Archives par mot-clé : pandémie

Covid-19 – 48 ou 72 heures ?

Google vient d’informer ses salariés aux quatre coins du globe qu’il ne sera pas demandé à la plupart d’entre eux de revenir au bureau avant au plus tôt juillet de l’année prochaine.

L’histoire va vite ces jours-ci. Entre le moment où on s’est dit : « Une deuxième vague se dessine-t-elle ? », et le moment où on dit aujourd’hui (ici ou ) : « Elle est là ! », il s’est passé quoi ? 48 ou 72 heures ?

Partager :

Vidéo – Nous sommes très mal équipés pour la suite

Tiens ! Quelqu’un qui parle de la même chose que moi, même si c’est de tout autre autre chose 😉 . Et qui réagit de la même manière que moi devant les questions insolubles 😀 : Continuer la lecture de Vidéo – Nous sommes très mal équipés pour la suite

Partager :

La démocratie directe en Californie au temps du Coronavirus

Vous vous souvenez du RIC (Référendum d’initiative citoyenne) proposé par les Gilets jaunes ? Je vous avais signalé à l’époque que cela existait depuis longtemps en Californie, et quand je dis « longtemps », je veux dire vraiment longtemps.

Wikipédia :

Il y a trois formes de démocratie directe dans le système électoral californien : l’initiative, le référendum obligatoire et le référendum optionnel. Les référendums obligatoires ont été introduits dans la Constitution californienne en 1856. L’initiative et le référendum optionnel (ou facultatif) furent introduits en 1911.

Les pouvoirs locaux ont par ailleurs une grande autonomie, au niveau des villes, des comtés, et même des unincorporated areas : des communautés sans direction, si ce n’est celle du comté.

La Californie constitue-t-elle donc un exemple sur le plan de la démocratie directe et de la délocalisation des pouvoirs (séparons un instant la question de la concentration de la richesse) ? Je dirais oui personnellement : en ce qui me concerne j’ai vécu d’ailleurs très agréablement douze ans en Californie et très désagréablement quelques semaines seulement au Texas.

Mais n’y a-t-il aucun inconvénient ?

Voyez la capture d’écran faite ce matin. À gauche : la Californie reconfine en raison de la deuxième vague. À droite,  le comté d’Orange vote la réouverture des écoles sans masque. Orange est sur la carte, le comté immédiatement au Sud de celui de Los Angeles, le plus atteint par la pandémie.

Partager :

Covid-19 – Le tri est en train de se faire entre les approches qui marchent ou pas

La première vague continue d’enfler

Le tri est en train de s’opérer (fameuse « preuve du pudding » : il existe parce qu’on peut le manger) entre les systèmes politiques efficaces (plus ou moins) et ceux qui ne marchent pas.
Continuer la lecture de Covid-19 – Le tri est en train de se faire entre les approches qui marchent ou pas

Partager :

Covid-19 – Y a-t-il une conspiration des complotistes ?

À la recherche de la source d’une désinformation systématique sur l’élection présidentielle de 2016 aux États-Unis, le FBI repéra une agence à Saint-Pétersbourg et inculpa un certain nombre de ses salariés.

Il n’est évidemment pas donné à tout le monde d’avoir les moyens de découvrir la source d’une intoxication et … d’inculper ses responsables.

Cela étant dit, je suis cependant surpris que ceux qui dénoncent la production de fausses informations relatives à la pandémie du Covid-19, apparaissent dans l’ensemble superbement indifférents à la question : « Qui sont les inventeurs des bobards (avant de les répandre) ? »

Certains sites se sont spécialisés dans la démystification et démontrent par leur activité que la découverte de l’identité de l’auteur de fake news est loin d’être irréalisable. Et si on trouve bien sûr souvent à l’origine de bobards, des individus chez qui se combinent banalement une très haute disposition à l’indignation et une capacité très basse  à comprendre les faits, la question très complotiste demeure : n’y a-t-il vraiment qu’eux ?

Partager :

Comment gérer efficacement un service de santé à deux vitesses ?

Le drugstore américain, comme nul ayant visité les États-Unis ne l’ignore, est un magasin hybride, combinant pharmacie et droguerie au sens classique, mais où l’on trouvait autrefois toujours aussi une soda fountain où l’on pouvait siroter un coca ou une ginger ale, commander un milk-shake (intraduisible) ou se régaler (miam !) d’un root beer float *, voire même une épicerie attenante.

Que faire dans un pays où les riches peuvent se soigner, et les autres… hum… ? Walgreens, le numéro 2 des chaînes de drugstore US (après CVS) a trouvé la réponse : elle annonce aujourd’hui que ses principaux magasins se compléteront d’un cabinet médical. Les médecins seront ses salariés. Les patients paieront selon un barème en fonction de leurs revenus.

* une boule de vanille dans de la racinette (composition : la salsepareille [avis aux Schtroumpfs !] et le Smilax glyciphylla (Sweet Sarsaparilla), la gaulthérie couchée (Wintergreen), l’aralie à tige nue, l’épinette rouge, l’épinette noire, l’épinette de Sitka, la muscade, le clou de girofle, le cachou, l’anis vert, la bardane, l’écorce de cerisier noir, l’écorce de bouleau, la réglisse, la vanille, la mélasse, la cannelle et le miel).

Partager :

États-Unis : Un moment sans précédent dans l’histoire d’une nation en grand péril

Il y a au moment où j’écris, 2,95 millions de cas déclarés de Covid-19 aux États-Unis, c’est-à-dire 25,7% du total mondial. Et 132,39 mille décès attribués au Covid-19, soit 24,7% du total mondial.

Or la population des États-Unis ne représente que 4,25% de la population mondiale. Ce qui signifie que la pandémie affecte 5,9 fois plus les États-Unis que s’ils n’étaient qu’un « cas moyen » de la population mondiale. Un fait qui révèle une fragilité toute particulière de cette nation dans la crise présente. Fragilité dont chacun a deviné la source, mais se refuse encore à la nommer.

Pourquoi le mécanisme présidant au déroulement des événements présents demeure-t-il en effet invisible ? Du fait sans aucun doute de l’énormité de la chose : qu’une grande puissance soit parvenue à faire accéder au faîte du pouvoir de sa rivale, un homme à elle. Et que cette nation là, ayant même découvert le pot aux roses, soit dans l’incapacité de le dévoiler au grand jour en raison du déshonneur qui en résulterait pour elle, et qui la rétrograderait instantanément au rang d’acteur subalterne sur la scène géopolitique internationale, décrédibilisée sinon une fois pour toutes, en tout cas pour très très longtemps.

Partager :

« La chute de la météorite Trump », le 3 juillet 2020 – Retranscription

Retranscription de « La chute de la météorite Trump », le 3 juillet 2020. Bonjour, nous sommes le 3 juillet…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :