Archives de catégorie : Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ?

Fin du monde ! Fin du mois !

Ouvert aux commentaires.
Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail

Université catholique de Lille, Paul Jorion : « Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? », Les conséquences d’une mécanisation bientôt totale

Retranscription de Université Catholique de Lille, Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? Les conséquences d’une mécanisation bientôt totale, le 2 avril 2019. Merci à Eric Muller !

Je vous demande un peu de générosité, parce que vous entendez sans doute que je suis affecté par un gros rhume et dans ce cas-là, il y a toujours un double handicap parce qu’on essaie de prendre des médicaments qui, en fait, vous abrutissent bien davantage. Mais j’ai ma petite liste, et comme je le disais il y a un instant,
 c’est un sujet que j’ai l’occasion souvent de traiter et que je traiterai dans seize jours à France Culture, dans l’émission Entendez-vous l’éco, dans un débat avec Paul Aries.

La question, c’est celle de savoir dans quel monde sommes-nous maintenant, dans ce monde où la mécanisation a fait des progrès tout à fait considérables, voire un bond a eu lieu avec l’invention de l’ordinateur, d’abord le mainframe, le gros ordinateur, et ensuite par l’intervention, l’irruption de l’ordinateur individuel dans les entreprises, dans le travail. Le nombre de personnes qui travaillent devant un ordinateur évidemment s’est démultiplié très rapidement dans les premières années de la décennie 1980.

Continuer la lecture de Université catholique de Lille, Paul Jorion : « Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? », Les conséquences d’une mécanisation bientôt totale

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail

Fin du monde : l’appel d’Aurélien Barrau – Qu’en penser ?

Ouvert aux commentaires.

Bon, tout ça est très juste, tout ça est très bien dit : il n’y a rien que j’aurais voulu dire autrement, mon seul souci, c’est que j’aurais situé mon analyse dans un cadre socio-économico-politique, pour dire ce qu’il faut faire collectivement pour que ça change, pas seulement ce qu’on peut changer chez soi, comme ce qu’on met dans son assiette ou qu’on jette dans sa poubelle.

En restant muet sur le capitalisme, sur l’économie de marché, et sur le libéralisme, en ne disant pas qu’il est impératif de les changer, Barrau s’expose au même reproche qu’il fait aux jeunes de la Rébellion contre l’extinction, que leur rébellion ne les empêche pas de manger de la viande ou de prendre l’avion pour un weekend : sa rébellion ne l’empêche pas de cautionner le cadre socio-économico-politique existant, non pas en le soutenant explicitement mais en laissant entendre par son silence à son propos, que le problème n’est pas là. Alors que c’est là que l’obstacle se situe.

On ne préviendra pas l’extinction « en changeant un peu ses habitudes », il faut prendre le problème à l’envers : il faut d’abord éliminer la logique prédatrice de la recherche du profit, et du versement d’intérêts pour les ressources qui manquent là où elles sont indispensables. C’est cela qui détruit notre monde jour après jour et le rend invivable. Quand cela aura été résolu, chacun aura son jardin sans pesticides, mangera moins de viande et pourra se déplacer à vélo, pas avant. C’est dans cet ordre là que le changement peut se faire et doit se faire – sans tarder.

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail

Notre-Dame de la Vie, par Cédric Chevalier

Ouvert aux commentaires.

Pour quoi pleurons-nous ? L’œuvre humaine et l’œuvre d’art

Pourquoi pleurons-nous d’avoir vu brûler Notre-Dame de Paris ? Pourquoi s’émouvoir pour de vielles pierres et d’antiques charpentes, si vénérables soient-elles ? Quel sens donner à l’émotion qui nous étreint dans une sorte de communion internationale ? Qu’est-ce qui est affecté en nous exactement ?

On a vu le spécialiste de l’histoire et du patrimoine Stéphane Bern très ému à la télévision. Est-ce indécent ? J’ai pour ma part du mal à cerner cette grande tristesse qui m’affecte. Quand des êtres humains sont touchés dans leur chair, la légitimité de notre détresse est évidente. Quand il s’agit de dégâts matériels sur des objets, si précieux soient-ils, j’ai ressenti une gêne d’être si affecté, je l’avoue.

Continuer la lecture de Notre-Dame de la Vie, par Cédric Chevalier
Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail

Université Catholique de Lille, Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? mardi 2 avril de 17h30 à 19h00

Paul Jorion, professeur associé à Ethics vous donne rendez-vous pour la 6ème et dernière date de son cycle de conférences Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? Le 2 avril, de 17h30 à 19h00, dans l’open space de la Maison des Chercheurs.

  • 2 avril : Les conséquences d’une mécanisation bientôt totale

    -Le travail disparaîtra entièrement en raison de l’automation : robotisation, logicièlisation et Intelligence Artificielle
    -Il convient de séparer une fois pour toutes l’obtention de revenus par les salariés d’aujourd’hui du travail effectué en échange
    -Ma proposition (2012) d’une taxe Sismondi : la mécanisation est un gain pour le genre humain tout entier, à partager entre tous
    -Deux approches possibles : soit le revenu universel de base, soit le « service universel de base » assurant à chacun la gratuité pour l’indispensable

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail

Université Catholique de Lille, Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? aujourd’hui 5 mars de 17h30 à 19h00

Paul Jorion, professeur associé à Ethics vous donne rendez-vous pour la 5ème date de son cycle de conférences Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? Le 5 mars, de 17h30 à 19h00, dans l’open space de la Maison des Chercheurs.

  • 5 mars : Le capitalisme, l’économie de marché, le libéralisme, face à l’état d’urgence pour le genre humain

-Le profit commercial n’est pas maîtrisé : il est potentiellement illimité
-La finance est prédatrice ; la spéculation était interdite jusqu’en 1885
-Les droits des personnes morales sont aujourd’hui plus étendus que ceux des individus
-Les règles comptables sont définies par des organismes privés : elles mettent en œuvre une philosophie rapace
-La définition de l’abusus (l’une des trois composantes de la propriété, avec l’usus et le fructus) doit être reformulée pour tenir compte de la durabilité, du caractère renouvelable ou non d’un bien

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail

Paul Jorion pense tout haut aux 3 derniers jours

Intelligence Artificielle

Terrestres : Disruption d’un forum de robotique toulousain, le 16 janvier 2019
Ted Kaczynski « Unabomber »
Blog de PJ : Les lobbies et nous, Le 14 février 2019


Trump et sa muraille

Blog de PJ : Trump : Les cowboys et les Indiens, le 12 Janvier 2019


Le revenu universel et la gratuité

Les Gilets jaunes

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail

Université Catholique de Lille, Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? demain 5 février de 17h30 à 19h00

Paul Jorion, professeur associé à Ethics vous donne rendez-vous pour la 4ème date de son cycle de conférences Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? Le 5 février, de 17h30 à 19h00, dans l’open space de la Maison des Chercheurs.

  • 5 février : Les risques existentiels pour notre espèce

-Les risques naturels cosmologiques : météorites, cycles glaciaires, volcans, etc.
-Les risques naturels d’origine humaine : l’anthropocène
Les risques de guerre classique, thermonucléaire, chimique et biologique
-Une 3e guerre mondiale est engagée : il s’agit d’une cyber-guerre
La « singularité » : une Intelligence Artificielle ayant échappé à notre contrôle
-Les risques existentiels ne peuvent être gérés qu’au niveau mondial

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail

Mes vidéos : zut !

Il faudra attendre, chers Ami.e.s : la wifi ne marche pas à mon étage dans l’hôtel où je suis à Lille jusqu’à samedi. (Les Retranscripteurs louent eux le Ciel !)

N’hésitez pas à regarder en attendant celle publiée hier sur Le Média ! Non je plaisante : 43.000 views à l’heure où j’écris [10 janvier, 8h30 : 72.000] . Ce que j’ai dit a l’air de plaire, tant mieux ! Merci à vous !

P.S. Merci aussi à ceux qui viennent (nombreux) à mes conférences du cycle Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? cela me fait plaisir de vous voir à ces occasions et d’échanger avec vous. Prochaine session : le N°4, Les risques existentiels pour notre espèce, à Lille, le 5 février à 17h30.

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail

Philo en 2 leçons

Cela a l’air de vous plaire, alors, parlons-en : ouvert aux commentaires.
Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail