Un confinement qui ne dit pas son nom

La langue s’use rapidement et, vu le mauvais souvenir qu’a laissé le confinement, il ne sera jamais question de « reconfinement » : on parlera, comme on le fait en ce moment dans les communiqués anglais et écossais décrivant les modalités du reconfinement, de simples « restrictions ».

Gageons qu’à la troisième vague, on n’osera plus parler même de restrictions, vu le mauvais souvenir que ces restrictions auront laissé elles-mêmes, mais d’« adaptations nécessaires ». Et ainsi de suite.

Où tout cela nous laisse-t-il ?

Aux États-Unis, qui ont dépassé officiellement dans la journée d’aujourd’hui le seuil des 200.000 morts, la population des différents états est censée ne pas croire ou croire à l’existence même de la pandémie selon la couleur Républicaine ou Démocrate de son gouverneur. Cet état de fait a généré une cacophonie favorisant la contamination puisque les frontières entre les états sont ouvertes. En Europe (« Vive l’unité d’action qu’a permise l’Union européenne ! » – excusez la plaisanterie de très mauvais goût !), la cacophonie est bornée précisément par la capacité de chacune des nations de fermer ses frontières à ses voisines, manière de leur signifier si les particularités de leurs restrictions conviennent ou non à sa variété propre de confinement refusant de dire son nom.

Partager :

37 réflexions sur « Un confinement qui ne dit pas son nom »

    1. Si l’on prend le ratio « nombre de morts réputés covid/ population totale » , les USA ont donc fait pire que nous qui n’étions pas trop bien placés .

      ( 0 , 00061 pour les USA et 0,00048 pour la Gaule ) .

      Et le match n’est pas terminé .

    2. Et encore, le cdc a revu sa communication autour de l’excès mortality. J’avais remarqué que ces chiffres étaient assortis d’une astérisque précisant ne pas avoir toutes les données depuis février.
      Je viens de voir un article s’intéressant à cette la problématique de l’excès de mortalité sur medxiv, ainsi qu’ un article du times en cher hasn’t Cette page du cdc. Le NYtimes (du 12 août) précise que la mortalité excédentaire est de l’ordre de 60000 unités de plus que ce qui est communiqué comme étant covid. L’article médical (15 septembre) pointe, quand à lui, une mortalité excédentaire renseignée comme pneumonie importante et pose la question de savoir si ce ne serait pas des covid (20. 000 devraient être requalifiés, sur 70.000 cas de Covid sur la période étudiée ). (je n’ai pas les liens sur cet appareil, mais ce sont les premiers résultats d’une recherche Google « united states excess deaths 2020 »)
      Je remarque la proportion de cas supplémentaire obéissant de manière satisfaisante à la fameuse règle de trois, en tous cas dans les limites statistiques liées à cet exercice.
      Tout ça pour dire que j’ai l’intuition que le nombre de morts communiqué aux États Unis est enjolivé pour que le Twitteur en chef puisse se vanter de ses beaux résultats. Bien sûr, cette intuition ne pourra en aucun cas être validée avant novembre, mais j’espère qu’on aura un jour accès à des données fiables sur le sujet.
      Plus simplement, il est aujourd’hui admis un taux de mortalité d’environ 0,5 % du covid, avec environ 5 millions de cas, le nombre de morts devrait être aux environs de 250.000, et vu le système de santé américain, on s’attend à plus, vu la proportion de gens n’ayant pas accès aux soins.

      Enfin, comme les nombres dont j’ai parlé juste avant sont autant de vies brisées, je déteste ce genre de débat sans m’attarder quelques instant à se rappeler que ce ne sont pas des lignes dans un tableur ou de simples chiffres.

      1
      1. Merci, cela faisait longtemps que je trouvais les chiffres de décès aux USA trop bas par rapport au nombre de cas. Perso, je soupçonnais des morts chez eux, car trop pauvre pour se payer l’hopital. Il y a donc aussi des morts en hôpital rangé oportunément sur d’autres causes.

        Des méthodes d’états dictatoriaux…

  1. En France, On aurait fermé temporairement les frontières, annulé le premier tour des élections et interdit les rassemblements en janvier/février -comme Paul et peu d’autres le préconisaient- on en serait pas là, aussi bien humainement qu’économiquement, une belle bande de naze.
    Dans quel esprit dérangé tu peux voir la Chine réagir comme ça et te dire on va plutôt faire passer la réforme et dire qu’on est prêt ? Beurk.

    1
    1. Et puis on a l’autre druide en carton pâte tout fier d’avoir fait son métier et d’être renommé et qui a claironné que c’était rien et patatietpatata et soutenu par un tas d’hypocondriaques mal fagotés mais qu’il aille se cacher sevieux grigou incapable d’humilité.
      Bouffon utile aux grands requins.

      1
  2. En Europe il n’a jamais été question d’éradiquer la covid-19. Le confinement concomitant à la première vague était l’unique méthode pour éviter la catastrophe. Ce virus emmerde la clique des 0.1% qui ont plongé la société dans une dynamique qui module tous les paramètres à leur disposition pour réduire leurs pertes au détriment du gras (la fortune des citoyens) encore indirectement présent dans les caisse des États.
    – Les discours n’ont rien à envier aux fake news de Trump
    – Les crédits pour la relance économique finiront dans les poches de qui vous savez pour ensuite être épongés par qui vous savez.
    Finalement Trump doit s’en aller simplement parce qu’il est infiniment moins performant que la covid-19 pour enrichir qui vous savez.

  3. Finalement on ne sait pas de quoi on parle avec  » confinement » tant qu’on n’a pas préciser le ou les territoires dans lesquels on est …..cloîtré .

    « Couvre feu général » est plus clair et plus complet , car on lui associe automatiquement des lieux ( tout le monde chez soi ) et des conditions temporelles , qui éclaircissent l’exercice .

    Je note que , sauf erreur ou omission de ma part , la Chine n’a pratiquement pas eu recours au confinement général national , et que toutes les entités nationales ayant un territoire suffisamment vaste et varié se sont donné cette soupape pour ne pas dévaster toute leur économie ou exaspérer leurs citoyens .

  4. Ce n’est pas avec leurs suppliques des gestes barrières et des tests qu’ils vont l’éviter. Ça pédale dans la choucroute et ça court derrière l’épidémie.

  5. Un président américain toujours là mais non réélu dans un monde ou le brexit sera déclaré sans être effectif, pendant que nous serons confinés sans le savoir.

    Les apparences ont de plus en plus besoin d’être expliquées !

    8
    1. à J.Thomas : Nous sommes à la veille de la dernière guerre mondiale (c’est une hypothèse). Soit comme début 1939 ou toute autre équivalence. Qui peut le prévoir ? L’expliquer ? Et être écouté ? Même 80 ans plus tard, nous ne serions pas d’accord sur le diagnostic.
      Mes indices : nos sociétés sont clivées, ont perdu de la cohésion. Nos dirigeants ont perdu de la légitimité. Le pouvoir est à saisir par n’importe quel homme fort, accompagné d’un mouvement fort, hypnotisant et sectaire, et de bandes fortes, terrorisantes. Il renforcera un discours clivant et national. Mais il ne peut ni gagner la guerre, ni gagner la société et la légitimité.

  6. 1/ L’Union européenne est d’abord un accord diplomatique entre Etats. Le Conseil européen (le pouvoir) est constitué de 27 dirigeants. Très vite (avec six dirigeants jadis), elle a délégué l’initiative législative à une Commission Commune, puis elle a partagé une forme de validation des propositions législatives au « Parlement » européen (qui n’en est pas un car il ne crée ni détient ni contrôle le pouvoir). — Donc  » l’unité d’action »était une blague qui est bonne à dire !
    2/ En Belgique, une commission parlementaire sur la gestion du Covid a commencé ses travaux. Que dit le chargé de l’international de l’Administration de la Santé (Siensano) ? D’abord il dit que des Etats européens se sont conduits comme des pirates, soit en réquisitionnant sur le tarmac ou dans l’usine des livraisons promises à la Belgique, soit en refusant toute exportation de matériel médical concerné. La Belgique a été victime de cette foire d’empoigne, sans être acteur : cocorico ! Mais il ajoute : par contre, quand l’Espagne et l’Italie ont appelé à une aide médicale (matérielle ou humaine), nous avons refusé, réservant nos petits moyens à notre population. Voila des révélations qui demandent éclaircissement.

