G7 : Le coup dans le nez de Tonton Donald

Ouvert aux commentaires.

Je viens de lire dans la presse et de regarder à la télé, les principaux commentateurs américains à propos de la prestation de leur président au G7 qui s’est terminé hier à Biarritz.

Les remarques vont bien entendu en sens divers mais elles peuvent être résumées en une image qui s’est imposée à plusieurs d’entre eux : « Il n’est encore que 15 heures à la fête de famille et Tonton Donald, la tête près du bonnet même en temps ordinaire, a déjà la cuite ».

Que faire ? L’empêcher à tout prix de gâcher le fête pour les autres invités !

Alors, ça se passe comme ça : « Tonton Donald, venez donc vous asseoir à l’ombre, avec votre splendide cravate et votre costume qui vous va si bien, pendant que nous accueillons un visiteur que vous ne connaissez pas (l’envoyé du gouvernement iranien, alors que Tonton Donald a promis « la fin officielle de l’Iran »).

Ou alors : « Tonton Donald, asseyez-vous donc ici : on vous apporte une limonade. Les enfants aimeraient tant jouer bataille avec vous pendant que nous nous occupons des derniers préparatifs du dîner (nous coordonnons la lutte contre le réchauffement climatique, auquel Tonton Donald ne croit pas [ou plus probablement, fait semblant de ne pas croire]).

Cela dit, tous ces commentateurs et toutes ces commentatrices américains font la gueule devant le constat que chacun a pu faire durant le week-end : les États-Unis sont sur la touche, le monde occidental règle ses affaires à six, avec le septième, Tonton Donald, confortablement installé sous le parasol le plus éloigné du jardin à siroter une boisson sans alcool.

Ah ! avant que j’oublie, autre conclusion unanime à laquelle les commentateurs américains parviennent – ne me tombez pas dessus à bras raccourcis, je ne fais que rapporter ce que j’ai entendu : « Le monde occidental a désormais un leader incontesté, et son prénom n’est pas Donald mais Emmanuel ».

Partager :

44 réflexions sur « G7 : Le coup dans le nez de Tonton Donald »

    1. Classement PIB : la liste des pays les plus riches du monde

      Rang Pays PIB 2018 (milliards $) Evolution
      1 Etats-Unis 21 345 mds $ +4,2%
      2 Chine 14 217 mds $ +6%
      3 Japon 5 176 mds $ +4,1%
      4 Allemagne 3 964 mds $ -0,9%
      5 Inde 2 972 mds $ +9,4%
      6 Royaume-Uni 2 829 mds $ + – %
      7 France 2 762 mds $ -0,5%
      8 Italie 2 026 mds $ -2,2%
      9 Brésil 1 960 mds $ +4,9%
      10 Canada 1 739 mds $ +1,6%
      11 Corée du Sud 1 657 mds $ +2,3%
      12 Russie 1 610 mds $ -1,3%
      13 Espagne 1 429 mds $ +0,2%
      14 Australie 1 417 mds $ -0,1%
      15 Mexique 1 241 mds $ +1,5%
      16 Indonésie 1 101 mds $ +7,7%
      17 Pays-Bas 914 mds $ +0,1%
      18 Arabie saoudite 762 mds $ -2,6%
      19 Suisse 708 mds $ +0,6%
      20 Turquie 706 mds $ -7,8%

      1. Les valeurs morales sont elles cotées en bourse ? Je suis contre ces classements en fonction du fric , categoriquement

      2. Facile d’être au sommet d’un tableau de scores quand on gère les jetons…
        Argentiers du casino géant.

  1. « Le monde occidental a désormais un leader incontesté, et son prénom n’est pas Donald mais Emmanuel ».
    Cela en dit long sur le niveau des losers qui dirige notre monde… ou/et sur les journalistes américains par encore familier avec Micron et son jargon. Parions que ces mêmes journalistes, plus attentif aux faits et gestes de leur nouvelle idole, découvriront, oh stupeur, l’indigence de leur méprise.

    1. « Le monde occidental a désormais un leader incontesté, et son prénom n’est pas Donald mais Emmanuel ». C’est une affirmation des étasuniens du système médiatique. C’est donc un regret : qui rendra l’amérique (ic : les USA) « great again » ? Pas ce clown. Mais cela aurait pu être Trudeau, Jhonson, ou Merkel, si c’étaient eux les hôtes. Non, c’est Macron, avec le slogan « G7 Biarritz ». La belle stratégie de comm !
      Effectivement, les médias français paraissent offrir au-dit Emmanuel l’archange, le beau rôle. Et le rôle d’organisateur local lui permettait d’inviter en coulisses un comparse (le ministre iranien), lequel s’en est satisfait. Cela va-t-il grandir l’envergure du petit manu, incapable de s’expliquer sur l’affaire Benallah, incapable de prendre la mesure de la révolte des GJ, ou de la colère fiscale. On peut en douter : il a un temps de retard sur les élections européennes.
      Revenons aux faits. Le G7 est une non-institution de décision, un pur spectacle, où chaque acteur joue une pièce différente.
      Bien sur, Trump a l’art de cracher dans la soupe avant d’arriver à table, mais la soupe n’attire plus grand monde.
      Bien sur, le PIB est un indicateur (mais il faudrait le moduler par tête d’habitant), mais il faidrait en déduire la pesanteur en CO2.

  2. En somme les Américains sont aussi critiques à l’égard de leur président que les Français à l’égard du leur.

    Certes le nôtre est plus civil, plus civilisé, plus réfléchi, et nous avons toutes les raisons de nous en féliciter, mais à quoi avons-nous assisté, sous le nom de G7, sinon à un beau spectacle télévisuel ?

    En metteur en scène et en acteur Macron est excellent, cela fait-il de lui le leader, « incontesté » au surplus, du monde occidental ? J’ai comme des doutes…

  3. 20 millions d’euros pour apporter une aide à la catastrophe environnementale de l’Amazonie : charité du système néolibéral pour l’environnement….Juste indécent.

    1. A ce sujet,

      De l’Amazonie, comment cela se fait-il que la majorité des pays du Monde ne paye pas une cotisation au Brésil pour sauvegarder le fameux « poumon vert de la Terre » ?

      Moi je serai président du Brésil, je mettrais sur la table le deal suivant :

      Protection totale de l’Amazonie, avec même création d’une réserve naturelle absolue uniquement réservée aux autochtones et à quelques expéditions scientifiques de hautes volées.

      Mais comme cela se fait au détriment de mon agriculture, de mes exportations et voire même de mon indépendance alimentaire, je monétise en demandant 1% du PIB mondial chaque année à répartir par tête de pipe sur les 100 prochaines années payable par le FMI tous les premiers de l’an. Au bas mot ça rapporte 850 milliards de dollars soit 50% du PIB du pays en sus chaque années ! De quoi construire de vraies villes et de vrais services public à une population dans le besoin.

      Après tout nous payons bien déjà notre pétrole qui nous pose tant de soucis ! Alors là pensez donc l’oxygène qu’on respire, 1% c’est donné !

      Mais tous ces peignes culs d’hypocrites en rond de serviettes au G7 ne font que des remontrances lamentables et ne sortent pas leurs chéquiers.

      1. Je crois que plusieurs ‘réserves’ et projets de réserves existent déjà, j’ignore ce que cela représente en % du total, mais en 50 ans la forêt Amazonienne (ou bassin amazonien) a perdu environ 20% de sa superficie.
        Ne pas oublier la taïga, encore plus vaste et pas au mieux dans certaines zones.
        Bref, jeter Amazon et conserver l’Amazonie… ?

  4. Un jour, j’ai cru en un futur président déclarant que son ennemi était la finance… alors désormais, devenu encore plus vieux, je mets la barre encore plus haute.
    Macron leader du monde occidental ? De quoi parle-t-on au juste ? De marketing politique ou de quelque chose de vrai ? J’avoue que ça me fait bien rigoler.
    Un exemple donné par cet article sur la disparition des abeilles dans Le Monde (cf. le fil Twitter de PJ) : va-t-il ordonner à son ministre de l’agriculture des actions immédiates d’interdiction ? Dans tous les domaines tous plus urgents les uns que les autres notre admirable président-monarque-lider-maximo va-t-il enfin agir à l’encontre des intérêts supérieurs des actionnaires, de la banque, de la fiance prédatrice ?
    Bon, ici nous sommes sur le blog le plus optimiste du monde occidental et je vais me faire mal voir 😉 mais je sais aussi que notre hôte aime la liberté de ton et de parole.

  5. Autre inteterprétation : si c’est « Emmanuel » ce qu’il y a de mieux comme leader pour le monde, et comme nous autres Gaulois réfractaires commençons à connaitre les travers et penchants du cerveau bien irrigué qui est le sien sans l’avoir même piqué à Sarko (cf l’entretien avec 65 scientifiques quasi un blitz comme 65 parties d’échec en simultané) , c’est plutôt la nouvelle que pas grand monde fait bien le job,

    …et que le peuple va pouvoir multiplier les bonnes raisons de reprendre les rênes lui-même.

    Certes ce sera une reprise en main « de profundis », du fond de l’abîme, abîme dont Bolsonaro donne une mesure palpable, fumable même.

  6. Bonsoir,
    Tonton Donald, mamie Angela, papy Emmanuel, etc,etc,….C’était plus une réunion d’ancien leader à la recherche d’une puissance perdue…
    « La « vanité du G7 », ou les « rites de l’ancien monde » vus par la presse étrangère »
    ==>https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/27/la-vanite-du-g7-ou-les-rites-de-l-ancien-monde-vus-par-la-presse-etrangere_5503420_3210.html
    Cette phrase du Guardian est magistrale et cruelle….
    « Biarritz, c’est le glamour du vieux monde, surplombant le golfe de Gascogne, avec de douces brises et une lumière dorée du soir sur ses plages. Il évoque une grandeur d’une autre époque où l’Europe était le centre du monde. »
    Rien à rajouter tout est dit!

    1. « Biarritz, c’est le glamour du vieux monde, surplombant le golfe de Gascogne, avec de douces brises et une lumière dorée du soir sur ses plages. Il évoque une grandeur d’une autre époque où l’Europe était le centre du monde. »

      C’est vrai, ce ne sont pas des puissances européennes comme les Etats-Unis ou le Japon qui peuvent avoir de l’influence dans le monde d’aujourd’hui !

  7. Macron, le type qui a fait éborgner 24 personnes et fait plus de 2.000 blessés lors des manifestations des gilets jaunes. Le type qui méprise le peuple qui n’est rien dans les gares. Macron dont on peut dire « Malheur au royaume dont le roi est un enfant et où les princes mangent le matin »
    Macron qui représente le pire capitalisme que vous haïssez et combattez avec raison ?
    Vous me décevez Monsieur Jorion.

  8. @Paul Jorion

    Ce que vous venez d’écrire signifie juste que dans la continuité de leur incapacité à voir l’impopularité d’Hillary Clinton, les médias américains sont absolument aveugles à l’incompétence crasse de Macron… Y voir un signe de victoire est pour le moins présomptueux, pour ne pas dire d’avantage.

    1. Ben tout de même…

      Si plus personne ne peut tenir la barre du bateau ultra-libéral ne serait-ce pas un signe clair que la salle des machines est déjà inondé et les mécanismes du gouvernail torpillé ? Et partant qu’il serait tant que le monde se jette à l’eau pour reconstruire autre chose ? On risque de ne pas tarder à s’en rendre compte si le seul espoir du vieux monde est un macron — petit signe diacritique, qui prétend ne pencher ni à gauche ni à droite, mais se place nettement au dessus des vraies lettres, qu’il considère avec mépris. Et qui sait, peut-être que la solution choisie sera meilleur que celle de rester derrière des commandes inutiles en attendant que l’eau monte. Peut-être grâce en partie aux aimable recommandation de M. Jorion.

  9. Medellín, le 28 août 2019

    (et veuillez noter que je vous écris dès un pays où 40 % de son territoire appartient à l’Amazonie, voisin d’un pays ami de l’Iran)

    Section 1 de mon commentaire:

    @ Toutes et tous ici au Blog qui critiquent Macron, et implicitement
    Paul Jorion pour nous informer sur les remarques positives, dans
    quelques sections de la presse états-unienne, quant aux actions de
    prévention de guerre / extinction d’incendies du coté de la diplomatie francaise: vous serez
    (bien) surpris.es de vous retrouver ensemble avec la fausse note dans ce
    concert des journalistes approuvants:

    https://www.foxnews.com/opinion/trump-g-7-progressive-agenda-james-roberts

    Les musicien.ne.s de cette fausse note, vous en seront
    reconnaissant.e.s.

    (à suivre..)

  10. Section 2:

    Ou, comme nous le disions dans les mouvements des appelés, en Europe,
    mais aussi aux EEUU (Viëtnam): ¨en période de guerre, nous saurons où se
    trouvent nos ennemi.e.s.¨

    Au Bolivia, Evo Morales a mieux compris de quoi qu’il s’agit que vous
    comme commentateurs/trices ici au Blog, y compris aussi le gouvernement
    de la Colombie.

    https://www.telesurtv.net/news/bolivia-evo-morales-avion-supertanker-incendios-santa-cruz-20190823-0046.html

    Paul Jorion a, à très juste titre, indiqué où se trouve le mouvement
    politique vers le changement.

    On éteint les feux / l’effondrement OUI ou NON.

    Il n’y a pas de compromis.

    1. Evo Morales, président de Bolivie, dit souhaiter éteindre les incendies en Amazonie.

      D’un autre côté, je me dois de remarquer que tandis que « le nombre d’incendies en Équateur et en Colombie, par exemple, a diminué par rapport à l’année précédente, il a augmenté de 78 % au Brésil, de 116 % au Pérou et de 107 % en Bolivie, selon les derniers chiffres de l’Agence spatiale brésilienne INPE ». Source : https://web.de/magazine/politik/waldbraende-brasilien-jair-bolsonaro-geld-g7-33964978

      Par comparaison, il n’y a tout simplement pas d’incendies dans ce petit bout d’Amazone (cent mille kilomètres carrés tout de même) qui s’appelle la Guyane française. Étrange, non ?

      J’aurais bien une explication… sur la base du fait que la plupart de ces incendies sont de main d’homme. Que le meilleur moyen pour les empêcher est donc d’intervenir au sol, par exemple en poursuivant sérieusement les incendiaires, et en expropriant systématiquement tous ceux qui tenteraient d’exploiter les parcelles détruites pour faire de l’agriculture sur brûlis.

      Bref, que c’est de la responsabilité des Etats concernés. Qui pourraient bien demander une aide pour ce faire, ce ne serait pas injustifié. Plus grande que l’aumône de vingt millions, pourquoi pas ?

      Mais enfin c’est bien à eux de le faire, même s’ils demandaient des subventions pour cela. Et les images satellite montrent que le gouvernement est encore plus défaillant sur le sujet en Bolivie et au Pérou qu’il l’est au Brésil. Ce qui n’est pas peu dire…

      Certes il est probablement plus facile au gouvernement bolivien de faire de grandes actions spectaculaires, comme l’affrètement d’un avion, pour soigner sa communication, que de s’attaquer au problème au sol, ce qui serait incomparablement plus efficace. Mais… pas forcément aussi facile, pour des raisons de politique intérieure.

      La gesticulation, c’est plus commode.

  11. Section 3

    Maintenant Jair B est aux genoux (l’extinction des incendies), suivront TonDon (Iran) et, quel paradox, Macron (capitalisme pur et dur).

    Cela s’appelle ‘politique’: avec ces deux perceptions distinctes, dès l’intérieur (= rejet), et dès l’éxtérieur, comme nous a expliqué à plusieurs reprises Immanuel Wallerstein, par exemple en ce qui concerne la perception de Lula.

  12. Section 4 (fin)

    Quote

    Le Brésil va enfin accepter l’aide étrangère pour lutter contre les incendies en Amazonie
    International27 août 2019 21:18
    Bolsonaro s’est félicité de la proposition de la Colombie et du Pérou de convoquer une réunion d’urgence le 6 septembre à Leticia.

    Unquote

    (source: RCN Colombie, le 27 août 2019)

    Dès l’intérieur (de la France): rejet, dès l’extérieur (hors France): approbation.

    Politique.

  13. https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/08/28/soja-bresilien-la-meprise-d-elisabeth-borne-sur-les-ogm-qui-ne-sont-pas-autorises-en-europe_5503671_4355770.html
    Faut que le fachiste brésilien foute (un peu plus) le feu à ce qu’il reste de la forêt, juste avant le gésette (jet-set?) de surcroît pour que l’on fasse mine de s’apercevoir que l’on donne à bouffer des millions de tonnes de soja OGM du Brésil et d’ailleurs à nos pôv’ vaches (sans cornes) depuis des décennies. T’en veux plus, Manu? Chiche! Va raconter ça à tes potes de la FNSEA.
    Pas besoin de rapport de Greenpeace pour comprendre que tout ça est aberrant et délétère depuis le début.
    Manu n’était même pas encore l’idée d’une conception.
    Les vaches, ça mange de l’herbe. Les boeufs aussi.
    Ça produit moins? Ça coûte plus cher? On s’en fiche, puisque de toute façon on en bouffe trop.
    En attendant, l’enfumeur-en-chef est encensé par « la presse ».
    On n’est pas sortis de l’auberge brésilienne.
    (J’essaie de ne pas être vulgaire; cette-fois je n’ai pas pu m’empêcher. « Ça fait du bien ».)

    1. Medellín, le 28 août 2019

      @ Michel

      Voilà, c’est un soulagement!

      Et à votre indignation de bouffer de la viande de vache, de porc, de poulet, de lapin, de faisan, d’autres animaux à sang chaud et, enfin et surtout, de poisson, je voudrais ajouter un produit complètement différent qui mène à la déforestation. A savoir la cocaïne.

      La narco-déforestation.

      Et pour compléter la liste des partitions des PIB’s de Paul Jorion :

      à la tête des ports de l’importation se situe Rotterdam, Pays-Bas, la nation la plus forte de la production et du commerce illégal.e des drogues classiques et industriels/artificiels.

      Ou: comme la folie de la consommation des drogue et de l’illégalisation des drogues, sous la guidance combinée bien étrange des EEUU et de la Suède a créeé un monstre global hors de contrôle.

      https://www.smithsonianmag.com/smart-news/cocaine-destroying-forests-central-america-180963338/

  14. Nos mérdias sont vachement content, eux qui se pàment depuis 3 jours sur Macron champion du G7
    La preuve qu’ ‘ils ont raison les médias ricains le disent aussi.
    Aucune outrance n’existe quand on peut dézinguer Trump

      1. Comme Paul Jorion s’en souviendra, il y a un bel adage en néerlandais.

        ¨Tu dois combattre les méchants avec les méchants.¨

        (Je moet boeven met boeven bestrijden.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.