AUDITION DE BOB DIAMOND, P-DG. DÉMISSIONNAIRE DE BARCLAYS, DEVANT UNE COMMISSION PARLEMENTAIRE BRITANNIQUE

J’ai regardé en direct l’audition de Bob Diamond, qui a démissionné hier de son poste de P.-DG de la banque britannique Barclays.

Diamond est extrêmement poli mais sa tactique dans ses réponses aux questions qui lui sont posées est très habile : plus un parlementaire britannique l’interroge brutalement, plus il souligne dans sa réponse la complicité qui les liait antérieurement, recourant abondamment aux prénoms de ses interrogateurs dans les réponses qu’il fait (jouant du fait que ceux-ci seront obligés d’excuser cette familiarité comme étant un “américanisme” pardonnable au nom des bonnes relations internationales), ou disant par exemple : “John, c’est là un sujet dont, tu le sais bien, nous avons déjà eu l’occasion de discuter dans le passé, toi et moi, en de très nombreuses occasions …”, etc.

L’intention de Diamond est évidemment de sauver sa réputation et ses bonus passés (dont la responsabilité, affirme-t-il, n’est pas la sienne mais celle de la Barclays). Mais pour vous et moi, qui ne les connaissons personnellement ni lui ni les autres, le sentiment qui émane de tout cela est que tous ces braves gens, accusé comme accusateurs, sont en réalité copains comme cochons et théâtralisent pour des raisons de “com” essentiellement, une hostilité convenue, un antagonisme de pure façade.

Partager :

177 réflexions sur « AUDITION DE BOB DIAMOND, P-DG. DÉMISSIONNAIRE DE BARCLAYS, DEVANT UNE COMMISSION PARLEMENTAIRE BRITANNIQUE »

  1. “« John, c’est là un sujet dont, tu le sais bien, nous avons déjà eu l’occasion de discuter dans le passé, toi et moi, en de très nombreuses occasions … »

    Menace à peine voilée. ” J’ai ce qu’il faut sur toi si je plonge, tu plonges.”

    Pis tu sais quoi, si tu continues j’ai mes petits Kerviel à moi comme matelas:

    “Bob Diamond, ex-directeur général de la banque britannique Barclays, qui a démissionné à cause du scandale sur des manipulations de taux interbancaires, a admis mercredi des “erreurs” et des “comportements répréhensibles” au sein de son groupe.
    “Il y a eu clairement des erreurs, clairement il y a eu des comportements répréhensibles”, a déclaré M. Diamond à Londres devant la commission du Trésor de la Chambre des communes, s’inquiétant du coup porté à l’image de Barclays à cause d’un “groupe de traders au comportement répréhensible”.

    “Je me suis senti physiquement mal” en lisant les courriers électroniques des traders à l’origine des manipulations des taux Libor et Euribor, a indiqué M. Diamond lors de cette audition qui a duré près de trois heures. “Je suis désolé, je suis déçu et je suis également en colère car il n’y a pas d’excuse pour ces comportements.”
    Selon lui, quatorze traders de Barclays ont pris part à ces actions. Le rapport de l’Autorité britannique des services financiers (FSA) stipule qu'”au moins 14 traders de Barclays” sont impliqués.”

    Extrait du parisien.fr la source :

    http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/barclays-bob-diamond-admet-des-erreurs-et-des-comportements-reprehensibles-04-07-2012-2077546.php

  2. Voila un bel exemple , du nouvel ordre qui nous dirige , et bien sur , n oublions pas les chiens de garde, et nous avons la trinité actuelle , avec notre complicité passive, mais que faire?

    1. 1789-2012, les 3 ordres:

      La noblesse, le clergé, et le tiers-état. Mais visiblement le tiers-état n’a pas encore assez faim pour renverser les deux premiers ordres: il continue à courber l’échine.
      Mais ne désespérons pas, les 2 premiers ordres, s’emploient avec constance et continuité dans le “changement” (droite et gauche confondue), à vider la gamelle du troisième.

    1. Après Delamarche sur Radio Courtoisie, voici Olivier sur Ici et Maintenant, la radio des ovnis et des fachos…

      Je vais essayer de convaincre Paul de faire un papier dans Minute, et puis dans la foulée François fera désormais sa chronique dans Rivarol. Qu’est-ce qu’on se marre.

      Facepalm

      1. Ouaich, Julien. Il y a parfois de quoi désespérer.

        Par contre, je ne pense pas qu’ils adhérent aux idées politiques de ces “diffuseurs”.
        Ils leur permettent de s’exprimer et surfe sur la situation actuelle.
        Et tout l’art de ces extrêmes est de cacher leurs vraies idées, ne l’oublions pas.

      2. Signes d’une époque troublée, confusions et mélange des genres, un autre parallèle avec les années 30.
        Regards croisés sur ce passé, Gilles de Drieu La Rochelle et Aurélien de Louis Aragon.

    2. … et Onubre Einz dans La Cause du peuple (version 68-72) avec la caution morale de Didier Chambaretaud

  3. En effet c’est bizarre que quelques paroles dissidentes se retrouvent diffusées sur des médias à peine chelou. Même la critique libérale est mise sur une voie de garage. Le capitalisme est une stratégie de domination mondiale, et il a trouvé ses stratèges.

    1. Bonjour

      Le “capitalisme” n’est qu’un mot qui cache, peut-être (d’après moi, vraisemblablement), une réalité inhérente à l’espèce biologique qu’est l’être humain [et si on suit Benjamin Libet, cela peut aller bien, bien plus loin…)!!! Alors, le seul mot qui compte dans notre cerveau informatique, c’est le devoir (par rapport à CE que vous voulez, en fonction des périodes et de l’Histoire, de votre génétique, de votre religion et de votre vécu). Tout le reste n’est que l’écume des moments que nous vivons, à une période donnée. Ce site, dans les réactions – comme Médiapart au demeurant -, en fait la démonstration permanente (et là, je vais “titiller”… via une vieille phrase “les chiens aboient, la caravane passe”).
      Chris

      PS : quant aux stratèges, je vous recommande la lecture de Thucydide et de son “la guerre du Péloponnèse”, où comment les “stratèges” étaient élus dans la démocratie (fausse en fait à nos yeux actuels) naissante à Athènes.

      1. Vieux débat…. L’être humain doit se dépasser sinon il ne survivra pas ou très mal. Il lui faut dépasser en toute conscience sa “nature” capitaliste qui est par nature autodestructeur. Il lui est vital de choisir le bon sens et l’intelligence à la cupidité et la bêtise. Ou pas.
        P.S Oui, je l’ai lu. L’histoire par excellence.

  4. Je constate qu’à chaque fois qu’une banque ou autre organisme financier est pris le doigt dans le pot de confiture, un gros chèque suffit à contenter les plaignants et les autorités.
    Le monde financier serait-il différent si les auteurs de ces “erreurs” (terme consacrés du milieu) étaient responsables de leurs actes devant la justice plutôt que la seule responsabilité soit portée par la banque ?
    En bref, remettre en cause les statuts tels que “société anonyme” ou autre “personne morale” serait-il une début de solution ?

    1. Négativement non, Demobilier.
      Ce n’est à chaque fois PAS un gros chèque lorsque l’on regarde les sommes récoltées par les banques.
      A vue de nez, le chèque ne dépasse jamais les 25% du bénéf et la moyenne doit s’établir à 15%.
      Il ne faudrait pas les couler, ces “pauvres” banquiers.
      Par contre, c’est leur image qui en prend à chaque fois un coup (coût 😉 ). Et ça, c’est très bien.

      Dernier coup en date :
      http://www.latribune.fr/depeches/reuters/cor-les-banques-supprimeront-certains-frais-sur-les-prelevements.html
      “Pour l’Autorité de la concurrence, le règlement de ce dossier marque une nouvelle étape dans le vaste dossier des commissions bancaires, qui l’a conduite depuis deux ans à infliger près de 385 millions d’euros d’amendes à 11 banques sur le volet “chèques” et lui a permis d’obtenir du secteur une forte réduction des commissions sur les paiements et retraits par carte.”
      Mais… :
      “Les banques françaises supprimeront d’ici septembre 2013 des commissions sur les prélèvements représentant un montant global de 300 millions d’euros, a annoncé jeudi l’Autorité de la concurrence.”
      Juste une année de profits… Soit, rien.

      La remise en cause des statuts de personne immorale doit en effet faire partie du plan d’ensemble, naturellement.

  5. Diamond rejoins la longue liste des financiers ‘hors la loi’.

    Il faudrait maintenir à jour la liste de toutes les personnes de la finance condamnées pour fraude, corruption et autre délit d’initié… il semble que la profession que la profession soit “à risque”. L’appât du gain…

    1. Sauf qu’ils ne risquent rien…ils s’enrichissent. Rares sont ceux qui finissent en prison (mis à part Madoff qui ne volait que les riches…)

  6. “La guerre des élites et de l’information.” La guerre d’ego et la guerre d’argent sont pour moi, la même chose ! C’est remplacer un conflit par un autre. Et le sens ?
    Oui, navré de voir ces guerres pour le pouvoir, parce que l’information, c’est le pouvoir. Un principe qui rétablirait les injustices, serait sans doute que celui qui paye plus d’impôt, bénéficie le plus de l’information. Alors sa contribution financière serait pour le bien de tous et il pourrait prendre conscience de la valeur réelle de l’information. Il conviendrait d’avoir une information gratuite (domaine public) pour les besoins primaires et une information payante pour les besoins secondaires. Le jour où pour avoir l’information, il faudra payer à la communauté sous forme d’impôt la connaissance alors l’usage de celle-ci sera bénéfique financièrement à tous. Aujourd’hui, l’information appartenant au domaine public ne trouve pas sa contrepartie. Donc, une nouvelle valorisation s’imposerait. Le prix de la connaissance est mal définie. La preuve en est, voir ce que font les élites avec….Malheureusement, la connaissance est loin d’être au service de tous. C’est l’individualisme par le capitalisme. Ne pas payer d’impôt et bénéficier de l’information, sont les vices de la main invisible.
    L’homme étant incapable d’aimer son prochain alors c’est l’impôt qui devrait rétablir le déséquilibre. Le déséquilibre crée par la connaissance de quelques uns serait alors au prix et au service de la communauté. Pas de contributions, pas d’informations ! Sinon, tous les systèmes envisageables auront toujours leurs délits d’initiés. Pire, l’information se dirige vers ceux qui ont de l’argent. Enfin, un système qui met un prix a une force (matérialisme) sera toujours déséquilibré. Il y a des capitaux qui n’ont pas de prix. alors le système lui en attribue un : la valeur nominale qu’on lui donne. Demain, il faudra payer pour avoir du chagrin…Qui est le plus responsable ? (ils me disent que les banques ont la dance de st Guy et qu’il y a le prix politique ?). Sans doute l’enseignement de la race génétique à droite contre l’enseignement de la race intellectuelle à gauche….Misère (1977 : le tour de France par deux enfants) ! On ne risque pas de confondre polonais et polonium….

  7. De par la spécificité des échanges entre les milieux financiers et politiques :

    Ca se nomme un conflit d’intérêt ou un délit d’initié.

    Et les payeurs sont les citoyens.

  8. Trés surpris également de la familiarité ,j’ai tout d’abord cru entendre gent(leman) mais non,il n’y avait pas honorable.merci honorable Paul.

  9. J’ai pris connaissance avec stupéfaction de ces manipulations et tricheries.
    Les Infos de Paul confirmées par les articles récents du Monde dévoilent une triche de très grande envergure en association.
    Comment qualifier ceci, quelles sanctions appliquer afin d’être proportionnel aux petits délits.
    En tous cas le cas Kerviel c’est da la roupie de sansonnet comparativement
    A voir aussi, de la même veine, ces 2 infos publiées dans la 12:15 du Monde du 4 juillet.

    1. De la fondation Robert Schuman – SECTEUR FINANCIER
    La régulation financière après la crise des “subprimes” : quelles leçons et quelles réformes ?
    Source : Fondation Schuman.

    http://www.robert-schuman.eu/doc/questions_europe/qe-246-fr.pdf

    2. Le “shadow banking”, c’est quoi, ça sert à qui, sacerdoce ? Clés pour comprendre, est ce dangereux ?

    Après les “subprimes”, voici le “shadow banking”. De quoi s’agit-il ? De finances occultes ? D’opérations douteuses et secrètes ? Non, bien sûr. Mais d’activités financières tout à fait légales et, pour la plupart, tout à fait ordinaires, mais exercées par des entités non bancaires, et donc hors de la sphère de la supervision et de la régulation bancaire. S’agit-il pour autant d’activités totalement non régulées ? Non plus. Même si certaines d’entre elles le sont effectivement.

    En quoi consiste le “shadow banking” ?

    Pourquoi cette soudaine attention à leur égard ?

    Du fait justement qu’elles échappent aux régulateurs bancaires et financiers. Et que ce qui leur échappe ne permet pas d’en contrôler l’évolution alors qu’il s’agit de crédits, dont on connaît l’importance en termes macro-économiques. Mais c’est surtout la soudaine explosion des volumes qui inquiète. Selon le Forum de Stabilité Financière (FSB), les activités de la finance parallèle
    s’élevaient en 2010 environ 46 000 milliards de dollars, soit un doublement en dix ans.

    Mais surtout, elles représenteraient entre 30 à 40 % du système financier régulé. Ces chiffres sont bien sûr complexes à manier, notamment du fait du “double comptage” (un repo effectué par un OPCVM monétaire est ainsi comptabilisé deux fois)[1]. Mais quel que soit le chiffre exact, l’ampleur du phénomène est réel […].

    http://alternatives-economiques.fr/blogs/vauplane/2012/07/01/shadow-banking-la-prochaine-bulle/

    Alors, que conclure ?
    Si les activités de finance parallèle ne sont ni répréhensibles ni nuisibles, elles méritent de façon urgente d’être mieux connues de la part des régulateurs, ce qui passent par une plus grande transparence de celles-ci, voire par la mise en place d’outils de reporting obligatoires, y compris pour les entités non régulées.

  10. il y a des moments où leur théâtralisme de façade crève l’écran
    mais le reste du temps c’est aussi et toujours le même théatre mais les réparties roulent mieux les “r” et les inflexions sont moins criardes
    le reste du temps nous sommes comme devant la télé des spectateurs passifs du grand cinéma qu’on nous joue en devanture pour occuper les esprits.
    de “com” il n’y en a pas réellement
    la seule vraie “com” réside dans CE QUI N’EST PAS DIT
    et normalement c’est de cela dont VOUS devriez nous informer
    car tel est votre role et la seule réelle attente que nous ayons de vous
    si le net ne sert pas à justement tenter une forme de démocratisation de la situation par une information plus pertinente que celle du cinéma officiel a quoi sert- il?
    juste nous faire remarquer que nous sommes au cinéma?
    ça on le sait
    ce qu’on aimerait c’est anticiper sur leur démagogie pour déjouer leur stratégie d’omnipotence du pouvoir et de manipulateurs
    c’est rendre les moyens d’une conscience à l’ensemble de l’humanité pour que les choix se fassent sur des critères plus globaux
    et que le pouvoir de manifester( pas en descendant dans les rues) mais de décider de nos propres actions en les inscrivant dans un champ de conscience et de connaissance, soit plus effectif
    franchement ça fait “vacances” et ramollo que de nous détailler les mécanismes de leurs simagrées médiatiques
    votre analyse pourrait creuser plus avant et nous dire par exemple les réelles motivations de cette exposition
    en général quand on s’adonne beaucoup au cinéma plus qu’à dire quelque chose c’est qu’on panouille dans la semoule, donc Diamond fait face à un vide, ses faux opposants aussi . en quoi consiste ce vide ( le vide en taoisme étant une forme et une puissance en soit établie en vue de recevoir quelque chose ou de chercher à créer une contrainte au remplissage , le vide aspire le plein
    de quel vide s’agit-il et quelle visée a t-il?
    ou est-il le résultat d’un torpillage récent ayant créé une dépression à cet endroit.
    bref informez nous sur le fond plus que sur les effets de façade
    notre préoccupation se situe derrière les décors

  11. Pour aller au plus court je vais donner 3 exemples , parmi une multitude qui font qu’on ne peut faire autrement que de nous prendre pour des cons .
    1) Le complot des couteaux . Chacun a fait l’expérience de couteaux qui ne coupent pas , ou mal , qu’on aiguise à maintes reprises sans résultats . (A moins que vous ne mangiez , tout préparé ).
    Regardez votre couteau , il est aiguisé à gauche . Vous étes gaucher ? Reprenez le méme aiguisez le à droite , vous allez voir la différence !
    Moi qui vous poste , depuis le néolithique on l’on a inventé le couteau je suis le génie qui a découvert que pour un droitier le couteau s’aiguise à droite ou y’a autre chose ?
    Ceci dit si vous n’aller pas croire qu’en me piquant mon idée , vous tenez un bussiness-plan d’enfer et allez devenir le Guy Degrenne du couteau , parce ce qui va se passer c’est qu’au moment où ayant fait les investissement nécessaire le prix du couteau va
    baisser brusquement , ruinant vos espoirs où bien qu’une loi fort opportune va sortir pour interdire les couteaux aiguisés à droite
    de toute évidence , dangeureux pour les enfants et servant la criminalité . Vous découvrez par là que le capitalisme n’existe plus .
    2) Notez le prix du thym , ou de la menthe , ou autre au supermaché . Prenez un plan faites le poussez sur votre balcon ou fenétre . Rapport de prix : 10 fois moins cher , et meilleur .
    Vous pouvez généraliser , meubles , maison , voiture , énérgie , ordinateur , etc…( à condition que vous ne cherchiez pas à refaire la méme chose , mais la méme fonction, sinon vous bricolez , ce que vous faites c’est du genre collier de nouilles ) .
    On vous enseigne que l’échange , la division du travail ,la productivité formidable de notre temps , tout çà fait que vous avez mieux pour moins cher . Où est l’erreur ?
    3) C’est une conséquence du 2) ou Karl Marx expliqué au nulls . Au lieu de faire le calcul
    qualité/prix , ou autre maniére d’évaluer ce que vous payer d’impot en mettant telle ou telle recette ou dépense dans tel ou telle rubrique , ou encore dois-je louer ou acheter , etc …
    Ayant l’éxpérience du temps et du cout qu’il faut pour faire par vous méme et ayant constaté que
    çà vous divise par au moins quatre le cout , vous avez fait comme mr Jourdain sans le savoir
    un calcul du genre combien de temps dois-je travailler en tant que salarié ou libéral pour me procurer ceci et vous l’avez comparé au temps qu’il vous faut pour le faire . Là vous vous estimer moins con . Mais vous rebondissez sur une autre question , je ne peux pour autant tout faire par moi-méme . Et ne peut faire de bras d’honneur à Bob Diamond et ses semblables tant que mes semblables à moi , autour n’ont pas pigé çà . C’est une question de ‘capitalisme’vous croyez ?
    J’en profite , maintenant que vous avez compris Karl Marx , par expliquer une formule d’un tel génie , qu’elle laisse les commentateurs muets . La formule de la MMt (R-G)+(S-I)-BC , qui vous explique qu’un état fait ce qu’il veut en matiére de monnaie .
    et bien d’autres choses , déjà vous notez que chacun de ces termes est un produit (quantités*prix) , dans le cas où il n’ y a pas d’étranger , il n’y a pas de BC , ni de monnaie étrangére , toutefois vous avez compris que vous avez une monnaie : votre temps ,
    donc il y a une BC (balance comptable), négative pour vous ,on vous vole votre vie , par le biais des dépenses de l’état , censée
    assurer la croissance donc votre emploi .

    1. quelle pédagogie!
      on ne peut plus clair…
      la vraie richesse c’est le temps

      les voleurs construisent la leur en vous faisant courir après le pompon rouge de désirs qui ne sont pas les vôtres.
      pendant que vous courrez ils s’enrichissent.

  12. Moi je comprends que quand tu as un magasin de machines à laver et que tu escroques tes clients tout le monde trouve normal que tu ailles en prison…
    Les banquiers eux reçoivent des commissions ET… des lauriers !!! et en plus, ils ont plein de nouveaux copains près à leur balayer la route !

Les commentaires sont fermés.