Archives par mot-clé : gratuité

À propos du débat entre Benoît Carrère et Paul Jorion sur le revenu universel de base, par Dominique Temple

À propos du débat sur rfi le 28 décembre. On le trouvera ici. Ouvert aux commentaires.

L’argument que j’ai défendu sur ce blog en faveur du revenu de base est qu’il permet de refuser l’exploitation de l’homme par l’homme, plus exactement le chantage sur lequel elle se fonde (grâce à la privatisation de la propriété par les uns et la privation de la propriété pour les autres) : « ou tu acceptes mes conditions ou tu meurs ». Benoît Carrère le dit plus modérément en se référant à Thomas Paine : « pour pouvoir s’exprimer librement, il faut être libre économiquement ».

Continuer la lecture de À propos du débat entre Benoît Carrère et Paul Jorion sur le revenu universel de base, par Dominique Temple

17Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

rfi, Débat du jour, Le revenu universel de base, vendredi 28 décembre de 20h40 à 21h00

Ouvert aux commentaires.

Je fus l’un des deux invités, l’autre était Benoît Carrère. C’était ici.

(Excellent débat si vous voulez mon avis !)
23Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Forum national de la Gratuité du service public et des biens communs, à Lyon, le samedi 5 janvier

Forum national de la Gratuité du service public et des biens communs

Samedi 05 janvier 2019 à Lyon (69001) de 9 h 30 à 19 h Salle Paul Garcin (impasse Flesselles)

L’Observatoire International de la Gratuité (OIG), dirigé par le politologue lyonnais Paul Ariès, et la Mairie du 1er arrondissement de Lyon, représentée par sa Maire Nathalie Perrin-Gilbert, s’associent pour organiser le deuxième Forum national de la gratuité du service public ouvert à toutes/tous.

Continuer la lecture de Forum national de la Gratuité du service public et des biens communs, à Lyon, le samedi 5 janvier

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

« La gratuité, contre la logique économique ? » – Paul Jorion et Vincent Burnand-Galpin

Grand débat. Ouvert aux commentaires.

La théorie marxienne du communisme est fondée sur l’hypothèse fondamentale de l’abondance des biens utiles à tous. Grâce au processus d’industrialisation, qui n’en était qu’à ses débuts quand Marx écrit, la rareté inhérente à tout bien, au fondement de son prix économique, allait être vaincue. Le communisme allait pouvoir advenir : le gâteau à se partager serait si gros que chacun allait pouvoir se servir la part qu’il souhaitait. C’est cette abondance qui allait pouvoir être la base de la gratuité de tous les biens garantie pour tous.

Or, deux siècles après Marx, la réalité est tout autre que celle de l’abondance : le fait écologique, la conscience que nos ressources sont limitées, associé à une inouïe concentration de la richesse, est synonyme d’une conscience de la rareté aigüe des biens aujourd’hui disponibles.

Continuer la lecture de « La gratuité, contre la logique économique ? » – Paul Jorion et Vincent Burnand-Galpin

61Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Démocratie à dérive ploutocratique : quelques exemples

Merci à François Corre de m’avoir signalé cet édifiant télescopage de l’information ! Ouvert aux commentaires.

Paris-Normandie : Bus et métro à Rouen : les fraudeurs « habituels » plus vite sanctionnés, le 22 octobre 2018

« Les fraudeurs habituels du réseau TCAR seront désormais poursuivis deux fois plus rapidement. »

« La loi a évolué, détaille Pascal Prache, procureur de la République de Rouen. Auparavant, pour constituer un délit de fraude d’habitude exposant le contrevenant à six mois de prison, il fallait que dix voyages ne soient pas acquittés. Désormais, la limite est passée à cinq. […] souvent, les fraudeurs sont insolvables ».

Coût total de la fraude par an : un demi-million €

Paris-Normandie : En Normandie, la fraude fiscale estimée à environ 4 milliards d’euros, le 22 octobre 2018

« Dans un rapport, Solidaires Finances Publiques dénonce l’accroissement de la fraude fiscale en France et en Normandie […] L’occasion de réclamer plus de moyens humains pour mieux lutter contre ces pratiques douteuses. »

« 3 100 postes ont été supprimés sur le contrôle fiscal. Le gouvernement vante sa loi anti-fraude mais, dans le même temps, il persiste dans la réduction des moyens de l’administration fiscale : le projet de loi de finances 2019 prévoit 2 130 suppressions d’emplois. »

« Depuis 2002, poursuit Isabelle Laurent [contrôleuse fiscale et responsable syndicale], ce seront ainsi plus de 40 000 emplois qui auront été supprimés à la Direction générale des finances publiques et plus de 200 emplois supprimés dans notre département, alors que la charge de travail ne cesse de s’accroître. Le numérique à tout va ne remplace pas un agent qui travaille sur les dossiers et connaît le tissu fiscal. »

Coût total de la fraude par an : 4 milliards € (= 8.000 x un demi-million €)

13Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Aznavour et la fin des dinosaures, le 1er octobre 2018 – Retranscription

Retranscription de Aznavour et la fin des dinosaures, le 1er octobre 2018. Merci à Eric Muller !

Bonjour, nous sommes le 1er octobre 2018.

« Que vivons-nous ? Pourquoi vivons-nous ?
Quelle est la raison d’être ?
Tu es vivant aujourd’hui, tu seras mort demain
Et encore plus après-demain »

Vous avez reconnu quelques vers de la chanson de Charles Aznavour qui s’appelle Les deux guitares. C’est cette chanson que j’ai voulu mettre sur mon blog pour résumer cette personne, et aussi quelques très très belles scènes du film de Truffaut Tirer sur le pianiste.

Continuer la lecture de Aznavour et la fin des dinosaures, le 1er octobre 2018 – Retranscription

10Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Faut-il instaurer une taxe-robot ? à la Sorbonne, le 31 mars 2018 – Retranscription

Retranscription de Faut-il instaurer une taxe robot ? à la Sorbonne, le 31 mars 2018

Paul Jorion – Je ne l’ai pas appelée la « taxe robot », je l’ai appelée la « taxe Sismondi ». Et pourquoi ? Parce qu’il y avait ce socialiste de la première heure, Jean de Sismondi qui avait fait la réflexion suivante, à l’époque du luddisme justement, au moment où des gens cassaient des machines. Ça s’est passé dans un contexte un peu plus compliqué que celui qu’on raconte mais ça n’a pas d’importance. Il a dit la chose suivante. Il a dit : « Il est vrai que la machinisation – le remplacement de l’homme par la machine -, la mécanisation, c’est un processus historique ; il n’y a pas de raison qu’il y ait des gens qui en bénéficient et d’autres qui en soient les victimes. » Continuer la lecture de Faut-il instaurer une taxe-robot ? à la Sorbonne, le 31 mars 2018 – Retranscription

19Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le Monde / L’Écho – Le remède au populisme : la gratuité pour l’indispensable, le lundi 9 avril 2018

Le remède au populisme : la gratuité pour l’indispensable

Le Monde : « Une Europe du travail et de “l’état de bien-être” »

L’Écho : « Une Europe du travail et de “l’état de bien-être” »

Que reste-t-il du rêve européen ? Si peu ! Au point que quand le choix est offert à un peuple de l’Union, celui-ci exprime le plus souvent son rejet, comme ce fut le cas au Royaume-Uni en 2016 lors du referendum dit du Brexit, lors des législatives du 4 mars en Italie, ou de celles qui viennent de se tenir en Hongrie, mettant en péril la démocratie dans des dérives nauséabondes.

Continuer la lecture de Le Monde / L’Écho – Le remède au populisme : la gratuité pour l’indispensable, le lundi 9 avril 2018

56Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Un courrier de Jean-Claude Balbot, sur la gratuité de l’alimentation

Ouvert aux commentaires.

Je suis enchanté à l’idée que la gratuité soit non seulement portée sur l’agora mais qu’en plus elle soulève l’enthousiasme. Depuis 2012 je bosse la question de l’aide alimentaire et de ce qu’elle signifie  pour les producteurs et pour les consommateurs ; du ressentiment grandissant que provoque cette activité. Je suis depuis longtemps aux premières loges pour voir comment les « aides » versées aux agriculteurs pour contrebalancer la faiblesse des revenus est intégralement captée par les satellites : consommations intermédiaires, banques et autres complices du complexe agro-industriel. Ce sont des sommes faramineuses, dont la fonction essentielle semble être de maintenir le prix (et le revenu) au seuil de survie du vendeur.

Continuer la lecture de Un courrier de Jean-Claude Balbot, sur la gratuité de l’alimentation

15Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail