AUDITION DE BOB DIAMOND, P-DG. DÉMISSIONNAIRE DE BARCLAYS, DEVANT UNE COMMISSION PARLEMENTAIRE BRITANNIQUE

J’ai regardé en direct l’audition de Bob Diamond, qui a démissionné hier de son poste de P.-DG de la banque britannique Barclays.

Diamond est extrêmement poli mais sa tactique dans ses réponses aux questions qui lui sont posées est très habile : plus un parlementaire britannique l’interroge brutalement, plus il souligne dans sa réponse la complicité qui les liait antérieurement, recourant abondamment aux prénoms de ses interrogateurs dans les réponses qu’il fait (jouant du fait que ceux-ci seront obligés d’excuser cette familiarité comme étant un « américanisme » pardonnable au nom des bonnes relations internationales), ou disant par exemple : « John, c’est là un sujet dont, tu le sais bien, nous avons déjà eu l’occasion de discuter dans le passé, toi et moi, en de très nombreuses occasions … », etc.

L’intention de Diamond est évidemment de sauver sa réputation et ses bonus passés (dont la responsabilité, affirme-t-il, n’est pas la sienne mais celle de la Barclays). Mais pour vous et moi, qui ne les connaissons personnellement ni lui ni les autres, le sentiment qui émane de tout cela est que tous ces braves gens, accusé comme accusateurs, sont en réalité copains comme cochons et théâtralisent pour des raisons de « com » essentiellement, une hostilité convenue, un antagonisme de pure façade.

0Shares

177 réflexions sur « AUDITION DE BOB DIAMOND, P-DG. DÉMISSIONNAIRE DE BARCLAYS, DEVANT UNE COMMISSION PARLEMENTAIRE BRITANNIQUE »

  1. Bonjour,

    ce qui m’étonne dans tout ça c’est que les scandales financiers laborieusement étalés au grand jours se passent seulement dans les pays anglo-saxon mais les pays qui boivent la tasse, des latins, il n’y a aucun scandales financiers chez eux, pas de procés ou enquêtes parlementaire pour en donner aux électeurs, … tout est tus par peur de la colére populaire dans ces pays ?

    salutations

    1. C’est vrai qu’on pourrait reprocher beaucoup de chose aux anglo-saxons mais au moins faut reconnaitre qu’il y a une volonté de transparence même si cela reste toujours trop opaque.

      Pour moi le cas le plus scandaleux est l’Espagne dont le gouvernement refuse une commission d’enquête sur la faillite de Bankia. L’opposition socialiste la réclame (ou fait semblant de le faire) mais on s’interroge sur leur vrai motivation.

      1. « une volonté de transparence »… Pardon..???????????????????
        Tu te fous de nous, là, taulier.

        Ce que tu n’as ABSOLUMENT PAS COMPRIS est qu’une banque n’a PAS LE DROIT d’être étudiée car ELLE EST EN FAILLITE.
        Et ceci QUELLE QUE SOIT N’IMPORTE QUELLE BANQUE SUR TERRE.

        Lehman, ça te dit quelque chose…??

      2. Au sujet de Bankia j’ai cru lire aujourd’hui que l’ancien Boss  »Rato » était inculpé par un tribunal Madrilène.

    2. Il est vrai que les enquêtes de l’AMF ont tendance à conclure qu’il n’y a pas eu fraude, et ce quels que soient les éléments parfois choquants des affaires concernées.

    3. ces pseudos transparences anglo-saxonnes sont d’utiles soupapes

      cela donne l’impression aux peuples que les possédants se bougent.

      oui , ils se bougent …. pour la galerie pour que rien ne change

  2. L’establishment (écrit parfois avec une majuscule si l’on veut personnaliser le mot) est un terme utilisé fréquemment dans un sens péjoratif, qui désigne une minorité sociale exerçant un fort contrôle sur l’ensemble de la société, en fonctionnant sur la base de pouvoirs établis.
    Citation wikipédia.

  3. Bonjour Paul

    Sur 0 Hedge, trois billets retraçant ce qui pourrait être aussi une implication de la FED dans cette affaire , une possible sortie tous flingues dehors de Paul Tucker qui semble grillé pour succéder à Mervyn King et un bref rappel du CV du nouveau président de l ‘association des banques britanniques.
    Ce qui se dégage de tout cela semble être un consensus banques- autorités pour manipuler le LIBOR… « Etonnant non? » ( Pierre Desproges)

    Hier il y avait aussi un billet assez long détaillant les effets pervers de cette manipulation sur les crédits toxiques à swaps souscrits par les collectivités locales américaines; mais si on pense aux problèmes des collectivités françaises avec DEXIA, nous sommes confrontés au même mécanisme: une manip du LIBOR qui a permis aux banques d’éponger leurs pertes sur le dos des contribuables – qui in fine sont ceux qui payent les intérêts des dettes toxiques des collectivités ignorantes et manipulées par les financiers- EN PLUS des bail out à tire larigot !

    Cordiales OAT

  4. J’ai reçu ce témoignage d’un français vivant a Londres,c’est un peu long pour un commentaire et vous jugerez si vous voulez le présenter sur le blog.

    From the desk of Denis Gorce-Bourge

    Vivant à Londres depuis 7 ans, je peux mesurer à quel point la notion de République à la Française a du sens, surtout vue de l’autre côté de la Manche.

    Depuis l’arrivée de Cameron, un virage a été pris : un virage qui n’est en direction, ni de la démocratie, ni des libertés, ni de l’égalité des chances. Depuis plus de trente ans, même sous des gouvernements Travaillistes où l’idée de la gauche est pour le moins à géométrie variable, jamais nous n’avons vu un tel ravage au sein des services publics et des communautés locales. C’est un gouvernement où les ¾ des ministres sont millionnaires. Sous prétexte de contrôle du déficit public, l’équipe Cameron met en place les éléments d’un avenir sans avenir pour la grande majorité des Britanniques.

    L’une des grandes polémiques actuelles est la fermeture des bibliothèques municipales. Ainsi l’accès à la culture est-il délibérément sacrifié sous prétexte d’économies. Si vous rapprochez cela à la réforme des universités passée l’an dernier ayant pour direct effet une augmentation des frais d’inscriptions annuels pouvant maintenant atteindre £9000/an, vous comprendrez mieux ce qui se trame derrière le rideau du théâtre politique. D’autant que parallèlement des dizaines de milliers de postes dans l’administration, et bien sûr dans l’éducation nationale, sont aussi supprimés.

    Supprimez l’accès à la culture, supprimez la possibilité d’étudier et de sortir de sa condition modeste, et vous avez la recette d’un système aristocratique retournant vers les bons vieux temps féodaux. Ce que l’on appellait communément la classe moyenne en Angleterre disparait rapidement devant nos yeux.

    Je parlais récemment à une personne qui travaille pour une association d’aide aux personnes endettées. Il me disait qu’un nombre grandissant de personnes de la classe moyenne ayant toujours eu une situation financière saine, sont désormais endettés, en proie à tous les maux dont souffrent les plus défavorisés…

    De tous temps, les Anglais ont été actifs sur le plan associatif. Très nombreux étaient-ils à donner de leur temps pour contribuer à une action caritative quelconque ; et nombreuses étaient les initiatives soutenues par des fonds publics pendant toutes ces années. Ces associations venaient souvent combler les manques au niveau du service public. Souvent bénévoles, elles étaient en charge de quantités de choses au niveau des communautés locales. Sur leur temps libre, tous ces citoyens animaient des activités pour les jeunes, des services d’aide aux handicapés, aux personnes âgées, aux drogués, aux personnes en difficulté…

    Depuis l’année dernière, le gouvernement a également décidé d’économiser dans ce domaine. Ainsi a-t-il coupé les vivres à des centaines d’associations locales ou nationales qui ferment maintenant leurs portes les unes après les autres faute de moyens. Si vous ajoutez à cela le fait que nous avons perdu 10% du petit commerce depuis la crise de 2008, vous avez une idée de la situation, particulièrement dans les banlieues pauvres d’Angleterre.

    J’entendais récemment le témoignage d’un homme d’environ 55 ans, lui-même aux prises avec les autorités il y a quelques décennies, et qui maintenant a peur de sortir de chez lui le soir pour s’acheter des cigarettes. La jeunesse est définitivement devenue la population qui fait peur. Les émeutes d’août 2011 ont été perçues par beaucoup comme des actes de violence commis par de vulgaires bandes d’opportunistes, de gangs sans foi ni loi. C’est en fait une lecture très pratique pour le gouvernement, et bien sûr très simpliste.

    La seule réponse du gouvernement a été la répression et la punition. Rien n’a été fait pour comprendre le phénomène et y remédier. Nous avons donné un aspirine à un pays qui a une tumeur au cerveau. Le problème de l’Angleterre est beaucoup plus profond qu’il n’y paraît et il faut remonter à l’époque Thatcher pour comprendre l’étendue et la profondeur du problème. Les gouvernements successifs, et particulièrement le dernier en date, construisent des armes sociales de destruction massive et la bombe va exploser à un moment ou à un autre. Les bandes organisées ont démontrées l’été dernier qu’elles peuvent défier les forces de l’ordre.

    Depuis de nombreuses années et particulièrement depuis les émeutes, la population s’était pourtant mobilisée pour donner à ces jeunes des activités, des raisons d’espérer dans des zones urbaines, qui sont moribondes au niveau social et communautaire.

    Qu’a donc fait le gouvernement ? Il a coupé les vivres à ces initiatives de quartiers. Les jeunes, la plupart du temps sans emploi et sans réelle chance d’en trouver, devraient rester chez eux, et ne rien faire en attendant. Mais en attendant quoi ? Il n’y a pas de perspective, pas d’espoir et lorsque l’espoir meurt, toutes les violences sont possibles.

    Il est clair pour moi que ce que nous avons vu l’été dernier n’était qu’une prémisse de ce qui risque d’arriver dans un avenir proche. Sans jouer les oiseaux de mauvais augure, je crains que les choses n’empirent considérablement. Le problème est que la différence entre les plus pauvres, et ce que l’on appelait la classe moyenne, s’amenuise de jour en jour. Par ailleurs, les riches vont de mieux en mieux. Lorsque la différence entre les Anglais moyens et les gens vivant dans la pauvreté aura atteint un certain seuil, nous aurons les ingrédients d’une guerre civile.

    Je ne peux qu’espérer que les Anglais vont bientôt se réveiller pour dire non à l’avenir sournois qui se prépare devant leurs yeux. L’Angleterre a été un exemple de démocratie et de tolérance pendant de longues années et est devenu une sorte de caricature d’elle-même.

    La France citoyenne a encore une chance de faire des choix pour les générations futures : des choix parfois difficiles, mais des choix pouvant avoir un réel impact sur le type de société que nous laisserons à nos enfants. Les décisions de la France peuvent avoir un impact non seulement sur notre pays bien sûr, sur l’Europe, mais aussi sur le monde. Quel autre pays, à ce jour, est en position de prendre des décisions radicales pouvant montrer la voie à ses voisins européens ? Pour construire une société plus humaine, plus juste, où l’argent, bien qu’essentiel, reste un moyen et non un but?

    ©Denis Gorce-Bourge 2012 Team Leader MDFDE/U.K./London

    1. Merci.
      Des boisseaux sous lesquels le silence est de mise se mettent apparemment en place.

      IL parait aussi qu’au NRC (le « CNRS » canadien), c’est le black out, on met tout le monde au service de l’industrie « ou rien », avec manager qui surveillent tous les gens qui se croyaient un tant soit peu autonome de très très près. Et personne n’oser moufter.

      J’ai appris cela de la bouche d’un membre de bon aloi.

      Cela m’a rappelé un peu ce qui se passe en Hongrie, qui a mis quelques mois à sortir dans la grande presse. Krugman avait attiré l’attention dessus un peu avant les autres par les textes de sa collègue dont le nom est Scheppele je crois.

    2. Un article du monde indiquait qu’en GB, tout était à vendre.
      Ainsi, le « sponsoring » fait des ravages et si nous devions transposer cela à la France, le monument le plus connu de Paris s’appellerait « Dubaï Tower ».
      Le rêve américain, en gros.

      1. la moitié des champs elysees et à peu pres tout entre Opera et la Madeleine appartient déjà aux petro-monarchies 😉

    3. Habitant en Angleterre depuis 12 ans, je confirme et rajouterai 2 choses:

      – A vouloir gérer les écoles comme des entreprises, le niveau d’éducation a été nivelé par le bas. Leur brevet des collegues est lamentable. le niveau Math, histoire et langue est déprimant. J’ai fait des études d’ingénieur prés de Londres, il y a 5 ans. 4 ANGLAIS pour 35 personnes dans la classe. Les entreprises ne trouvent plus d’ingénieur anglais et c’est une aubaine pour les européens prèt à s’expatrier.

      – la TV est bombardée de pub pour « pay day loan », ce sont des emprunts à très court terme (quelques jours) à 3000% d’interet anuelle car les gens n’arrivent plus à joindre les deux bouts.
      Rechercher « quickquid » sur youtube si vous voulez voire les pubs.

      Exemple 1
      Exemple 2

      1. @Sylvain ,

        Me suis toujours demandé comment les gouvernements conservateurs pouvaient être réélus compte tenu des ravages de leurs politiques..
        Peut-être pourriez-vous détailler quelque peu les aspects « pervers » du système électoral britannique……??
        Par exemple ,… me suis laissé dire qu’il s’agit d’un système uninominal à un seul tour , le candidat élu d’un canton électoral ( ??? …précisions…?) est le premier (quelque soit le pourcentage) et son nombre de voix est « perdu » globalement pour le parti ( je pige pas..)..
        On compterait donc finalement le nombre d’élus de chaque partis pour obtenir les rapports de force à l’échelle nationale….
        Si c’est (à peu près) vrai , il suffirait d’un découpage électoral savant qui agglomérerait de grandes masses de votants majoritairement X , désignant UN seul élu du parti X , masses perdues pour le décompte final… , et un plus grand nombre de masses plus faibles votant cependant majoritairement Y , désignant donc au total plus d’élus du parti Y que du parti X…..alors que la masse totale de votants pour le parti X est plus importante que que celle de votants pour le parti Y….!!!
        Vrai? Faux? A nuancer?
        Merci pour l’effort éventuel de mise au point.

      2. Un business qui était celui de la mafia, maintenant ce sont les banques de Wall street et de la City qui y sont maîtresses. Bien sur ce sont les pauvres qui sont les victimes.

      3. @Otromeros
        En ce qui concerne la réélection d’un gouvernement conservateur, je me l’explique principalement pour deux raisons:

        Le parti travailliste était complètement décrédibilisé :

        • Depuis la guerre en Irak, les anglais ne supportait plus Tony Blair (Qu’ils prennent pour un traitre, surtout depuis qu’il fait fortune comme lobbyiste au moyen-orient).

        • Pour Gordon Brown sa chute en popularité vient de la nationalisation de la banque Northen Rock et Lloyds TSB en laissant les dirigeants partirent avec des retraites dorées (800 000 euros par an pour Sir Goodwin). Les affaires mis au grand jour ont suggéré que le Labour était même plus proche de la city que les conservateurs.

        La presse anglaise fait elle son travail correctement :

        • le scandale des notes de frais qui en France ferait sourire (c.f révélation de médiapart) a vraiment énervé le peuple. Beaucoup de tête sont tombées. Le labour a été plus touché que les conservateurs. Le parlement
        • les journalistes en se faisant passé pour des lobbyiste ont filmé des ministres travailliste prêt à faire passé des lois pour de l’argent.

        Dernier point :
        Le parti conservateur a annoncé clairement la couleur et ne peuvent pas être accusé d’avoir trompé les voteurs.

      4. @Otromeros
        je ne connais pas le système électorale anglais de le détail.

        Ce que j’aime chez les anglais c’est justement ce manque d’hypocrisie. Comme la succession des scandales et la Levenson inquiry le montre ; les débats se font au grand jour, les scandales sont publics, brutales.

        bref on appelle un chat un chat.

        En France même aujourd’hui on a peur du mot «rigueur », c’est pathétique. on reste dans le déni

        Malgré tout ca, un vrai parti de gauche n’a toujours pas émergé au Royaume-Uni. Cela reste pour moi un mystere et un gros manque. Car en Angleterre, on est toujours dans TINA…

      5. @ otromeros

        comment ils étaient réélus ?

        en transformant les gens en crétins , ignorants , veules et lâches , d’où le souci de détruire tout véritable instruction publique .

    4. Les décisions de la France peuvent avoir un impact non seulement sur notre pays bien sûr, sur l’Europe, mais aussi sur le monde. Quel autre pays, à ce jour, est en position de prendre des décisions radicales pouvant montrer la voie à ses voisins européens ?

      Dites à votre ami que pour prendre des décisions radicales
      qui sortent du cadre de la dictature captitaliste,
      il va falloir en France, comme en UK, un mouvement social puissant
      contre la majorité dite de gauche et son gouvernement.
      D’ici quelques mois ou une petite année,
      il faudra trancher contre la nouvelle gauche plus rien
      de toujours les mêmes Hollande, Mélenchon et Buffet.

      1. Être en position pour prendre des décisions radicales ne veut pas dire qu’elles seront prises surtout si il n’y a pas d’actions syndicales pour les faire prendre. Je pense que le clientélisme socialiste qui supporte la bureaucratie du parti n’est pas éternel vue la crise.

      2. Bonjour Charles, je ne comprends pas la façon dont vous exprimez votre position (certains jours je me fais rire, tant je pousse à fond pour voir ce que ça donne) . N’empêche, si vous mettez Hollande Mélenchon et Buffet dans le même panier, alors quelle est votre stratégie pour réunir 51%, contre le 1% (réunir les 99%, c’est de la blague, il n’y a pas que le rapport de force 1% contre 99 %, mais toute une imbrication de rapports de force entre groupes sociaux qu’il faudrait expliciter, je crois) ? Comment voyez- vous ça ?

      3. Il ne sert à rien de réunir la majorité
        autour d’une alternance dans le système.
        La « révolution par les urnes » a toujours conduit à la trahison des politiciens
        (exemples innombrables) ou à la tragédie (Chili pour ne donner qu’un exemple).
        Jamais, nulle part, aucune classe dominante n’a permis au peuple
        de « sortir du cadre » sous la pression des urnes.

        Je sais parfaitement, d’expérience dans de très nombreuses contrées,
        que mon point de vue est minoritaire, que la croyance, l’espoir vain, domine.
        Je n’entends même pas convaincre des tonnes de gens ici.

        Par contre, dans un effondrement économique, et dans les affrontements
        qui suivent, la masse des travailleurs et du peuple peut prendre conscience
        de la nécessité non d’une alternance électorale, mais d’une alternative,
        autrement dit d’une révolution.
        Cette prise de conscience peut avoir lieu aussi, fait nouveau,
        devant une rupture de notre écosystème.
        Mais là, ce sera la surprise totale,
        car nous sommes encore beaucoup plus ignorants
        que sur la crise d’agonie du capitalisme…

        Il faut toutefois qu’un projet et une organisation bien trempée porte cette alternative.
        Ce sont les ouvriers de la première heure…

      4. @ Charles A 6 juillet 2012 à 00:47

        Cette prise de conscience peut avoir lieu aussi, fait nouveau,
        devant une rupture de notre écosystème.

        La plupart du temps nos façons d’appréhender la marche du monde nous font nous opposer. Cette fois, en vous appuyant sur ce que vous appelez une « rupture de notre écosystème », il me semble que cela pourrait changer.

        Notre écosystème a commencé à être sérieusement mis à mal lorsque l’on s’est attaqué à « notre capital commun terrestre », celui que la nature et le temps avaient constitué en stockant dans le sous sol des réserves d’énergie non renouvelable, initialement issue de l’énergie prélevée sur les flux délivrés par le soleil.

        Hors, cette énergie exprimée en Joules, en kWh ou en tep a été transformée, grâce à notre ingéniosité, en travail (énergie et travail s’expriment dans les mêmes unités) ce qui a libéré du temps de vie humaine, dont certains ont profité plus que d’autres, comme toujours. Il n’empêche que tout le monde en a profité, les hommes, les femmes, les enfants, plus où moins selon le développement des individus et de leurs communautés d’appartenance.

        Le temps n’est plus où, comme en France, on croyait bon, il y a seulement 30 ans, de créer un ministère du temps libre.

        Avec une population qui a été multipliée par 6 en un siècle au niveau mondial et une énergie disponible en baisse, cela implique peut être que les humains, surtout dans les pays développés, travaillent globalement plus qu’avant, et plus efficacement qu’avant, s’ils tiennent à faire survivre leur civilisation.

        Le grand défi à relever, réside à faire comprendre cela à toute la population, en faisant en sorte d’éviter les affrontements et les luttes fratricides.

        http://www.pauljorion.com/blog/?p=28429#comment-225066

        Pensez-vous toujours qu’il faille régler le problème de la mise en égalité absolue avant toute chose, au niveau national et mondial ?
        Si oui, le gouvernement Ayrault n’a-t-il pas été trop timide en ne baissant les salaires des ministres que de 30% ?

      5. @ Charles, Croyez-vous que nous puissions mener une révolution alors que les réserves stratégiques de pétrole pour la France sont de deux mois et qu’il semble très difficile de concevoir un soviet de ma marine française bien décidé à arraisonner des tankers en méditerranée.
        La division mondialisée de la production, n’engendre-t-elle pas , à tout niveau de l’organisation sociotechnique, des « passages obligés » qui sont autant de « grains de sable » pour mettre en panne n’importe quelle révolution conçue sur un schéma classique ( grève générale, conseils ouvriers, etc.) ?

        Je pense pour ma part qu’il conviendrait de repartir d’une analyse des rapports sociaux complexes, (qui ne se limite pas à la domination du rapport salarié par le capital) et de leur conscience possible parmi la classe moyenne… mais enfin c’est très bourgeois ; conviendrait-il donc d’attendre la radicalisation à 50 % contre 50 % et d’y aller de force !

    5. Mon cher Denis ,
      En lisant votre commentaire on peut en déduire que des situations de type insurrectionnelle sont à prévoir. Dans le cadre de cette forme décidée de rapport de force : l’ insurrection , l’ exemple des révolution arabe montre bien que c’est la possibilité de retourner les forces de l’ ordre , de telle manière qu’ elles abandonnent la protection de l’ ordre établi qui fait basculer la situation.
      Ceci a été obtenu par des actions relativement peu violente comme l’occupation de place , la liberté de parole, les manifestations .
      Il serait peut être temps de réfléchir à comment subvertir les défenseurs de l’ordre établi, ou au moins essayer de les convaincre d’ouvrir les yeux et les oreilles.
      Pourquoi pas une politique volontaire pour faire connaître ce blog aux forces de l’ordre.

    6. Implicitement, ne s’agit-il pas de réunir les conditions propices à une guerre civile, de créer effectivement le chaos ! oui, il y a bien une conspiration silencieuse de ces élites afin détruire la société civile et de poursuivre ainsi leurs objectifs de domination.

      Il s’agit ni plus ni moins d’une déclaration de guerre à la population voire de destruction massive.

      L’argent est détourné de sa fonction. Il est devenu une arme !

      Cette fausse fuite en avant apparente devant les réalités sociales et économiques criantes n’en est pas une en réalité. Il s’agit bel et bien d’éliminer à terme une population gênante en la privant peu à peu de ses droits, de toute possibilité d’éveil, de l’affaiblir physiquement et de lui envoyer des messages incohérents en la noyant dans des informations nauséabondes, futiles et stériles.

      Peu à peu lui faire renoncer à ses valeurs universelles symboliques (le symbole a pour fonction de réunir) et la plonger dans des valeurs diaboliques (là où est la division est permanente).

      Prions mes enfants !

    7. Ayan vécu en angleterre de 2000 a 2005 et allant tres souvent à Londres je ne peux que confirmer malheureusement et je plains ces pauvres anglais depuis que Cameron est aux commandes sans parler de l’arnaque totale de l’alliance avec la gauche de la gauche qui est donc complètement détruite.
      C’est un peu ce qui est en train de se passer pour EELV dans un autre registre.

    8. Atanguy, loin de moi l’idée de défendre Cameron ou la réforme du financement des universités entreprise en 2010 au RU. Mais annoncer les 9 000 £ maxi de frais d’inscription comme ça, brut de décofrage, sans préciser que ces frais concernent les niards bénéficiant des gras revenus de leur chère famille me paraît un peu malhonnête. Croyez vous vraiment que le système universitaire (d’études supérieures plus généralement) censément encore « universel à la française » soit nettement plus redistributif ou mieux encore égalitaire ?
      Vais vous dire : j’aurais bien vu Mister Diamant inciter son ou ses grands dadais de lardons à manifester contre la hausse des frais d’inscriptions de Cameron, avec sa casquette de bon père de famille bien sûr, puisque sa casquette de banquier lui aurait plutôt suggéré de les répudier pour qu’ils empruntent le pognon de leurs chères études dans sa boutique…
      Une petite étude synthétique sur le sujet : http://www.melissa.ens-cachan.fr/IMG/pdf/Presentation_Leonard_Moulin.pdf
      Moi j’me rappelle un pote de khâgne d’un frangin, très loin d’être dans le besoin le minet, qui palpait du pognon pendant son séjour à l’ENS, plus que le Smic, contre un engagement bidon à rester dix ans dans la fonction publique. Marvelous…
      Faisons payer les bourses et les frais d’inscription des plus pauvres par les plus riches évidemment. Frais d’inscription ultra-progressifs donc, no problemo.

      1. Vigneron, ne soyez pas naïf, si vous croyez que Cameron va en rester là? Honnêtement, c’est les rejetons des classes moyennes qui sont vises,ceux qui croient encore « Qu’avec une bonne éducation on peut toujours s’en sortir » ceux qui vont en prendre plein la figure. Allez donc voir ce qui se passe aux USA sur cette video,vous comprendrez ce qui les attend:
        http://www.youtube.com/watch?v=B7OHrVKNIvw&feature=endscreen

    9. A côté de ces tristes nouvelles du front social anglais, je ne manque pas d’observer que le plus haut gratte ciel d’Europe vient d’être inauguré à Londres.

      http://fr.rian.ru/video/20120706/195272575.html

      Ce n’est pas sans rappeler que l’Empire State Building avait été inauguré à New York peut après le déclenchement de la crise de 1929 !

  5. Bonjour Mr Jorion,

    théatralisation , com, manipulation… oui ce sont bien là les termes qui conviennent pour décrire les agissements du marigot politique et financier qui nous gouverne, et pas seulement en Grande Bretagne..
    @+

  6. C’est bien de votre part de traiter ce scandale financier de très très haut vol : la presse économique française semble avoir relégué le sujet en bas de page ou dans les rubriques annexes. La presse anglaise semble plus pugnace, ce qui peut paraître normal. Et sinon on voit sur CNN des titres tels que : » La crise a-t-elle été causée par la City de Londres ? » etc. Une manière désespérée des américains de tout mettre sur le dos des anglais ?

  7. c’est à rapprocher avec le scandale Murdoch .gageons qu’il y aura beaucoup de charognards prêts pour le démantelement de la MegaBanque .

    dans une moindre mesure , ça me rappelle la faillite des entreprises de transports et logistiques , calquées toutes plus ou moins sur le m^me schéma de développement , d’endettement et finalement de cession toujours plus ou moins organisé et volontaire …

  8. La réaction des autorités britanniques et a prendre « avec un pincée de sel » (comme on dit la-bas). Si on en croit les informations « grises », la Banque d’Angleterre était au courant des manipulations et les encourageaient indirectement (http://www.zerohedge.com/news/bank-england-made-me-do-it), et la Réserve Fédérale américaine probablement aussi: http://www.zerohedge.com/news/and-now-fed-gets-dragged-lieborgate. Les ministres eux-mêmes ne sont pas loin de la frontière entre les « coupables » et les « victimes ». Je lis plutôt les propos de Diamond comme: ne poussez pas les questions trop loin ou je dis la vérité.

    @babypouf Le scandale du Libor touche tous les pays. Le « L » de Libor est Londres parce que c’est l’endroit ou ces chiffres sont publiés. Mais les chiffres sont fournis (inventés?) par les grandes banque et ce y compris des banques françaises, italiennes, espagnoles, etc. Les indexes Libor concernent 10 devises (pas seulement le GBP ou le USD).

    Mon analyse du Libor datant de mars: http://citoyennaif.blogspot.co.uk/2012/03/libor-mon-beau-libor.html

  9. on peut faire le rapprochement avec la monarchie anglo. elle semble ne servir à rien.
    en vérité elle est une théâtralisation symbolique majeure du pouvoir capitaliste,

    la monarchie justifie l’héritage, l’élitisme, l’inégalité à la naissance, et bientôt le servage bancaire.

    si jamais bob et son accusateur finissaient par s’accorder, s’ils se décrétaient intouchables, s’ils décidaient que même cette façade ils n’en ont plus besoin… qu’adviendrait-il ?

    1. Ils trouveraient une punition a la noix équivalente a un coup de règle sur les doigts mais outrancièrement diffusée, omettant de spécifier dans quel job confortable le puni aura été reclassé…et le business continuera… comme d’hab !

      1. Pas toujours

        Qui , se souvient du banquier Roberto Calvi; patron de la banque Ambrosiano,retrouvé pendu sous un pont de Londres; avec des pierres dans les poches, on ne doit pas perdre l’argent de certains, et là nos banquiers quelque soit leur niveau son légers

      2. efarista,

        business as usual c’est déjà le cas.

        ce que j’me demandais, c’est: et si, puisqu’il n’y a jamais de véritable punition, que c’est une farce et que tout le monde le sait, ils décidaient que le peuple n’avaient plus rien à y redire pour de bon, qu’à l’avenir il n’y aurait plus de punition; si les agissements de bob devenaient une sorte de ‘fait du baron’, quelque-chose de normal considérant son rang social.

        qu’en serait-il ?

    2. Il y a eu un procès en France où le prévenu, l’accusé et le juge appartenaient à la même loge maçonnique. J’imagine que dans votre hypothèse il adviendrait peu ou prou la même chose.

    1. Remarque pertinente.
      J’espère que le blog va se vendre ailleurs.

      Marrant que la tulipe n’est pas été retenue…
      Le lys, c’était les rois français.

  10. Oui,

    Je pense que vous avez raison. Diamond et ses interrogateurs font partie de l’élite, des gens biens quoiqu’ils fassent. La preuve de leur qualité est leur fortune, leur pouvoir, etc… ils sont dans un monde où ils sont ceux qui décident de ce qui est bien ou mal.
    Cette audition n’est qu’une comédie nécessaire pour calmer la populace. Elle n’aboutira à rien. Si quelqu’un paie les pots cassés, ce sera un parvenu, un nouveau venu, un employé ambitieux (je pense à la version anglaise de Kerviel).
    Si ce scandale aboutissait à quelque chose, nous vivrions un sacré big bang dans la finance. Ce serait un événement énorme. Suivre le fil qui apparaîtrait là mènerait à la fin de la City. Je pense que toute l’élite de la City, le gouvernement anglais et tous ceux qui comptent le savent. Ils feront donc absolument tout pour ne pas en arriver là.
    Le peu d’attention accordé à ce scandale aux USA m’indique que ce n’est pas un événement dans ce pays. Les règles du jeu y sont les mêmes qu’à la City.

    Pour rejoindre votre opinion, je m’appuie aussi sur le traitement du scandale Murdoch. Des sous-fifres de haut niveau ont payé. Le grand patron va bien merci. Ce scandale n’est plus abordé dans la presse. C’est le scandale du Libor dans quelques temps qui est joué là.

  11. Ils finiront pas conclure que la manipulation du LIBOR était essentielle pour sauver le système, tout le système, et donc de ce fait… excusable.

      1. Si j’ai bien compris, il s’agissait d’instructions du premier ministre anglais
        visant à huiler le moteur de la dette, pour que le véhicule ne s’arrête.
        Question: pour les « Libor » en autres devises:
        Les gouvernements ont-ils sollicité la même manipulation ?
        Y aurait-il eu même concertation pour huiler les machines ?

        Pour une fois, le G20 aurait servi à quelquechose:
        le prolongement de la maladie.
        Oui, mais provoquant une agonie encore plus douloureuse.
        Finalement…ils ont eu tord !
        Manque de philia…

      2. oui, c’est important : la manipulation n’est pas une cause dont un des effets est ‘sauver le système’ comme excuse, mais bien un effet dont la cause est ‘sauver le système’

        Les évènements que l’on peut constater actuellement sont des effets de ‘sauver le système’
        L’affaire Kerviel, par exemple, est du même ordre : créer une ‘affaire’ pour sauver le système SG
        Je me demande si la crise en Grèce n’a pas été créée aussi pour créer le désendettement forcé de l’Europe et les politiques d’austérité, seules à même de ‘sauver le système’.

        Dans « Il faut sauver le soldat Ryan », le dit soldat demande à sa femme sur la tombe du capitaine Miller s’il a vécu une vie digne et été un homme bien, afin de savoir si les vies des soldats tombés pour le sauver n’avaient pas été sacrifiées vainement.
        Dans « Il faut sauver le système », on pourrait en déduire de cette analyse précédente que la subordination des effets à cette ’cause’ pose la même question : ces ‘sacrifices’ en ont-ils valu la chandelle, au regard du sauvetage du système ?

        La réponse est triplement négative.

        D’abord parce que ce système n’a pas de dignité et ne permet pas d’en avoir.
        Ensuite, parce qu’il n’est pas bon et ignore le bien.
        Et enfin, parce qu’à l’inverse du soldat Ryan, il ne sera pas sauvé.

  12. Ce scandale est-il à même de ruiner encore un peu plus la confiance, mais cette fois_ci celle des emprunteurs ? Peut-on voir une volonté commune de ne plus faire appel au crédit ?

  13. Le chef de la FSA, Lord Turner a exprimé son politiquement correct pour qualifier cette affaire de « cupidité cynique » « de la part de ceux qui sont à l’origine de la crise financière ».
    Ce ne sont que des paroles. Je me demande ce que cela vaut, une parole dans ce milieu; une crotte de chien, pas plus.
    En tout cas Diamond ne semble pas être traumatisé. Normal, c’est lui la victime.

    Il serait temps d’instaurer un système pénal international (avec possibilité d’extradtiton) pour sanctionner ce type de manoeuvre.

  14.  » …tous ces braves gens, accusé comme accusateurs, sont en réalité copains comme cochons et théâtralisent pour des raisons de « com » essentiellement, une hostilité convenue, un antagonisme de pure façade  »
    Qu’en termes élégants ces choses-là sont dites . des mafias , oui !

  15. Il serait temps d’instaurer un système éthique,basé sur les grandes leçons à tirer de nos inconséquences individuelles et collectives !

    Il serait temps de faire ce qui fonctionne avec application ,humilité et reconnaissance…!

    Il serait temps d’agir comme des êtres conscients,responsables et dignes…temps de décider consciemment du meilleur alors que nous avons si inconsciemment engendré le pire …

    Il serait temps…sauf qu’il n’est plus temps .Il faut ETRE ici et maintenant,chaque Un, à l’unisson de ce qui nous dépasse et nous faits vivants !

    1. @ Pierre-Yves D.
       » La justice, des fois, on se demande … pour qui et pour quoi elle est faite.  »
      Cesse de te demander , ce type a fait le pire qu’on puisse faire : S’ATTAQUER A UNE BANQUE .
      Je rappelle que Mesrine , braqueur également , a été assassiné par la police .

      1. Il y a pire que frauder l’Etat , faire valoir son bon droit auprès d’une puissante entreprise privée !

  16. @Monsieur Jorion
    En lisant votre blog, on a tous compris que le système s’écroule lentement mais surement.
    Vous avez dit quelque part que vous ne donniez pas de conseils (notamment boursiers et c’est tant mieux !). Néanmoins pourriez vous nous éclairer sur une stratégie à adopter et ayant pour but de tenter de sauvegarder un éventuel patrimoine.
    Car c’est bien beau d’assister, en toute impuissance, à cet effondrement (au ralenti), mais il serait encore plus intéressant de ne pas se vautrer plus avant dans le rôle du simple spectateur passif. Qui à force de l’être, finira par confiner avec une posture d’insouciance.
    Vous l’avez compris, un bol de pop corn ne me suffit pas.
    Auriez vous cette amabilité ?

    1. Puisque selon vous beaucoup se « vautrent » dans le rôle de spectateurs passifs confinant à l’insouciance, au lieu de penser au bien commun et à l’intérêt général à travers la préservation de son petit patrimoine personnel particulier rien qu’à soi-même auto-généré à l’unanimité de sa propre individualité, je ne peux que vous conseiller d’investir ce petit patrimoine « éventuel » dans des actions de marchands de matelas : ça amortit bien la chute quand on se vautre.

      1. Je m’adressais à Monsieur Jorion, mais puisque vous me faites l’honneur de cette aimable réponse, je vous répondrais simplement ceci : je suis un esprit pratique et quoique vous sembliez mépriser toute forme de patrimoine et d’action individuelle, ce qui n’est pas répréhensible en soi et qui ne regarde que vous, il est néanmoins plus fondamental pour moi de connaitre les formes d’adaptation face à des situations périlleuses que de discuter pendant des années sur le pourquoi du comment. Question de tempérament sans doute.

      2. @ kaiserman

        Question de tempérament sans doute.

        Certainement. Ce trait de caractère porte même un nom : « après moi, le déluge ».

        Investissez dans les matelas, nous nous vautrerons dessus, et vous serez riche. Que demander de plus ?

      3. Kaiserman , un commentateur a pris l’expression « après moi le déluge  » , j’en reprendrai l’image : vous vivez dans l’illusion de l’arche de Noé : face à une grande catastrophe , un petit nombre d’élus , suffisamment malins , pourrait se sauver .

        Malheureusement non , quand on est une personne ordinaire , ainsi que je le suppose , seule l’union peut faire la force et contrebalancer des forces portant un intérêt contraire au vôtre .

        Ca veut dire qu’il faut s’unir .

        Remarquez que tous les puissants on bien retenu la leçon de Machiavel : diviser pour régner . Les puissants ont les coudées franches tant que leurs petits ennemis se déchirent et demeurent dans leur coin . Voilà pourquoi les puissants ont toujours eu à coeur de faire se dresser les gens du peuple les uns contre les autres et les ont toujours encouragés à privilégier leur intérêt individuel en sachant très bine que seuls les puissants peuvent IMPOSER AUX AUTRES leurs intérêts individuels .

    2. Sauvegarder l’éventuel relève du politique, de la religion ou de l’art.
      Sauvegarder un patrimoine d’un autre domaine.

    3. Ce n’est pas parce qu’on fait l’analyse d’une situation problématique qu’on a la réponse au problème. Par exemple « Un astéroide énorme va percuter la terre dans 1 heure. ». Analyse faite, on peut toujours se réunir pour trouver des idées, ca ne garantit pas pour autant que nous allons trouver, ne serai ce qu’une esquisse de solution. Ca vaut le coup d’essayer quand même.

    4. Achetez des terres arables. Va falloir nourrir les survivants. 🙂
      Prévoyez de l’eau naturelle et préférablement non polluée.
      Organisez leur mise en valeur de manière à se passer d’un maximum des moyens technologiques basés sur l’exploitation des hydrocarbures moyens orientaux.
      Ne comptez pas sur elles pour vous payer vos vacances aux Seychelles une fois la retraite venue. 🙂

      1. @Kaiserman
        Juste un conseil: investissez chez les pauvres, c’est une matière qui ne manquera jamais. Il y a beaucoup de choses à faire: financez des écoles, des hôpitaux, là où il n’y en a pas du tout. Certes, ici il y en a de moins en moins, mais l’argent est là (on vend bien du pétrole et des armes).

    5. @kaiserman

      Eh bien moi je trouve que la question est sérieuse et mérite qu’on s’y attarde. Que faire (d’intelligent) de son argent quand on en a, alors que tout est en train de se déliter ?

      Je vous propose la coopérative citoyenne. Il y en a de tous types. Pas plus tard qu’hier, sur ce blog, nous étions invités à participer au capital des éditions du Croquant. Mais il y a aussi des coopératives productrices d’énergie renouvelable (exemple) dont le but est de la redistribuer aux coopérateurs (circuit court). Ou encore, des coopératives qui font du micro-crédit (exemple). Mes exemples sont ceux que je connais, je suis Belge.

      Les citoyens doivent tout se réapproprier. Et comme vous le faites indirectement remarquer, ils en ont les moyens ! Il y a de quoi dépenser son argent, pas de problème ! 😉

    6. Très symptomatique de certains tempéraments de croire qu’ils s’en sortiront toujours même si le reste du monde s’effondre…La plupart des gens sont comme cela optimistes pour eux-mêmes et pessimistes pour le système…La réaction de Monsieur kaiserman est emblématique : tous les gens autour de moi sont en recherche de stratégie de sauvetage individuel mais personne ne veut envisager de sauvetage collectif ( dans mon entourage ). En tant qu’humain on a un sérieux problème ! Est ce éducatif ? Est ce dans notre nature profonde ? Est ce la propagande dans laquelle nous baignons ?

      1. Ou est ce la croyance que le système ne s’effondrera pas ? Que se passe t il actuellement ? Les riches s’enrichissent, les pauvres s’appauvrissent et les intellos élaborent des théories fumeuses…Notre époque est elle vraiment si différente du passé ? J’ai l’impression que la majorité silencieuse ne veut voir rien d’autre qu’une continuité dans laquelle les plus débrouillards se débrouilleront…personnellement je ne crois pas en cette possibilité mais quand j’en discute avec les gens… on me prend pour en général un illuminé ! A moins que cette crise qui arrive fasse tellement peur que les gens « normaux » la nient…Comportement d’autruche qui se cache la tête dans le sable? On dirait que la population est tellement plongée dans des petits problèmes personnels qu’il n’y a plus de place dans leur esprit pour des problèmes globaux. Merci mille fois à Paul Jorion pour son travail formidable de conscientisation et à tous les blogueurs qui me donnent l’impression de ne pas être seul.

    7. Faire comme en 1789 par exemple , mais il faut pas avoir peur de mouiller sa chemise . C’est d’ailleurs le seul type de solution qui garantisse une certaine pérennité et une réforme véritable du système économique .

      1. Pour expliquer encore mieux le fonctionnement psychologique de type Kaiserman , j’ai trouvé une bonne fable à lire sur le blog  » le monolecte » :

        « Petite fable…

        Cette nuit, j’ai rêvé que j’étais une vache. Une bonne grosse vache bien grasse qui broute dans une prairie. Mais une vache qui est quand même moi.

        On est bien ici, me dit l’autre
        Ouais, mais je ne m’explique pas la présence de ces barrières, je lui réponds, l’air sombre.
        Ben quoi, il y a des barrières, qu’est-ce que tu en as à foutre, du moment que de ce côté-ci il y a plein d’herbe bien grasse?
        Ça m’empêche d’aller où je veux, ça me fait chier et je me demande à quoi ça peut bien servir.
        T’es vraiment rien qu’une parano râleuse, ces barrières, c’est pour nous protéger des prédateurs, c’est le fermier qui l’a dit.
        Ben voyons… Tu en as vu beaucoup des prédateurs, toi?
        Non, tu vois bien que c’est efficace.
        Ben moi, je demande à voir.
        T’es vraiment chiante, toi, puisqu’on te dit que c’est pour ta sécurité!
        Le temps passe. L’herbe se raréfie. Les hommes du fermier arrivent et commencent à nous rabattre vers le fond du coral.

        Qu’est-ce qui nous veulent, les autres nazes, je demande?
        Ils nous déplacent pour nous mettre dans un nouveau coin herbeux.
        Ah oui? Alors pourquoi le coin vers lequel ils nous tassent est de plus en plus petit et qu’on est de plus en plus serrées?
        Ça doit être pour assurer notre sécurité.
        T’es vraiment con à bouffer du foin, toi! Il suffirait d’enlever les barrières pour qu’on passe sur le pré d’à côté.
        On ne serait plus en sécurité.
        Ceci dit, on n’a pas besoin d’eux, en s’y mettant à quelques-unes et en poussant fort, on pourrait faire sauter les barrières.
        Là, c’est tout le troupeau qui me dit que je suis complètement tordue, qu’il est hors de question d’aller à l’encontre des désirs des fermiers qui savent ce qu’ils font et qui font ça pour notre bien. Je me rappelle juste que c’est aussi ce qu’on nous avait dit le jour où on nous a choppé l’une après l’autre pour nous marquer au fer rouge (mais puisqu’on te dit que c’est pour ne pas nous perdre) ou celui où on m’a sorti mon veau du pis, veau que je n’ai plus jamais revu.

        Maintenant, on est super tassées. Il y a comme un mouvement de panique, mais l’autre tache qui broutait avec moi appelle les autres, car elle a trouvé une sortie, un couloir étroit où l’on ne peut passer que l’une après l’autre.

        P’tain! Dans le genre traquenard, on peut pas faire mieux!
        Ta gueule, toi! Tu vois bien que les fermiers avaient prévu une sortie.
        Et tu trouves pas ça louche qu’on ne peut y aller que l’une après l’autre?
        C’est sûrement pour notre sécurité.
        Et les vaches s’enfilent tranquillement dans le couloir de contention.

        Hé, les filles, vous ne voyez rien, au bout du couloir?
        Bof, non, à quoi bon?
        Ben moi je vois une sorte de maison avec des vaches qui rentrent d’un côté et des steaks qui sortent de l’autre. En fait, je pense qu’on est en train de nous tuer pour nous bouffer.
        Arrête ton char Ben Hur! Pourquoi ils feraient ça? C’est monstrueux! Depuis le temps qu’ils s’occupent de nous, ça n’aurait pas de sens.
        Et le fait qu’ils passent tout ce temps à s’occuper de nous sans rien demander en échange, comme ça, juste pour le fun, t’as jamais trouvé ça louche?
        Celles qui sont presque au bout du couloir peuvent voir à travers les rabats en plastique ce qui se passe dans l’abattoir. Elles le racontent aux autres et ça provoque un nouveau mouvement de panique. Sauf que nous sommes déjà bien empêtrées dans la zone de contention, et qu’il est vachement difficile de faire marche arrière.

        Les filles, si on pousse toutes dans l’autre direction, on pourrait péter la barrière et se tirer de ce traquenard!!!
        À ce moment, les gars du fermier nous disent que ce n’est pas la peine de paniquer, qu’en fait les meilleures d’entre nous ne risquent rien, on les gardera pour la reproduction ou le lait, que c’est juste les vieilles, les moches et les fainéantes qui sont concernées.

        Et là, vous me croirez si vous voulez, la panique s’arrête net, les meuglements s’éteignent d’un coup et les vaches avancent sagement vers l’abattoir. Je me dis que ce n’est pas possible, que ça n’a aucun sens. Tout le troupeau est en train de se transformer en Big Mac et il n’y en a pas une qui résiste ou qui proteste.
        Et puis j’ai compris, subitement, ce qui se passait.

        Chaque vache, en son for intérieur, était convaincue d’être meilleure que toutes les autres et avait donc la certitude de passer à travers les mailles du filet.

        Et c’est ainsi que la totalité du troupeau a fini entre deux tranches de pain toasté! »

  17. au fond on s’en fout, on le sait, ces trucs c’est tous les jours, ça arrive de trois fois rien, dans ou hors des murs, un peu partout pareil, pas besoin de se déplacer, ça commence même là, avec ou sans journaux – l’intérêt de cette péripétie est de montrer le squelette d’une farce « the show must go on » une mise en scène, un music hall où le plancher tombe entraînant acteurs et prétendants pressés. est-ce encore un spectacle? jouent-ils encore? à quoi ça tient? jusqu’à quand? non ce n’est pas un spectacle, c’est un boulon qui saute et nous au volant.

      1. qui? quoi? pour ma part fatigue (meilleure des cames, la fatigue) à ce qu’on traite d’un événement, somme toute banal au regard de ce qu’un système distille au goutte à goutte jour après jour bien avant qu’on en ait les représentations (aujourd’hui « capitalisme » « establishment » « management » etc. ) qui y donnent forme, légitimité ; tolérance à la corruption dit Jorion, à la division (pourvu qu’on ait sa petite part au prix de notre consentement) fait qu’on y devient insensible: le monstre bouc-émissaire qu’on continue à alimenter. Rêvons néanmoins que le système s’écroule de lui-même ; encore un effort! The Revolution Will Not Be Televised – Gil Scott-Heron

  18. @Kaiserman:
    De la vacuité d’un titre de propriété d’une terre
    Quand on a de l’argent en plus du nécessaire au quotidien, il y a deux d’inquiétudes courantes:
    -de perdre cet argent ( redevenir pauvre)
    -que cet argent ne rapporte pas assez ( ne pas être suffisamment rentier)
    sauvegarder de telles sommes est vouer son existence au (noble) métier de gardien temporel
    de biens qui sont les propriétaires de nos vies.
    [Sans parler de monnaies fondantes, d’inflation, de démographie ou autre épuisement de ressources naturelles]

    1. Mr Julien Alexandre est plus direct que moi dans la réponse à Kaiserman;
      et c’est très drôle le « coup du matelas »

  19. Ce pauvre homme qui se dit responsable de rien…meme pas de son salaire payé de force par son employeur..
    quel monde injuste .

  20. Je constate que ceux qui me répondent, sont bien au dessus de mes petites préoccupations mesquines et bassement matérielles. Grand bien vous fasse nobles gens ! Mais n’oubliez jamais « Qui veut faire l’ange, fait la bête« .
    J’espère toujours une réponse de Monsieur Jorion.

    1. M. kaiserman nous nous intéressons ici aux solutions collectives. Si votre patrimoine me laisse indifférent, ce n’est pas parce que je m’intéresse davantage au mien qu’au vôtre : je n’ai pas de patrimoine. La raison en est que j’ai eu la chance de pouvoir faire dans ma vie des choses plus intéressantes que la constitution d’un patrimoine. Je vous souhaite à vous aussi, cette chance-là.

      1. Après m’avoir convaincu, par la hauteur et la justesse de vos analyses, que le système sombre sous nos yeux effarés, je constate, avec une pointe de tristesse, que nous ne fournissez aucun canot de sauvetage ni même une simple bouée. Il ne suffit pas d’affirmer d’une voix claire et puissante « le Titanic coule » encore faut-il tenter d’en sauver les passagers (tenter simplement, ce qui n’entraine aucune obligation de résultats).
        Au fil du temps, je dois avouer que j’attendais une action plus énergique, mais je dois malheureusement me rendre à l’évidence : vous persistez, en pure perte, à vouloir changer le système à l’aide de dénonciations sur un blog, certes lu, mais qui n’influence pas la haute politique de Bruxelles ni même l’opinion publique. En avez vous conscience ? A mon humbre avis, c’est une erreur de votre part, un gachis d’intelligence ! La votre serait bien mieux employée à fournir des stratégies de sauvetage. Dommage ! Sans la moindre rancune, je vous assure de mon respect et vous souhaite bon vent…

        PS : Ici on parle d’économie et de politique économique. Je pensais donc que le sujet patrimonial n’était pas complètement incongru. Rassurez vous ce n’est pas l’unique sujet qui me préoccupe, loin s’en faut…

      2. @ Paul Jorion 5 juillet 2012 à 04:54

        Si votre patrimoine me laisse indifférent, ce n’est pas parce que je m’intéresse davantage au mien qu’au vôtre : je n’ai pas de patrimoine.

        Mais si Paul, vous détenez un patrimoine, comme tout le monde. En tant qu’être vivant vous-vous êtes d’ailleurs employé à transmettre votre patrimoine génétique à vos enfants, en investissant ainsi pour l’avenir, le leur, mais aussi le vôtre. Lorsque vous serez trop vieux pour subvenir à vos besoins, ils vous assisteront d’une manière ou d’une autre.

        Tant que vous êtes autonome, comme tout le monde, vous exploitez un capital, une ressource qui vous permet d’entretenir votre vie. C’est l’exploitation de ce capital qui vous permet de vous nourrir, de vous vêtir, de vous chauffer, de vous déplacer, de satisfaire à tous les besoins vous permettant de vivre. Cet ensemble de connaissances accumulées, ce capital culturel est immense au point que vous en tiriez vos revenus qui, seuls, sont imposables. Par rapport à ceux qui sont imposés à la fois sur leur capital et sur les revenus qu’ils en tirent, n’y a-t-il pas là une anomalie, voire une injustice ?

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Capital_culturel#Terme_sociologique

      3. jducac a parfaitement raison, voilà un bon conseil pour kaiserman : investissez dans les banques d’embryons, en plus des matelas. D’ailleurs, entre le matelas et l’embryon, il y a une certaine continuité d’intégration verticale qui fait sens sur le plan industriel.

      4. C’est du joli.
        Osons.
        Les matelas.
        La vie couchée et la besogne.
        La fusion à l’horizontale.
        Les confidences sur l’oreiller.
        Le patrimoine génétique comme obsession.
        Osons, Joséphine, le Bozon de X sur multispires.
        Les vacances c’est fait pour ÇA.
        Sortira peut-être un jour une chose nue comme un ver(s).
        Solitaire.
        🙂

      5. Me glace le jducac
        Faut que je vois avec ma femme si on ferait pas mieux de déposer le bilan, rapport à ce qui pourrait nous tomber dessus …
        La phobie de la castration du patrimoine, sans doute.

      6. Ici on questionne la propriété privée et son usage, alors le patrimoine …
        L’ôter des mains des puissances financières, s’il s’y trouve.
        L’investir dans des choses qui vous sont chères ou pourraient aisément le devenir.

      7. Kaiserman pose une question qui préoccupe probablement pas mal de lecteurs du blog.
        Que ce soit le retraité avec une petite épargne ou le gestionnaire de hedge fund, le désir de gérer ses bien « en bon père de famille » comme dirait Paul Jorion 🙂 est humain.

        Le problème est que personne ne peu prévoir l’avenir ni la forme que prendra l’effondrement. Même si il est certain que le système capitaliste dans un monde aux ressources finies est voué à l’échec, cela peut prendre du temps. On peut imaginer que l’effondrement débouchera sur des guerres, peut être chimiques, bactériologiques ou nucléaires supprimant l’espèce humaine ou laissant un monde à la madmax ou imaginer la fin de la démocratie avec des dictatures dure mais aussi des révolution populaires ou un effondrement du type Argentine ou des milliers d’autres scénarios.

        Le premiers des conseils c’est ne pas se laisser pourrir la vie par la peur vous pouvez mourir demain sans effondrement du système, vivez ce que vous voulez vivre sans attendre.
        Le deuxième essayez de diminuer votre dépendance dans le système, cela est plus difficile en zone urbaine mais des mouvements comme la simplicité volontaire vont dans ce sens.
        Le troisième, conseil classique ne mettez pas vos oeufs dans le même panier et n’investissez pas dans ce que vous ne comprenez pas ou ne supportez pas moralement (exemple si vous pensez qu’il faut investir dans les denrées, il vaut mieux stocker chez vous quelques denrées non périssable que vous appréciez que d’acheter des turbo comex Il peut être prudent de répartir son patrimoine géographiquement. La situation en Asie ou Australie n’est pas la même qu’en Europe.
        N’essayez pas de trouver le rendement à tout prix, ceux qui gagne de l’argent aujourd’hui sont des poids lourds utilisant des techniques de pointes et n’hésitant pas à commetre des délits. Votre but doit être de minimiser les pertes, quand un tsunami s’approche, on ne pense qu’a sauver l’essentiel (et sa vie).
        Pour finir ayez toujours quelques valeurs facilement transportables et échangeables, les personnes ayant dû fuir leur pays avec succès lors de guerres, révolutions ou autres ont généralement eu plus de succès avec des pierres ou métaux précieux à échanger.

        Si ils vous reste de l’argent donnez le à vos proches qu’il puissent en profiter, le bonheur ne vaut que si il est partagé, l’argent aussi.

        Si vous parlez anglais vous pouvez jeter un coup d’oeuil au site http://www.chrismartenson.com son crash course est bien fait avec des conseil généraux pour faire le point de votre situation.
        Les échanges sur le forum sont intéressant pour voir comment d’autres changent leur mode de vie pour se préparer à « l’après » .
        Il n’y a pas de formule magique mais il semble évident qu’un employé de banque avec plusieurs crédits en cours habitant dans une grande ville et peu débrouillard sera plus exposé à l’éfondrement qu’un agriculteur bio dans le macif central.

      8. Le reproche de kaiserman me rappelle que Voltaire , Diderot , Rousseau , D’Alembert , etc , ont offert la lucidité de leurs analyses sans faire davantage que Paul Jorion ( à part peut-être Voltaire avec les affaires judiciaires ) .

        Pourtant tous ces hommes des Lumières étaient indispensables pour que la révolution française ait lieu .

    2. Jducac ou l’imposition du capital culturel comme fin ultime du système capitaliste.

      Plus t’en sait plus on te taxe !
      Une référence à Hegel, BOUM, un impôt !
      T’as lu Lacan, BADABOUM, une surtaxe !
      A ce point d’inventivité machiavélique, je n’ai qu’une chose à dire : Jducac, respect.

      1. “By believing passionately in something that still does not exist, we create it. The nonexistent is whatever we have not sufficiently desired. »
        Franz Kafka

      2. @ Martine Mounier 5 juillet 2012 à 12:05
        N’auriez-vous rien compris au sens de mon interrogation ? Ou alors seriez-vous atteinte, vous aussi, de cette nouvelle tendance favorable à taxer et imposer de plus en plus ?

        Non, ce que je voulais suggérer, ce serait d’étendre l’exonération d’imposition à tout capital productif de revenus. Ça ne pose aucun problème moral de ne pas taxer un capital immatériel constitué d’une très grande richesse de connaissances savantes et culturelles. Pourtant celui qui dispose d’un tel capital peut en vivre, sans être imposé sur autre chose que sur les revenus qu’il en tire.

        Alors pourquoi imposer l’autre type de capital, en plus des revenus qu’il génère ? Où est la logique et la morale?

      3. jducac, vous êtes vous rendu compte que la police et la loi ne protègent réellement que ceux qui les payent ?

      4. Notre ami Jducac touche le fond – une fois de plus, oserais-je ajouter. A force de tout assimiler, sans nuance, au capital, voilà à quel excès on aboutit : à la marchandisation et/ou la taxation de tout et n’importe quoi. A quand la taxation de nos excréments qui sont eux aussi, selon sa définition, du capital ? Capital organique, réutilisable en compost ou fumure. A quand la taxation de nos coeurs, et plus particulièrement de nos noeuds sinusaux, qui nous délivre leur capital énergétique ? A quand la taxation de l’air, capital vital à nos vies ?
        Jducac, le Gary Becker du blog, voit du capital partout au simple prétexte de justifier par tous les moyens son idéologie du tout capitalisme. Comme le rappelle l’écrivain Chesterton, grand croyant devant l’Éternel, promoteur du distributisme ( application philosophique de la doctrine sociale de l’Eglise catholique romaine) et donc non suspect de marxisme, dans son « Plaidoyer pour une propriété anticapitaliste » :
        «  Si par capitalisme on veut dire l’utilisation du capital, alors tout est capitalisme: le bolchevisme tout comme l’anarchisme; et tout projet révolutionnaire, si fantastique soit-il, est encore du capitalisme… Et c’est bien ce que signifie le mot capital dans son acception strictement économique. Auquel cas ce mot ne nous est d’aucune utilité… » D’aucune utilité parce qu’il n’a plus aucun sens… comme les propos de Jducac.

      5. jducac

        Pourquoi tenez-vous absolument à taxer les connaissances de ceux qui n’ont que cela pour vivre? C’est presque inconvenant de votre part de comparer la situation de Jorion à celle des capitalistes, lesquels ont par définition plus que le nécessaire pour vivre, puisque c’est la définition même du capital que d’être un surplus, qui va servir d’avances par le biais de l’intermédiation bancaire et occasionner le prélèvement d’une rente, alimentant la concentration des richesses. N’inversez pas les rôles.

        Et n’oubliez pas que connaissances peuvent être partagées, les capitaux (au sens financier du terme) peuvent seulement être possédés.

      6. @ Terra Breizha 5 juillet 2012 à 13:21
        Certes, mais il est quand même sage de laisser aussi les pieds sur terre.

      7. @ Fod 5 juillet 2012 à 15:50

        D’aucune utilité parce qu’il n’a plus aucun sens… comme les propos de Jducac.

        Merci Fod de m’avoir fait découvrir Gary Becker, cet économiste que je ne connaissais pas et dont je partage des idées, sans jamais avoir rien étudié de lui. C’est plutôt réconfortant.

        Reconnaissez aussi que mes réactions présentent parfois une petite utilité. Elles peuvent même faire sens, lorsqu’elles permettent à certains de mettre en valeur l’immense étendue de leurs connaissances. Dommage de n’être alors récompensé que d’un coup de pied de l’âne.

        Mais qui donc a dit « on ne se grandit jamais en abaissant les autres » ?

      8. @Taratata

        Vous en faites pas pour Jducac. C’est un coriace. Il a sa névrose comme matelas, question rembourré, y-a pas mieux !

      9. @Jducac

        sans jamais avoir rien étudié de lui

        N’en faites rien surtout… Sinon, hop, impôt sur votre nouveau capital intellectuel !

      10. @Jducac

        Euh, j’y pense… votre idée de taxer le capital culturel… vous ne croyez pas que cela risque de renforcer la fainéantise des jeunes d’aujourd’hui ? Faudrait quand même pas que cette idée de génie fasse le lit (toujours cette histoire de matelas) d’un nouveau mai 68 !
        Vous avez pensé à ça, j’espère.

      11. @ Pierre-Yves D. 5 juillet 2012 à 17:21 & Martine Mounier 5 juillet 2012 à 18:37
        Où avez-vous vu que j’ai dit qu’il fallait taxer les connaissances ou le capital culturel ? Vous m’avez mal lu. J’ai seulement fait observer que les connaissances constituent un capital et ai même trouvé à cette occasion que Bourdieu (que je n’ai jamais étudié) avait rassemblé cela sous l’appellation de « capital culturel ».

        Ensuite, j’ai fait observer que ce type de capital, contrairement aux autres n’était pas taxé, alors que ceux d’autres types l’étaient, ce qui me semblait être une anomalie voire une injustice. Vous le savez bien, je soutiens suffisamment le capital en général, pour ne pas être partisan de sa taxation et encore moins quand il s’agit du capital culturel de Paul Jorion.

        Je suis contre la taxation du capital qui, en général, profite aux propriétaires mais aussi à ceux qui s’en servent comme outils mis à disposition, de ceux qui n’en possèdent pas, ce qui leur procure des moyens de vivre par leur travail.

        c’est la définition même du capital que d’être un surplus, qui va servir d’avances par le biais de l’intermédiation bancaire et occasionner le prélèvement d’une rente, alimentant la concentration des richesses

        C’est la définition qu’on vous a fait apprendre pour faire de vous un « anticapitaliste », mais ça n’est pas ce que retient la personne qui, en épargnant sur son train de vie courant, se constitue un capital lui permettant, par exemple, de loger sa famille, ou de ne pas être à la charge de ses enfants, ses vieux jours venus.

        Et n’oubliez pas que les connaissances peuvent être partagées, les capitaux (au sens financier du terme) peuvent seulement être possédés.

        D’accord pour les connaissances, et Paul Jorion fait très largement partager les siennes. Quant aux autres capitaux, vous savez très bien qu’il n’y a pas que les propriétaires de capitaux qui en tirent profit. Tous ceux qui s’en servent en tant qu’entrepreneurs ou en tant qu’employés comme outils de production performants en tirent aussi profit et, en final, en vivent. Quand il n’y a plus de capital pour produire des richesses, tout le monde en pâti. C’est une raison de plus pour ne pas le taxer, car de fait, cela revient à le manger petit à petit.

      12. @Jducac,
        D’après ce que l’on sait de vous, vous êtes retraité et sacrément prolixe dans le verbiage pour défendre le capital. Partant du saint principe que vous êtes un escroc intellectuel, je souhaite que vous m’aidiez à dresser la liste des cents Madoff, alors Jduc, où habitez-vous ?

        Madoff du var :
        http://www.lefigaro.fr/societes/2012/07/02/20005-20120702ARTFIG00656-madoff-du-var-400-victimes-contre-attaquent.php
        Madoff du boulonnais :
        http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/le-madoff-du-boulonnais-avait-pour-complice-6923705.html
        Madoff du chinonais :
        http://www.liberation.fr/societe/01012380120-la-chute-de-la-discrete-madoff-du-chinonais
        Madoff du haut doubs :
        http://www.leprogres.fr/jura/2011/07/03/tribunal-de-besancon-un-mandat-d-arret-pour-l-escroc-du-haut-doubs
        La Madoff de Touraine existe aussi :
        http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/06/01/97001-20120601FILWWW00581-la-madoff-de-touraine-en-maine-et-loire.php

        D’avance merci,

      13. Il me semble qu’une taxe sur l’usage inconsidéré de Hegel et Lacan serait en effet salutaire. Une taxe contre le snobisme en quelque sorte.

      14. @Jducac

        Ensuite, j’ai fait observer que ce type de capital, contrairement aux autres n’était pas taxé, alors que ceux d’autres types l’étaient, ce qui me semblait être une anomalie voire une injustice.

        Relisez-vous tranquillement Jducac.

      15. @ Martine Mounier 5 juillet 2012 à 20:11

        Relisez-vous tranquillement Jducac.

        Vous avez raison, j’aurais pu m’exprimer nettement mieux, même quand j’ai écrit le 5 juillet 2012 à 12:05 Peut-être ne l’avez-vous pas bien lu.

        Non, ce que je voulais suggérer, ce serait d’étendre l’exonération d’imposition à tout capital productif de revenus.

        J’essaierai de faire mieux une autre fois. Néanmoins, je suis heureux de constater que vous ayez bien vu l’inconvénient d’imposer le capital, ce qui conduit à dissuader l’effort nécessaire à sa constitution, qu’il s’agisse d’un capital culturel ou autre. Or, contrairement à ce que certains voudraient faire croire, un capital est essentiel, vital même.

        Euh, j’y pense… votre idée de taxer le capital culturel… vous ne croyez pas que cela risque de renforcer la fainéantise des jeunes d’aujourd’hui ? Faudrait quand même pas que cette idée de génie fasse le lit (toujours cette histoire de matelas) d’un nouveau mai 68 !
        Vous avez pensé à ça, j’espère.

      16. Jducac

        Même méthode (le raisonnement par analogie et par l’absurde) :

        – les humains mangent des animaux ;
        – les animaux sont des êtres vivants ;
        – les humains sont des êtres vivants ;
        – personne ne pense à manger des humains ;
        – il est moralement condamnable de manger des êtres vivants ;
        – les humains devraient s’encourager à préserver le capital des êtres vivants en s’abstenant de les manger.

        Jducac, êtes-vous végétarien ?

        – la culture peut générer des revenus ;
        – le capital peut générer des revenus ;
        – la culture est un capital ;
        – personne ne songe à taxer la culture ;
        – il est moralement condamnable de taxer le capital ;
        – les humains devraient s’encourager à préserver le capital en s’abstenant de le taxer.

        C’est très très convaincant…

        Je continue :

        – la casse utilisée pour composer en grandes lettres dans les écritures bicamérales s’appelle « capitale » ;
        – personne ne songe à taxer l’alphabet ;
        – il est moralement condamnable de taxer l’alphabet ;
        – les humains devraient toujours écrire en lettres capitales en s’abstenant d’utiliser les minuscules.

        Et ainsi de suite…

      17. @ Julien Alexandre 5 juillet 2012 à 22:01
        Bravo! Vous ne manquez pas de talent. Je sens que bientôt vous allez faire comprendre à tout le monde que le mot capital veut dire secondaire ou insignifiant et qu’une peine capitale est sans importance.

        Désolé, mais ça n’est pas la perception que j’en ai.

      18. Merci jducac, mais j’avoue avoir tout appris de vous, ô maître et fier inventeur du « spermatozoïde capitaliste » qui passera certainement à la postérité comme la tentative la plus risiblement pathétique de l’histoire de la « science économique » pour justifier le capitalisme !

      19. @jducac, une vache, un tracteur c’est du capital « productif », certes, de la monnaie a placer, c’est un capital, itou, mais si le même mot justifie, qu’un bien né puisse terroriser un état de droit, vulgairement je répond: « merde »
        Accessoirement plus le capital prend de valeur par rapport à la valeur travail et aux parachutes sociaux, moins l’économie fonctionne.
        Si tu emprunte sur 12 ans ta baraque, tu pourras (à la fin de l’emprunt) faire des travaux (faire travailler des artisans, améliorer ton habitat) et aligner la maille pour les études des bouts de choux, si tu empruntes sur 25 (donc tu capitalises plus, si tu raisonnes sur une base mobile, ou les variations capital/travail sont plus conséquentes, qu’une valeur à un instant t), tu fais aucun travaux et tes marmots empruntent pour peu qu’ils puissent faire des études.
        Sérieux je suis pas révolutionnaire (puisqu’il n’y a plus de droit divin) et je préfère un pas en avant que deux, par crainte qu’il en résulte un pas en arrière et un pas sur le coté (j’ai rien contre le tango 🙂 mais en économie le linéaire est plus pratique).
        Mais chercher à valoriser le capital (et créer un concept multiforme, quasi-omnipotent) c’est ridicule (et pas très pragmatique).

      20. @ jducac

        Si vous trouvez « plutôt réconfortant » de partager des idées avec ce crétin de Gary Becker, c’est votre affaire, mais cela ne fera que confirmer ce que beaucoup pensent déjà. Quant à Becker, il est la preuve que le Nobel d’économie n’immunise pas contre la bêtise et pire que cela, qu’il l’adoube.

      21. Tu exagères Fod. Becker voyait en la sécurité sociale l’ennemi de la famille, car elle créait une distorsion dans la propension naturelle des enfants à s’occuper de leurs vieux, alors que pour jducac, l’ennemi de la famille, c’est le « melting pot incontrôlé » de l’immigration et l’arrivée des « familles polygames ».

        C’est nettement plus respectable comme position, non ?

      22. Là, je crois que c’est toi qui exagère, mon cher Julien. Tu prêtes à Jducac des idées que je ne me souviens pas avoir lu explicitement sous sa plume, malgré ses perles innombrables et inénarrables… à moins d’avoir loupé un épisode. Ou bien le déduirais tu de son attirance mélancolique pour l’idéal FTP?

        Par contre, le conte de fée du « spermatozoïde capitaliste », c’est du pur Becker…en pire. Avec un peu de travail et une publication à la clé, il serait bien capable de nous décrocher le Nobel…

      23. Z’êtes en grande forme, Julien !
        Allez zou, matelas et dodo, faut que je préserve mon capital sommeil ! 😉

      24. @ Julien Alexandre 6 juillet 2012 à 00:37
        Cher Julien, permettez moi ce conseil : Restez bon, vous ne le regretterez jamais.

        Ça peut arriver à tout le monde de déraper. Même Mitterrand s’est spontanément rangé sous la bannière FTP. Quant au spermatozoïde dont vous êtes issu, cette insignifiance, ce porteur d’un grand capital (génétique), pourquoi êtes-vous aussi ingrat à son égard ? Ne vous a-t-il pas donné la possibilité de vivre ? Que seriez-vous s’il n’avait pas été là et ne s’était pas débattu pour que son capital lui survive ?

      25. @ jducac

        Quant au spermatozoïde dont vous êtes issu, cette insignifiance, ce porteur d’un grand capital (génétique), pourquoi êtes-vous aussi ingrat à son égard ? Ne vous a-t-il pas donné la possibilité de vivre ? Que seriez-vous s’il n’avait pas été là et ne s’était pas débattu pour que son capital lui survive ?

        Moi, ingrat ? Vous plaisantez : j’ai érigé un temple au spermatozoïde dont je suis issu (on lit sur le monument à sa gloire « au spermatozoïde inconnu », étant donné qu’il n’a laissé ni nom ni adresse après m’avoir donné la possibilité de vivre en se « débattant » comme un beau diable). J’y allume un cierge tous les jours pour y célébrer le culte du capital et je récite à cet effet 5 pater (familias, évidemment). Il m’arrive d’ailleurs parfois d’entrer en transe en psalmodiant une version détournée de Maxime Le Forestier : »Toi, le spermatozoïde que je n’ai jamais vu ».

        Cher Julien, permettez moi ce conseil : Restez bon, vous ne le regretterez jamais.

        Cher jducac, permettez-moi ce conseil : restez juste vous-même, on ne le regrette jamais.

    3. @Kaiserman

      Un bon père de famille (j’en vois déjà certain sourire) diversifie ses actifs patrimoniaux. Cette stratégie s’avère particulièrement nécessaire en période de crise, d’autant plus lorsqu’un scénario de sortie n’est pas encore esquissé.

      Vous le savez Kaiser, en période de crise, des fortunes se font et se défont. Les placements alternatifs apportent souvent leurs lots de plus-value aux audacieux. Il convient de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, alors mettez-en un ou deux par ici, sait-on jamais.

  21. Quand on danse avec le diable il faut s’attendre à ce que la musique prenne fin.

    Une fois la crise passée pour les banques elle achèveront les états. Pour l’instant le gagnant gagnât est toujours de rigueur. Mais ce temps finira par disparaître. Et le diable réclamera son dut

  22. « – Un étonnant secret pèse sur citro,Luj.
    Garde ça pour toi.Une voyante m’affirmé,il y a six ans,que Citronelle était la fille de Hitler.
    Je sursaute,scandalisé:
    – Merde alors!
    -Hitler serait pas clamsé en 1945,mais en 1951.C’est Bormann qui a été grillé à sa place.Le fureur ,pourtant porté sur les grands jeunes gens blonds,aurait fait un gosse à une fille naturelle
    de joseph Gueubell’s ;ainsi naquit Citronelle qu’un ancien SS aurait eu pour mission d’aller déposer dans les chiottes du Rex.
    Actuellement,des nazis chercheraient à récupérer Citro pour en faire une sorte de Jeanne d’Arc prussienne: » (Luj Inferman’ et La Cloducque de Pierre Siniac).

    Danser sur l’étoffe des ombres portées-centrer sur le pas de croisière-d’une traite.
    La nuit devint blanche,et la main se cachait derrière des ciels bleuis-Destinés aux histoires artistiques irradiantes et poly- anévrysmales.
    Désillement of course – et l’épouvantable.
    A la faveur d’un rainbow matador -boulot ,tripot,gargottes – des signes extérieurs de faiblesse,les charmes de l’abbesse polarisent vers l’extrême ponction-ça dérape du choux.
    Coup du berger en milieu tempété-dancing pour gaspards -et la mère adoptive qui crie sa peau de lapin.Sisi revêt son masque d’obsidienne.C’est le close up du tarmac.

    Fille de joie,hirondelle des latences-elle saute sur des cabris.Katy bécote avec son Conrad hirsute-qui s’extasie des rivages des Faucilles.
    Revenus du puits des fous.Longtemps montèrent des brouillards de Brigoulus récitant des abécédés.Les drakkars noirs de guerre lasse.
    A perdre son ticket pour Longchamp-religiosité des rives exorcicées-redoutant les saisons du confort .Hiroshima mes amours dans les braises de satin-Iliens tels des lotophages qui se rejouent la fantaisie militante à l’intérieur des fumigations vertes-abyssales -comme des particules exfoliantes sur une sauce au chien-un goût de charters.
    Musique my lord.Avale Manfred.

    The Puppini Sisters-Wuthering Heights.
    http://www.youtube.com/watch?v=8rYEiERfKqU&feature=related

  23. « « John, c’est là un sujet dont, tu le sais bien, nous avons déjà eu l’occasion de discuter dans le passé, toi et moi, en de très nombreuses occasions … »

    Menace à peine voilée.  » J’ai ce qu’il faut sur toi si je plonge, tu plonges. »

    Pis tu sais quoi, si tu continues j’ai mes petits Kerviel à moi comme matelas:

    « Bob Diamond, ex-directeur général de la banque britannique Barclays, qui a démissionné à cause du scandale sur des manipulations de taux interbancaires, a admis mercredi des « erreurs » et des « comportements répréhensibles » au sein de son groupe.
    « Il y a eu clairement des erreurs, clairement il y a eu des comportements répréhensibles », a déclaré M. Diamond à Londres devant la commission du Trésor de la Chambre des communes, s’inquiétant du coup porté à l’image de Barclays à cause d’un « groupe de traders au comportement répréhensible ».

    « Je me suis senti physiquement mal » en lisant les courriers électroniques des traders à l’origine des manipulations des taux Libor et Euribor, a indiqué M. Diamond lors de cette audition qui a duré près de trois heures. « Je suis désolé, je suis déçu et je suis également en colère car il n’y a pas d’excuse pour ces comportements. »
    Selon lui, quatorze traders de Barclays ont pris part à ces actions. Le rapport de l’Autorité britannique des services financiers (FSA) stipule qu' »au moins 14 traders de Barclays » sont impliqués. »

    Extrait du parisien.fr la source :

    http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/barclays-bob-diamond-admet-des-erreurs-et-des-comportements-reprehensibles-04-07-2012-2077546.php

  24. Voila un bel exemple , du nouvel ordre qui nous dirige , et bien sur , n oublions pas les chiens de garde, et nous avons la trinité actuelle , avec notre complicité passive, mais que faire?

    1. 1789-2012, les 3 ordres:

      La noblesse, le clergé, et le tiers-état. Mais visiblement le tiers-état n’a pas encore assez faim pour renverser les deux premiers ordres: il continue à courber l’échine.
      Mais ne désespérons pas, les 2 premiers ordres, s’emploient avec constance et continuité dans le « changement » (droite et gauche confondue), à vider la gamelle du troisième.

    1. Après Delamarche sur Radio Courtoisie, voici Olivier sur Ici et Maintenant, la radio des ovnis et des fachos…

      Je vais essayer de convaincre Paul de faire un papier dans Minute, et puis dans la foulée François fera désormais sa chronique dans Rivarol. Qu’est-ce qu’on se marre.

      Facepalm

      1. Ouaich, Julien. Il y a parfois de quoi désespérer.

        Par contre, je ne pense pas qu’ils adhérent aux idées politiques de ces « diffuseurs ».
        Ils leur permettent de s’exprimer et surfe sur la situation actuelle.
        Et tout l’art de ces extrêmes est de cacher leurs vraies idées, ne l’oublions pas.

      2. Signes d’une époque troublée, confusions et mélange des genres, un autre parallèle avec les années 30.
        Regards croisés sur ce passé, Gilles de Drieu La Rochelle et Aurélien de Louis Aragon.

    2. … et Onubre Einz dans La Cause du peuple (version 68-72) avec la caution morale de Didier Chambaretaud

  25. En effet c’est bizarre que quelques paroles dissidentes se retrouvent diffusées sur des médias à peine chelou. Même la critique libérale est mise sur une voie de garage. Le capitalisme est une stratégie de domination mondiale, et il a trouvé ses stratèges.

    1. Bonjour

      Le « capitalisme » n’est qu’un mot qui cache, peut-être (d’après moi, vraisemblablement), une réalité inhérente à l’espèce biologique qu’est l’être humain [et si on suit Benjamin Libet, cela peut aller bien, bien plus loin…)!!! Alors, le seul mot qui compte dans notre cerveau informatique, c’est le devoir (par rapport à CE que vous voulez, en fonction des périodes et de l’Histoire, de votre génétique, de votre religion et de votre vécu). Tout le reste n’est que l’écume des moments que nous vivons, à une période donnée. Ce site, dans les réactions – comme Médiapart au demeurant -, en fait la démonstration permanente (et là, je vais « titiller »… via une vieille phrase « les chiens aboient, la caravane passe »).
      Chris

      PS : quant aux stratèges, je vous recommande la lecture de Thucydide et de son « la guerre du Péloponnèse », où comment les « stratèges » étaient élus dans la démocratie (fausse en fait à nos yeux actuels) naissante à Athènes.

      1. Vieux débat…. L’être humain doit se dépasser sinon il ne survivra pas ou très mal. Il lui faut dépasser en toute conscience sa « nature » capitaliste qui est par nature autodestructeur. Il lui est vital de choisir le bon sens et l’intelligence à la cupidité et la bêtise. Ou pas.
        P.S Oui, je l’ai lu. L’histoire par excellence.

  26. Je constate qu’à chaque fois qu’une banque ou autre organisme financier est pris le doigt dans le pot de confiture, un gros chèque suffit à contenter les plaignants et les autorités.
    Le monde financier serait-il différent si les auteurs de ces « erreurs » (terme consacrés du milieu) étaient responsables de leurs actes devant la justice plutôt que la seule responsabilité soit portée par la banque ?
    En bref, remettre en cause les statuts tels que « société anonyme » ou autre « personne morale » serait-il une début de solution ?

    1. Négativement non, Demobilier.
      Ce n’est à chaque fois PAS un gros chèque lorsque l’on regarde les sommes récoltées par les banques.
      A vue de nez, le chèque ne dépasse jamais les 25% du bénéf et la moyenne doit s’établir à 15%.
      Il ne faudrait pas les couler, ces « pauvres » banquiers.
      Par contre, c’est leur image qui en prend à chaque fois un coup (coût 😉 ). Et ça, c’est très bien.

      Dernier coup en date :
      http://www.latribune.fr/depeches/reuters/cor-les-banques-supprimeront-certains-frais-sur-les-prelevements.html
      « Pour l’Autorité de la concurrence, le règlement de ce dossier marque une nouvelle étape dans le vaste dossier des commissions bancaires, qui l’a conduite depuis deux ans à infliger près de 385 millions d’euros d’amendes à 11 banques sur le volet « chèques » et lui a permis d’obtenir du secteur une forte réduction des commissions sur les paiements et retraits par carte. »
      Mais… :
      « Les banques françaises supprimeront d’ici septembre 2013 des commissions sur les prélèvements représentant un montant global de 300 millions d’euros, a annoncé jeudi l’Autorité de la concurrence. »
      Juste une année de profits… Soit, rien.

      La remise en cause des statuts de personne immorale doit en effet faire partie du plan d’ensemble, naturellement.

  27. Diamond rejoins la longue liste des financiers ‘hors la loi’.

    Il faudrait maintenir à jour la liste de toutes les personnes de la finance condamnées pour fraude, corruption et autre délit d’initié… il semble que la profession que la profession soit « à risque ». L’appât du gain…

    1. Sauf qu’ils ne risquent rien…ils s’enrichissent. Rares sont ceux qui finissent en prison (mis à part Madoff qui ne volait que les riches…)

  28. « La guerre des élites et de l’information. » La guerre d’ego et la guerre d’argent sont pour moi, la même chose ! C’est remplacer un conflit par un autre. Et le sens ?
    Oui, navré de voir ces guerres pour le pouvoir, parce que l’information, c’est le pouvoir. Un principe qui rétablirait les injustices, serait sans doute que celui qui paye plus d’impôt, bénéficie le plus de l’information. Alors sa contribution financière serait pour le bien de tous et il pourrait prendre conscience de la valeur réelle de l’information. Il conviendrait d’avoir une information gratuite (domaine public) pour les besoins primaires et une information payante pour les besoins secondaires. Le jour où pour avoir l’information, il faudra payer à la communauté sous forme d’impôt la connaissance alors l’usage de celle-ci sera bénéfique financièrement à tous. Aujourd’hui, l’information appartenant au domaine public ne trouve pas sa contrepartie. Donc, une nouvelle valorisation s’imposerait. Le prix de la connaissance est mal définie. La preuve en est, voir ce que font les élites avec….Malheureusement, la connaissance est loin d’être au service de tous. C’est l’individualisme par le capitalisme. Ne pas payer d’impôt et bénéficier de l’information, sont les vices de la main invisible.
    L’homme étant incapable d’aimer son prochain alors c’est l’impôt qui devrait rétablir le déséquilibre. Le déséquilibre crée par la connaissance de quelques uns serait alors au prix et au service de la communauté. Pas de contributions, pas d’informations ! Sinon, tous les systèmes envisageables auront toujours leurs délits d’initiés. Pire, l’information se dirige vers ceux qui ont de l’argent. Enfin, un système qui met un prix a une force (matérialisme) sera toujours déséquilibré. Il y a des capitaux qui n’ont pas de prix. alors le système lui en attribue un : la valeur nominale qu’on lui donne. Demain, il faudra payer pour avoir du chagrin…Qui est le plus responsable ? (ils me disent que les banques ont la dance de st Guy et qu’il y a le prix politique ?). Sans doute l’enseignement de la race génétique à droite contre l’enseignement de la race intellectuelle à gauche….Misère (1977 : le tour de France par deux enfants) ! On ne risque pas de confondre polonais et polonium….

  29. De par la spécificité des échanges entre les milieux financiers et politiques :

    Ca se nomme un conflit d’intérêt ou un délit d’initié.

    Et les payeurs sont les citoyens.

  30. Trés surpris également de la familiarité ,j’ai tout d’abord cru entendre gent(leman) mais non,il n’y avait pas honorable.merci honorable Paul.

  31. J’ai pris connaissance avec stupéfaction de ces manipulations et tricheries.
    Les Infos de Paul confirmées par les articles récents du Monde dévoilent une triche de très grande envergure en association.
    Comment qualifier ceci, quelles sanctions appliquer afin d’être proportionnel aux petits délits.
    En tous cas le cas Kerviel c’est da la roupie de sansonnet comparativement
    A voir aussi, de la même veine, ces 2 infos publiées dans la 12:15 du Monde du 4 juillet.

    1. De la fondation Robert Schuman – SECTEUR FINANCIER
    La régulation financière après la crise des « subprimes » : quelles leçons et quelles réformes ?
    Source : Fondation Schuman.

    http://www.robert-schuman.eu/doc/questions_europe/qe-246-fr.pdf

    2. Le « shadow banking », c’est quoi, ça sert à qui, sacerdoce ? Clés pour comprendre, est ce dangereux ?

    Après les « subprimes », voici le « shadow banking ». De quoi s’agit-il ? De finances occultes ? D’opérations douteuses et secrètes ? Non, bien sûr. Mais d’activités financières tout à fait légales et, pour la plupart, tout à fait ordinaires, mais exercées par des entités non bancaires, et donc hors de la sphère de la supervision et de la régulation bancaire. S’agit-il pour autant d’activités totalement non régulées ? Non plus. Même si certaines d’entre elles le sont effectivement.

    En quoi consiste le « shadow banking » ?

    Pourquoi cette soudaine attention à leur égard ?

    Du fait justement qu’elles échappent aux régulateurs bancaires et financiers. Et que ce qui leur échappe ne permet pas d’en contrôler l’évolution alors qu’il s’agit de crédits, dont on connaît l’importance en termes macro-économiques. Mais c’est surtout la soudaine explosion des volumes qui inquiète. Selon le Forum de Stabilité Financière (FSB), les activités de la finance parallèle
    s’élevaient en 2010 environ 46 000 milliards de dollars, soit un doublement en dix ans.

    Mais surtout, elles représenteraient entre 30 à 40 % du système financier régulé. Ces chiffres sont bien sûr complexes à manier, notamment du fait du « double comptage » (un repo effectué par un OPCVM monétaire est ainsi comptabilisé deux fois)[1]. Mais quel que soit le chiffre exact, l’ampleur du phénomène est réel […].

    http://alternatives-economiques.fr/blogs/vauplane/2012/07/01/shadow-banking-la-prochaine-bulle/

    Alors, que conclure ?
    Si les activités de finance parallèle ne sont ni répréhensibles ni nuisibles, elles méritent de façon urgente d’être mieux connues de la part des régulateurs, ce qui passent par une plus grande transparence de celles-ci, voire par la mise en place d’outils de reporting obligatoires, y compris pour les entités non régulées.

  32. il y a des moments où leur théâtralisme de façade crève l’écran
    mais le reste du temps c’est aussi et toujours le même théatre mais les réparties roulent mieux les « r » et les inflexions sont moins criardes
    le reste du temps nous sommes comme devant la télé des spectateurs passifs du grand cinéma qu’on nous joue en devanture pour occuper les esprits.
    de « com » il n’y en a pas réellement
    la seule vraie « com » réside dans CE QUI N’EST PAS DIT
    et normalement c’est de cela dont VOUS devriez nous informer
    car tel est votre role et la seule réelle attente que nous ayons de vous
    si le net ne sert pas à justement tenter une forme de démocratisation de la situation par une information plus pertinente que celle du cinéma officiel a quoi sert- il?
    juste nous faire remarquer que nous sommes au cinéma?
    ça on le sait
    ce qu’on aimerait c’est anticiper sur leur démagogie pour déjouer leur stratégie d’omnipotence du pouvoir et de manipulateurs
    c’est rendre les moyens d’une conscience à l’ensemble de l’humanité pour que les choix se fassent sur des critères plus globaux
    et que le pouvoir de manifester( pas en descendant dans les rues) mais de décider de nos propres actions en les inscrivant dans un champ de conscience et de connaissance, soit plus effectif
    franchement ça fait « vacances » et ramollo que de nous détailler les mécanismes de leurs simagrées médiatiques
    votre analyse pourrait creuser plus avant et nous dire par exemple les réelles motivations de cette exposition
    en général quand on s’adonne beaucoup au cinéma plus qu’à dire quelque chose c’est qu’on panouille dans la semoule, donc Diamond fait face à un vide, ses faux opposants aussi . en quoi consiste ce vide ( le vide en taoisme étant une forme et une puissance en soit établie en vue de recevoir quelque chose ou de chercher à créer une contrainte au remplissage , le vide aspire le plein
    de quel vide s’agit-il et quelle visée a t-il?
    ou est-il le résultat d’un torpillage récent ayant créé une dépression à cet endroit.
    bref informez nous sur le fond plus que sur les effets de façade
    notre préoccupation se situe derrière les décors

  33. Pour aller au plus court je vais donner 3 exemples , parmi une multitude qui font qu’on ne peut faire autrement que de nous prendre pour des cons .
    1) Le complot des couteaux . Chacun a fait l’expérience de couteaux qui ne coupent pas , ou mal , qu’on aiguise à maintes reprises sans résultats . (A moins que vous ne mangiez , tout préparé ).
    Regardez votre couteau , il est aiguisé à gauche . Vous étes gaucher ? Reprenez le méme aiguisez le à droite , vous allez voir la différence !
    Moi qui vous poste , depuis le néolithique on l’on a inventé le couteau je suis le génie qui a découvert que pour un droitier le couteau s’aiguise à droite ou y’a autre chose ?
    Ceci dit si vous n’aller pas croire qu’en me piquant mon idée , vous tenez un bussiness-plan d’enfer et allez devenir le Guy Degrenne du couteau , parce ce qui va se passer c’est qu’au moment où ayant fait les investissement nécessaire le prix du couteau va
    baisser brusquement , ruinant vos espoirs où bien qu’une loi fort opportune va sortir pour interdire les couteaux aiguisés à droite
    de toute évidence , dangeureux pour les enfants et servant la criminalité . Vous découvrez par là que le capitalisme n’existe plus .
    2) Notez le prix du thym , ou de la menthe , ou autre au supermaché . Prenez un plan faites le poussez sur votre balcon ou fenétre . Rapport de prix : 10 fois moins cher , et meilleur .
    Vous pouvez généraliser , meubles , maison , voiture , énérgie , ordinateur , etc…( à condition que vous ne cherchiez pas à refaire la méme chose , mais la méme fonction, sinon vous bricolez , ce que vous faites c’est du genre collier de nouilles ) .
    On vous enseigne que l’échange , la division du travail ,la productivité formidable de notre temps , tout çà fait que vous avez mieux pour moins cher . Où est l’erreur ?
    3) C’est une conséquence du 2) ou Karl Marx expliqué au nulls . Au lieu de faire le calcul
    qualité/prix , ou autre maniére d’évaluer ce que vous payer d’impot en mettant telle ou telle recette ou dépense dans tel ou telle rubrique , ou encore dois-je louer ou acheter , etc …
    Ayant l’éxpérience du temps et du cout qu’il faut pour faire par vous méme et ayant constaté que
    çà vous divise par au moins quatre le cout , vous avez fait comme mr Jourdain sans le savoir
    un calcul du genre combien de temps dois-je travailler en tant que salarié ou libéral pour me procurer ceci et vous l’avez comparé au temps qu’il vous faut pour le faire . Là vous vous estimer moins con . Mais vous rebondissez sur une autre question , je ne peux pour autant tout faire par moi-méme . Et ne peut faire de bras d’honneur à Bob Diamond et ses semblables tant que mes semblables à moi , autour n’ont pas pigé çà . C’est une question de ‘capitalisme’vous croyez ?
    J’en profite , maintenant que vous avez compris Karl Marx , par expliquer une formule d’un tel génie , qu’elle laisse les commentateurs muets . La formule de la MMt (R-G)+(S-I)-BC , qui vous explique qu’un état fait ce qu’il veut en matiére de monnaie .
    et bien d’autres choses , déjà vous notez que chacun de ces termes est un produit (quantités*prix) , dans le cas où il n’ y a pas d’étranger , il n’y a pas de BC , ni de monnaie étrangére , toutefois vous avez compris que vous avez une monnaie : votre temps ,
    donc il y a une BC (balance comptable), négative pour vous ,on vous vole votre vie , par le biais des dépenses de l’état , censée
    assurer la croissance donc votre emploi .

    1. quelle pédagogie!
      on ne peut plus clair…
      la vraie richesse c’est le temps

      les voleurs construisent la leur en vous faisant courir après le pompon rouge de désirs qui ne sont pas les vôtres.
      pendant que vous courrez ils s’enrichissent.

  34. Moi je comprends que quand tu as un magasin de machines à laver et que tu escroques tes clients tout le monde trouve normal que tu ailles en prison…
    Les banquiers eux reçoivent des commissions ET… des lauriers !!! et en plus, ils ont plein de nouveaux copains près à leur balayer la route !

Les commentaires sont fermés.