Le rôle de l’intelligence artificielle dans la planification, par Vincent Burnand-Galpin

Ouvert aux commentaires. Selon l’un des pères fondateurs de l’ultralibéralisme, Friedrich von Hayek, les individus étant nécessairement mieux informés que…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

5 réflexions sur « Le rôle de l’intelligence artificielle dans la planification, par Vincent Burnand-Galpin »

  1. C’est enthousiasmant. Toutefois cette solution me semble typique des « technologies providentielles » annoncées sans relâche années après années (véhicule électriques, smart grids, énergies vertes, hydrogène, impression 3D).
    N’y aurait il pas un méchant effet rebond de l’ensemble sur le besoin énergétiqueset matériaux, cf Bihouix.?
    Par ailleurs, au delà du timing de deploiement au seuil nécessaire de l’outil providentiel IA, pour rester dans un objectif « sauvetage de civilisation » il faudrait probablement revoir les règles:
    – De propriétés intellectuelles.
    – De commerce (subordonnation de l’ecogieva et du social a l’economie dans les règles de l’omc et traités internationaux.
    – La mise en place d’une collaboration massive entre les peuples.
    Bref de la décision politique en amont. Sauf bien sûr dans l’hypothèse où ces mesures sont « déléguées » à « Skynet »…

  2. « Le big data assure aujourd’hui la collecte de données à une échelle colossale ainsi que leur premier traitement statistique en explorant l’ensemble des dimensions pertinentes et leur influence réciproque. Le deep learning, fondé sur des réseaux neuronaux à même de se corriger en cas d’échec dans l’identification et la prévision, permet ensuite d’y découvrir des formes que l’intuition humaine perçoit occasionnellement, mais à qui elles échappent le plus souvent.  »

    Effectivement tout réside dans cette capacité à mémoriser puis à tester différentes hypothèses de travail ( les fameuses expériences de pensée ?) sur la base de hiérarchisations différentes (qualitative ou cinétique) de paramètres minorés à l’origine ou à l’échelle habituelle et qui prendront plus d’importance.
    Toute chose que le politique ne sait visiblement pas faire. Mais alors le capitalisme, les mafias, les communicants ou la burocratie vont-ils en profiter avant que ce « savoir-faire empirique » ne ruisselle ? D’où devront s’initier de nouvelles innovations, c’est à dire prendre en compte de nouveaux paramètres.
    IA les laissera-t-elle passer si on tente de la courcircuiter? ( cf. 2001 L’odyssée de l’espace).

  3. Je comprends comment ça peut fonctionner à court terme : quand, la semaine dernière ou l’année dernière, on a constaté que … et décidé que … ça a eu tel effet (positif où negatif.) Par contre je ne comprends pas comment ça pourrait fonctionner sur le long terme donc dans des conditions qui n’ont jamais été rencontrées auparavant.

    1. Tout à fait d’accord. Précisément parce que l’environnement et l’écosystème évoluent et que les lois initiales et le capitalisme ont choisi d’ignorer certains paramètres initiaux pour mieux tirer profit de la situation.
      Avec l’augmentation de la population croissent les effets de pollutions et de carences inconnues à l’échelle précédente.
      Et l’incompétence des burocraties en place participent alors lourdement au chaos choisi. Une burocratie ne cherche pas à changer d’échelle pour résoudre un problème, une pathologie : elle vit du privilège de l’ignorance de ce qui se passe à des strates différentes – au dessus du plafond de verre – qui se trouvent ainsi renforcées.
      Au moment où j’écris, France Culture souligne qu’au Mali, la corruption locale transforme ce qui devait être une ligne Maginot en une cinquième colonne chroniquement installée: on dit la même chose.
      J’ai failli oublier: dans le cancer aussi, les ratées des régulations biochimiques (physiologiques au départ) constituent le terrain d’origine de cette pathologie si hétérogène qu’il est difficile d’y trouver une cohérence « scientifique » simplificatrice. Mais là, on y arrivera quand même. Pour ce qui est de la corruption sociétale culturelle, je suis moins optimiste malgré la volonté affichée de ce blog – que je remercie de nous tenir en contact !

Les commentaires sont fermés.