Archives par mot-clé : Emmanuel Macron

CE BON DOCTEUR SCHÄUBLE… par François Leclerc

Billet invité.

Emmanuel Macron est-il porteur d’une alternative à la politique de Wolfgang Schäuble ? On peut dès à présent en douter. Le tout-puissant ministre allemand veut renforcer les pouvoirs du Mécanisme européen de stabilité (MES) afin de parfaire le verrouillage de la situation, le gouvernement allemand y bénéficiant d’un poids prédominant qui lui fait encore défaut à la BCE ou à la Commission. Que peut-il être opposé à cette politique de fermeture accrue qui pourrait l’emporter ?

Continuer la lecture de CE BON DOCTEUR SCHÄUBLE… par François Leclerc

Partager :

LE PIÈGE EUROPÉEN DE MACRON SE REFERME, par François Leclerc

Billet invité.

Les marges de manœuvre européennes du nouveau président français sont étroites. Les titres de la presse font avantageusement état d’une embellie économique qui pourrait lui profiter, mais celle-ci tient plus d’une modeste reprise conjoncturelle, qui demande à être confirmée, que d’une relance significative. Dans ces conditions, comment les obligations européennes de réduction du déficit budgétaire en dessous de 3% du PIB pourront-elles être respectées cette année ou la suivante ? D’ores et déjà, Jean-Claude Juncker dénonce l’importance des dépenses françaises pour ne pas prêter le flanc aux critiques de mollesse en provenance d’Allemagne…

Continuer la lecture de LE PIÈGE EUROPÉEN DE MACRON SE REFERME, par François Leclerc

Partager :

Le Monde / L’Écho – Le monde qu’annonce M. Macron est-il celui du Turc mécanique ? le 9 mai 2017

L’Écho : Emmanuel Macron et le Turc mécanique

Le Monde : Emmanuel Macron et « le Turc mécanique »

Qu’est-ce que le Turc mécanique ? Il s’agit du fameux joueur d’échecs de Wolfgang von Kempelen (1734-1804), une machine, prétendument un automate, dans laquelle un être humain était dissimulé et décidait du déplacement des pièces.

Continuer la lecture de Le Monde / L’Écho – Le monde qu’annonce M. Macron est-il celui du Turc mécanique ? le 9 mai 2017

Partager :

COURT ÉTAT DE GRÂCE, par François Leclerc

Billet invité.

L’état de grâce va être de courte durée. Dès le lendemain de l’élection du nouveau président, une manifestation parisienne s’est opposée à son programme de réformes, dans l’espoir prématuré d’amorcer un grand mouvement de protestation. Outre-Rhin, passé le temps des félicitations d’usage, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, haut-parleur de l’establishment, a refroidi sans attendre ses espoirs de négocier avec Berlin un nouveau cours de la politique européenne.

Continuer la lecture de COURT ÉTAT DE GRÂCE, par François Leclerc

Partager :

Deux petites leçons à tirer + une autocritique, par Gilbert Chabian

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Trois petites leçons à tirer de ces élections :

1/ Le ressort de ce système d’élections à deux tours a été mis à nu. Bien plus qu’en 2002, la situation particulière du passage au 2d tour d’un candidat « honni » ou justifiant un « isolement politique » amène à un déni de démocratie. Le président élu ne sort pas d’un affrontement « à la loyale » mais d’un avantage dû au « devoir républicain » (selon la terminologie du jour : république équivaut à démocratie dans l’esprit de la République des droits de l’homme).

Continuer la lecture de Deux petites leçons à tirer + une autocritique, par Gilbert Chabian

Partager :

UN PRÉSIDENT PAR DÉFAUT, par François Leclerc

Billet invité.

Le nouveau président français a été élu par défaut. Au premier tour, il a bénéficié du rejet de François Fillon, au second de celui de Marine Le Pen. Voilà à quoi tient son exceptionnel succès vanté le long d’une soirée électorale plus consacrée aux prochaines législatives qu’à sa victoire, signe que l’essai doit encore être transformé.

Continuer la lecture de UN PRÉSIDENT PAR DÉFAUT, par François Leclerc

Partager :

M. Macron a eu quinze jours pour mettre les choses au point, il est désormais au pied du mur

Ouvert aux commentaires.

M. Macron a eu raison de dire dans l’entre-deux-tours que ce n’était pas le moment de changer de programme car ç’aurait été trahir la confiance de ceux qui avaient voté pour lui au premier tour. Il a également eu raison d’affirmer qu’il allait de soi que certains électeurs voteraient pour lui au second tour qui n’approuvaient pas pour autant son programme puisque c’était là la règle du jeu dans une élection présidentielle à deux tours, et qu’il n’y était donc pour rien.

Continuer la lecture de M. Macron a eu quinze jours pour mettre les choses au point, il est désormais au pied du mur

Partager :

Le grand débat du second tour : la société du spectacle se porte bien, merci beaucoup !

« Madame Le Pen a-t-elle consulté ses notes en préparation du débat ? », demande la journaliste. Se rend-elle compte qu’en posant cette question dont la réponse n’a d’importance pour personne, elle rabaisse un problème de fond pour la vie de tout le monde – une question de vie ou de mort pour certains – au niveau de la télé réalité, au niveau du « Allô ! T’es une fille et t’as pas de shampoing » ?

Continuer la lecture de Le grand débat du second tour : la société du spectacle se porte bien, merci beaucoup !

Partager :

Printemps des poulpes, par Panagiotis Grigoriou

Printemps des poulpes

Billet invité. Également sur son propre blog : greekcrisis.fr

Mois d’avril. Printemps ! Les terrasses des tavernes au centre-ville d’Athènes sont remplies. Des musiciens, plutôt tristes, amusent alors nos touristes comme ils le peuvent. Bouzouki indispensable, superbes chansons du rebétiko classique aux paroles poignantes, celles que nos touristes ne saisiront finalement pas. Entre deux bières et trois “brochettes à la grecque”… et à la viande de porc à 95% importée depuis les Pays-Bas, les médias de la colonie s’extasient déjà sur la… “seule grande victoire de l’unique… et grand Macron”. Printemps des poulpes !
Continuer la lecture de Printemps des poulpes, par Panagiotis Grigoriou

Partager :

LES YEUX EN FACE DES TROUS, par François Leclerc

Billet invité.

L’adoption d’une attitude défensive est préconisée lors du second tour des élections en proposant de faire barrage à l’extrême-droite. Ce qui ne va pas de soi pour tous ceux qui refusent de voter Macron en raison de la politique qu’il représente, celle-là même d’un président sortant rejeté qui n’a pas pu se représenter. Les points de vue s’opposent avec éclat, le résultat des élections reste incertain.

Continuer la lecture de LES YEUX EN FACE DES TROUS, par François Leclerc

Partager :

Présidentielle française : Appel du second tour

Combien de ceux qui votèrent un jour Adolf Hitler par sentiment de ras-le-bol, pour « crever l’abscès », parce que « Tous pourris ! », « Qu’ils dégagent ! », « Du balai ! », en sont morts ?

Marine Le Pen représente le fascisme en col bleu du complotisme et de la xénophobie, Emmanuel Macron défend, même si c’est dans sa version « à visage humain », le fascisme en col blanc de la religion féroce de l’ultralibéralisme, encore appelée « Veau d’Or ». Ceci étant, le vote Macron est réversible, et pas plus tard qu’aux législatives des 11 et 18 juin, le vote Le Pen lui ne l’est pas, on sait à quel genre il appartient : celui de la voie à sens unique vers l’abîme.

C’est pourquoi le Blog de Paul Jorion soutient la proposition faite ici par Julien Alexandre : celle du hashtag #PasMonPrésident, un vote résolu contre l’extrême-droite mais qui prenne date, refusant d’être pour autant un chèque en blanc offert à l’ultralibéralisme.

Partager :

Emmanuel Macron : la trajectoire du crash, déjà expérimentée par Hillary Clinton, par Vincent Rey

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Entre ces deux tours, faut-il s’abstenir de critiquer le programme d’Emmanuel Macron, pour empêcher Marine Le Pen d’être élue ?

Nombre de citoyens ont déjà voté « utile », pour limiter les dégâts que François Fillon a fait à son camp, et il faudrait de surcroît qu’ils s’auto-censurent ? Non.

Continuer la lecture de Emmanuel Macron : la trajectoire du crash, déjà expérimentée par Hillary Clinton, par Vincent Rey

Partager :

Philippe Poutou, l’honnête homme, par Roberto Boulant

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Comme le fait remarquer ce matin un journaliste de Mediapart, Philippe Poutou représenta au débat d’hier soir l’irruption du réel au milieu d’un parterre de politiciens professionnels. Et c’est vrai que ses interventions toutes de franchise, appelant un voyou par son nom et stigmatisant les ravages du néolibéralisme, faisaient plaisir à entendre. Surtout après les scènes d’humiliation dont il fut victime sur d’autres chaines ! Continuer la lecture de Philippe Poutou, l’honnête homme, par Roberto Boulant

Partager :

Présidentielle, faut que ça bouge ! La politique sous l’angle du hors-bilan de la finance globale, par Pierre Sarton du Jonchay

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

C’est sûr qu’un bilan consolidé multi-devises des « assets-liabilities » de François Fillon à l’échelle de la réalité globalisée nous transporterait dans un autre monde. Comme le rappelle très justement Gérard Longuet, en tant qu’homme public François Fillon doit nous déclarer un patrimoine et des revenus qui impressionnent concrètement le petit peuple mais qui sont du menu fretin dans les échelles de prix de l’élite capitaliste internationale qui gouverne. Continuer la lecture de Présidentielle, faut que ça bouge ! La politique sous l’angle du hors-bilan de la finance globale, par Pierre Sarton du Jonchay

Partager :