Assez réfléchi, agissons !, le 19 décembre 2019 – Retranscription

Retranscription de Assez réfléchi, agissons !, le 19 décembre 2019. Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes le jeudi 19 décembre 2019 et, aujourd’hui, la vidéo s’intitulera « Assez réfléchi, agissons ! ».

Hier, le Congrès, la partie du Congrès qui est la Chambre des députés aux États-Unis, a voté  l’impeachment de M. Donald Trump. M. Donald Trump, un personnage spécial qui s’est présenté comme défendant le petit peuple contre l’oligarchie. C’est un escroc. Il a été puni pour escroquerie. L’argent qu’il a fait, c’est soit en roulant d’autres personnes, soit en recyclant de l’argent sale qui lui venait probablement de Russie et d’autres pays. Il s’est présenté comme un ami du Peuple et a emmené avec lui un certain nombre de gogos.

Alors, pourquoi est-ce que ces gogos ont été emmenés par ce bonhomme ? Parce qu’il a dit : « Je suis l’ami du Peuple ». Alors, quand on leur dit : « Et alors, vous l’avez cru ? Il ne l’a pas dit ? Si, il l’a dit. Vous ne saviez pas que c’était un escroc ? Vous ne saviez pas que c’était un type… un sociopathe qui ment systématiquement ? ». Il a fait 10 000 mensonges en public depuis qu’il est élu. C’est un type qui ne pense qu’à un truc : c’est à faire sonner le tiroir-caisse. C’est un type qui ne pense qu’à une seule chose, à s’enrichir et s’il est président de la république – un truc auquel sa femme ne croyait pas, enfin, il y est arrivé quand même, il y est arrivé parce qu’il y a beaucoup de gogos, parce qu’il y a des gens à qui il suffit de dire : « Je suis l’ami du Peuple ! » pour qu’ils le croient.

Hier, il a subi une première défaite. Il faudrait qu’il en subisse une seconde au Sénat pour qu’on se débarrasse de ce personnage qui a un pouvoir de nuisance tout à fait extraordinaire, en particulier parce qu’il a la capacité de convaincre des gogos qui le suivront, qui croiront aux bobards qu’il raconte ou qui, s’ils ne le croient pas, considèrent que c’est quelqu’un qui va remettre de l’ordre, qui va faire « du balai », quelqu’un… C’est triste. Il y a des gens qui suivent quelqu’un simplement parce que cette personne a la capacité de se fâcher, de se mettre en colère, un sentiment que, chez eux, ils ont dû faire taire pour pouvoir survivre. Alors, ils admirent ça. Ils admirent les caractériels. Ils admirent les pervers narcissiques parce qu’ils ont quelque chose qu’eux n’ont pas. Et puis, ce sont des gens qui vont leur dire aussi : « Vous êtes de la merde ? Oui, je suis d’accord avec vous mais regardez autour de vous. Il y a encore de la pire racaille que ça ». Voilà. Et ça suffit à ces malheureux de se refaire un petit semblant de respect de soi pour reprendre leur vie en main.

Alors, ce monsieur a subi une première défaite. Il faut que cette défaite soit confirmée. Ça ne veut pas dire que tous les gens qui ont voté contre lui non plus ce soit, eux aussi, nécessairement, des « amis du Peuple ».

Mais on ne peut plus se permettre, avec les menaces qu’il y a sur nous… Regardez un peu les cartes de température de l’Australie ces jours-ci. Ils n’ont plus assez de nuances de rouge pour mettre là-dessus. C’est un continent qui va se dépeupler entièrement. Si vous avez raté ça, il y a eu une journée où la température moyenne pendant toute une journée en Australie a été au-dessus de 40°C. C’est un truc qui ne va pas durer. Il n’y a pas énormément de gens en Australie. On pourra les recaser ailleurs mais le problème va se reposer ailleurs. Donc, on n’a plus le temps de tellement réfléchir. Il faut faire des choses maintenant. Si on perd encore son temps à aller voter pour des démagogues, pour des Trump ou des Boris Johnson – encore que Boris Johnson, comme je vous l’ai dit, il a quand même quelques belles manières, il parle bien parce qu’il a été élevé par des parents qui étaient des gens sortables, ce qui n’est pas le cas malheureusement pour Trump.

Ce n’est pas une raison. Ce sont des démagogues. Ce sont des gens qui vous vendent n’importe quoi et simplement pour encore faire leurs affaires personnelles. Alors, on n’a plus le temps pour ça. Il faut se concentrer sur ce qu’il faut faire.

La difficulté, c’est de se faire entendre et de se rassembler. J’y ai repensé hier, c’était hier soir. J’avais regardé le film, j’avais terminé de regarder American pastoral, cette histoire qu’avait écrite Philip Roth sur une famille comme il faut, de gens qui ont tout fait ce qu’il fallait pour leurs enfants. Ça paraît irréprochable et puis la fille commence à mettre des bombes parce qu’elle est écoeurée par la guerre du Vietnam. Pendant toute l’histoire, son père pense qu’elle a tué un bonhomme et quand il la retrouve, il lui pose quelques questions et, en fait, il est dévasté de voir qu’elle en a encore tué trois de plus.

Voilà, ça, c’est American pastoral : les meilleures intentions du monde peuvent encore déraper entièrement. Qu’est-ce que j’ai regardé par après ? Oui, ça n’a aucun rapport : Trans Europ Express de Robbe Grillet pour le plaisir de voir à nouveau Jean-Louis Trintignant dans un film.

Bon, un autre film : ce n’est pas du tout ça que je voulais vous dire. J’ai repensé à un autre film hier, j’ai pensé à un autre film. Ça s’appelle Total Recall avec Schwarzenegger, inspiré d’une nouvelle de Philip K. Dick qui s’appelle « We can remember it for you wholesale » :  on se souviendra de tout ça pour vous à un prix de gros.

Le film a été appelé… Il y a eu deux films. Je n’ai pas vu le second. Ils ont tous les deux été appelés « Total recall » : « Rappel total », un jeu de mots intéressant sur le fait qu’effectivement, on peut rappeler des bagnoles parce qu’il y a un défaut de fabrication mais aussi, on peut se rappeler entièrement de quelque chose. Voilà, le jeu de mots marche en français aussi.

Et alors, c’est quoi l’histoire ? C’est un type qui voit qu’il y a une firme qui vend des souvenirs implantés. On va implanter dans la tête des souvenirs et, comme ça, vous pouvez faire des vacances de rêve, etc. On va vous mettre ça et vous serez convaincu que ça s’est passé vraiment. Et alors, il va là. Il remplit un questionnaire. On lui demande « Quel genre de femmes vous aimez bien ? », etc.,« Quel genre d’aventures vous voulez avoir ? » et puis, tout à coup, il y a une espèce d’attentat et l’expérience rate. On ne peut pas aller jusqu’au bout de l’implant et il se retrouve dans la vie avec, en fait, ce qu’il avait demandé et, nous, on ne saura jamais, le spectateur, et Philip K. Dick ne le savait sans doute jamais non plus : il n’avait pas pris la décision. Est-ce que le gars reçoit ce qu’il a acheté ou bien, est-ce que c’est le monde qui commence à déconner complètement ? Toujours est-il qu’on s’amuse bien. Il finit par être à la tête d’une révolte sur la planète Mars et il finit… il relance une expérience qui était en réserve de terraformation, de rendre la vie possible sur la planète Mars. Donc, c’est pas mal : pour ce qu’il a payé, il en a eu pour son fric. Vraiment, il en a eu pour son fric.

Pourquoi est-ce que je repensais à ça ? Parce que je repensais en rigolant au fait que, Vincent Burnand-Galpin et moi, nous sommes en train de terminer – et on n’est vraiment pas loin d’avoir terminé – un bouquin qui s’appellera : État d’urgence : comment sauver le genre humain.

On n’est pas Schwarzenegger ni l’un ni l’autre [rires] mais on se trouve dans la même situation d’être devant une tâche on ne va pas dire « impossible » parce que sinon, ce n’est pas la peine d’écrire le bouquin, mais une tâche titanesque pour dire quelque chose, de se retrouver à dire : « Voilà, on va vous dire comment sauver le genre humain dans notre bouquin ». Ça, ça ressemble à du cinéma. Ça ressemble à des films du genre de ceux qui ont été inspirés par les livres de Philip K. Dick.

Et là, je me suis posé… J’avais le temps, un peu avant de m’endormir, de réfléchir à comment est-ce qu’on en arrive-là ? Eh bien, on en arrive là quand même en ayant l’impression d’avoir les moyens de pouvoir écrire ce genre de livre sans apparaître complètement ridicule. Et qu’est-ce qu’il faut pour ça ? Et c’est là qu’une toute petite réflexion 5 minutes avant de s’endormir suffit amplement. Il suffit d’avoir été viré de son boulot à tout moment et il suffit d’avoir, qu’il y ait eu que le boulot qu’on faisait, c’était du genre tuer un dragon. Voilà. Et une fois que vous l’avez tué, on vous disait : « Ah oui, mais c’est pas… Oui, d’accord, c’est bien, c’est une bonne idée mais en fait, c’est pas ça qu’on vous avait demandé. On vous avait demandé aussi la quadrature du cercle et le truc vraiment important, c’était la quadrature du cercle ». Ce qui fait que vous vous retrouvez « sur le marché de l’emploi » comme on dit. Les gens, à côté, ils savent quand même que vous avez tué le dragon chez le voisin qui, lui, ça ne l’intéresse plus trop maintenant que c’est fait et qui vous embauchent, et on vous dit : « C’est juste un dragon. Il est à peine juste deux fois plus gros que celui que vous venez de tuer à côté », etc.

Ça vous forme quand même. Ça m’est arrivé, je ne sais pas, 5-6 fois. Je ferai un jour la liste. Et donc, vous apprenez des tas de choses. L’autre jour, je me suis un peu énervé contre une dame qui me dit : « Vous ne pouvez quand même pas être un bon psychanalyste si vous êtes un grand spécialiste de la finance » et je dis : « Madame, figurez-vous (je n’ai pas dit ça comme ça mais je peux vous le dire à vous) que je n’ai pas passé beaucoup de temps devant les billards électriques. Je n’ai pas passé beaucoup de temps à regarder les matchs de foot. J’ai utilisé ce temps-là à apprendre des choses et, au bout d’un moment, on peut, oui, effectivement, quand on a 73 ans, avoir été un pionnier de l’intelligence artificielle, avoir été un pionnier de la finance automatisée dans les banques. On peut toujours être un bon anthropologue puisque c’était ça qu’on était au départ ».

Vous vous souvenez peut-être, si vous étiez là au tout début du blog, quand, au bout d’un moment, j’ai fait un papier sur l’anthropologie et une dame furieuse m’a dit : « Parlez plutôt des choses que vous connaissez ! » et que j’ai dit : « Madame, ça, c’est mon vrai métier. La finance, c’est un truc que j’ai dû faire sur le côté ! ».

Voilà. Alors, on se retrouve pas mal équipé. On peut, sans passer pour un zozo auprès de l’éditeur, proposer un titre comme « Sauver le genre humain » et que la maison d’édition ait regardé le manuscrit et dise : « Oui, ça a l’air vraiment très très bien ». Mais, on est un peu… on ne peut pas être seul. On ne peut pas continuer à être seul. Vous êtes gentils. Vous regardez ma vidéo. Vous êtes un certain nombre à vous abonner sur mon site mais on n’est pas… on ne fait pas une masse critique.

Je critique les initiatives sympathiques. Ce n’est pas que je dise aux gens qu’il ne faut pas cultiver des courgettes sur votre balcon. Je reproche aux gens qui me disent : « Moi, je fais ma part de colibri, je fais des courgettes sur mon balcon. Les autres n’ont qu’à faire le reste ». Non, c’est sympa, c’est gentil. Si vous habitez une grande ville, il vaut mieux ne pas les manger vos courgettes : elles sont probablement empoisonnées par les trucs qu’il y a dans l’atmosphère.

Si vous habitez Paris, ne mangez pas vos courgettes sur le balcon, mais le problème n’est pas là : c’est qu’il faut une masse critique. On me dit : « Oui, mais vous le dites vous-même, il n’y a pas de science économique ». C’est pour ça que j’ai apporté quand même un certain nombre de trucs. J’ai bâti moi-même, au fil des années, une alternative à la « science » économique. J’ai l’outil qu’il faut. L’ennui pour moi, c’est que je dois non seulement dire qu’on peut foutre au panier tout ce qui a été fait sous le nom de science économique mais je suis obligé aussi de dire que c’est pas ce qu’on trouve chez Karl Marx qui va nous sauver la mise non plus. Je suis obligé de dire – et là, je perds encore un certain nombre de gens chaque fois que je le dis – j’ai produit, en matière de réflexion sur l’économie, quelque chose de plus radical et de plus cohérent, et de plus à gauche que ce qu’on trouve chez Karl Marx. Parfois, je suis obligé de rappeler tout ce qui est faux chez Karl Marx et pourquoi, du coup, l’ensemble ne fonctionne pas.

Alors, qu’est-ce que j’ai produit ? J’ai produit d’abord, et ça, c’est un petit livre (Le prix, Le Croquant 2010) qui est fait d’un recueil d’articles, des choses que j’ai faites au début, en particulier dans la revue qui s’appelle « La revue du MAUSS », une série d’articles que j’ai faits et que j’ai rassemblés et j’en ai fait un vrai livre. Voilà, ça se lit comme un vrai livre. J’ai mis le ton nécessaire pour que ça n’ait pas l’air d’être des articles collés les uns à la suite des autres et j’ai eu la surprise, quand j’ai voulu appeler ce livre : « Le prix »,  qu’il n’y avait jamais eu, à ma connaissance, un livre consacré au prix. Pourquoi ? Parce que M. Cournot a dit aux environs de 1830 [1838] : « Eh bien le prix, c’est la loi de l’offre et de la demande » et que même des vieux pêcheurs de 80 ans que j’ai vus, ils ont dit – alors qu’ils savaient comment un prix se forme parce qu’ils avaient passé toute leur vie à se battre pour créer un prix contre les conserveurs ! – et quand je dis : « Comment ça marche un prix ? », on me dit que c’est la loi de l’offre et de la demande, et je dis : « Mais dans tes carnets de pêche, 2 jours sur 3, il est marqué « Taxation », ce qui veut dire que ce n’est pas l’offre et la demande ! ».

Voilà, le livre Le prix » essentiellement à partir de données de terrain, de données de ma réflexion parmi les pêcheurs bretons à l’époque où j’ai fait ça, la pêche en Bretagne, plus les réflexions qui me sont venues sur les marchés improvisés sur les plages africaines où j’ai travaillé pour les Nations-Unies, là aussi, un certain temps. Et puis, m’apercevant, quand on me fait venir dans la finance, qu’on me dit : « Allez-y ! » et que j’y vais, découvrir que la formation des prix sur les marchés financiers, c’est encore la même histoire que j’ai vue dans les criées en Bretagne, que j’ai vue sur les plages en Afrique et que je vois maintenant dans les banques.

Alors, j’ai continué à réfléchir. Merci à vous qui m’avez dit que les banques commerciales créent de l’argent. Je sortais d’avoir travaillé 12 ans dans des banques américaines où on prête de l’argent et on se serait bien accommodé de l’idée que l’argent, on pouvait le créer soi-même plutôt que de devoir l’emprunter quelque part [rires]. Je savais, par une pratique de 12 ans dans la salle des machines des endroits où on prête de l’argent, que si on pouvait le créer, on le ferait et que si on ne le crée pas, c’est parce que ce n’est pas possible. Voilà. Mais ça, ça fait partie non seulement d’une propagande d’extrême-droite que même, malheureusement, l’extrême-gauche relaye parfois. Ça fait partie même… On m’a montré un article publié par la Banque d’Angleterre où on répète ce bobard. Ça fait partie de l’enfumage. Pourquoi est-ce qu’on dit aux gens ça ? Je l’explique dans le bouquin. C’est parce que les banques sont effectivement – et M. Cantona le sait parfaitement – elles sont tout à fait vulnérables.

Les banques sont tout à fait vulnérables au fait qu’il y ait une panique bancaire et que les gens viennent réclamer leur argent.

Si on leur raconte que le jour où elles ont un problème, les banques peuvent créer l’argent de toute manière parce que c’est une question d’écriture : c’est « un jeu d’écriture », ça rassurera les gogos une fois de plus et l’idée de la création monétaire, ça les arrangera de deux manières : d’abord, ils pourront dire que les banquiers sont des filous parce qu’ils vous demandent des intérêts sur une somme qu’ils ont créée de toute pièce. Non, malheureusement, s’ils vous demandent des intérêts, c’est souvent parce qu’eux-mêmes paient des intérêts sur la même somme mais ils paient moins, bien entendu, sinon, ils ne le feraient pas. Et ça arrange aussi les gens. Non seulement, ça les arrange parce qu’ils ont un ennemi facile à désigner mais aussi parce que ça les rassure que leur argent est en sécurité dans la banque, laquelle créera de l’argent si nécessaire. Voilà.

Alors, au passage, j’ai expliqué comment ça marche l’argent. [P.J. montre son livre L’argent, mode d’emploi – 2010] Il y a la réflexion qui vient d’un certain nombre de personnes comme d’Aristote. Il y a surtout mon expérience, effectivement, de 12 ans dans la salle des machines des banques où on sait qu’on ne crée pas de l’argent mais on sait comment ça fonctionne en réalité.

Alors, j’ai voulu compléter ça en prenant le meilleur sans doute des économistes contemporains : Penser tout haut l’économie avec Keynes (2015). J’ai repris ça. Il y a un peu de la biographie de Keynes au départ. J’explique en fait que, chez lui, sa vision est complètement distordue par le fait que c’est un spéculateur fou. C’est dans le sang chez lui et que lui, il raisonne comme si tout le monde était un spéculateur. C’est bien qu’il était un spéculateur si on se place du point de vue de ses copains de Bloomsbury [rires], ses copains artistes fauchés qu’il a abondamment subventionnés grâce à ses spéculations. Tant mieux pour eux ! Mais c’est surtout que Keynes, qu’est-ce qui a fait la qualité de Keynes comme économiste ? C’est le fait qu’il n’avait aucune formation dans ce domaine-là. Je le souligne toujours. Il n’a pas une formation d’économiste. Il a suivi 8 semaines à Cambridge. Il a suivi un cours d’économie une fois qu’on l’avait nommé économiste. Pourquoi est-ce qu’on l’avait nommé économiste ? Parce qu’Alfred Marshall voulait nommer son père comme assistant et puis le père de Keynes était un type qui a préféré faire une carrière dans l’administration de l’Université de Cambridge et Alfred Marshall remet ça à la génération suivante et il nomme le fils qui, lui, s’est présenté pour une bourse qu’il n’a pas eue et le fils dit oui. Et comme il est extrêmement arrogant, comme il a un bon diplôme de mathématiques et que, quand on est un étudiant à Cambridge, même quand on a fait des maths, on a une bonne formation générale parce qu’on va quand même vous bourrer de philosophie et d’histoire des sciences, etc. Ce type, après, Keynes, il réfléchit à partir de zéro. Sur la plupart des problèmes, il trouve une bonne solution. Il retombe accidentellement sur Aristote le cas échéant et, tout de suite, il passionne un petit groupe d’étudiants autour de lui comme Piero Sraffa, qui lui échappe au fascisme mussolinien. Robinson ? J’oublie toujours le nom de la dame fameuse qui a été son meilleur étudiant [Joan Robinson].

Et du coup, il dit aux étudiants : « Tiens, la semaine prochaine, on parlera de ça. Est-ce que vous pouvez préparer quelque chose ? » et alors, ils se réunissent, ce petit groupe de petits génies, et les petits génies lui font son cours de la semaine suivante. Et comme lui, il n’est pas bête du tout, il remet encore un peu d’ordre là-dedans et il devient le plus grand économiste du XXe siècle grâce essentiellement au fait qu’il n’a pas la formation dans la science économique, grâce au fait qu’en particulier, il n’a jamais rien lu de M. Marshall qui l’a nommé à son poste et qui est, lui, considéré comme l’un des grands fondateurs de l’économie néo-classique.

Alors, le problème, mon problème, c’est que le truc [montre ses livres, L’argent, mode d’emploi, Le prix, Penser l’économie avec Keynes] … ça vous fait une excellente formation en science économique. Le mot « science », dans l’expression, cette fois-ci, on lui enlève ses guillemets. C’est vraiment… c’est dans la logique de la science.

Alors, où est-ce qu’on enseigne ça ? Eh bien absolument nulle part ! Moi, j’en parle quelquefois dans les conférences que je fais. Je fais pas mal de conférences, c’est vrai. Je touche à la fois 100-150, mille personnes quand c’est possible. Je parle d’autres choses dans mes conférences. Je parle de la menace d’extinction. On me demande de parler de mon expérience de pêcheur éventuellement, des choses de ce type-là. On me demande de parler de plein de choses.

Pourquoi est-ce que ça ne s’enseigne pas dans les universités ? On pourrait dire : « Les universités pourraient enseigner ça ». On a fait l’expérience. On a fait l’expérience deux fois dans les 6-7 dernières années. Deux fois, on m’a demandé de donner des cours, d’expliquer comme c’était, comment ça marchait vraiment et je l’ai fait. Et qu’est-ce que ça donne ? Ça donne des parents d’élèves qui viennent se plaindre en disant : « Écoutez, dans votre faculté, il y a – je vais dire un chiffre au hasard – 8 professeurs qui disent un truc et puis il y en a un qui dit le contraire. C’est lequel qui a raison ? ». Alors, mettez-vous à la place de la personne qui s’occupe de cette université. Qu’est-ce qu’il va faire ? Il va se débarrasser des 8 et il va demander à l’autre de donner tous les cours à la place de tout le monde ou bien il va dire à l’autre : « Écoutez, on va plutôt peut-être s’arranger autrement, etc. », dans le cas où on ne vous vire pas purement et simplement !

Il faut une masse critique. Il faut absolument une masse critique. Comme ça, ça ne marchera pas. M. Jacques Attali avait eu l’amabilité de dire en 2008 : « On va virer tous les profs et on va vous demander à vous de venir ». C’était gentil. J’ai cru même que ça avait une certaine vraisemblance, qu’au moins à UN endroit on m’offre de donner cours mais non. Mais non, on préfère serrer les rangs. De plus, j’y ai fait allusion tout à l’heure. Il y a une « opposition officielle » aussi. Il n’y a pas simplement que… Il n’y a pas que les gens en poste. Il y a aussi une opposition officielle.

Il n’y a pas de place pour un discours complètement alternatif ! Comment ça se passe dans ces cas-là ? Ça prend 50 à 100 ans. Il faut que ça percole parmi les étudiants, petit à petit, les gens qui vous ont écouté. Il faut que, tout à coup, une initiative soit prise comme une université populaire où on ne fera que ça. On essayera d’en faire une alternative. Il y a encore d’autres trucs. L’autre jour, je me suis engagé à faire une formation de plusieurs jours pour la CGT et qu’est-ce qu’il se passe ? Je ne peux pas y aller. Pourquoi ? Parce qu’il y a une grève des trains que la CGT dirige et qu’elle a bien raison de diriger [rires] mais qui fait que je ne peux pas encore aller donner des cours.

Alors, il faut trouver le moyen. Qu’est-ce qu’il faut faire ? Est-ce qu’il faut faire des cours en ligne ? Est-ce qu’il faut faire une université populaire ? Est-ce qu’il faut mettre plus qu’une seule personne là-dessus ? Probablement. Il faut rassembler et le moment est venu d’arrêter de réfléchir et d’agir parce que si on n’agit pas maintenant, on ne pourra jamais. C’est maintenant qu’il faut le faire ! C’est maintenant que ça passe ou ça casse !

On a eu une bonne nouvelle hier, l’impeachment de Trump mais, voilà, une hirondelle ne fait pas le printemps. Il faudra encore transformer l’essai. Tout n’est pas décourageant, tout n’est pas décourageant. On va pouvoir mettre l’intelligence artificielle à essayer de résoudre un certain type de problèmes, etc., mais il faut qu’il y ait un mouvementil faut que vous, en particulier, fassiez, disiez autour de vous qu’il y a une demande pour ça !

Ça m’est venu, cette vieille expression qui est une bonne expression. J’ai fait ça un peu, moi, à différents moments dans ma vie. Quand je deviens pêcheur, ce n’est pas pour apprendre aux pêcheurs comment faire leur métier. C’est dans cette perspective qui est celle de cette époque-là, et qui ne date pas de ce moment-là. Ça date… De qui ça date ? Je crois des nihilistes, des jeunes nihilistes russes.

L’intellectuel qui va se mettre au service du peuple, mais il faut encore que le peuple… que ça intéresse le peuple. Quand je vais chez les pêcheurs de Houat, je peux le dire malheureusement en partie parce qu’il n’y en a plus beaucoup, parce que cette communauté dans laquelle j’ai vécu, elle a entièrement disparu. Mais je tombe sur des gens qui ne sont pas particulièrement réceptifs à ce que je pourrais leur dire, des gens qui sont dans ce que Bourdieu appelait à juste titre l’auto-exploitation, des gens qui prennent des tas de décisions à l’encontre de leurs intérêts, des gens qui admirent la structure sociale hiérarchisée dans laquelle ils sont pratiquement au dernier échelon, qui trouvent que c’est bien que ça marche comme ça.

Le peuple n’est pas encore à dire : « Prenez la chaise, asseyez-vous et je vais vous écouter parce que c’est très important ! ». Non ! Il faut maintenant qu’il y ait un engouement pour une véritable réflexion. Il faut un engouement pour une alternative à la « science » économique. Si vous regardez, je ne sais pas, sur Amazon, à quel rang se trouve ce bouquin [Le prix] dans les ventes, il doit se trouver… je dis un chiffre au hasard : 300.000e ou 400.000e [12/1/2020 : 160.230]. Celui sur Keynes, c’est peut-être encore pire [12/1/2020 : 221.026].

On est très très loin que la boîte à outils dont on a besoin ne devienne la boîte à outils dominante, celle que la plupart des gens utilisent ! C’est encore nulle part ! Aucun de ces livres n’a été traduit en anglais, ni en aucune autre langue. Il n’y a pas de demande ! La demande, c’est vous ! C’est vous qui devez la créer ! Quand je dis qu’il faut faire une université populaire, il faut que vous vous mettiez d’accord entre vous, avec moi bien entendu, mais il faut qu’il y ait une initiative qui vienne de là ! C’est gentil quand vous me dites : « Venez faire une conférence, etc. J’ai un petit groupe d’amis, etc. », c’est bien, je le fais ! Mais je ne touche encore que 100 personnes à la fois et combien, on le voit après, les gens sont enthousiastes, c’est formidable, il y a le libraire du coin qui a mis son petit stand et ces livres-là, à la fin de la conférence où j’ai eu, disons, 300 personnes enthousiastes, il y en a combien qui vont acheter ce livre-là ? [montre Le prix] C’est entre 0 et 1. Même chose pour les deux autres.

On n’est encore nulle part. Je me retrouve dans la situation de Schwarzenegger avec Vincent à dire : État d’urgence. Comment sauver le genre humain et si ça se trouve, le livre va se vendre aussi bien que Le dernier qui s’en va éteint la lumière [20.000 exemplaires] mais ça ne fera pas la différence. C’est maintenant que ça passe ou ça casse. C’est maintenant qu’il faut un véritable mouvement. Il faut qu’il y ait un mouvement pour créer la boîte à outils alternative à la science économique. Il faut un mouvement pour que ces idées se répandent et le temps presse.

Quand il y a le mot « urgence » dans ce livre qui va sortir, c’est pas du bidon. Ce n’est pas pour faire vendre. L’urgence est là. Regardez la carte de la température de l’Australie ces jours derniers. Comme je vous l’ai dit, on n’a pas assez de nuances de rouge pour la colorer. C’est là qu’on en est et ce ne seront pas toujours des problèmes « pour demain ». Regardez les inondations qu’on a en ce moment. On s’est plaint qu’il n’avait pas plu l’été. On est content quand ça commence à pleuvoir mais on aimerait bien aussi que ça finisse par s’arrêter aussi quand on aura rempli la nappe phréatique [rires]. On est dans un monde qui va absolument à la dérive. Si nous ne nous mobilisons pas – et quand je dis « nous », il faut vraiment que ce soit un gros NOUS, tout en majuscules – il ne va rien se passer. Si, Vincent et moi allons publier notre livre. On nous invitera un tout petit peu à la radio et puis on dira : « Il y a déjà plein de livres comme ça », etc. « Oui, mais ce que vous proposez, c’est des choses un peu autoritaires ». Mais oui, il faudra que ce soit un peu autoritaire. On n’a plus le temps pour continuer à dire quoi ? « Ah oui, on va faire passer la norme et on va mettre un horizon 2040 ». Ou alors, « Ah oui, mais les paysans ne sont pas contents alors on va plutôt mettre 2050 ». 2050, il n’y aura plus personne en Australie. Soyons sérieux, il faut avancer maintenant.

Comment j’ai appelé ça ? Je ne sais plus comment je l’ai appelé… « Agissons, arrêtons de réfléchir ! ». Voilà, c’est un bon titre.

J’espère que vous allez regarder. J’espère surtout que vous n’allez pas simplement vous dire : « Oui, c’est formidable ! » et me le dire quand vous me rencontrez dans la rue (ça fait plaisir bien entendu !), ou à la sortie de ma conférence…

Il faut que vous répandiez la bonne nouvelle aussi autour de vous et la bonne nouvelle, c’est que, si on ne fait rien, c’est cuit et qu’il faut réfléchir, et qu’on a besoin d’un outil comme une alternative à la « science » économique.

Donnez-moi les moyens que ça se répande !

Quand je dis qu’il faut une masse critique, s’il n’y a pas de masse critique, même au niveau de l’enseignement, les parents vont dire : « Oui, mais ce gars, il dit le contraire de tous les autres. Lesquels il faut croire ? » et on ne pourra pas faire autrement, pour des raisons économiques, que de dire : « C’est les autres qui ont raison et lui, il se trompe », ou alors on ne dira rien mais on s’arrangera pour que les parents ne se retrouvent pas là avec la contradiction qu’ont soulevée leurs enfants.

Voilà, allez, on continue la réflexion. On essaye surtout de se mobiliser, c’est ça qu’il faut faire maintenant. Il y a moyen de le faire. Faisons-le et pas le mois prochain, dans 3 ans… Non, c’est maintenant. C’est demain. C’est même avant Noël.

Allez, bonnes fêtes quand même. Au revoir.

Partager :

16 réflexions sur « Assez réfléchi, agissons !, le 19 décembre 2019 – Retranscription »

  1. Il y a tout un certain nombre d’organismes/associations qui proposent de former leurs adhérents sur différents sujets. Former des formateurs, et attaquer le problème aussi par ce biais. Vous avez tout intérêt a toucher déjà des gens déjà fortement engagés ou à fort potentiel d’engagement (plutôt jeunes généralement ce qui ne semble pas le cas de l’auditoire ici présent).
    Création de cours en ligne type MOOC, très pédagogiques pour certains, les jeunes aujourd’hui lisent quand même beaucoup moins de livres et même d’articles longs. Et même chez des personnes plus âgées qui lisent peu, il y en a beaucoup qui surfent sur l’internet, mais votre blog n’est pas très sexy…
    D’ailleurs c’est déjà une critique/proposition que je vous avais soumis il y a quelques années : Il n’y avait et il n’y a toujours pas de récapitulatif sur votre blog rendant accessible rapidement et succinctement l’essentiel de votre boite à outil sans même parler de mise en forme plus chiadé du contenu.
    C’est une entreprise de faire de la communication, mais si vous voulez faire quelque chose rapidement, il va falloir vous entourer de personnes qui ont des idées, des compétences, l’envie, si possible connaissent votre travail…

  2. Paul,

    J’attendais ce genre de post depuis des années, pas forcément de votre part, de n’importe qui, sans préjuger de votre capacité d’analyse, bien sûr !

    Je reviendrai vers vous en « privé »…

    Chamboulé je suis, depuis 1992 que j’ai pris conscience de la finitude de notre monde, depuis 1981 qu’un vrai écologiste m’a secoué le cocotier.

    Nous avons des hommes politiques autistes, qui a lu le rapport Meadows parmi eux ? Trump (gros mot je sais), Macron, Hollande, Johnson, Reagan, Thatcher… je sais que force le trait.

    Comment vivre sur une planète finie avec une croissance infinie ? Ma fille de 4 ans commence à comprendre que s’il y a 10 chocolats dans la boîte, à raison de 1 par jour… il me reste 10 jours de consommation…

    Je suis vraiment en plein accord avec votre post.

    Merci !

    1. Quand « quelque chose » grossit de epsilon % par an (epsilon inférieur à 10%), le doublement de ce quelque chose se fait en 100*LN(2)/epsilon soit 70/epsilon. Je pense que le calcul est au programme de terminale scientifique mais pas littéraire, malheureusement.

      Aujourd’hui quand j’écoute les experts économistes sur BFM, je comprends que la croissance mondiale est de 3% par an. En dessous, nous serions en danger !!! Ce qui donne x2 en 70/3=24 ans, x4 en 48 ans et x8 en 72 ans. Autrement dit nos chers économistes nous disent que dans 72 ans le nombre d’humains sur terre devra consommer comme 7 milliards x 8 = 56 milliards d’humains d’aujourd’hui. Croissance verte ou pas. Si on est un peu fâché avec ce genre de calcul, tout téléphone smart ou pas suffit pour calculer 7 milliards*(1,03)^72.

      Voilà pourquoi, pour le moment, il n’y a rien à faire d’autre que d’admirer le résultat de 250 ans de dur labeur humain s’effondrer. C’est un spectacle magnifique, qui a l’air d’aller au ralenti parce que nous y sommes habitués, mais qui se déroule en fait extrêmement rapidement et accélère chaque jours ce qui est une autre caractéristique de cette foutue loi exponentielle.

      J’ai arrêté de croire que notre civilisation pourrait peut-être encore s’en sortir à l’occasion suivante : j’ai fait cette démonstration à un jeune ingénieur d’environ 35 ans tout juste père de famille qui dispose de tous les outils nécessaires pour comprendre. Sa réaction: « Je n’y crois pas ». Il ne s’agit pas d’y croire, l’exponentielle n’est pas une religion.

      Plantez des cormiers.

  3. La question sub orbitale reste tout de même : et maintenant que faisons-nous ?

    Question qui me remue depuis quelques décennies, que faisons-nous ?

    Pas une qu’est existentielle, enfin juste une question qui concerne nos enfants, la vie, la Planète qui je le sais continuera à tourner autour du soleil. Ça j’ai bien compris, mais la Vie ?

    Comment le capitalisme peut ignorer la vie ? Sans consommateur, plus de croissance… et ce n’est pas Jeff Bezos et son voyage(impossible) sur Mars qui me rassure.

    Nous avons quitté le monde selon Platon et Aristote pour un monde de jouissance immédiate : pay as you use.

    Bonne fin de Dimanche que vous m’avez fort à propos éclaboussé.

  4. @ Tom

    Blog sexy… je retiens…

    Il y manquerait donc une Pin-Up comme dans le Daily Sun…

    Je sais que le propos est un peu déplacé vu la gravité du sujet de ce post de Paul Jorion, mais tout de même : avons -nous encore suffisamment de synapses pour passer outre la coté Glam des choses ?

    Pour moi c’est oui, definitely YES !

    Nous sommes tous dans le caniveau mais certains regardent les étoiles… Oscar Wilde si je ne m’abuse.

    Alors regardons les étoiles, un bref instant, posons-nous les questions et regardons Aurélien Barreau, Étienne Klein… entres autres.

    Nous n’avons plus le temps, malheureusement, plus le temps.

  5. Une idée peut-être complémentaire par rapport à celle de Tom proposant un MOOC pourrait être de créer des vidéos satiriques / enlevées / instructives à la fois, avec l’objectif qu’elles puissent éventuellement devenir virales.

    L’exemple des vidéos Honest Government Advert dont vous avez posté un exemple récemment peut donner à penser. Ce ton rapide, incisif et travaillé me semble efficace, surtout s’il est joint à un ton satirique et humoristique (https://www.pauljorion.com/blog/2020/01/10/quest-ce-qui-nous-reste-comme-arme-ben-on-a-lhumour/)

    Naturellement il faudrait un travail assez important pour réaliser de telles vidéos, un rédactionnel travaillé pour commencer, puis quelques moyens techniques pour un visuel enlevé. Mais ça n’est certainement pas hors de portée, on voit de jeunes passionnés en construire à eux seuls.

    En revanche, je n’ai pas de compétence particulière dans les vidéos et ne pourrais aider sur ce point. S’il s’agit de participer à un rédactionnel, je veux dire tenter de rendre un message donné le plus percutant et drôle possible, je pourrais contribuer… ou du moins essayer.

    1. Merci Alexis, excellente suggestion bien entendu, mais : à ceci près.

      Quelques personnes m’ont donné un véritable coup de main : Jean-Luce Morlie, Julien Alexandre, Madeleine Théodore et Vincent Burnand-Galpin. Le problème c’est : 4 personnes sur 13 ans.

      Une infinité d’autres m’ont donné d’excellentes idées qui m’auraient permis de travailler au lieu de 13 heures par jour, 48 heures par jour, 72 heures par jour, 96 heures par jour, etc. tout en ayant elles-mêmes d’excellentes raisons pour ne pas mettre personnellement la main à la pâte.

      Est-ce que cela va changer ? C’est LÀ que ça passe ou ça casse.

      1. Je n’ai peut-être pas été clair, quand je disais pouvoir contribuer « ou du moins essayer » à un rédactionnel c’est-à-dire à donner à un certain message une forme plus percutante et humoristique, je ne voulais pas dire « essayer » comme je vais voir si je trouve le temps cette année ou la suivante, mais essayer comme mettre un effort sans être certain de la qualité finale – mais en étant ouvert à la critique bien sûr.

        Je ne vous suggérais pas non plus d’apprendre la technique de la création et du montage de vidéos – j’ose espérer qu’il vous arrive quand même de dormir la nuit 🙂 ! Je m’adressais à la communauté, espérant qu’il s’y trouve des gens compétents sur le sujet.

        Ce à quoi je pense : si quelqu’un de compétent en création vidéo se signale, vous proposez un message donné de votre choix parmi votre production intellectuelle – un chapitre détaillé d’un livre, le message principal d’un livre, l’un de vos articles les plus approfondis, à votre choix – je fais binôme avec cette personne, nous produisons un script de vidéo, puis on reboucle vers vous et si « ça colle » on réalise.

  6. « Donnez-moi les moyens que ça se répande ! »

    C’est un peu dans cette optique que je vous écris.
    J’ai commencé à me délecter de votre ouvrage sur Keynes, mais je ne comprends pas un exemple et il se trouve qu’il s’agit d’un thème tout à fait récurrent quand on vous lis. Or j’ai par ailleurs la prétention d’avoir un niveau tout à fait standard en terme de connaissance de l’économie — c’est-à-dire aux environs du zéro absolu — aussi, peut-être en éclaircissant ce point pour moi vous apercevriez-vous d’une faiblesse dans votre discours obérant la transmission de votre point de vue aux masses.

    Il s’agit précisément de la non création monétaire par le mécanisme des prêts. Vous donnez un exemple avec trois préteurs-emprunteurs A, B, et C. Et votre exemple paraît tout à fait juste pour quiconque y fait les comptes — comme vous ou en comptant les dettes en négatif — pas de création monétaire ici. Néanmoins il m’avait semblé comprendre qu’une banque pouvait prêter non pas seulement l’argent dont elle dispose comme dans votre exemple, mais un multiple de cette somme (J’ai crû entendre parler de normes de Baal ou Bâle à ce sujet). Et si tel était le cas, création monétaire il y aurait ; au moins temporairement.
    Or vôtre exemple n’évoque pas du tout ce point (de vue) qui me semble assez répandu. Pas même pour expliquer en quoi il est erroné. Voilà qui me paraît fort dommageable. Peut-être parce que c’est pour vous trop évident ?

    1. Néanmoins il m’avait semblé comprendre qu’une banque pouvait prêter non pas seulement l’argent dont elle dispose comme dans votre exemple, mais un multiple de cette somme (J’ai crû entendre parler de normes de Baal ou Bâle à ce sujet). Et si tel était le cas, création monétaire il y aurait ; au moins temporairement.

      Non, c’est une erreur d’interprétation de ce que veut dire l’expression « réserves fractionnaires ». Toutes les erreurs liées à la prétendue « création monétaire ex nihilo » sont expliquées et corrigées dans mon livre « L’argent, mode d’emploi » (2009).

    2. Le résumé court, c’est que les gens appellent « argent créé » ce qui est une reconnaissance de dette et doit terminer en revenant un jour dans la bonne colonne du livre de compte (sortie qui sera compensée par une entrée).

      La circulation rapide de ces dettes parmi un nombre d’acteurs élevé (cf. la fable de Condé sur Gartempe) donne l’impression de beaucoup d’argent créé, ce ne sont que des circulation de reconnaissance de dettes, accélérées par la présence d’une version plus liquide (en billets) à un moment donné.

      En physique, ça ressemble un peu à un diagramme de Feynman avec création de paires genre électron-positron, ce qui est créé à un endroit va se recombiner à un autre, plus tard dans le temps et dans l’espace. L’antiparticule est la dette écrite quand même quelque part dans la bonne colonne du bon livre de compte, la particule est la reconnaissance de dette « apparemment liquide » ou rendue liquide momentanément par un des acteurs, et dont la circulation va se terminer un jour, pouvant éventuellement sur son passage précipiter d’autres « recombinaisons » latentes qui trainaient là.

  7. Une première chose à faire au niveau individuel et seulement à celui – la: Refuser plus d’une fille par femme.
    C’est le début de tout pour diminuer ( il est trop tard pour les éviter, elles sont en cours) les catastrophes à venir.
    Symptomatique: tous les prêtres de la religion féroce: politiques, économistes, médiatistes, financiers, industriels, syndicalistes, sont natalistes/populationnistes. Osons les contredire.

    Une deuxième chose à faire au niveau individuel et seulement à celui – la: diminuer notre consommation de ressources non renouvelable. : la 2CV oui, peut-être, le SUV non sûrement.
    Symptomatique: tous les prêtres de la religion féroce: politiques, économistes, médiatistes, financiers, industriels, syndicalistes nous poussent dans la religion du pouvoir d’achat . Osons les contredire.

    A ne surtout pas faire: croire au miracle qu’il soit technologique ( la fusion nucléaire n’est pas pour avant 40 ans – c’est trop tard) ou révolutionnaire ( non : se débarrasser du capitalisme ne suffira pas).

    1. Remplacer le pouvoir d’avoir par le pouvoir d’être.

      (être recyclant, être soignant, être analysant,
      => être ce qui ajoute à un collectif sans rien lui prendre,

      c’est ce type de nouvel impératif kantien qu’on peut promouvoir)

      haiku 564

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.