Archives par mot-clé : immunité de groupe

Université catholique de Lille, ETHICS, Cycle de 6 visioconférences : L’Après-Covid 19, 3. L’environnement, le 7 octobre 2020

1. La pandémie, le 16 septembre 2020

2. L’économie, le 30 septembre 2020

Partager :

IHEST, « Le rôle des politiques pour sauver le genre humain », le 22 septembre 2020

Institut des Hautes Études pour la Science et la Technologie, « Le rôle des politiques pour sauver le genre humain », le…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Covid-19 – Risque de contamination : le passé n’influence pas le présent

Je peux me tromper, mais j’ai l’impression que la personne à qui je viens de parler pense qu’à chaque jour qui passe ses chances d’attraper le Covid-19 diminuent d’une certaine manière, du fait de ne pas l’avoir encore attrapé. L’idée est du genre : j’accumule un capital du type « personne passant entre les gouttes ».

Or le fait est qu’on n’accumule rien du tout. Oui la probabilité qu’on mette au point un vaccin efficace augmente de jour en jour mais tant qu’on n’a pas été vacciné, ça nous fait à chacun une belle jambe. Oui, le nombre de gens acquérant une certaine immunité pour avoir été malade (encore qu’on ne soit pas encore sûr que ce soit le cas) augmente, rendant la transmission plus difficile, mais d’ici qu’on en soit au point où cela fera une différence, beaucoup d’eau coulera encore sous les ponts, faisant encore beaucoup de morts en cours de route.

Le raisonnement, si l’on peut dire, c’est celui du joueur qui pense que ses chances d’avoir un six augmentent parce que ça fait une demi-heure qu’il n’en a pas eu. Or non, la chance d’avoir un six est une sur six à chaque coup, parce qu’il y a six faces sur un dé, les lancers sont indépendants : ceux du passé n’ont aucune influence sur ceux du présent.

À ça on va me répondre : « OUI MAIS si on jette un dé 600.000 fois, on est d’accord qu’on aura eu à peu près 100.000 fois un 1, 100.000 fois un 2, etc. 100.000 fois chacune des faces ? » Oui. « Et alors, disons qu’on a jeté le dé 599.999 fois et qu’on n’a toujours pas eu de 6, si on le jette maintenant, on a quand même plus de chance d’avoir un six ? » Non, rien n’a changé, les lancers sont indépendants : toujours une chance sur six d’obtenir un 6, ou un 5, ou un 4, etc.

Donc, si vous étiez tenté de vous dire « Je peux peut-être faire un peu moins attention puisque je n’ai rien attrapé jusqu’ici » : c’est faux, archi-faux, rien n’a changé, comme je l’ai dit, d’avoir eu de la chance hier ne vous en donne pas davantage ni pour aujourd’hui, ni pour demain : les coups sont indépendants, le risque d’infection pour vous n’a pas changé, maintenez la même vigilance exactement.

Partager :

Confinement et immunité de groupe : deux types de milliardaires, par ‘un lecteur’

Nous sommes dirigés par les milliardaires. (Pour certains pays comme les USA cela fonctionne aussi, même si c’est évident.)

Démonstration

Il y a deux catégories de milliardaires :

a) Ceux qui en veulent toujours plus pour se sentir vivre : les gros cons à l’état brut.

b) Ceux qui veulent plus de temps, les transhumanistes.  Continuer la lecture de Confinement et immunité de groupe : deux types de milliardaires, par ‘un lecteur’

Partager :

Questions multiples sur l’hydroxychloroquine : début de partie plutôt que fin, par Timiota

Ouvert aux commentaires.

Il s’agit donc de ce médicament anti-malaria (Plaquénil en commercial), testé par le Pr Raoult à grand bruit.

C’est pour l’instant la situation d’un château de cartes, que les acteurs cherchent à consolider :

1) Il y a les données du Pr Raoult qui ont été rendues publique le 16 mars par vidéo et dispo ici (article non encore accepté que je sache).

Continuer la lecture de Questions multiples sur l’hydroxychloroquine : début de partie plutôt que fin, par Timiota

Partager :

Notre politique n’est pas conçue pour protéger le public du Covid-19, par George Monbiot

 Our politics isn’t designed to protect the public from Covid-19 (traduction 99% DeepL). The Guardian, le 18 mars 2020. Ouvert aux commentaires.

La politique du déni, qui fut développée pour la première fois dans l’industrie du tabac, a de graves conséquences pour un gouvernement Johnson en difficulté.

Les pires personnes possibles sont aux manettes au pire moment. Au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Australie, la politique des partis au pouvoir s’est construite sur l’écartement et le déni du risque. Tout comme ces politiques ont retardé les réponses nécessaires à la dégradation du climat, à l’effondrement écologique, à la pollution de l’air et de l’eau, à l’obésité et à l’endettement des consommateurs, elles apparaissent avoir tout autant retardé le confinement efficace de Covid-19.

Continuer la lecture de Notre politique n’est pas conçue pour protéger le public du Covid-19, par George Monbiot

Partager :