Réforme des retraites « Macron » : un algorithme vicié par une erreur de paramétrage ? (Mise à jour), par Sylvain Duchêne

Quand j’ai voulu me rendre compte de l’effet de la réforme des retraites « Macron » sur mon hypothétique date de départ en retraite, j’ai remarqué que je devrais travailler presque 2 ans de plus, mais surtout, que si j’étais né un mois plus tard, l’impact aurait été nul !
J’ai alors cherché à savoir comment s’appliquait la réforme pour une personne ayant eu une carrière continue (plus simple), en fonction de son âge d’entrée dans la vie active (sans prendre en compte les mesures de transition). La courbe obtenue est plutôt erratique et, pour certaines périodes, elle est très défavorable aux personnes nées en fin d’année (le mois de naissance a une influence sur le calcul d’âge de départ en retraite anticipée).
L’algorithme utilisé (tenant compte des carrières longues) a été mis en place avec la réforme Fillon et s’appliquait progressivement aux personnes en fonction de leur âge d’entrée dans la vie active (plus tôt on y est entré, plus tôt on part en retraite, mais on cotise plus longtemps) et à peu près de la même manière pour les différents mois de naissance.
Algorithme Fillon (2003) :
Départ à 56 ans si cotisé 43,5 années dont 5 trimestres avant la fin des 16 ans (4 trimestres dans cette année si né à partir du mois d’octobre) (passage de 42 années en 2008 à 43,5 années en 2020)
Départ à 58 ans si cotisé 43,5 années dont 1 trimestres avant la fin des 16 ans
Départ à 59 ans si cotisé 43,5 années dont 5 trimestres avant la fin des 17 ans (4 trimestres dans cette année si né à partir du mois d’octobre)
Départ à 60 ans si cotisé 41,5 années (passage de 40 années en 2008 à 41,5 années en 2020)
Départ à 65 ans sinon

Les réformes suivantes, utilisant aussi cet algorithme mais avec des paramètres différents, ont produit des différences de traitement en fonction du mois de naissance pour certains âges de début de carrière (jusqu’à 1 an de surcotisation avec les réformes Woerth et Hollande).
La réforme Touraine est la dernière réforme entrée en vigueur :

Mais la différence est devenue énorme avec cette réforme Macron : elle peut monter à presque 2 ans pour les personnes débutant leur vie professionnelle vers 19 ans. Et les salariés partant actuellement à la retraite ont débuté majoritairement à cet âge-là… Une autre bizarrerie concerne les personnes ayant commencé à travailler entre 19 et 21 ans : elles doivent cotiser plus longtemps que celles ayant débuté entre 18 et 19 ans.
Algorithme Macron (2023) (*) :
Départ à 58 ans si cotisé 44 années dont 5 trimestres avant la fin des 16 ans (4 trimestres si né à partir du mois d’octobre)
Départ à 60 ans si cotisé 44 années dont 5 trimestres avant la fin des 18 ans (4 trimestres si né à partir du mois d’octobre)
Départ à 62 ans si cotisé 43 années dont 5 trimestres avant la fin des 20 ans (4 trimestres si né à partir du mois d’octobre)
Départ à 64 ans si cotisé 43 années
Départ à 67 ans sinon

Exemple du problème avec la réforme Macron :
– Gabriel est né 16/03/1989. Il débute sa carrière à 19 ans et 1 mois (le 16/04/2008). A la fin de l’année de son vingtième anniversaire (le 31/12/2009), il aura cotisé 1 ans et 8 mois (6 trimestres). Il pourra partir à 62 ans s’il a cotisé 43 ans.
En pratique, il devra attendre 1 mois pour atteindre ses 43 ans de cotisation.
– Emmanuel est né le 21/12/1977. Il débute aussi sa carrière à 19 ans et 1 mois (le 21/01/1997). A la fin de l’année de son vingtième anniversaire (le 31/12/1997), il aura cotisé 11 mois (3 trimestres), pas assez pour bénéficier du dispositif de retraite anticipée pour carrières longues (RACL).
Il devra partir à 64 ans s’il a cotisé 43 ans. En fait, à cet âge, il aura cotisé 44 ans et 11 mois, soit presque deux ans de plus que Gabriel.
J’ai l’impression que les personnes qui ont pondu cette réforme ont réutilisé un algorithme sans le comprendre et sans maitriser ses paramètres (quand même étrange pour un chantier si sensible). Et le résultat, quoi qu’on pense de la nécessité de la réforme, est loin d’être équitable.
Mise à jour suite à l’ajustement de la réforme par Mme Borne le dimanche 5 février, sous la pression du groupe LR :
Cet ajustement passe par l’ajout d’une nouvelle ligne dans l’algorithme :
Départ à 63 ans si cotisé 43 ans dont 5 trimestres avant la fin des 21 ans (4 trimestres si né à partir du mois d’octobre)

Il corrige la « bizarrerie » que j’avais mentionnée plus haut. Mais même avec cette correction, si vous êtes entré dans la vie active à l’âge de 15, 17,19 ou 20 ans, il vaudra toujours mieux être né en début d’année pour ne pas être lésé de plusieurs mois de retraite.
Reprise des exemples précédents (avec une carrière sans trous de cotisation) :
– pas de changement pour Gabriel
– par contre Emmanuel aura cotisé 1 an et 11 mois (7 trimestres) à la fin de l’année de son vingt-et-unième anniversaire. Il pourra bénéficier du dispositif RACL et partir à 63 ans s’il a cotisé 43 ans.
En fait, à cet âge, il aura cotisé 43 ans et 11 mois. Il aura quand même gagné un an par rapport à la première version de la réforme.
(*) Cette formule est retrouvable dans l’étude d’impact du gouvernement sur sa réforme des retraites, encadré p. 32
(https://www.legifrance.gouv.fr/contenu/Media/files/autour-de-la-loi/legislatif-et-reglementaire/actualite-legislative/2023/plfrss_ecox2300575l_rapport_annexe_cm_23.01.2023_0.pdf)
Partager :

101 réponses à “Réforme des retraites « Macron » : un algorithme vicié par une erreur de paramétrage ? (Mise à jour), par Sylvain Duchêne”

  1. Avatar de Endora/Dimitri
    Endora/Dimitri

    Pour les jeunes, le tunnel de la retraite se referme dans la direction opposée.

  2. Avatar de Karluss

    Macron va battre en retraite de toutes façons, la force et l’algo de la rue vaincront. Ce n’est pas de l’algoraphobie ^^
    si Poutine pouvait aussi battre en retraite, ce serait bien, mais bon…

  3. Avatar de Juillot Pierre
    Juillot Pierre

    S’il est question de constater – et merci donc à Sylvain Duchêne de l’avoir testée, l’interrogation – qu’un lièvre pourrait avoir été soulevé dans les erreurs « systémiques » (inégalitaires, inéquitables, injustes sans RECOURS et/ou en situation de NON RECOURS) du moteur algorithmique de la tortue que représentent les réformes structurelles néolibérales des régimes des retraites (et de l’assurance chômage, des droits du code du travail, des protections sociales… des services publics digitalisés/privatisés…. des mandats : Fillon, premier ministre… Touraine, Ministre des affaires sociales et de la santé, et des mandats macroniens et leurs « nouveaux mondes ») remettant sans cesse iniquement, sur le « métier » (le travail et l’emploi devant être aussi précaire qu’est l’amour…?) leurs ouvrages cyniques… est-ce pertinent de questionner s’il existe une différentiation significative des naissances (se reporter aux études démographiques et sociologiques) en fonction des classes sociales et « sociétales », entre celles survenant en début de quelles années (au sens générationnel), et celles survenant en fin d’années de quelles générations…?

    1. Avatar de Juillot Pierre
      Juillot Pierre

      Derrière ce questionnement sur l’évolution démographique des classes sociales et « sociétales » pouvant être pénalisées par cette erreur algorithmique récurrente du calcul systémique de l’âge de départ à la retraite à taux plein… titillant le doute, l’incertitude, les « bas instincts » électoralistes et reptiliens de « tout un chacun » (sans prendre en compte les carrières hachées, des femmes, mères isolées, etc…?) et du calcul paramétrique du nombre « d’annuité » suffisant à chaque individualisme exacerbé (d’années d’exercices pénibles de certains « métiers », d’emplois et travaux précaires exécutés à vie dans certains secteurs d’activité) à cumuler pour partir en bonne santé à la retraite… selon que vous soyez née en début ou fin de quelles années, décennies… y aurait une « peur d’avoir peur » d’une crise concernant l’effondrement possible d’un « baby-boom », du refus de la « valeur travail » comme « cardinale », du recul du droit à l’IVG des femmes, réduit à la « liberté opposable » de celle de la médecine généraliste (comme pour le droit opposable à l’accès aux logements sociaux manquants…?)… inquiétant la jeunesse actuelle… par rapport à la vitesse tortueuse néolibérale de l’étalage, et lissage systémique du réconfort à apporter aux « papy-boomers », qui votant majoritairement à droite/extrême droite/droite extrême, s’inquiètent de moins en moins de la progressions des inégalités, injustices…?

      1. Avatar de Juillot Pierre
        Juillot Pierre

        Au fait… Depuis quand l’erreur systémique et paramétrique de cet algo de « l’ancien monde » recyclée par les « promesses du retour des jours heureux », du « monde d’après »… n’a t-il pas payé d’impôts sur le revenu, de production, sur société, de cotisations sociales patronales, et autres contributions (impôts et taxes locales/nationales, etc) aux financements des protections sociales et services publics qu’utiliseraient les « représentant.e.s » démocratiques de l’espèce humaine, qu’il a déjà remplacé en grand, depuis des lustres…. de façon aussi DEFISCALISEE et DESOCIALISEE qu’une caisse automatique de supermarchés, qu’un guichet automatisé d’une gare, du bureau de la CAF, que les courtiers en Bourse remplacés pour moitié par le Trading Haute Fréquence, que les robots industriels, que les logiciels et applis « GRATIS » des smartphones et ordis…?

  4. Avatar de Garorock
    Garorock

    Les jeunes ont l’avenir dans le dos.
    Ils faut qu’ils se retournent.
    Et le chemin s’éclairera.
    Ils faut qu’ils aillent construire des villages d’Astérix dans le Larzac.
    Ils peuvent garder leurs smartphones.
    Mais s’ils veulent garder les gadgets de la silicoke valley, alors ils devront garder les centrales nucléaires qui seront aussi bien utiles pour fabriquer des armes.
    Pas besoin du greffier de Pablo alto pour ramasser des patates!

    1. Avatar de Thomas Jeanson
      Thomas Jeanson

      On dirait Pierre Dac :

      « Monsieur a son avenir devant lui, mais il l’aura dans le dos chaque fois qu’il fera demi tour ! »

      ( Le Tsar Rabindranah-Duval)

      1. Avatar de timiota
        timiota

        Le Sar, plutôt que le Tsar (car le Sar dîne à l’huile).
        Vu le passage engagé de Pierre Dac au travers des deux guerres mondiales (voir sa bio sur wiki), « l’avenir qui tourne le dos » n’était pas qu’une figure de style. Les Ukrainiens qui ont du fuir le Donbass puis se prendre un missile à Kyev ou Dnipro doivent aussi avoir une perception aigüe de ce demi-tour de l’avenir;

        1. Avatar de Thomas Jeanson
          Thomas Jeanson

          Je suis un fan.

          Et j’étais tombé là dessus :

          https://youtu.be/TvsTWIOJf4o

          ( Dac / Henriot )

          Qui donne une idée de la noirceur dont notre pays est capable, et de la clarté des idées de Pierre Dac dans la confusion d’alors.

          Allez, une petite annonce pour finir :

          Echangerai tente canadienne contre oncle d’Amérique, même en mauvais état.

  5. Avatar de Emmanuel
    Emmanuel

    Bien vu ! Imaginez pour le commun des mortels comment s’y retrouver….le but est tout simplement d’abaisser les niveaux moyens des retraites en général, car qui sont ceux qui arriveront au bout (âge de départ ou nombre de trimestres), donc bonjour la paupérisation ! Resultat des courses, faudra compléter par un capital (immobilier ou financier) pour qui pourra bien sur, avec encore une aggravation des inégalités, tout simplement….

    1. Avatar de Chabian
      Chabian

      Oui, bien vu. Et on peut se demander si on a pas là une base pour attaquer la loi en
      défaut de l’égalité des citoyens…

    2. Avatar de Ruiz
      Ruiz

      @Emmanuel Pas du tout ! Il ne s’agit pas d’abaisser les niveaux moyens des retraites, il s’agit de le maintenir (sinon il suffirait de baisser les pensions), mais d’abaisser le coût des retraites (cumulé) d’une part en en diminuant en moyenne la durée (inégalement il est vrai par rapport à la situation actuelle) et d’en faciliter également le financement en accélérant les mesures d’allongement de durée de cotisation déjà programmées, sans augmenter les cotisations, prélèvement sur les actifs salariés.

      La retraite est un risque économique assuré traditionellement par l’épargne et l’obligation alimentaire, le système par répartition est un système de mutualisation complémentaire dont il faut assurer l’équilibre économique, en effet comme il n’est pas envisagé d’augmenter la prime, c’est le risque assuré qui est réduit, une de sorte de franchise de 2 ans rajoutée.

      L’Etat en profite pour aligner les conditions de retraite des fonctionnaires et des régimes spéciaux afin de ne pas trop créer de distortion dans l’attractivité des statuts et alléger ainsi sa dette déjà souscrite.

      Il s’agit d’une diminution de l’obligation d’assurance retraite, le risque qui n’est plus couvert peut l’être par tout autre moyen épargne d’un capital ou pas, c’est une liberté qui est redonnée à l’assujetti.

      Pour en évaluer l’incidence économique (2 ans de retraite à capitaliser sur 40 ans )
      cela devrait représenter 3 à 4 %, a peu près l’effort demandé aux retraités avec la CSG au début du premier quinquennat Macron.

      Il serait intéressant de savoir si les règles de décote et de surcotes sont équivalentes à un placement financier

      Il n’y aurait baisse des niveaux de retraite, que si on comparait un départ dans les mêmes conditions d’age avant et après la réforme en appliquant la décote.
      Mais il est possible que celle-ci soit dissuasive …

      D’autres paramêtres auraient pu être pris en compte, pourquoi à montant de pension et age de retraite égal, (et donc égalité de cotisations) une femme perçoit elle une retraite cumulée plus importante car plus longue ?

      Pourquoi les métiers usants ne sont pas soumis à un taux de cotisation plus élevé, ce qui est en pratique le cas pour les policiers et les militaires (financés par l’impôt).

      Pourquoi ne pas créer des emplois sous-cotisants et réservés pour les plus de 60 ans usés, comme les gardiens de square (la retraite progressive est une piste).

      1. Avatar de Pascal
        Pascal

        @Ruiz
        « Pas du tout ! Il ne s’agit pas d’abaisser les niveaux moyens des retraites, il s’agit de le maintenir (sinon il suffirait de baisser les pensions) »
        Oui, sauf que abaisser le niveau des retraites serait une déclaration de guerre ! Alors que là, il y aura, de fait, effectivement un abaissement du niveau des retraites. Car bon nombre de salariés n’en pourront plus et partiront avec une décote.
        On est toujours dans la même logique que celle du management néolibéral bien documentée. Ce n’est plus le contre-maître qui assigne les objectifs au salarié, c’est le salarié lui même qui s’assigne ses propres objectifs (forcément à la hausse) dans les entretiens de carrière et d’évaluation qu’il doit faire annuellement. Pour le retraité qui n’en peut plus, c’est lui-même qui fera le choix de partir à la retraite avec une décote et le Gouvernement d’assurer mordicus que lui n’a pas touché au niveau des retraites.
        Joli tour de passe-passe relevant du génie de la perversion néolibérale.

        1. Avatar de Henri
          Henri

          M.Pascal

          Sans compter comme le précise le journal en ligne Mediapart :

           » Tandis qu’ un tiers des chômeurs de longue durée sont des seniors (…) les aides incitatives à leur embauche se réduisent mais les contrôles de leur recherche d’emploi se renforcent. »

          Exemple :

           » À 64 ans, Ivan vient d’être radié de Pôle emploi pour « insuffisance d’actions en vue de retrouver un emploi ». Une sanction qui le prive de son allocation-chômage de 1 080 euros, pendant un mois  »

          Article à lire ( sur abonnement ) : https://www.mediapart.fr/journal/economie-et-social/100223/un-tiers-des-chomeurs-de-longue-duree-sont-des-seniors

      2. Avatar de Otromeros
        Otromeros

        …  » pourquoi à montant de pension et age de retraite égal, (et donc égalité de cotisations) une femme perçoit elle une retraite cumulée plus importante car plus longue ? « …

        °(^!^)° … Là, vous vous aventurez (pour la seconde fois je crois..) sur un terrain glissant.. boomerang à la main..!

        1. Avatar de timiota
          timiota

          Comme disait l’autre, c’est l’hopitâle qui se fout de la charitée.
          Les femmes ayant un salaire 18% inférieur à tache égale aux hommes (peu importe le vrai chiffre, c’est l’ordre de grandeur), je voudrai bien revenir sur la situation que crée leur espérance de vie plus longue le jour où :
          (i) les femmes auront une durée de vie à la retraite nettement plus de 18% plus longue que les hommes (on parle donc de 3 ans de plus, avec un âge de départ à la retraite actuellement moindre par la raison mécanique d’un moindre taux d’emploi qui ne fait plus espérer grand chose aux « senior(e)s », cheval de bataille de la CFDT notamment, qui bosse bien ce genre de dossier.);
          (ii) le stéréotype de la société sera devenu que c’est monsieur qui fait la blanquette de veau pour madame quand elle revient du travail;
          (iii) la part du travail des hommes aux taches d’éducation sera plus grande que celle des femmes.

          Envie de sarcasme mise à part, je note que c’est quand même le sujet de l’injustice faite aux femmes dans la présente réforme qui est susceptible de changer la donne et de mobiliser contre cette réforme ailleurs qu’en terrain conquis de gauche Nupessienne.

          1. Avatar de Ruiz
            Ruiz

            @timiota Ce qui montre bien la sensibilité sélective à l’injustice, le sujet de la retraite n’est pas un sujet d’injustice faite aux femmes, d’autant que les habitudes des rôles sociaux sont pris en compte par la validation de 2 ans par enfant (partageable au sein du couple).

            Que les salaires des femmes aient un salaire inférieur à celui des hommes à tâche égale, cela rentraine un ajustement du niveau de retraite en conséquence et ne change rien quant à l’espérance de vie à la retraite.

            C’est sans doute dû aussi à du travail en horaire partiel, car sinon comment expliquer 18 % d’écart au niveau du SMIC ?

            L’écart d’espérance de vie 86 / 80 ans soit 6 ans représente 6/(80-60)= 30 % ce n’est pas négligeable.
            https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/35703-Esperance-vie-de-differences-hommes-femmes

            Sans évoquer l’incidence riche/pauvre et ville/campagne.

            Pour équilibrer les comptes de la retraite par répartition, il faudrait encourager l’habitat campagnard des vieux loin des CHU, et s’efforcer d’appauvrir la population.

  6. Avatar de Khanard
    Khanard

    il y a tout de même une chose qui me gêne dans ces graphiques c’est l’âge de départ pris en compte pour les cotisations : 12 ans !!

    1. Avatar de Ruiz
      Ruiz

      @Khanard Il n’est sans doute pas interdit de travailler pendant les vacances scolaires, et autrefois 14 ans signifiait la fin de l’obligation scolaire.

      1. Avatar de Khanard
        Khanard

        @Ruiz

        oui bien sûr , je pense qu’il s’agit plutôt d’occupations pour les jeunes ados mais je doute qu’ils soient déclarés aux caisses de sécu et ne comptent donc pas pour le calcul. De toutes manières l’âge légal pour pouvoir travailler est fixé à 16 ans .

        1. Avatar de Ruiz

          @Khanard Oui, mais il y a 43 ans ?

  7. Avatar de Khanard
    Khanard

    Il y a aussi une précision que je n’arrive pas à lire dans ces graphiques c’est la différence entre trimestres validés et trimestres cotisés . En effet il faut savoir , et personnellement je ne l’ai découvert que lorsque j’ai reçu mon dossier de retraite, on peut simultanément avoir des trimestres validés mais qui ne sont pas pris en compte car le montant des cotisations versées, fonction de la rémunération perçue, n’atteignait pas le niveau plancher . Personnellement donc j’ai 4 trimestres qui n’ont pas pu être pris en compte .

    1. Avatar de Sylvain D.
      Sylvain D.

      @Khanard : Pour la borne inférieure de l’âge de départ de cotisation, j’ai juste voulu faire apparaitre la première cassure de la courbe. Mais il n’y a pas d’âge minimal pour une carrière artistique.
      Et je ne suis pas spécialiste des retraites, j’ai juste mis en graphique les données que tout le monde peut trouver sur Internet. J’imagine qu’il ne faut tenir compte que des trimestres cotisés.

      1. Avatar de Khanard
        Khanard

        @Sylvain D

        ok merci je comprends mieux. un instant je me croyais revenu au temps de Zola .😥

      2. Avatar de gaston
        gaston

        « ..la borne inférieure… » M’enfin ! C’est parce que dans la hiérarchie elle est placée sous le président que vous la qualifiez comme telle ? Une collaboratrice en quelque sorte ? 😉

    2. Avatar de Didier Combes
      Didier Combes

      Oui. Les trimestres validés et non cotisés sont le plus couramment les temps partiels et le temps du service militaire.

    3. Avatar de Ruiz
      Ruiz

      @Khanard Dans ce cas ces trimestres ne sont-ils pas plutôt cotisés non validés ? de même que certains trimestres « offerts » peuvent être non cotisés, mais assimilés et validés.
      50 jours de chomage valident un trimestre.

  8. Avatar de timiota
    timiota

    Ils ont utilisé comme critère ‘l’utilité » économique, dans la variante qui doit être ici l’économie pour le budget de l’état (qui est appelé au secours des caisses de retraites pour son rôle social, si je n’ai pas tout faux).

    Et c’est le critère que regardent l’OCDE, le FMI, l’institut Montaigne, et les boursiers de tout poil.

    En effet, c’est assez grave si c’est bien cela le résultat, et c’est attaquable devant le conseil constitutionnel pour rupture d’égalité.
    Si votre député est NUPES, envoyez lui cela. Certes les amendements sont déjà déposés mais qui sait.
    Et même s’il est LR, histoire de fendiller le billot néolibéral où sévissent les bourreaux accros aux inégalités et au pressage de citrons humains.

    1. Avatar de Sylvain D.
      Sylvain D.

      J’ai osé interpeler François Ruffin à propos de cet article. Il connait Paul Jorion et est membre de la Commission des affaires sociales à l’Assemblée. On verra si la NUPES saisit la balle au bond.

      1. Avatar de Ruiz
        Ruiz

        C’est le B.A. BA de toute bonne définition de règle d’éviter les effets de seuil, et toute bonne administration devrait en être consciente et pratiquante, mais ce genre de proposition est-il analysé longuement par une administration dédiée (qui d’ailleurs n’en a pas la charge et n’y obéit pas pour ses proprs besoins) ou sur un coin de table par quelque expert de cabinet, renforcé à la Mac Qui sait ?

        On verra bien si le processus parlementaire arrivera à faire prendre en charge cette exigence.

        Qu’il y ait parfois un trimestre d’écart cela ne devrait pas affoler à l’aune d’une carrière globale et des aléas au long cours. Deux ans serait plus préoccupant.

        D’ailleurs est-ce normal qu’un tel niveau de détail soit confié à la loi ?

        N’est-ce pas plutôt du domaine de décrêts d’application, qui peuvent être affinés au cours du temps (ou jamais ?).

        Enfin vu la récurrente adaptabilité des tables de la Loi, rien ne semble gravé dans le marbre, malgré la clause du grand père, et celui qui entre dans la vie active a de grande chance de se voir finalement appliquer un barème différent, annoncé par une clause de revoyure.
        Ce sont en fait les dispositions applicables dans les 5 à 10 ans qui ont un sens, dont en particulier le fait que l’on ne touche pas aux taux de cotisation (à un bonneteau marginal près).

  9. Avatar de Chabian
    Chabian

    Oui, bien vu. Et on peut se demander si on a pas là une base pour attaquer la loi en
    défaut de l’égalité des citoyens…

  10. Avatar de Benjamin
    Benjamin

    Bonsoir Sylvain Duchêne (et bonsoir à tous),

    Si vos analyses sont justes alors je comprends mieux pourquoi avec cette réforme Macron, en ayant débuté de travailler à temps plein peu après avoir pris mes 20 ans (7 semaines pour être exact) et bien que n’ayant connu que 4 mois de chomages (exactement 2 périodes de 2 mois) dans l’ensemble de ma carrière, je me retrouve aujourd’hui à devoir partir en faisant 44 ans et 9 mois (soit 21 mois de plus que dans la précédente réforme).

    J’aurai pas dû attendre la fin de l’année universitaire pour commencer à travailler !!!

  11. Avatar de Emmanuel
    Emmanuel

    Il faut ajouter à cela, les conditions potentiellement calamiteuses de subsistance les dernières années de vie, surtout en cas de perte d’indépendance. Cas personnel, mon père, qui fut pourtant un ingénieur plutôt de niveau élevé, et qui bénéficia de la période de plein emploi (carrière pleine) du fait notamment des « 30 glorieuses », se trouve devoir être en EPHAD (problème de dépendance), avec un coût supérieur à 3 K€ par mois. Il faut donc envisager pour ma mère qui est très âgée de vendre le logement familial acheté au cours de leurs vies, pour subvenir aux besoins (et là il s’agit d’un cas plutôt privilégié). Bref, au lieu de songer à rétrécir encore plus l’assiette des cotisations, il faudrait plutôt l’élargir et par exemple utiliser l’automatisation au profit de tous, pour au contraire recréer un nouveau système de création de richesse, de redistribution et de solidarité (merci Paul pour cette excellente idée de taxe Sismondi). C’est tout le contraire de ce qui est en train de se passer (suppression progressive et menace des emplois, et concentration encore plus de la richesse pour une très petite minorité). Bref, faire tout le contraire de la politique du gouvernement qui mène tranquillement les classes moyennes et populaires à la catastrophe…
    Au sujet de la marchandisation des conditions de fin de vie et de la faillite progressive des systèmes de solidarité, voire l’évocation de Juan Branco dans cet interview ci-après : https://youtu.be/OsW61kVoq_U

  12. Avatar de Henri
    Henri

    1/  » Taxe Sismondi  » : Un internaute en a parlé ce lundi 6 février 2023 à l’émission  » Le téléphone sonne  » sur la chaine radiophonique de France Inter. L’ émission « XXL » jusqu’à 21 heures était consacrée à la contre-réforme Borne & Macron et s’entourait de divers invités triés sur le volet. Elle donnait aussi la parole à des internautes parfaitement sélectionnés pour ne pas trop défriser les auditrices et les auditeurs BCBG.

    Un internaute futé a cependant réussi à se frayer un chemin audible jusqu’au plateau du direct en imaginant une « Taxe Sismondi  » pour financer le régime des retraites par répartition. Même s’il ne l’a pas appelé formellement ainsi à l’antenne, il en a bien conservé l’esprit. Résultat des courses ? Tout le monde sur le plateau – journalistes et invités – a pouffé de rire dès l’annonce entendue tellement la mesure financière et sociale leur semblait impossible à mettre en œuvre au regard des entreprises qui misaient depuis plusieurs années sur les logiciels, les robots, l’intelligence artificielle dernier cri plutôt que sur les salarié-e-s humains. Pourtant l’internaute était parfaitement audible et avait clairement présenté ses vues personnelles sur la question. Gros malaise général à l’antenne et vain rétropédalage d’un des invités pour chasser le mauvais ange…

    2/ Un reportage très intéressant sur Mediapart : « Contre la réforme des retraites, la France en colère » :

    « Tout au long des cortèges des 19 et 31 janvier, Mediapart a recueilli les témoignages, les revendications et les espoirs des manifestants. Florilège, à l’occasion de la troisième journée de mobilisation » :

    https://www.mediapart.fr/journal/economie-et-social/060223/contre-la-reforme-des-retraites-la-france-en-colere

  13. Avatar de Hadrien
    Hadrien

    Le problème des retraites est mal posé:
    On se focalise sur le système de paiement des retraites: les « jeunes » travailleurs paient les « vieux » retraités. On croit donc qu’il faut beaucoup de jeunes et beaucoup de travailleurs pour assurer les retraites. Personne ne se pose la question : qui paie les jeunes travailleurs ? La réponse: les machines (lire « le monde sans fin » de Jancovici – Blain, 28€ et Jorion-en partie, la fin du travail et la taxe Sismondi). Le problème du paiement des retraites est identique à celui du paiement des salaires, des allocations et autres rémunérations: c’est celui des ressources naturelles et de l’énergie confrontées au nombre de leurs consommateurs. Nous sommes en fait tous plus ou moins, des rentiers de la technostructure. Il faut revoir complètement le système d’imposition et taxer les ressources naturelles utilisées et non le travail humain.

    1. Avatar de Maxfriend
      Maxfriend

      Les travailleurs payés par les machines ?
      Depuis quand les machines fabriquent de l’argent ?

      Les machines et la main d’œuvre fabriquent de la plus-value, et la plus-value vaut zéro tant que ce n’est pas vendu.
      Et qui transforme la plus value ainsi que la matière première en argent ? LE CLIENT !
      Et le l’argent du client permet de payer la matière première, la machine et l’employé ainsi que ses cotisations, y compris retraite.
      Et l’employé devient donc avec une partie de cet argent, lui-même client ailleurs.

      La boucle est bouclée dans le meilleur des mondes. Sauf que nous ne sommes pas dans le meilleur des mondes et devons composer avec cet énorme parasite dans cette boucle. Ce parasite qui voit les flux d’argent passer (mais qui ne les a pas généré) et qui décide, parce qu’il en a le pouvoir, d’en garder une part disproportionnée pour lui « dirigeant » ainsi que ses petits copains en mal de dividendes.

      Il est là le problème immédiat des retraites, qui se chiffre au plus en quelques dizaines de milliards alors que les cadeaux fiscaux, exonérations de charges sociales et crédits d’impôts se chiffrent en centaines de milliards. Rajoutez-y l’optimisation fiscale et l’évasion fiscale et on arrive à 50 fois les chiffres actuellement discutés à l’Assemblée.

      P.S : une taxe, quelle qu’elle soit, est aussi payée par le client. TVA, TIPP, etc…

      1. Avatar de Hadrien
        Hadrien

        Vous êtes un croyant de l’orthodoxie économique nobelisée . Vous y rejoignez tous les politiques, ceux que vous aimez comme les autres 😉

    2. Avatar de un lecteur
      un lecteur

      .. taxer les ressources naturelles utilisées.. et financer le retour dans la Nature ou le recyclage de ces mêmes ressources.
      Prendre à ceux qui profitent des aubaines pour payer ceux qui nous garantissent la viabilité de notre vaisseau.
      Le flux des ressources équilibré par le flux de l’argent ?
      Le début de la vertu en économie ?
      Le cycle de la vie comme fondement de l’économie ?
      L’investissement subordonné à la fonction vitale ?
      Après avoir conquis la Terre et l’avoir suspendu dans notre salon comme un trophée de chasse, nous devrions nous fondre dans ses cycles naturels ?
      Will see..en tout cas la Turquie et la Syrie en fond la cruelle expérience ces jours.

    3. Avatar de Ruiz

      @Hadrien Oui au fond c’et un problème d’allocation de ressources, mais augmenter les salaires comme le suggère parfois François Ruffin ne peut être la solution pour équilibrer un système par répartition, car qui dit augmentaton des salaires dit bien sûr augmentation des cotisations, mais aussi augmentation des pensions !!!

      On ne peut jouer que sur le taux de cotisation ou la durée soit la date de prise de la retraite (age, condition ou durée de cotisation), ou la baisse des pensions.

      1. Avatar de Hadrien
        Hadrien

        Une autre question est celui des ordres de grandeurs.
        La fortune de B Arnault, selon Forbes serait de 213 milliards.
        Le budget des retraites en France PAR AN , de 332 milliards.
        Donc, si on confisque la fortune de B A, on ne paye même pas les retraites pendant un an !
        Pour assurer les retraites il faudrait donc « couper la tête » à au moins 1.5 milliardaire par an, en supposant que cela n’aie aucune conséquence économique fâcheuse (faillites, chômage..).
        On rêve à une gauche qui puisse calculer..

        1. Avatar de Ruiz
          Ruiz

          @Hadrien Il s’agit de démagogie et de s’appuyer sur l’envie ou le désir mimétique, encore qu’il n’est pas réclamé que tout le monde ait 213 milliards (les écolos hurleraient !) mais bien de supprimer l’objet du désir ou de la comparaison.
          Le calcul est pourtant là, même s’il me semble pouvoir être mené différement.
          213 milliards c’est un stock obtenu (supposons en ce cas l’héritage initial devenu marginal) sur une vie professionnelle, disons 40 ans.
          soit en moyenne (car il y a pu y avoir des aléas) 213/40 =5 milliards /an

          Il ne s’agit pas de payer les retraites (ou toutes les cotisations) mais seulement le déficit estimé projeté du régime de base.
          c’est à dire trouver une douzaine de milliard (par an !).

          Le compte n’y est donc pas, il faudrait plusieurs Bernard Arnaud (qui ne l’oublions pas semble le plus gros et de loin) et lui prendre tout !

          Pour ce faire la réforme proposée est calibrée pour générer 17 milliard et en rétrocéder 5 ou 6 en divers avantages destinés à faire passer la pilule.
          Il s’agit d’une réforme paramétrique que les partenaires sociaux auraient pu sans doute négocier entre eux.

          Mais en fait que reste-t-il entre la première réforme Macron à points et la présente réforme ?

          Quel est l’invariant ?

          La suppresson à l’avenir des régimes spéciaux. N’est-ce pas là le seul unique et véritable but de la réforme ?

          Danc ce cas il est utile de regarder ailleurs.

          De plus pourquoi supprimmer les régimes spéciaux ?
          si ce n’est pour satisfaire cette envie comparative, ce désir mimétique destructif en les supprimmant !
          D’où l’intérêt de cette polémique sur les milliards et leur confiscation qui renforce cette motivation.

          D’ailleurs la suppression des régimes spéciaux n’est-ce pas fait dans l’espoir dans récupérer quelques milliards ?

          Au besoin en oubliant que la perte de cet avantage se traduira par des demandes salariales accrues, donc dans des dépenses à satisfaire avant les futures retraites promises, c’est à dire un besoin de financement à court terme accru et l’accroissement de la dette (dans le bilan) bancaire ou sur les marchés en remplacement d’une dette hors bilan et déjà souscrite.

  14. Avatar de Ermisse
    Ermisse

    Pas la peine de s’exciter sur les retraites : la plupart des gens en seront dispensés par l’effritement en cours qui se terminera en effondrement (pour plus de détails, lire les oeuvres de notre hôte).

    1. Avatar de Henri
      Henri

      M.Ermisse

      Je doute cependant qu’à travers les livres écrits par notre hôte ait été cultivée une mentalité d’esclave.

      En Turquie et en Syrie, des gens s’affairent en ce moment jusqu’au bout afin de sauver des vies sous les décombres, même si la situation est en bonne part désespérée. Il y a là-bas des personnes qui souffrent et ont encore visage humain.

      Car, oui, à vous lire votre « fin du monde » ressemble à s’y méprendre à l’an 40 de certains ; c’est à dire à une démission en rase campagne avant une collaboration active avec la puissance occupante. Il me semble préférable de rester debout jusqu’au bout et de ne surtout pas commencer aujourd’hui à s’avachir devant celles et ceux qui ont déjà trié dès le mois de juin 2017,  » le bon grain de l’ivraie « .

      Rappelez-vous, c’était à la gare d’Austerlitz – un lieu lourdement chargé d’une mémoire atroce – là où un blanc bec très haut perché dans sa superbe assurait à un auditoire conquis que l’espace cité était un lieu de passage entre celles et ceux qui réussissaient et tous les autres qui n’étaient que des  » untermenschen « .

      Agir aujourd’hui pour créer et résister encore demain.

      1. Avatar de Ermisse
        Ermisse

        Il ne s’agit pas de ne pas combattre, mais de ne pas se tromper de combat.

        1. Avatar de Henri
          Henri

          M.Ermisse

          –  » Il ne s’agit pas de ne pas combattre, mais de ne pas se tromper de combat.  »

          Vous venez de donner la définition exacte de la mentalité d’esclave :

          Reporter toujours à demain le combat sous prétexte que les vrais problèmes ne sont pas ceux d’aujourd’hui.

          Ne pas tenir fermement sur les principes humanistes aujourd’hui vis à vis de toutes sortes d’adversaires et d’ennemis, c’est déjà radicalement les abandonner pour le futur.

          Un combat ou une résistance politique, cela se prépare de longue haleine. Votre expérience à l’épreuve du présent vous servira toujours pour les combats de demain et même si vos buts diffèrent sensiblement, il en restera toujours quelque chose de bénéfique.

          Mépriser les combats présents sous prétexte que ceux du futur sont les bons, les vrais, les seuls, c’est manquer de gymnastique physique & spirituelle. Ne pas agir aujourd’hui, c’est croire qu’on pourra le faire demain et rien n’est moins sûr.

          C’est surtout bien narcissique de croire que ses combats personnels sont les seuls à prendre en compte au mépris des combats que sont en train de mener partout dans le monde des millions de personnes.

          1. Avatar de Ermisse
            Ermisse

            M. le donneur de leçons, comme vous ne me connaissez pas et ne savez pas de quoi je m’occupe, votre diatribe a toutes les chances de tomber complètement à côté de la plaque.

            Rien de tel qu’un blog pour commettre des erreurs qu’on ne ferait probablement pas en face-à-face !

            1. Avatar de Henri
              Henri

              M.Ermisse.

              Vous avez sans doute raison, en face à face et de part et d’autre, il y aurait sans doute moins de formulation expéditive. Ceci étant dit c’est bien vous qui avez écrit :

              –  » Pas la peine de s’exciter sur les retraites : la plupart des gens en seront dispensés par l’effritement en cours qui se terminera en effondrement (pour plus de détails, lire les œuvres de notre hôte).  »

              – « Il ne s’agit pas de ne pas combattre, mais de ne pas se tromper de combat ».

              Dans ces conditions, souffrez que sur un blog il y ait un peu de contradiction et qu’on se permette de réagir. Mais vous avez raison, cessons là.

              1. Avatar de CloClo
                CloClo

                Que voilà une argumentation et une démonstration efficace mon cher Henri. Je vous plusse. Et tout cela avec flegme et assurance. Ermisse mat en deux coups. Je prends la leçon même si je ne puis jamais la reproduire en fait.

  15. Avatar de Tout me hérisse
    Tout me hérisse

    L’Exécutif, à l’occasion du « projet de loi de financement de la Sécurité sociale » (PLFSS) tente de forcer la main du parlement et d’imposer par le fait, et rapidement, une modification substantielle d’une règle d’accès à une retraite digne et juste souhaitée par la majorité de la population.
    La sincérité de cette réforme est en question, elle est plutôt perçue comme une réforme idéologique au nom de principes cachés, ou du moins, singulièrement masqués.
    Lors de la réforme précédente (avortée) initiée par Jean-Paul Delevoye, Haut Commissaire à la réforme des retraites, une large concertation avec les partenaires sociaux s’était engagée et surtout, un dispositif de concertation citoyenne avait été mis en place (j’y ai participé !😉)
    Aucune urgence immédiate ne justifie le projet de réforme actuel, il faut se donner le temps d’analyser plus finement les choses concernant le travail en général, dans tous ses aspects, tels les revenus affectés aux tâches, les contributions de chacun, la pénibilité, etc..
    Quelques chiffres soumis à réflexion :
    – le plafond de la sécurité sociale pour le calcul des cotisations dirigées vers la CNAV, est fixé à 3.666€ mensuels, tous les salaires depuis le SMIC (1.709€ mensuels) jusque ce plafond seront soumis à cotisations de 1,90 % pour l’employeur et 0,40%pour le salarié ; dans le meilleur des cas, celui qui aura une carrière linéaire toujours au plafond pourra prétendre à une retraite CNAV égale à 50 % du plafond.
    – s’ajoute à cela, les cotisations à la caisse complémentaire (AGIRC+ARRCO fusionnés) qui se montent à 4,72 % pour l’employeur et 3,15 % pour l’employé et cela jusqu’au plafond (T1), pour les plus favorisés des salariés, un deuxième plafond équivalent à 8 fois le plafond de la sécurité sociale (T2) est mis en place avec des taux de cotisations différents tels que 12,95 % pour l’employeur et 8,64 % pour l’employé (T2=29.328€ mensuels)
    Le prix d’achat du point est fixé actuellement à 17,4316€ tandis que la valeur du point pour le calcul de la retraite complémentaire a été fixé à 1,3498€
    Le smicard qui aura eu la chance d’une carrière linéaire complète à 1.709€ pourra prétendre à une retraite mirobolante de 1.200€ (CNAV+ARRCO)
    Malheureusement, ces cas de figure sont minoritaires et les carrières sont le plus souvent hachées par des périodes de chômage ou de maladie, des temps morts entre CDD, des périodes au statut de non-salariés, etc..
    Dans le même temps, nous pourrions prendre l’exemple du directeur de la RATP avec un salaire qui s’établissait en 2019 à 450.000€ annuels, donc 37.500€ mensuels sur lesquels il ne cotise qu’à concurrence du plafond T1 et T2 fixé à 29.328€
    La progressivité de l’impôt sur les revenus permet sans doute d’écrêter cela, mais dans l’absolu, pourquoi ne pas envisager la cotisation CNAV à un taux plus faible, mais sur la totalité du salaire ; cela permettrait sans doute de servir une retraite minimale décente pour tous ?

    1. Avatar de Ruiz
      Ruiz

      @Tout me hérisse Eh bien justement parce que ce n’est pas un impôt à visée égalitariste (laissons cela à l’impôt sur le revenu, fait pour cela) et que bien que bénéficiant de l’obligation d’assujetissement assuré par l’Etat, il s’agit d’assurer l’adhésion par une assez bonne corrélation entre avantage (retraite) et inconvénients (cotisation) à comparer à d’autres formules capitalisation, honoraires, fonction publique, entreprise individuelle.

      Les retraites complémentaires sont gérées à points et ne semblent pas l’objet de la présente réforme, mais n’apparaît-il pas qu’au contraire leurs taux de cotisation sont plus élevés ?
      Le problème ne vient-il pas que la cotisation CNAV a un taux plus faible ?

      Dans le projet de réforme à point portée par Jean-Paul Delevoye, lié aux lobbys assuranciels, toute l’ambiguité (Bonneteau) du taux de transfert restait cachée, dans une présentation fumeuse, amoindrissant l’engagement de l’État envers ses fonctionnaires, et syphonnant les réserves des systèmes complémentaires.

      1. Avatar de Tout me hérisse
        Tout me hérisse

        La réforme portée par J.P.Delevoye, dans son principe, semblait concourir à une meilleure égalité de traitement, mais recelait également un ‘loup’ énorme qui était le fait de pouvoir manipuler la valeur fixée au point au cours du temps.
        Quant à mettre la main sur les régimes complémentaires, c’est pratiquement fait, puisqu’à partir du 1er janvier 2024 c’est l’URSSAF qui sera chargée de collecter les cotisations ARRCO (Art.7 de la loi n° 2022-1616 du 23 décembre 2022 concernant le financement de la sécurité sociale pour 2023)
        L’on peut remarquer également que la fin des ‘régimes spéciaux’ tels que celui appliqué aux conducteurs de trains ou chauffeurs d’autobus, induit de grandes difficultés de recrutement à la SNCF, RATP, KEOLIS, etc..
        L’on se rend compte que rien n’est simple et qu’il faudrait se donner un peu plus de temps de réflexion, d’étude et de concertations pour redonner un équilibre véritable au régime de retraites et éviter ainsi de faire se succéder réformes après réformes à fréquence trop élevée !

        1. Avatar de Ruiz
          Ruiz

          @Tout me hérisse Il est probable que les mesures envisagées et proposées soient issues de raisonnements de comptables au premier ordre et sélectionnées pour des raisons politiques d’acceptabilité, d’éléments de langage percutants (avec des erreurs), il ne semble guère pris en compte que le système sur lequel on agit est un système bouclé avec ses propres contre réactions.
          Il est bien évident que la suppression des avantages catégoriels en matière de retraite, régime spéciaux et fonction publique, accordés pour fidéliser le personnel, ne pourra qu’entraîner une hausse des rémunérations ….
          Tout celà au nom d’une ouverture au privé et d’une concurrence juste et non faussée, mantra de l’U.E. sachant qu’une généralisation de ces régimes spéciaux aux concurrents privés n’était pas envisageable, (comme un monopole syndical d’embauche -cf. camionneurs).

          C’est aussi pour celà que la prise en compte de la situation des enseignants dans un régime à points qui aurait incité à une forte revalorisation des rémunérations pour en conserver l’attractivité, a pu conduire finalement à la présente réforme.

          1. Avatar de Tout me hérisse
            Tout me hérisse

            @Ruiz
            J’aime bien votre concept de système bouclé avec ses propres contre réactions. , cela me rappelle les calculateurs analogiques que j’ai conçus et utilisés dans une partie de ma carrière ; ne faudrait-il pas concevoir la vie économico-sociale d’une nation comme un ensemble de boucles avec ses propres contre-réactions participant elles-même à l’équilibre et à la stabilité de la boucle générale pour générer le ‘output’ désiré ?

            1. Avatar de Ruiz
              Ruiz

              @Tout me hérisse Bien sûr ! il s’agit bien de cela, mais cela peut aujourd’hui être simulé aussi sur des calculateurs numériques (voire même Excel ?).

    1. Avatar de timiota
      timiota

      Allons allons, TotalEnergies va en embaucher 500 au moins, avec ses 20 milliards de bénéfice (200 000 euros par employé, , il y a 100 000 employés à TotalEnergies). 10 smic environnés (~20 kE brut avec certaines cotiz patronales) de benef par employé, pas mal.
      Limiter le benef à 0,5 smic par employé et mettre le reste dans le circuit social, ce serait une loi d’écrêtage, pour « les termes d’ordres supérieur » de la taxe Sismondi (dont le terme 1 serait l’objet de la discussion sur les automates).

      1. Avatar de Ruiz
        Ruiz

        @timiota Cela prouve que le bénéfice est principalement créé par la valeur ajoutée exceptionnelle en cas de prix de vente sur les marchés qui s’envolent, cela n’a rien à voir avec le travail ou la productivité des employés !

        Cela prouverait aussi que Total Energies dispose de concessions de gisement en propre (contrairement à Enron) dans des endroits à bon prix que l’on pourrait être tenté de lui faire lâcher, pour les raisons les plus diverses d’être mal placées.

        Demander à Total de faire (volontairement ?) une ristourne (temporaire) à ses clients a plus de sens, partage de l’aubaine parmi ses partenaires économiques, qui en plus permets de faire baisser les prix dans ses stations en dessous de ceux des hyper approvisionnés avec du gazole russe.

      2. Avatar de Garorock
        Garorock

        Le minou libertarien qui va remplacer les 921chouineurs au chomage de BNP Paribas (avec 10 milliards vous pouvez vous payer quelques abonnements premium) est déja « biologiquement » syndiqué au MEDEF!
        La taxe Sismondi c’est comme la retraite à 62 ans, vous pouvez oublier…
        Quand aux 12 ooo morts musulmans, les spartacus ardents défenseurs du « deux poids, deux mesures » on oublié d’en parler…
        La Volga a semble t-il plus d’attrait que le Bosphore pour les souverainistes en goguette.
        😎

      1. Avatar de Ruiz
        Ruiz

        @Garorock Ces petits soldats utiles de la militance participent à la disparition progressive engagée des distributeurs afin de dissuader l’usage de la monnaie fiduciaire intraçable. Il est vrai qu’il sont déjà pour la plupart convertis (sans en apprécier les conséquences) à la monnaie plastique de carte bancaire qui donne aux banques par une intermédiation systématique, un total accès à toutes les transactions et au mode de vie, avant que celà ne soit repris par les GAFAM (Applepay) sur les s???phones géolocalisés.

        Si la BNP prête 8 milliards à TotalEnergie croulant sous les bénéfices, c’est sans doute parce que cette source de financement est moins couteuse qu’un recours aux actionnaires, pour lequel il convient alors de procéder à un rachat d’actions !

  16. Avatar de Otromeros
    Otromeros

    L’endroit n’est peut-être pas adéquat pour faire apparaître cet « article » économique (dont l’auteur aux initiales O.B. est bien connu, en sens divers et contradictoires géo-politiquement , par les habitués de notre blog..! )
    Cependant, la clarté de présentation sur le fond du sujet [..qui deviendra brûlant (  » je sais, je sais… c’était trop facile..!  » ) dès le lendemain de la décision finale sur l’accroissement de l’âge de la retraite..] me semble imposer que chacun de nous en prenne connaissance.
    Et comme le prix de l’électricité est quasi automatiquement directement corrélé au prix du gaz (dont question) … et que, pour la première fois, quelqu’un évoque le mécanisme/calendrier de l’escroquerie légale sur le plan franco-français..!!!

    https://elucid.media/economie/alerte-sur-le-prix-du-gaz-quelles-consequences-pour-les-logements/?mc_ts=crises

    1. Avatar de Otromeros
      Otromeros

       » persiste et signe  » … Du  » rififi  » à l’Assemblée N.F. :

      (Extraits de l’article du jour chez MDP, signé comme il se doit par Martine Orange..)

      …  » Mais la vraie empoignade entre la majorité et l’opposition s’est déroulée autour de l’élargissement des tarifs régulés de l’électricité aux commerçants, artisans, PME qui ne peuvent pas en bénéficier en raison de leur consommation élevée.
      …(…)…
      À gauche comme à droite, les députés de l’opposition ont accusé le gouvernement d’être déconnecté de « l’économie réelle », racontant les inquiétudes des petites entreprises et des commerçants dans leur circonscription. « Il en va de leur survie, du maintien de leur activité, de l’emploi », a insisté Michel Castellani.

      De rappels au règlement en invectives, le débat a dérivé. Jusqu’à ce qu’Oliver Marleix, chef de file du groupe Les Républicains (LR), siffle la fin de partie. « Vous êtes en panique, quand on parle de tarifs réglementés parce que les solutions que vous avez apportées ne sont pas à la hauteur. Ne vous cachez pas derrière la procédure. L’Assemblée nationale doit débattre de ce sujet. » « Le problème est politique. Si vous ne voulez pas de cette réponse, apportez-en une autre » , a ajouté Anne Genevard (LR).

      Pour la majorité, ce rappel à l’ordre était clair : la défaite était en vue.
      Les députés Les Républicains, qui jusque-là avaient dit qu’ils ne voteraient pas la proposition de loi, avaient viré de bord, ils se ralliaient aux oppositions.
      Dès lors, tout changeait.
      L’article sur l’élargissement de l’accès aux tarifs régulés serait bien discuté.
      Il allait falloir assumer auprès de leurs électeurs d’avoir voté contre le principe d’accorder une protection aux boulangers, PME et autres artisans. Plus grave encore, il allait falloir supporter le spectacle humiliant de la majorité mise en minorité à l’Assemblée nationale par les oppositions. Un précédent dangereux en plein débat sur la réforme des retraites. Aurore Bergé, cheffe de file de Renaissance, a donné le signal de la fuite. Dénonçant une « mascarade », elle a demandé à tous les députés de la majorité de quitter les bancs de l’hémicycle.

      Dès lors, tout est allé très vite. Les articles de la proposition de loi ont été adoptés à une écrasante majorité et même à l’unanimité pour celui permettant aux artisans et PME de bénéficier des tarifs régulés.

      Il y a encore beaucoup d’étapes (Sénat, nouvelle lecture à l’Assemblée, Conseil constitutionnel) et de chausse-trapes à franchir avant que ce texte entre en vigueur, si jamais il parvient. Mais pour les députés, « un premier pas » a été fait. Et ils comptent bien poursuivre leur action avec le projet partagé de défaire des pans entiers du cadre législatif de l’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité. Tout au long des débats, ils ont commencé à en dresser une première liste : en finir avec l’Arenh qui oblige EDF à vendre à perte de l’électricité à ses concurrents, en finir avec l’indexation du prix de l’électricité sur le gaz, sortir du marché européen de l’électricité si nécessaire.

      Face à ce que les députés considèrent comme une urgence économique et climatique, le gouvernement risque d’avoir du mal à camper sur ses positions. L’avertissement vaut aussi pour la Commission européenne. Les députés français sont entrés en rébellion. « .

      ( https://www.mediapart.fr/journal/economie-et-social/100223/edf-les-oppositions-parlementaires-donnent-un-coup-d-arret-la-liberalisation )

      1. Avatar de Hadrien
        Hadrien

         » L’avertissement vaut aussi pour la Commission européenne. Les députés français sont entrés en rébellion. « »
        Ouf ! on est content de savoir que les députés français ont une solution pour rendre l’énergie abondante et bon marché !! Ils vont pédaler ?? Non ? ils vont sortir de l’UE, comme les Anglais ?, C’est vrai, depuis le brexit c’est le paradis en albion.
        Lire Jancovici : « Le monde sans fin », 28€. Beaucoup plus intelligent que les députés Français …

        1. Avatar de Ruiz

          @Hadrien L’énergie n’a pas à être abondante et bon marché, mais pas hors de prix et donc une fourniture stratégique se doit d’être en grande partie hors marché.

          1. Avatar de Hadrien
            Hadrien

            Hors marché, donc rationnée ? (vous pouvez employer d’autres mots plus politiquement corrects, bien sûr..). Le problème du capitaine Haddock n’est pas le prix du whisky, c’est son accessibilité 😉 .
            Ceci dit, je pense qu’on y viendra, sauf si Poutine gagne contre nos démocraties et les remplace par ses mafias.

            1. Avatar de Ruiz
              Ruiz

              @Hadrien C’est le principe d’un tarif réglementé, (qui n’interdisait pas de faire moins cher), d’un bouclier énergétique qui tente de pallier sa suppression annoncée de longue date.
              Prix maximum garanti dans la limite de certaines quantités, ce qu’offre des contrats à long terme, mais négociés collectivement, (pourquoi pas par l’État) une sorte de rationnement éventuellement si on veut le voir ainsi, le reste étant accesible en prix spot sur le marché libre (marché noir ?).

            2. Avatar de Garorock
              Garorock

              Pourquoi elle ne serait pas rationnée l’énergie?
              Ce serait une bonne manière pour réduire les biens inutiles et les profits.
              Mais il va être difficile de demander aux capitalistes de moins produire avec de l’énergie abondante et bon marché générée par les mini réacteurs nucléaires que Macron et EDF appellent de leurs voeux…

              1. Avatar de Garorock
                Garorock

                 » Dans la région de Marseille, Mediapart a suivi Paul* et Marcel*, techniciens gaz à GRDF qui enchainent les journées de grève et les manifestations. Mais ce n’est pas tout. Ils trafiquent des compteurs de gaz pour que les usagers ne payent que la moitié de leur consommation, voire rien du tout. »
                https://www.mediapart.fr/journal/economie-et-social/120223/les-robins-des-bois-offrent-le-gaz-contre-la-reforme-des-retraites
                Voila du « sabotage » intelligent!

        2. Avatar de Otromeros
          Otromeros

          (( N.B. !! : J’adore (depuis très très longtemps) ..dans l’ordre : écouter, lire, voir JMJ.
          Sa pédagogie dans ses exposés est un modèle constant.. ))

          Sur le fond (électricité)

          …  » Comment a-t-on pu construire un marché européen de l’électricité qui dans le même temps accorde la priorité aux énergies intermittentes solaires et éoliennes et d’autre part donne une cotation en continu du marché de gros pour un produit, l’électricité, non stockable et dont l’usage suppose un équilibre permanent entre la production et la consommation.
          Un marché est fait pour permettre l’existence d’une concurrence favorable aux consommateurs, il n’est pas fait pour nourrir des parasites qui font monter les prix sans ne plus avoir aucun lien avec les coûts
           » … ( https://www.transitionsenergies.com/europe-de-electricite-marche-de-dupes/ )

          Le réel actuel… (article pour abonnés…mais le titre suffit..!! )
          https://www.lefigaro.fr/societes/pourquoi-la-facture-d-electricite-d-un-boulanger-peut-etre-multipliee-par-sept-20230103

          Le mécanisme en (fort) béat simplifié :
          https://institutdelors.eu/publications/lumiere-sur-le-marche-europeen-de-lelectricite/

          L’avenir..?? :
          https://www.euractiv.fr/section/energie/news/reforme-du-marche-de-lelectricite-lue-entame-les-discussions-mais-le-temps-presse/

          1. Avatar de Otromeros
            Otromeros

            Décidément.. quand on parle du loup(JANCOVICI)… le hasard du jour fait bien les choses..

             » LA FIN DE NOTRE CIVILISATION EST INÉVITABLE…  »
            https://www.youtube.com/watch?v=H5NAhJoQjQ8&t=240s

          2. Avatar de Hadrien
            Hadrien

            Je suis en faveur de l’ UE. Mais cela ne veux pas dire que tout ce que l’ UE concocte soit parole d’évangile, en particulier cette religion de la croissance et du marché.
            Le réseau électrique est un monopole naturel à réguler démocratiquement, hors des griffes du profit ou de celles de la bureaucratie.

            1. Avatar de Ruiz
              Ruiz

              @Hadrien La croissance et le marché sont à la base la plus profonde de l’idéologie de l’U.E. !
              Au départ il y avait le Marché Commun dont la justification était bien évidemment la croissance économique.

              Et même en cherchant plus loin la CECA basé sur le Charbon et l’acier ! Ecolo quoi !

        3. Avatar de Hadrien
          Hadrien

          @Ruiz, Otromeros, Garorock:
          Je pense que nous sommes d’accord.

          Un bémol: Il vaut mieux que les nations fassent du commerce que la guerre. Cette fondation de l’ UE reste plus sympathique que les massacres qui font l’admiration des nationalistes poutinophiles. De toute façon, aucune nation européenne n’a la taille nécessaire pour rester « souveraine » face aux états continents qui règnent sur la planète. L’union fait la force.

  17. Avatar de Pascal
    Pascal

    Qui a dit : « Je la voterais, d’abord, parce que c’est ma réforme. »?
    S’il fallait une banderole pour soutenir la réforme des retraites : « Travail Famille Patrie ». La grande droite réactionnaire est bien là.
    https://www.huffingtonpost.fr/politique/article/eric-zemmour-soutient-la-reforme-des-retraites-du-gouvernement_213848.html

  18. Avatar de konrad
    konrad

    Bonsoir,

    Bien que retraité je serai demain, samedi, à la manifestation à Paris en tant que participant à « l’envie d’emmerder Macron », sans trop d’illusion que celle-ci fasse bouger le gouvernement. Je pense qu’il faudra durcir les grèves et envisager des blocages radicaux.

    Une chose me questionne, la majorité de la population ne veut pas de cette réforme. Si l’on considère, avec beaucoup d’exagération caricaturale, que ceux qui décident de cette réforme sont plutôt des « intellectuels » alors que les « manuels » sont contre, comment voulez-vous la faire admettre à ceux qu’elle pénalise le plus ?

    La « solution » ne viendra que par une insurrection des consciences, de tous ceux qui constatant l’agonie de notre société, se refusent à la cautériser avec des bons sentiments.
    En un mot, hâtons l’effondrement.

    1. Avatar de Henri
      Henri

      M.Konrad

      Il ne me semble ni approprié ni raisonnable ni même juste de réactiver l’opposition artificielle entre les dits « intellectuels » et les dits « manuels  » : non approprié car en ce début de XXI ème siècle, toutes les professions charrient autant d’activités intellectuelles que d’activités manuelles. N’avez-vous jamais vu une dentiste créer manuellement dans son atelier des prothèses dentaires après des années d’études complexes ? Un autre exemple entre mille car il m’avait tout autant frappé : le travail manuel d’un podologue (accès à ce métier sur concours, après un bac, scientifique de préférence) qui comme un cordonnier se retire un moment dans son atelier pour créer manuellement la semelle orthopédique paramétrée que l’on attend impatiemment pour ne plus ressentir certaines douleurs musculo-squelettiques. Historiquement la piste que vous soulevez bien innocemment renvoie surtout à des heures obscurantistes et criminelles atroces où l’on brûlait les livres avant d’assassiner leurs auteurs en masse tandis qu’ ailleurs et à une autre époque on arrêtait une personne parce qu’elle portait des lunettes car c’est bien connu, les  » intellectuels  » portent nécessairement des lunettes. Une proposition proprement sinistre et ridicule mais qui précipita à la mort des milliers d’innocents. Il n’y a pas d’opposition entre les dits  » manuels  » et les dits  » intellectuels « . Cette séparation stupide est née à l’aube de la révolution industrielle qui classaient les métiers pour garantir toutes sortes de profits selon toutes sortes de spécialisations. Cette opposition idéologique plonge ses racines très loin dans l’histoire artistique et culturelle, à l’Antiquité puis au Moyen-âge où l’on opposait entre eux les arts dits « mécaniques » (viles) et les arts dits « libéraux » (nobles). En vérité et pour revenir à des temps moins immémoriaux, Il n’y a que des écoles politico-philosophiques et des affrontements idéologiques de classes. Dans une société de plus en plus technique et complexe où une minorité sociale et culturelle tient quasiment tous les pouvoirs politiques et symboliques et toutes les richesses sonnantes et trébuchantes dans ses mains, il s’agit de rester lucide et de ne pas réactiver de vieilles catégories qui pénaliseraient une majorité d’êtres humains pensants et ressentants. Pour combattre le retour de la barbarie, il nous faudra tout un corps pour combattre et non pas seulement un cerveau et dix doigts.

      1. Avatar de konrad
        konrad

        @Henri, désolé de vous avoir dérangé. Je ne suis pas très intelligent ni cultivé, merci de me l’avoir rappelé.

        1. Avatar de Henri
          Henri

          M.Konrad

          Vous savez pertinemment que je n’ai jamais dit ça et que je ne vous ai en aucune façon ni injurié ni déprécié. Votre réponse du coup m’apparait ni sympathique ni à la hauteur des enjeux présents car pour contrecarrer nos bourreaux en cols-blancs, il nous faudra demain pas mal de cogito et pas mal de solidarité entre nous (sororité & fraternité). Ceci étant dit, je me réjouis de savoir que nous avons un objectif commun au demeurant.

          Demain samedi 11 février 2023, oui, nous ne chouinerons pas et nous ferons masse dans les rues de France jusqu’à la frontière brésilienne ( Guyane française ) ; une masse joyeuse, pensante et imaginative !

          1. Avatar de timiota
            timiota

            Dans les quelques minutes du « téléphone sonne » d’aujourd’hui, vers 19h40, un marin téléphone et explique que son job ou celui des chantiers navals, 64 ans, ça va pas le faire, et les exo-squelette (dont il a du être question un peu avant), ça le fait doucement rigoler pour rentrer travailler dans les espaces exigus des carènes et autres. Macron ayant été un fossoyeur du volet « pénibilité » de précédentes réformes.
            Un monsieur de l’institut Montaigne lui répond de façon un brin arrogante que 90% des métiers sont « tertiaires », dans des bureaux quoi, et l’intervenant suivant le taxe d’indécent.

            Vos échanges disent un peu la facilité qu’il y a de s’écharper à gauche : Vivre, produire, soigner, cela produit plein de contradictions. On peut toujours renvoyer dans les cordes un interlocuteur en s’axant sur l’une de ces contradictions. Après une projection de « La Sociale » hier à Paris-Saclay, un intervenant a tenu à dénoncer le film comme trop laudateur pour les cocos, qui sont à l’époque des méchants productivistes (années 1945-1950 !), c’est un cas typique.

            Etant à la recherche de la typologie la plus générale dans l’esprit de Konrad (et conseillant à Henri de voir comment Sennett traite « ce que sait la main » (2009, Albin Michel), lui qui a beaucoup traité de la dignité et des 50 nuances de sa perceptions (enfance à Chicago, dans un quartier marquant sur ce point)), je propose immodestement de déplacer/repenser la distinction « prolétaire/bourgeois ». Déjà pour Sartre et d’autres (Stiegler), le prolétaire est celui auquel la finalité de son travail échappe, il ne peut en faire un « projet » qui serait sien, même si pour certaines taches, il a a coeur de bien les faire.
            Dans la généralisation que j’entrevois, on peut distinguer des gens soumis à des flux de savoirs « unilatéraux » (et disons « descendant » pour les prolétaires), et des gens qui ont la chance, assez rare, de pouvoir vivre à la rencontre de deux flux, un montant et un descendant. Un manager buté ou un Poutine fait partie de la première catégorie. Le dentiste ou le podologue davantage de la seconde (tant que la T2A ou les autres séquelles de l’ONDAM ne les rend pas fous).
            Cette distinction a un petit plus : elle ouvre sur une utopie où le « bon » statut en viendrait à se répandre à une majorité d’une population, sur une utopie où la valeur précise du revenu perd beaucoup de son importance.
            C’est ce genre de filon à mon avis qui rouvrira les tentatives comme l’écoféminisme (pour en prendre une avec un bon look woke comme-il-faut, presque islamo-gauchiste) et indiquera comment piocher dans leur potentiel. « Work in progress » ?

            1. Avatar de Chabian
              Chabian

              Dans le genre de Senett sur le savoir qui est dans notre interface avec la nature, il y a aussi « Contact » de Matthew Crawford et son précédent, « Eloge du carburateur ». Il y aussi toute la discussion des processus participatifs autour des expertises (études d’incidence…) mais c’est encore assez manipulatoire.
              Par ailleurs, le fait de posséder un savoir induit assez humainement une forme de mépris du dominant ; et il y a un « contre-mépris » des dominés aussi.
              Je suis étonné que nous soyons encore si ignorants de ces phénomènes liés à la domination au sens général ( déclinée comme sociale, de genre, de civilisation, … ), et si fulminants et haineux aussi.
              Mais j’ai du perdre le fil de Timiota, à la moitié du commentaire…

            2. Avatar de Garorock
              Garorock

              Des clubs et des soviets.
              Ensemble. Pour de vrai.
              Yep.
              Mais le coup des bolchos, on a déja donné!
              Alors nous sommes aux aguets.
              Les experts assermentés, les chiens de garde, les demi-mondain, les élites médiatiques, les gourous, les demi charlatans, les intellos qui pataugent dans la glue…
              Ici, au familistère de Jésus-Guévara, soviet suprême, et en accord avec le gars du CNRS d’à côté, on les vire à coups de pompes dans le Q.I!
              Et on ne reconnaîtra dans le club, comme véritables partenaires, que ceux qui nous aideront à les démystifier.
              Qu’on se le dise.
              😎

          2. Avatar de konrad
            konrad

            Bonjour Henri,
            Je ne vous donne pas tord dans le fond.
            Ma question initiale est : Qui décide des lois, qui les fait ?
            Quand je regarde la sociologie de nos dirigeants et même de l’assemblée nationale, je constate qu’il y a peu – c’est un euphémisme – de représentants des paysans, des commerçants, des ouvriers, des artisans. La grande majorité de ceux-ci sont contre cette réforme des retraites mais aucun n’a réellement de voix au chapitre pour décider des enjeux de la retraite.
            Nous sommes toujours dans la « lutte des classes ».
            Ma vision est probablement sommaire, précisément parce que je viens d’un « milieu » que l’on entends pas, sinon lorsqu’il défile bruyamment en gilet jaune.
            Je me désole tout de même du délitement de la société qui conduit à une atomisation des préoccupations individuelles.

            1. Avatar de Henri
              Henri

              Cher Konrad, je vous ai lu et je suis en accord complet avec vos propos.

              C’est pourquoi au delà de la contre-réforme des retraites Borne & Macron, il y a un certain nombre d’enseignements populaires à retenir.

              Au vu des magouilles du gouvernement actuel qui ne cesse de tripatouiller la constitution de la V ème République et les règlements internes de l’Assemblée nationale, il sera demain loisible au peuple français lui-même, de remettre son œuvre constitutionnelle sur le métier.

              Sachant que la constitution de la V ème République fut initiée par un tout petit comité secret et idéologiquement marqué – en plus ou moins grande complicité avec une portion de militaires putschistes – il est effectivement grand temps de la remiser dans les tiroirs bonapartistes de l’Histoire de France.

              L’ argument majeur que vous développez à juste titre, est qu’au vu de la sociologie des députées et des députés, l’ensemble de toutes ces personnes est peu représentatif de la population française ; Oui, voilà une excellente entrée politique pour convoquer demain une assemblée constituante en vue d’inventer la VI ème République.

              Comme quoi, nous ne savons pas où toutes nos manifestations populaires actuellement nous portent mais sachant bien que la bourgeoisie a décidé depuis le règne du président Sarkozy de ruiner à nouveau le peuple français pour servir les intérêts des ultrariches, tout à nouveau semble possible.

  19. Avatar de Pascal
    Pascal

    Beaucoup plus de monde aujourd’hui pour manifester que mardi dernier dans notre petite préfecture des Pyrénées. Ça augure plutôt bien pour celles de cet après midi à Paris et dans les régions.

  20. Avatar de Endora et Dimitri
    Endora et Dimitri

    Vouloir carrément éradiquer l’ultra-richesse, la redistribution des richesses égalitaires est un mythe communiste qui a fait des dégâts très lourds, le fonctionnement pyramidale est obligatoire, la répartition des tâches et des décisions ont des degrés différents d’implications ce qui a une influence sur la décision des salaires, on ne peut se focaliser uniquement sur la richesse monétaire pour se définir, la société par sa diversité et ses accès nombreux propose d’évoluer sa propre richesse de l’âme ce que la capacité de l’ultra-richesse distribue aux masses.

    1. Avatar de Pascal
      Pascal

      « Le fonctionnement pyramidale est obligatoire » pour ceux qui vivent en haut de la pyramide mais ceux qui sont en bas peuvent très bien se passer d’un fonctionnement pyramidale.😂😂😂

    2. Avatar de Garorock
      Garorock

       » la redistribution des richesses égalitaires est un mythe communiste  »
      Vous êtes restés bloqués au 20 eme siècle.
      Le communisme 3.0, c’est la redistribution de la richesse de manière MOINS inégalitaire.
      C’est pas l’éboueur qui va gagner plus que le chirurgien. L’éboueur gagnera moins mais partira en retraite plus töt. Et le chirurgien sera content pour lui. Il l’opérera un peu plus tard…
      Etant donné que l’immense majorité des français gagne moins qu’un chirurgien (12000 euro mensuel) la question est pour cette majorité: trouvez vous juste, moral, légitime que quelqu’un gagne plus de 12000 euros par mois? ( ce qui laisse de la marge pour manger bio mais aussi pour polluer la planète)
      Le reste est de la littérature!

    3. Avatar de Henri
      Henri

      De quoi avez-vous peur Endora & Dimitri ? Pourquoi tremblez-vous ainsi ?

      Les enseignements de l’Histoire humaine vont dans les deux sens, me semble t-il ; hors là, je vous vois dans un certain déni de réalité historique. Le déni étant cette attitude de refus de prendre en compte une partie de la réalité – vécue comme inacceptable par l’individu – vous ne semblez voir au demeurant que ce qui vous convienne.

      Vous réclameriez-vous pour autant du multimillionnaire Adolf Hitler qui avait juré aux capitalistes allemands en 1933 de toujours respecter  » le droit sacré de la propriété  » ?

      Tout le monde peut faire peur à tout le monde mais est-ce véritablement d’intimidation réciproque dont nous avons besoin à l’ère de l’anthropocène et du réchauffement climatique ?

      Franchement ?

  21. Avatar de arkao

    Pancarte vue ce matin:
    « Le repos avant les asticots »

  22. Avatar de Guy Leboutte

    Bonjour,
    Ici une bonne présentation de la problématique en Belgique, où l’on voit que le débat, le non-débat plutôt ici, est complètement à côté de la plaque.
    La démocratie libérale se moque du monde !

    https://condrozbelge.com/wp-content/uploads/2023/02/lesoir.be-Pourquoi-les-plus-riches-profiteront-plus-longtemps-de-la-retraite.pdf

    1. Avatar de Paul Jorion

      Tiens ! Ça me rappelle quelque chose 😉 .

    2. Avatar de Chabian
      Chabian

      Et quelques chiffres qui s’intéressent à la situation dans le « croissant industriel » du Hainaut belge. (inventaire annuel publié par Hainaut développement).
      D’abord un propos général de Rtbf-info : « On estime dans nos prévisions qu’il est possible que le Hainaut comble une partie de son retard grâce aux politiques de formation et de développement soutenues. Mais par contre, nous avons un lourd héritage qu’il est difficile de dépasser. On pense qu’il y aura un plafond de verre que nous ne pourrons franchir. Le Hainaut sera encore le parent pauvre de la Belgique durant un certain temps. » « Cette situation socio-économique freine toute ambition de la région. La transition écologique sera par exemple plus difficile. Le bâti est vétuste. Plus de 55% du parc immobilier a été construit avant 1946. Ce taux chute à 48% pour la Wallonie et 26,5% pour la Flandre. Et lorsque l’on gagne moins (23.501 euros en moyenne dans le Hainaut contre 24.808 euros en Wallonie et 26.412 en Belgique), cela rend d’autant plus difficile l’accès à la rénovation en profondeur. Un véritable cercle vicieux dont essaye de se défaire toute une région. »
      Le rapport de Hainaut développement apported’autres éléments. Par exemple sur la démographie : « Cette croissance est fortement inégale à l’intérieur du Hainaut. Si les arrondissements de Soignies (+ 44,9 %) et de Ath (+16,9 %) devraient connaître un fort dynamisme démographique, ceux de Mons (-5,8 %), Tournai-Mouscron (-6,4 %) ou la Louvière (-2,7%) s’attendent à un déclin démographique ». Et sur le veillissement global : « Au 1er janvier 2022, on comptait environ 84 personnes âgées de plus de 65 ans pour 100 jeunes de moins de 20 ans, soit un indice de vieillissement de 0,84. A l’horizon 2070, ce rapport s’inversera avec un indice attendu de 1,31. » Et sur les effets sur le pouvoir d’achat : « On observe d’importantes disparités entre les communes situées au nord du Hainaut avec un niveau de revenu plus élevé et celles situées le long de l’ancien sillon industriel. Avec un niveau d’inflation égal pour toute la Belgique, le risque de précarisation est donc accru pour les revenus les plus modestes. »

  23. Avatar de Henri
    Henri

    «  De ce point de vue, les documents présentés par le gouvernement pour défendre son projet sont particulièrement indigents. On sait simplement que le relèvement de l’âge et de la durée de cotisation rapportera 17,7 milliards d’euros par an d’ici à 2030, sans aucune décomposition par niveau de revenu ou par classe sociale ou profession. Et pour cause : si le gouvernement présentait ces chiffres, on se rendrait compte immédiatement que les plus riches sont mis à contribution à un taux nettement inférieur à celui des classes moyennes et des plus pauvres. »

    – Interview de Thomas Piketty –  » Le Monde  » – Le 11 Février 2023.

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/02/11/thomas-piketty-c-est-en-renouant-avec-l-esprit-de-justice-que-l-on-sortira-de-la-crise-actuelle-sur-les-retraites_6161391_3232.html

    Je réécris ici la fin du commentaire de M.Piketty pour que mentalement , on la retienne bien :

     » Et pour cause : si le gouvernement présentait ces chiffres, on se rendrait compte immédiatement que les plus riches sont mis à contribution à un taux nettement inférieur à celui des classes moyennes et des plus pauvres.  « 

    1. Avatar de Ruiz
      Ruiz

      @Henri Analyser par classe sociale ou via des persona type pourrait montrer que l’incidence de la réforme est plus au désavantage des classes moyennes et inférieures, mais cela ne signifie pas que le résultat final soit lui au désavantage de cette portion des assujettis.

      Il serait cependant intéressant de connaître le ratio retraite/cotisation par sous-catégorie manuel/intellectuel travaux pénibles/peinards postés/classiques cotisant au plafond/cotisant au seuil.

      Mais ces éléments ne sont pas immédiatement accessibles.

      Prétendre justifier la présente réforme par une meilleure justesse sociale est semble-t-il une des erreurs de communication du gouvernement parti sur le canevas de la retraite universelle à point dont le taux de remplacement du salaire à 60 62 ou 64 ans n’était pas déterminé alors que le projet actuel reste lisible, mais ne conserve comme point comun que la suppression des régimes spéciaux, c’est là son apport à la justice sociale !

      1. Avatar de Pascal
        Pascal

        La supression de certains régimes spéciaux ! Pas ceux des Députés ni des Sénateurs. Faudrait pas abuser quand même !

        1. Avatar de Ruiz
          Ruiz

          @Pascal Les assemblées parlementaires ont leur budget distinct et ne dépendent pas de l’éxécutif.
          Les députés et les sénateurs travaillent tard …

          Il n’y a pas de risque démographique connu.

          Seul un renouvellement plus rapide pourrait pénaliser leurs régimes.

          1. Avatar de Henri
            Henri

            M.Ruiz

            Toutes les catégories professionnelles avaient dès leurs origines leur  » budget distinct  » ! Qu’est-ce que vous croyez ? Chaque caisse était à la base autonome avant que M.Juppé (UMP) ne vienne étatiser quasiment l’ensemble des caisses de retraite pour autoritairement avoir la main sur la masse monétaire considérable dont il regrettait qu’elle ne soit qu’au seul service des salariées et des salariés.

            Aux dernières nouvelles, face à la bronca des notaires et des avocats qui ont encore la chance d’avoir des caisses autonomes et parfaitement à l’équilibre et largement excédentaire – comme d’ailleurs le régime général qui ne souffre que de l’idéologie butée de nos gouvernants – M.Macron a reculé sur la capture de leur propre argent.

            Non content de voler l’argent privé des cotisations salariales de l’Agirc-Arrco, il compte maintenant rafler l’argent des livrets A pour relancer sa lubie stupide du nucléaire. Comment allons-nous pouvoir arrêter cet olibrius et son gouvernement de dangereux incompétents ?

            Libération :  » L’Etat s’apprête-t-il à voler 90 milliards aux retraites complémentaires des salariés du privé ?  »

            https://www.liberation.fr/checknews/letat-sapprete-t-il-a-voler-90-milliards-aux-retraites-complementaires-des-salaries-du-prive-20221104_G5FTXGHUURAX5KNOABLAUDOUL4/

            Reporterre :  » Les livrets A pourraient financer le nucléaire  » :
            https://reporterre.net/Les-livrets-A-pourraient-financer-le-nucleaire

      2. Avatar de Pascal
        Pascal

        J’oubliais aussi :
        « En revanche, il maintient ceux des marins (27 580 cotisants), de l’Opéra de Paris (1 807 cotisants) et de la Comédie Française (346 cotisants). La réforme maintient également les régimes autonomes des professions libérales et les régimes agricoles. »
        https://www.letelegramme.fr/economie/retraites/reforme-des-retraites-les-regimes-speciaux-une-exception-en-ligne-de-mire-08-02-2023-13275447.php#:~:text=Le%20projet%20de%20r%C3%A9forme%202023,social%20et%20environnemental%20(Cese).

  24. Avatar de Vespert du Parc
    Vespert du Parc

    Bonjour Sylvain ,
    Je ne sais pas si votre raisonnement est valable ,mais les dates de naissance de Gabriel et Emmanuel sont exactes.
    Cordialement

    1. Avatar de Sylvain D.
      Sylvain D.

      😉 Vous pouvez facilement tester ces exemples sur le simulateur de départ en retraite proposé par lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Bienvenu en Charente que de nombreux britaniques sont venus habiter de façon temporaire et souvent permanente et grâce à eux…

  2. Nostalgie : 1974, Cambridge : https://www.youtube.com/watch?v=vSU77p9gpas 50 ans plus tard, en Nouvelle Aquitaine : A nous les petites …… https://www.youtube.com/watch?v=6jJLMH3i-ZY…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta