Qui étions-nous ? Les rives du Vincin (II) Indigènes et intrus

Plus avant, à mi-promenade vers Conleau, le paysage porte encore la trace de l’incendie qui l’a ravagé il y a quatre ou cinq ans. La plupart des pins qui se trouvaient là ont brûlé. Quelques troncs partiellement calcinés subsistent, témoignant du sinistre.

20160515_134241

Continuer la lecture de Qui étions-nous ? Les rives du Vincin (II) Indigènes et intrus

Partager

« Sous un régime d’empoisonnement interne », une dette écologique sociétale ?, par Jean-François le Bitoux

Billet invité.

Paul Jorion en guise de critique d’un article sur son dernier livre souligne : « Je crains qu’il n’y ait un malentendu quant à mon « revirement » ou « conversion » éventuels : ma position n’a jamais changé sur la question et je continue à dénoncer le gloubi-boulga heideggérien qui inspire le courant ultra-conservateur du mouvement décroissantiste ».

Continuer la lecture de « Sous un régime d’empoisonnement interne », une dette écologique sociétale ?, par Jean-François le Bitoux

Partager

Pour une comptabilité écologique universelle, par Jean-Paul Vignal

Billet invité.

Alors que la sagesse populaire dit à juste titre que plaie d’argent n’est pas mortelle, tout le monde parle avec émoi des dettes financières des Etats, alors que beaucoup moins de gens attirent l’attention sur une dette collective bien plus grave, car mortelle en cas de non remboursement : la dette écologique. Nous vivons en effet depuis le début des années 70 « à crédit écologique » car la pollution que nous créons est supérieure depuis cette date à la capacité d’absorption de la biosphère. Nous en sommes actuellement en gros à 1,6 fois et nous devrions atteindre 2 fois vers 2030 [1] si rien de sérieux n’est fait pour stopper cette progression.

Continuer la lecture de Pour une comptabilité écologique universelle, par Jean-Paul Vignal

Partager

Un Terminator à chats opérationnel en Australie, par Roberto Boulant

Billet invité.

C’est bien connu, la gentille petite boule de poils qui ronronne sur nos genoux se transforme en redoutable prédateur dès la porte du jardin franchie. Et les Australiens en savent quelque chose, eux dont les ancêtres introduisirent ce petit félidé pour lutter contre les rongeurs, ignorant par là-même qu’à chaque problème il existe une solution simple, évidente… et fausse.

Continuer la lecture de Un Terminator à chats opérationnel en Australie, par Roberto Boulant

Partager

Le dernier qui s’en va éteint la lumière, de Paul Jorion, éd. Fayard, 2016. Une note de lecture (III) : Compte à rebours, par Roberto Boulant

le dernier qui s'en va...

Billet invité.

Le long chapitre, près d’une centaine de pages, que Paul Jorion consacre à un état des lieux planétaire, provoquera peut-être chez certain(e)s un fou-rire incontrôlable.

Mais de ceux qui vous saisissent lors d’un enterrement, lorsque submergé par la peine et l’absurdité des choses, votre corps décide sans vous demander votre avis de relâcher l’insupportable tension.

Car il faut bien admettre l’absurde de la chose : aurions-nous eu la volonté de nous suicider, que nous n’aurions guère fait mieux !
Continuer la lecture de Le dernier qui s’en va éteint la lumière, de Paul Jorion, éd. Fayard, 2016. Une note de lecture (III) : Compte à rebours, par Roberto Boulant

Partager

De la comptabilité écologique, par Marie-Paule Nougaret

Billet invité.

Le propos revient souvent : pour se faire entendre des décideurs, ou des investisseurs, ou des comptables, comme il vous plaira, il faudrait « une unité de mesure écologique qui soit un sous-multiple de la capacité d’absorption de la biosphère » (Jean- Paul Vignal 26 février sur ce blog).

Continuer la lecture de De la comptabilité écologique, par Marie-Paule Nougaret

Partager

Le dernier qui s’en va éteint la lumière, de Paul Jorion, éd. Fayard, 2016. Une note de lecture (II) : Commercialement, l’extinction de l’espèce est une bonne affaire, par Roberto Boulant

Dernier_JorionBillet invité.

Ce qu’il y a de plus paradoxal avec cette curieuse espèce qui se nomme elle-même avec arrogance homo sapiens, c’est qu’elle est suffisamment stupide pour détruire son seul et unique habitat, tout en étant suffisamment intelligente pour comprendre et analyser lucidement les enchainements menant à l’inéluctable catastrophe.

Continuer la lecture de Le dernier qui s’en va éteint la lumière, de Paul Jorion, éd. Fayard, 2016. Une note de lecture (II) : Commercialement, l’extinction de l’espèce est une bonne affaire, par Roberto Boulant

Partager

Le dernier qui s’en va éteint la lumière, de Paul Jorion, éd. Fayard, 2016. Une note de lecture, par Roberto Boulant

Dernier_Jorion

Billet invité.

Est-il raisonnable de présenter un livre en disant que sa lecture est une rude épreuve ? Pire même, qu’il va à l’encontre de l’air du temps ! De celui qui ne cesse de nous susurrer à l’oreille que nous pouvons nous endormir tranquillement, que tout est sous contrôle. Ceux et celles qui ne veulent pas se poser de questions parce qu’ils ne veulent surtout pas avoir de réponses, ne liront pas ce livre de toute manière. Mais les autres, que sans une foi démesurée j’imagine les plus nombreux, risquent d’être pour le moins désarçonnés.
Continuer la lecture de Le dernier qui s’en va éteint la lumière, de Paul Jorion, éd. Fayard, 2016. Une note de lecture, par Roberto Boulant

Partager

Le temps nous est compté, par Philippe Soubeyrand

EL NIÑO 2015-2016(-2017?) vs ATLANTIQUE NORD : un choc se produit au dessus de l’Arctique et du Groenland, et nous vivons à l’heure Cosmopolis de l’indifférence, la luxure, l’orgueil, l’inégalité et l’indignité… Or le temps nous est compté ! Continuer la lecture de Le temps nous est compté, par Philippe Soubeyrand

Partager

Comme un vent de colère, chaque jour qui passe nous paraît plus sombre, par rienderien

Dernier_JorionBillet invité. Ouvert aux commentaires.

Bonjour Paul,

Le dernier qui s’en va éteint la lumière, je ne sais pas comment interpréter le titre de votre prochain livre, mais à première vue, il n’annonce pas des lendemains chantants, à ce titre je vous rejoins par instinct et je me permets de vous en donner ma version, qui répond aussi au billet de Jean-Paul Vignal.

Continuer la lecture de Comme un vent de colère, chaque jour qui passe nous paraît plus sombre, par rienderien

Partager

Comment inclure le défi environnemental dans le champ économique ? That is indeed the good question…, par Jean-Paul Vignal

Billet invité.

Je ne sais pas ce qu’en disent les journaleux de L’Economie Politique, mais je crois que le problème se pose en termes relativement simples : nous vivons de plus en plus « à crédit écologique », car la pollution que nous créons chaque année est en gros déjà 1,4 fois et demi la capacité d’absorption de la biosphère (earth overshoot day 2015 : 13 août), et devrait atteindre 2 vers 2030. La question devient alors : cette dette est elle solvable ou va-t-elle se transformer en impayé ?

Continuer la lecture de Comment inclure le défi environnemental dans le champ économique ? That is indeed the good question…, par Jean-Paul Vignal

Partager

« Si j’étais élue présidente de la république en 2017 ! », par Marie-Paule Nougaret

Billet invité.

Marie-Paule, Si vous êtiez élue présidente de la république en 2017, comment feriez-vous pour que Rémi Fraisse et Vital Michalon ne soient pas morts en vain ? Quel serait votre calendrier de décisions urgentes ou prioritaires, à moyen ou à plus long terme ?

Continuer la lecture de « Si j’étais élue présidente de la république en 2017 ! », par Marie-Paule Nougaret

Partager

Qui a peur de l’Écologie ?, par Jean-Paul Vignal

Billet invité.

Jacques Attali a publié hier sur son blog un billet intitulé « Sortir des idéologies négatives ! » dans lequel il dénonce les risques pour la démocratie d’une montée en puissance des idéologies qu’il appelle négatives, auxquelles il reproche de prendre éventuellement prétexte des menaces qu’elles dénoncent pour restreindre les libertés publiques. Il cite les deux suivantes :

Continuer la lecture de Qui a peur de l’Écologie ?, par Jean-Paul Vignal

Partager

Bonne première ‘alerte’ de l’année !, par François Corre

Billet invité

Première ‘alerte pollution’ (particules PM10) de l’année 2016, mais les sirènes médiatiques ne semblent pas trop fonctionner, ou si peu…

Pour Paris, Amiens, Rouen, Lille ou encore Londres et Bruxelles, ce n’était déjà pas folichon hier, mais pour aujourd’hui et demain (21/01), l’apnée et/ou le masque sont conseillés aux ‘personnes fragiles’ !

Continuer la lecture de Bonne première ‘alerte’ de l’année !, par François Corre

Partager

Piketty, le peuple, l’écologie et la République, par Pierre Sarton du Jonchay

Billet invité.

Piketty ne s’adresse pas au peuple quand il rend compte de ses travaux sur la nature et la mesure du capital ; ou quand il répond aux questions des journalistes sur l’actualité économique et politique. La légitimité de l’universitaire dans une élection du Président de la République au suffrage universel direct n’est donc pas frappante. Piketty s’adresse aux seules élites quand il explique les choses du capital. Le peuple voit empiriquement la réalité du capital en éprouvant quotidiennement les contraintes que sa rareté implique dans la vie concrète. Piketty n’est pas actuellement un candidat crédible et audible à la présidence de la République au suffrage universel direct. Mais il ne faut pas beaucoup forcer l’imagination pour voir Piketty en tête de la gauche au premier tour après avoir participé aux débats d’une primaire ; et prédire qu’il remporterait le second tour mieux que les professionnels de la politique face à Marine Le Pen.

Continuer la lecture de Piketty, le peuple, l’écologie et la République, par Pierre Sarton du Jonchay

Partager

EL NIÑO 2015-2016 : hélas monsieur Attali, le Père Noël n’existe pas, mais nous devrions tous croire en « L’enfant Jésus »…, par Philippe Soubeyrand

Billet invité.

C’est un fait incontestable : El Niño 2015-2016 pulvérise bel et bien tous les records d’El Niño 1997-1998 et contribue de manière substantielle au réchauffement climatique en cours dont il est aussi le fruit ! Les dernières images de la NASA (National Aeronautics and Space Administration) nous laissent sans voix…

Fig1-Image_El_Nino_1997_vs_2015

Continuer la lecture de EL NIÑO 2015-2016 : hélas monsieur Attali, le Père Noël n’existe pas, mais nous devrions tous croire en « L’enfant Jésus »…, par Philippe Soubeyrand

Partager

COP21 : un petit coup de marteau pour l’homme, un grand coup de masse sur l’Humanité… des lobbies en liesse… la grande parade des ONG est terminée !, par Philippe Soubeyrand

Billet invité

« Je ne vois pas d’objection dans la salle. Je déclare l’accord de Paris pour le climat adopté. […] C’est un petit marteau, mais je pense qu’il peut faire de grandes choses ! », Laurent Fabius, COP21, Paris, 12 décembre 2015 vers 19h30, sous un tonnerre d’applaudissements…

Dont acte [1] ! Les ONG ne se seront donc pas mises en colère ce jour là !

Continuer la lecture de COP21 : un petit coup de marteau pour l’homme, un grand coup de masse sur l’Humanité… des lobbies en liesse… la grande parade des ONG est terminée !, par Philippe Soubeyrand

Partager

Pourquoi se refuser les moyens de dépasser l’économie capitaliste ?, par Dominique Temple

Billet invité

Nous ne sommes pas à la veille d’une troisième guerre mondiale, qui relancerait le système capitaliste pour un tour comme en 14, mais à la veille d’une implosion sociale, d’une menace de malheur pour tout le monde, et par conséquent devant un impératif politique, celui de la transition de l’économie capitaliste en une économie post-capitaliste.

Continuer la lecture de Pourquoi se refuser les moyens de dépasser l’économie capitaliste ?, par Dominique Temple

Partager