Étiquette : Grande-Bretagne

  • LA FABRICATION DE LA DAME DE FER

    Lorsque l’occasion me fut donnée hier matin de voir la vidéo où Glenda Jackson (actrice britannique doublement oscarisée et député du parti travailliste depuis 1992) s’en prenait à l’héritage de Margaret Thatcher au parlement britannique, j’ai voulu afficher cette vidéo sur le blog, sachant pertinemment cependant que le message échapperait à la plupart d’entre vous, son anglais cultivé au débit rapide étant difficile à saisir par quiconque n’a pas cette langue pour langue maternelle.

    En dépit de ce que suggèrent les lazzi des parlementaires conservateurs présents dans la salle, Jackson a soigneusement respecté les convenances, ne critiquant celle que l’on qualifie de « méchante sorcière » ou de « dame de fer » selon le souvenir plus ou moins cuisant qu’on en garde, que sur ses positions politiques, lui reprochant sa brutalité ainsi que son apologie du comportement sociopathe où, comme chez Mandeville (1670 – 1733), les vertus sont présentées comme des vices et les vices, comme des vertus, vantant la cupidité et prônant le matérialisme à outrance.… Lire la suite…

  • L’ENA HORS LES MURS, « 2012 : après la crise, la crise », décembre 2012

    Le courage n’a peut-être pas entièrement disparu de nos sociétés post-modernes, mais si une chose fut claire entre toutes en 2012 : il avait en tout cas déserté le niveau de responsabilité où se décident la politique des États. Atermoiements et attentisme constituèrent la politique de ces nations dans la cordée zone euro qui n’avaient pas encore dévissé et dont la seule préoccupation était de ne pas rejoindre celles qui pendaient déjà dans le vide.

    Tous les efforts étaient consacrés à cela. Tout le sang s’étant concentré dans les muscles, le cerveau s’en était manifestement vidé : de l’austérité au « choc de compétitivité », pas une seule des formules ayant prouvé leur inanité au fil des âges, qui n’ait été promue alors comme la panacée qui mettrait fin aux tourments de l’heure.… Lire la suite…

  • LIBÉRATION, « Il faut pénaliser le pillage et la rapine », le 18 juillet 2012

    « Il faut pénaliser le pillage et la rapine »

    Pour l’économiste et anthropologue Paul Jorion, le système financier est toujours en manque de régulation.

    Le scandale du LIBOR, c’était en 2008 et dans la quasi indifférence. Aujourd’hui l’indignation est totale. Pourquoi ?

    C’est une situation spécifique à la Grande-Bretagne. C’est là qu’est apparu un contexte qui a permis à l’opinion publique d’avoir le sentiment d’avoir véritablement identifié les raisons de la crise. Et soudainement, au moment où l’on fait savoir publiquement qu’une banque britannique, la Barclays, a triché et qu’elle doit pour cela payer une amende d’un montant considérable, la maîtrise de la réaction que manifeste la population échappe entièrement à ceux qui ont mis en scène cette condamnation sur un mode théâtral et totalement aseptisé.… Lire la suite…

  • AUDITION DE PAUL TUCKER, VICE-GOUVERNEUR DE LA BANQUE D’ANGLETERRE, DEVANT UNE COMMISSION PARLEMENTAIRE BRITANNIQUE

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    Paul Tucker, Vice-Gouverneur de la Banque d’Angleterre, a fait cet après-midi une déposition devant une commission parlementaire britannique. La raison de sa présence aujourd’hui était que dans la déposition faite le 4 juillet devant la même commission par Bob Diamond, qui était jusqu’il y a quelques jours P-DG de la banque Barclays, ce dernier avait laissé entendre que Tucker avait fait pression sur lui pour que la banque qu’il dirigeait alors mentionne pour les taux réclamés d’elle par d’autres banques pour ses emprunts, des chiffres moins élevés que ceux qu’elle soumettait. Les chiffres en question étant alors utilisés par la British Bankers’ Association pour calculer les taux d’intérêt appelés LIBOR (London interbank offered rate) : « taux interbancaire [en dollar] valant à Londres ».… Lire la suite…

  • AUDITION DE BOB DIAMOND, P-DG. DÉMISSIONNAIRE DE BARCLAYS, DEVANT UNE COMMISSION PARLEMENTAIRE BRITANNIQUE

    J’ai regardé en direct l’audition de Bob Diamond, qui a démissionné hier de son poste de P.-DG de la banque britannique Barclays.

    Diamond est extrêmement poli mais sa tactique dans ses réponses aux questions qui lui sont posées est très habile : plus un parlementaire britannique l’interroge brutalement, plus il souligne dans sa réponse la complicité qui les liait antérieurement, recourant abondamment aux prénoms de ses interrogateurs dans les réponses qu’il fait (jouant du fait que ceux-ci seront obligés d’excuser cette familiarité comme étant un « américanisme » pardonnable au nom des bonnes relations internationales), ou disant par exemple : « John, c’est là un sujet dont, tu le sais bien, nous avons déjà eu l’occasion de discuter dans le passé, toi et moi, en de très nombreuses occasions … », etc.… Lire la suite…

  • LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 29 JUIN 2012

    Pourquoi l’Europe n’a pas eu lieu.

    Sur YouTube, c’est ici.… Lire la suite…

  • LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 18 MAI 2012

    France, Etats-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne, Espagne et Italie, Grèce

    The network of global corporate control, Stefania Vitali, James B. Glattfelder, and Stefano Battiston
    La traduction française, ici sur le blog : LE RÉSEAU DE CONTRÔLE GLOBAL PAR LES GRANDES ENTREPRISES, par Stefania Vitali, James B. Glattfelder, et Stefano Battiston

    Sur YouTube, c’est ici.… Lire la suite…

  • L’actualité de la crise : BOUTS DE COURSES, par François Leclerc

    Billet invité.

    Continuer d’épingler comme des papillons dans une boîte les déclarations contradictoires à propos de la restructuration de la dette de la Grèce n’a pas de sens. Comprendre en quoi ce serait « une recette pour la catastrophe » que certains annoncent (Jürgen Stark de la BCE) ou un sujet qu’il n’est « pas question de mettre sur la table » (Christine Lagarde) pourrait être plus instructif, sauf que les raisons données en restent vagues, une fois insisté avec des larmes de crocodile sur les lourdes conséquences qui en résulteraient pour la Grèce elle-même.

    Une telle véhémence doit pourtant bien avoir sa justification !… Lire la suite…

  • L’actualité de la crise : PAS DE SACRE DU PRINTEMPS, par François Leclerc

    Billet invité

    Il va être plus difficile que prévu de présenter le prochain sommet comme un véritable sacre, comme José Manuel Barroso, président de la Commission de Bruxelles, s’est imprudemment aventuré à l’espérer, en déclarant : « L’Union européenne fait actuellement un énorme pas en avant, qui aurait été inimaginable il y a un an ».

    Non seulement le Portugal, désormais au centre de la zone des tempêtes, va devoir se résoudre à rejoindre la Grèce et l’Irlande dans le camp des condamnés – même si pour éviter une fâcheuse simultanéité avec le sommet, un petit répit va lui être accordé – mais parce que l’accord acquis lors de la réunion des ministres européens des finances ne tient plus, remis en cause par Angela Merkel sous la pression des parlementaires de sa majorité.… Lire la suite…

  • L’actualité de la crise : LEUR POLITIQUE DU PIRE, par François Leclerc

    Billet invité.

    Régulièrement, un responsable de haut niveau abandonne pour un bref instant ses postures les plus convenues et se permet de lâcher publiquement une vérité. Au début du mois, Mervyn King, gouverneur de la Banque d’Angleterre, avait déjà défrayé la chronique de ce petit monde en s’étonnant que « le niveau de colère ne soit effectivement pas plus élevé qu’il ne l’est ».

