur la défensive alors que la Chine cherche à conforter sa place dans un avenir incertain…

    Qui servira d’arbitre ?
    Les libre-échangistes ? Européen en tête…
    Les libertariens ? Adeptes du transhumanisme…

    Les manifestants pour le climat ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.