  7. Tout autre chose, qui pourrait vous intéresser : vous pouvez passer à la 12′ minute si le début vous énerve. Peut être déjà cité (Pascal Picq sur l’intelligence artificielle).

    1
    1. Formidablement intéressant mais … bug de la pensée autour de la 23 eme minute quand il affirme que la fin du travail annoncée par les futurologues tels que Rifkin n’a pas lieu …Même si , en moyenne , au niveau mondial, il est possible que l’on « travaille «  plus , ce qui mériterait quand męme d’être démontré.

    1. Comme quoi on peut changer d’avis !

      Ci dessous un de vos précédents posts :
      Maintenant qu’on sait qu’une personne peut être réinfecté à quelques mois d’intervalle par le SarsCov2 et que l’on connaît les conséquences du virus sur ceux qui l’ont attrapé (75% de ceux qui ont contracté la Covid présentent des lésions cardiaques), l’immunité de groupe ou le confinement des fragiles ne sont plus des solutions mais une source de problèmes sans fin. Quid de cette équipe de la NBA contaminée à la Covid dont 22% des jeunes athlètes ont conservé des lésions cardiaques. Tester massivement les asymptomatiques et symptomatiques puis isoler les cas positifs a été la solution appliquée dans tous les pays qui ont eu le moins de malades et de décès. Parfois un confinement (total ou non) a été appliqué au préalable. Cela permet à chacun, jeunes et moins jeunes, de continuer de vivre normalement

      1. Je n’ai pas changé d’avis.

        Oui je redoute un 2e confinement à cause des conséquences qu’a eu le 1er sur ma vie professionnelles et ma santé.

        Est-ce que si un 2e confinement est mis en place je suivrai la consigne ? Oui et actuellement je prends des dispositions pour cela se déroule mieux que la première fois.

        J’aurai du écrire « Ah non, pitié, pas un 2e confinement ! » vous m’auriez peut-être mieux compris.

  8. L’épreuve du COVID-19 a-t-elle modifié nos visions du monde ?
    L’Observatoire des perspectives utopiques a conduit une analyse alors que les français entraient en phase de déconfinement.
    Les préférences ( celles des français) à un des trois systèmes utopiques seraient , selon cette étude, remarquablement stables : 55% privilégient l’utopie écologique, 31% l’utopie sécuritaire et 14% l’utopie techno-libérale (pour respectivement 55%, 30% et 15% en 2019).
    Synthèse et rapport complet disponibles sur le site de l’obsoco

    http://lobsoco.com/wp-content/uploads/2020/06/LbSoCo_ADEME-I-LObservatoire-des-perspectives-utopiques-Vague-2-I-Synthèse-I-Juin-2020.pdf

      1. Les données présentées dans ce rapport sont issues d’une enquête réalisée en ligne par L’ObSoCo sur le panel de Respondi du 6 au 13 mai 2020. L’étude a été conduite sur la base d’un échantillon de 1888 personnes représentatif de la population de France métropolitaine âgée de 18 à 70 ans. Cette étude est une reconduction partielle de l’observatoire des perspectives utopiques publié en 2019.

        Vous n’êtes en effet pas dans les » stats » de cette étude

        Mais vous pouvez en discuter avec vos enfants et petits enfants 🙂

  9. Personnellement, j’ai bien vécu le confinement. Je suis passé d’une situation ou je n’avais plus une minute pour souffler à cause de mes multiples activités à une situation de calme que je craignais auparavant.
    Les rues de ma ville étaient calmes, l’air plus pur. J’entendais les oiseaux. Plus les voitures. Ni les travaux.
    Je me levais tard. Je prenais mon temps. Je communiquais plus avec mes amis (tél, Internet).
    Je sortais me promener à n’importe quelle heure de la journée.
    En télétravail, je m’autorisais régulièrement une sieste dès que le besoin s’en faisait sortir.
    Je n’étais pas d’accord avec tout ce qui nous était imposé. Je fulminais contre la perte de liberté. Mais j’ai fait confiance en acceptant ce sacrifice temporaire et en me focalisant sur les bénéfices de la situation.

    Ceci dit je comprends très bien que d’autres le vivent très différemment. Et je ne souhaite pas le reconfinement. Mais il y a de sacrés enseignements positifs à tirer de cette situation.

Les commentaires sont fermés.