    Jean-Claude Junker, chef de file de l’Eurogroup, n’y a pas davantage été de main morte le 18 mars, en déclarant à l’occasion d’une conférence où il défendait l’instauration d’une taxe européenne sur les transactions financières  : « Il faut que les responsables du marasme de ces dernières années passent à la caisse ».… Lire la suite…

  • LA GRANDE BRETAGNE A L’ENCAN ?, par Emmanuel Quilgars

    Billet invité

    Quand on n’a plus d’argent pour payer ses dettes, on vent les bijoux de famille, n’est-ce pas ? Pourquoi alors l’Etat britannique ne ferait-il pas ce que les particuliers font d’eux-mêmes quand ils sont endettés ? C’est cette idée simple que, le lundi 7 mars, la chaîne publique Channel 4 a voulu expérimenter avec ses téléspectateurs, dans le cadre de l’émission Dispatches : « Selling off Britain » (littéralement : « vendre/liquider la Grande-Bretagne »).

    Rappelons le contexte : au mois de février dernier, le gouvernement Cameron a été contraint de renoncer à son projet de vendre au moins la moitié des 258 000 hectares de forêts du pays.… Lire la suite…

  • L’actualité de la crise : IMPROBABLE GOUVERNANCE A DAVOS, par François Leclerc

    Billet invité

    Pour peu que l’on farfouille un peu, le Forum de Davos peut décidément receler des perles. Le soulèvement égyptien en a largement occulté le retentissement, mais n’a rien enlevé de l’intérêt aux événements où l’on n’accède que muni du précieux sésame qu’est le White badge, où le off the record est de rigueur.

    Que retiendra-t-on de cette édition ? Ce ne sera ni l’ode à l’euro entonnée à la tribune par ceux-là mêmes qui ne disent pas comment ils vont le défendre, ni les exposés de politique économique diamétralement opposés de David Cameron et Tim Geithner, l’un en faveur de la rigueur budgétaire, l’autre soucieux de ne pas entraver la croissance.… Lire la suite…

  • L’actualité de la crise : PLÉTHORE DE DILEMMES, par François Leclerc

    Billet invité

    La politique est l’art du possible prétendent certains, d’autres préfèrent considérer que c’est au contraire celui de repousser ses limites. Les dirigeants occidentaux sont partisans de la première conception, mais ils se heurtent en conséquence à des choix qui ne présentent que de mauvaises solutions.

    Que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe – de manière plus aiguë dans ce dernier cas, tout du moins pour l’instant – ils sont confrontés à un même dilemme d’ordre général : comment en même temps réduire le déficit public et favoriser la croissance, ce qui y contribuera par la suite ? L’impasse étant faite sur la seconde option , un sacré pari sur l’avenir est tenté.… Lire la suite…

  • L’actualité de la crise : DÉRISOIRE THÉÂTRE D’OMBRES, par François Leclerc

    Billet invité.

    Dans les transports collectifs, gain de cause est donné à ceux qui veulent que les fenêtres soient fermées. C’est à peu de choses près ce qui est en train de se passer en Europe, à une autre dimension. Afin de maintenir la cohésion ébranlée de leur coalition, les Allemands viennent d’obtenir que le minimum possible soit décidé à propos du fonds de stabilité financière (EFSF), dont l’augmentation des moyens était réclamée par beaucoup, dont la commission européenne.

    Afin de pouvoir faire état de leur fermeté – politiquement payante, pense le gouvernement Allemand – il est dorénavant uniquement envisagé d’aménager l’enveloppe du fonds afin de pouvoir en utiliser plus que les 250 milliards d’euros effectivement disponibles pour des sauvetages, en raison de la nécessité de sur-garantir les emprunts du fonds afin d’obtenir la note AAA et le meilleur taux possible.… Lire la suite…

  • L’actualité de la crise : TRANCHE DE MAUVAISE VIE, par François Leclerc

    Billet invité.

    La vie des banques est passionnante, la suivre ne l’est pas moins.

    Aux Etats-Unis, on apprenait ainsi que deux cadres supérieurs de Goldman Sachs étaient en train de réunir des fonds afin de constituer un nouvel hedge fund, présenté comme indépendant de la banque et qui sera basé à Londres. Plus précisément, ce sont les responsables de Goldman Sachs Principal Strategy desk (GSPS), la plus lucrative des divisions internes, qui ont trouvé – pour commencer – 300 millions de dollars auprès d’un important hedge fund suédois, Brummers & Partners. Celui-ci va également prendre une participation dans la nouvelle structure, dont le nom n’a pas encore été rendu public.… Lire la suite…