Archives de catégorie : État-providence

L’après-Covid-19… n’est pas pour demain, le 20 avril 2020 – Retranscription

Retranscription de L’après-Covid-19… n’est pas pour demain, le 20 avril 2020. Bonjour, 20 avril 2020. Ma petite causerie s’intitulera « L’après-Covid…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

La « planification économique » à droite : un retour au gaullisme ?, par Vincent Burnand-Galpin

Ouvert aux commentaires. « Il nous faudra bâtir une stratégie où nous retrouverons le temps long, la possibilité de planifier, la…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

À propos de Quand la gauche essayait encore de François Morin

Ouvert aux commentaires. François Morin, qui fut conseiller au cabinet de Jean Le Garrec dans le gouvernement Pierre Mauroy de…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Intello n°1. Paul Jorion : « Il nous faut une économie dirigée », par François Ruffin

François publiera ça sur son site facebook lundi ou mardi. Il me permet de le mettre ici également. Ce n’est pas un verbatim de notre conversation mardi (24 mars) : il a monté des choses que nous avons dites avec des passages du livre. Ouvert aux commentaires.

Quand l’heure du confinement a sonné, je lisais justement Comment sauver le genre humain, le dernier essai de Paul Jorion et Vincent Burnand-Galpin. Des tas de passages faisaient écho à la crise que nous traversons. Aussi, depuis ma cuisine, ai-je appelé l’anthropologue de la finance.

François Ruffin : Votre livre, c’est un éloge de l’ « économie dirigée »…

Paul Jorion : Oui, c’est un coup d’Etat qui a eu lieu : l’économie dirige, et on ne dirige plus l’économie. D’un moyen, c’est devenu une fin. Du coup, on fait passer la vie des choses bien avant la vie des gens, la vie des rétroviseurs avant celle des gens qui font les rétroviseurs. Continuer la lecture de Intello n°1. Paul Jorion : « Il nous faut une économie dirigée », par François Ruffin

Partager :

Quartier général : « L’État-providence doit être inscrit dans la Constitution », par Paul Jorion, le 25 mars 2020

Ouvert aux commentaires.

Sur le site de QG, le texte a été  légèrement modifié : « une hésitation entre faire primer des choses sur les êtres humains ou mettre l’humain au premier plan » est devenu « une hésitation entre faire primer le fonctionnement général sur les êtres humains ou mettre l’humain au premier plan ». « Le Brexit, une catastrophe économique et financière » est devenu « le Brexit, une catastrophe économique et financière à mes yeux ».

Ce qui suit est le texte original.

Continuer la lecture de Quartier général : « L’État-providence doit être inscrit dans la Constitution », par Paul Jorion, le 25 mars 2020

Partager :

2de allocution de M. Macron, président de la République française, le 16 mars 2020 – Retranscription

Retranscription de la 2de allocution de M. Macron, président de la République française, le 16 mars 2020. Ouvert aux commentaires.…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

2de allocution de M. Macron, président de la République française

Ouvert aux commentaires.

Comment sauver le genre humain (Jorion & Burnand-Galpin) à paraître le 18 mars :

Dans ces grands bouleversements, l’État-providence que nous appelons de nos voeux doit être un repère, c’est à lui qu’incombe la responsabilité d’amortir les chocs de cette rude transition. Dans cet effort de guerre écologique, une mobilisation de tous est impérative. Il n’est pas question de laisser certains au bord de la route : chacun a un rôle à jouer dans la grande transformation à mener.

Page 160.

Partager :

L’allocution d’Emmanuel Macron, Président de la République française, le 12 mars 2020 – Retranscription

Retranscription de L’allocution d’Emmanuel Macron, Président de la République française, le 12 mars 2020. Bonjour, nous sommes le 12 mars…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Deux candidats et un virus, par Madeleine Théodore

Ouvert aux commentaires.

Face à la débâcle que nous subissons et à l’incertitude quant à sa fin et aux moyens de gérer cette crise au mieux, nous observons et sommes à la fois partie prenante des meilleurs et pires comportements humains, ces derniers étant principalement le mépris des consignes, le quant-à-soi, l’incompréhension des processus de base de l’épidémie et parallèlement la médication sauvage, attitudes principalement dues non à la malveillance mais à l’absence d’information et d’esprit critique, les réseaux sociaux jouant un puissant rôle d’information et son contraire.

C’est donc l’éducation qui nous poussera à la solidarité plutôt qu’au repli mais c’est aussi bien sûr l’assurance d’être soigné quel que soit notre statut social qui nous intègre dans la communauté humaine.

Continuer la lecture de Deux candidats et un virus, par Madeleine Théodore

Partager :

Un coup de pouce pour la taxe Sismondi

Ouvert aux commentaires.

Ma suggestion d’une « taxe Sismondi » sur la valeur ajoutée par les machines date d’une chronique que j’avais publiée en 2014 dans Le Monde : La grande transformation du travail. Benoît Hamon avait repris la proposition dans son programme de campagne présidentielle. Depuis, il avait aussi été question d’en débattre au Parlement européen mais après moult roulements de tambour, le moment venu, la rapporteuse de la proposition l’avait retirée, en raison du tollé qu’elle aurait causé, avait-elle alors déclaré.

Dans une tribune libre du quotidien financier belge L’Écho, l’économiste belge Étienne de Callataÿ en reparle. Il écrit ainsi, le 8 février, dans Assurer la sécurité sociale :

Le financement du futur pour la sécurité sociale devra incorporer une taxe Sismondi sur la valeur ajoutée non humaine, une responsabilisation des employeurs pour les métiers pénibles et le reclassement des employés remerciés, l’internalisation du coût de la pollution et un ajustement fiscal aux frontières pour empêcher la course au moins-disant social et environnemental.

« Petit à petit, l’oiseau fait donc son nid… »

Partager :

D’une économie de marché à une économie mixte, par Vincent Burnand-Galpin

Ouvert aux commentaires. Dépasser l’économie de marché signifie opter pour une économie mixte. L’économie mixte peut être définie comme le…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :