Archives par mot-clé : Karl Marx

Veille effondrement #98 – Jorion précurseur

Si vous avez envie de relire ce que j’écrivais dans Le Monde il y a dix ans, ne ratez pas la chronique aujourd’hui de Patrick Artus, « L’économie de spéculation est inefficace » :

La faiblesse des rendements des actifs traditionnels pousse les investisseurs à choisir des actifs spéculatifs, au détriment de l’économie productive. […] Le problème est qu’une économie de spéculation est inefficace. Une partie importante de l’épargne est utilisée pour acheter des actifs spéculatifs, et non pour acheter du capital productif […] Marx n’a pas pris une ride…

Si vous avez envie de ré-entendre ce que je disais il y a cinq ans dans mes vidéos sur Trump, proto-fasciste, dernier commandant en chef d’une armée sécessionniste jamais vraiment défaite, ne ratez pas l’entretien aujourd’hui sur CNN avec Carl Bernstein qui, avec Bob Woodward, fit tomber Nixon à l’époque du Watergate :

Partager :

Compte-rendu de David PACE, Claude Lévi-Strauss. The Bearer of Ashes (1986)

Compte-rendu inédit de David PACE, Claude Lévi-Strauss. The Bearer of Ashes, Routledge & Kegan Paul, Boston, London, 1983. 263 pp.

David Pace a écrit sur Lévi-Strauss en tant qu’intellectuel un livre plein de sensibilité. Ce faisant, il permet au non-spécialiste d’apprendre ce qu’il a toujours voulu savoir sur une célébrité sans passer par l’épreuve rebutante de textes extrêmement techniques consacrés à la parenté ou aux arcanes de la mythologie amérindienne. Le ton de Pace est très plaisant, à mi-chemin entre le style universitaire et le journalisme littéraire. Cela sied d’ailleurs parfaitement à un « historien de la culture et du climat intellectuel, spécialisé dans l’Europe des XIXe et XXe siècles » à l’Université d’Indiana. 

Continuer la lecture de Compte-rendu de David PACE, Claude Lévi-Strauss. The Bearer of Ashes (1986)

Partager :

Je ne suis pas d’accord avec vous (VI), par Dominique Temple

Ouvert aux commentaires.

Je ne suis pas d’accord avec vous (I) ; Je ne suis pas d’accord avec vous (II) ; Je ne suis pas d’accord avec vous (III) ; Je ne suis pas d’accord avec vous (IV) ; Je ne suis pas d’accord avec vous (V)

Je ne suis pas d’accord avec vous (VI)

La propriété privée

Est-il possible de parvenir à l’économie politique à partir de l’économie capitaliste sans trop de casse ? Beaucoup craignent que le changement ne provoque le chaos et d’autres craignent que cela se fasse aux dépens de leurs privilèges : la peur des uns et la peur des autres empêchent une issue pourtant à la portée de tous. Nous voulons contribuer ici à diminuer la peur et à relativiser l’égoïsme. Et d’abord en dissipant de fausses objections qui entravent le débat.

La propriété privée est défendue à juste titre par un grand nombre sur la base de deux argumentations (l’une marxiste, l’autre libérale).  Continuer la lecture de Je ne suis pas d’accord avec vous (VI), par Dominique Temple

Partager :

Je ne suis pas d’accord avec vous (I), par Dominique Temple

Ouvert aux commentaires.

La raison de mon désaccord est que vous critiquiez l’économie capitaliste en ajoutant que personne ne propose de solution. Vous n’en proposez aucune j’en conviens, mais que signifie que vous disiez que personne n’en propose ?

Prétendre qu’il n’y a pas de solution signifierait-il que l’on ne dissocie pas ou que l’on ne veut pas dissocier l’économie capitaliste de l’économie politique, ou que l’on ne souhaite pas remettre en cause le capitalisme ? Continuer la lecture de Je ne suis pas d’accord avec vous (I), par Dominique Temple

Partager :

À propos de La critique marxiste n’est pas assez radicale, par Étienne Guillermaz

Ouvert aux commentaires.

Bonjour Monsieur Jorion,

je viens de regarder, avec un grand plaisir, votre dernière vidéo. J’apprécie l’importance que vous accordez à la pensée d’Aristote : lorsque je suis en conférence j’insiste toujours sur le fait que les anciens nous ont laissé toutes les clefs nécessaires à notre survie (et donc à notre sortie du capitalisme), ce à quoi l’on me répond souvent que les solutions de l’époque ne correspondent plus à notre temps et qu’il faut réinventer la roue ou toute autre non solution qui permet de brasser de l’air sans prendre le problème à bras le corps.

À chaque fois que j’ai eu un auditoire majoritairement marxiste j’ai toujours eu droit, après avoir terminé mon intervention, à cette sempiternelle citation de Marx : « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter diversement le monde, il s’agit maintenant de le transformer ».

Continuer la lecture de À propos de La critique marxiste n’est pas assez radicale, par Étienne Guillermaz

Partager :

La critique marxiste n’est pas assez radicale, le 26 novembre 2019 – Retranscription

Retranscription de La critique marxiste n’est pas assez radicale, le 26 novembre 2019 Bonjour, le mardi 26 novembre 2019 et,…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Vidéo – La critique marxiste n’est pas assez radicale !

Ouvert aux commentaires. La « science » économique n’est pas une science, et sa critique marxiste n’est pas assez radicale

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

L’Étatisme, par Vincent Burnand-Galpin

« L’État est un outil, très puissant, qui peut se mettre au service du meilleur comme du pire, selon la personnalité…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Namur, Conférences du Samedi, Vers un nouveau monde – Questions de la salle, le 23 mars 2019

Ouvert aux commentaires.

Sylvain Laurens, Les courtiers du capitalisme. Milieux d’affaires et bureaucrates à Bruxelles, Agone, 2015

François Quesnay, Tableau économique de la France, 1759

La vidéo de mon exposé – avant les questions de la salle – se trouve ici.

Partager :

Courrier reçu : Trump d’une part, Marx de l’autre

Je reçois aussi, heureusement, des courriers aimables, même s’ils contestent des choses que j’avance.

Deux points :

… je trouve que vous en faites un peu trop sur le « complot russe »

1. L’affaire Trump 

Quelle que soit la suite de l’histoire du XXIe siècle, le fait que la Russie ait pu placer un homme à elle (qu’il soit son agent ou la victime d’un chantage importe peu) à la tête des Etats-Unis fait d’ores et déjà partie à coup sûr de ses trois événements les plus marquants.
Continuer la lecture de Courrier reçu : Trump d’une part, Marx de l’autre

Partager :

La réalité de la lutte des classes et sa récusation abstraite, par Pierre Sarton du Jonchay

Billet invité.

Entre Karl Marx et Paul Jorion *, il y a tout simplement 150 ans d’expérimentation anthropologique, sociologique, économique et politique des hypothèses théoriques marxiennes. Le Gosplan soviétique a prétendu appliquer les lois de prix et de capitalisation postulées par Marx comme fonctionnelles indépendamment du contexte de la lutte des classes. Le résultat a bien été que l’équilibre scientifiquement calculé des revenus, des salaires et des prix a débouché sur des pénuries de biens et services de base et que la nomenklatura s’est naturellement muée en oligarchie capitaliste dès que le vernis institutionnel du communisme a été abandonné.

Continuer la lecture de La réalité de la lutte des classes et sa récusation abstraite, par Pierre Sarton du Jonchay

Partager :

Et demain ? par Dominique Temple

Billet invité.

Les partis politiques ont organisé des “primaires” sauvages sans doute pour éviter la multiplication des candidatures. Mais, faute d’avoir été institutionnalisées, elles ont eu pour résultat paradoxal d’éliminer au sein de chaque famille politique le candidat présumé la représenter devant la nation au profit du candidat soutenu par la minorité militante la plus active, et d’offrir un boulevard électoral aux candidats qui n’ayant pas joué le jeu des primaires pouvaient récupérer l’électorat des candidats éliminés et “faire un coup”, pour reprendre l’expression de l’un d’entre eux.

Continuer la lecture de Et demain ? par Dominique Temple

Partager :

Les malthusiens ont encore frappé, par Françoise Degert

Billet invité. Sur son propre blog.

L’obsession américaine de l’accès aux ressources face à l’augmentation de la population humaine n’a pas diminué. Le fameux Paul Ehrlich qui a publié en 1960 The population bomb récidive. Toujours entouré de scientifiques, il lance cette fois-ci un cri d’alarme à propos de la disparition des animaux sur terre. En cause : les humains et leur manie de se reproduire et d’augmenter en nombre.

Continuer la lecture de Les malthusiens ont encore frappé, par Françoise Degert

Partager :