Archives de catégorie : Deuxième vague

« Couvrez ce confinement que je ne saurais voir ! »

Le 22 septembre, il y a un peu plus d’une semaine, je publiais un billet intitulé Un confinement qui ne dit pas son nom, où j’écrivais entre autres :

La langue s’use rapidement et, vu le mauvais souvenir qu’a laissé le confinement, il ne sera jamais question de « reconfinement » : on parlera, comme on le fait en ce moment dans les communiqués anglais et écossais décrivant les modalités du reconfinement, de simples « restrictions ».

Gageons qu’à la troisième vague, on n’osera plus parler même de restrictions, vu le mauvais souvenir que ces restrictions auront laissé elles-mêmes, mais d’« adaptations nécessaires ». Et ainsi de suite.

Il a fallu seulement onze jours pour qu’un article aujourd’hui dans Le Monde intitulé Covid-19 : en Ile-de-France, la situation sanitaire continue de se dégrader, nous annonce en sous-titre :

Des « adaptations » des mesures de restriction sont à l’étude.

Tout y est : « restrictions » et « adaptations » !

Partager :

Covid-19 : Le virus sera-t-il impressionné par la fermeture des bars et restaurants à 22 heures ?, par Alexis Toulet

Selon le ministre de la santé espagnole Salvador Illa « les villes comptant plus de 500 cas pour 100 000 habitants devraient être fermées ». Il parlait de la situation à Madrid, où ce chiffre dépasse 720. Et il s’agit du taux d’incidence mesuré sur une semaine glissante.
Continuer la lecture de Covid-19 : Le virus sera-t-il impressionné par la fermeture des bars et restaurants à 22 heures ?, par Alexis Toulet

Partager :

Covid-19 : Patrick Bouet, président de l’Ordre des médecins : « La deuxième vague arrive plus vite que nous le redoutions »

Dans le Journal du Dimanche :

Patrick Bouet, président de l’Ordre des médecins :
La deuxième vague arrive plus vite que nous le redoutions. Cela suscite à la fois de l’inquiétude et de l’impatience. Mercredi, Olivier Véran a choisi un langage de vérité mais il n’est pas encore allé assez loin. Il n’a pas dit que, si rien ne change, dans trois à quatre semaines, la France va devoir affronter, pendant plusieurs longs mois d’automne et d’hiver, une épidémie généralisée sur tout son territoire, sans base arrière dans laquelle puiser des renforts humains, avec un système de santé incapable de répondre à toutes les sollicitations.

Partager :

Un confinement qui ne dit pas son nom

La langue s’use rapidement et, vu le mauvais souvenir qu’a laissé le confinement, il ne sera jamais question de « reconfinement » : on parlera, comme on le fait en ce moment dans les communiqués anglais et écossais décrivant les modalités du reconfinement, de simples « restrictions ».

Gageons qu’à la troisième vague, on n’osera plus parler même de restrictions, vu le mauvais souvenir que ces restrictions auront laissé elles-mêmes, mais d’« adaptations nécessaires ». Et ainsi de suite.

Où tout cela nous laisse-t-il ?

Aux États-Unis, qui ont dépassé officiellement dans la journée d’aujourd’hui le seuil des 200.000 morts, la population des différents états est censée ne pas croire ou croire à l’existence même de la pandémie selon la couleur Républicaine ou Démocrate de son gouverneur. Cet état de fait a généré une cacophonie favorisant la contamination puisque les frontières entre les états sont ouvertes. En Europe (« Vive l’unité d’action qu’a permise l’Union européenne ! » – excusez la plaisanterie de très mauvais goût !), la cacophonie est bornée précisément par la capacité de chacune des nations de fermer ses frontières à ses voisines, manière de leur signifier si les particularités de leurs restrictions conviennent ou non à sa variété propre de confinement refusant de dire son nom.

Partager :

Covid-19 : avons-nous la berlue ou sommes-nous malades ?, le 15 septembre 2020 – Retranscription

Retranscription de Covid-19 : avons-nous la berlue ou sommes-nous malades ?, le 15 septembre 2020 Bonjour, nous sommes le mardi…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Covid-19 : Les tribulations d’une personne-contact en France, par Erx

C’est une petite histoire vraie du jour sur la Covid-19. Elle  s’est passée sur mon lieu de travail.

Avant-hier soir je reçois un mail à la maison d’une stagiaire qui m’écrit à moi et à ma supérieure hiérarchique. Elle venait de se faire tester positive asymptomatique à la Covid-19 .

Le lendemain matin, arrivé au travail, commencent à circuler quelques mails d’information pour prévenir, appliquant par-là la consigne qui nous avait été délivrée. Quelque temps plus tard, ma supérieure hiérarchique fait un mail à son groupe pour les avertir de leur situation à risque d’avoir été en contact avec la stagiaire. Puis la matinée suit son cours, chacun à ses activités.

Continuer la lecture de Covid-19 : Les tribulations d’une personne-contact en France, par Erx

Partager :

Dynamique des entrées-sorties en réanimation en France (Mise à jour), par a113

Ici :

1- une courbe de la dynamique de l’épidémie depuis le 01/04. +

2- la même à partir du 17/04, pour détailler

3- un graphe superposant les entrées « brutes » en réa (bleu) à la dynamique des entrées « brutes » (rose) (dans ce schéma, c’est surtout l’enveloppe des courbes qu’il faut observer, cad tracer mentalement la tangente), ceci depuis le 04 mars (données les plus anciennes que j’ai pu recueillir).

Continuer la lecture de Dynamique des entrées-sorties en réanimation en France (Mise à jour), par a113

Partager :

Gestion de la Covid-19 : Approximation, déni, double langage, par Bruno Savelli

Il paraît que l’exemple vient de haut. Dans ce cas, cette vidéo est exemplaire : BlaBla 1er en train de s’étouffer sous son masque et d’enfreindre tous les gestes barrières.

Pas de placage au sol, ni d’amende … bizarre

Toute la gestion de cette épidémie est à cette image : approximation, déni, double langage. Un résumé du capitalisme financier.

Continuer la lecture de Gestion de la Covid-19 : Approximation, déni, double langage, par Bruno Savelli

Partager :

Dynamique des entrées-sorties en réanimation en France (Mise à jour), par a113

La courbe du jour (05/09) montre toujours une même tendance …

J’ai pu évaluer à un facteur 1/5 la « virulence » de la tendance actuelle (en évaluant la pente des courbes de début mars et celle de fin-août) par rapport à la période 3->17 mars, donc elle est beaucoup plus faible qu’à cette époque, ce qui correspond au R0 actuel estimé à 1,4 (au lieu de 3,0).

Il s’agit donc de ne pas « laisser aller » (O. Véran signalait hier soir un risque de hausse des cas graves fin septembre, ce qui est logique en observant cette évolution).

Ce qui m’inquiète, c’est qu’il semble qu’une partie de la société fasse des politiques sanitaires (masque, dépistage, isolement..) un enjeu de politique générale et n’en « sabote » du coup l’intérêt …

Par ailleurs, la politique des tests PCR est totalement erratique dans certaines régions (pas de ciblage macroscopique, donc saturation pour des demandes de « confort ») et ajoute de la confusion à la confusion.

On ne pourra se permettre des tests « tout-venant » que quand les tests salivaires seront homologués.

Je pense que le problème vient de ce que les services des personnels ARS chargés des suivis ne soient pas très au point, du moins par endroit et que les « sas » entre labo privés et « correspondants » dans le service public ne soient trop « idéologiquement » hermétiques.

Ce n’est pas nouveau, hélas…

Sur le plan organisationnel, on est donc toujours dans le même état d’esprit qu’au début de l’année : vision à courte vue, pregnance du « micropolitique ».

Partager :

Dynamique des entrées-sorties en réanimation en France, par a113

Devant le scepticisme de certains, je joins :

1-la courbe actualisée (Covid19_1105_2908) avec les données du 29/08, la variable d en ordonnées (Y=Axe Vertical)  représente la dynamique des entrées-sorties en réanimation+++

(rappel si d > 0, elles augmentent, si d < 0 elles diminuent)

Elles semblent stagner à la hausse depuis quelques jours  , d+-=  + 2,5%.
Continuer la lecture de Dynamique des entrées-sorties en réanimation en France, par a113

Partager :