47 réflexions sur « FRANCE CULTURE, « Masse critique », dimanche 17 juillet de 19h00 à 20h00 »

  1. L’intelligence collective… testée sur un cas un peu particulier

    When Do Groups Perform Better than Individuals? A Company Takeover Experiment [ 2011-06 ]
    M. Casari, J. Zhang, C. Jackson

    It is still an open question when groups will perform better than individuals in intellectual tasks. We report that in a company takeover experiment, groups placed better bids than individuals and substantially reduced the winner’s curse. This improvement was mostly due to peer pressure over the minority opinion and to group learning. Learning took place from interacting and negotiating consensus with others, not simply from observing their bids. When there was disagreement within a group, what prevailed was not the best proposal but the one of the majority. Groups underperformed with respect to a “truth wins” benchmark although they outperformed individuals deciding in isolation.

    1. Un de mes profs avait fit remplir des questionnaires par un étudiant, et il savait que cet étudiant les avait rempli lui-même (au lieu d’aller sur le terrain). Mais l’analyse statistique n’avait fait ressortir aucune différence entre ce qu’avait « imaginé », donc, cet étudiant et une étude réelle : même écart-type par exemple.

      A cette époque (1990) il y avait un fort courant en faveur de l’excellence des groupes…

      1. « Fit » suffit disait Sophie, is just plaisanterie, bon dimanche à vous…Sinon, j’aime beaucoup votre comment.

    2. Il y a une différence entre un groupe comme ce blog qui discute sans vraiment être concerné par les résultats de ses réflexions et un groupe qui met en commun ses réflexions pour prendre des décisions qui le concernent directement.

  2. Ce blog est une expérience de quelques centaine de milliers, qu’a t il « produit » à part le père formance ; des discussions et éventuellement des rencontres . / Un parti prix a faible valeur ajouté sur un immense travail au pire et une inspiration au mieux.

  3. faire régner l’ordre sur l’internet ?

    où le désordre tout est possible, big brother c’est comme dieu, il est le seul être qui pour régner n’a même pas besoin d’exister.

  4. Et pour cause monsieur Jorion, internet est le seul moyen qui reste aux peuples pour se rassembler, et se défendre contre les attaques de cet « axe » que vous commencez à entrevoir comme non plus désireux du bien commun mais du leur propre…

    si la démocratie est encore possible aujourd’hui, nous ne le devons qu’à internet. Sans lui, cet « axe » n’aura plus de limite à son expansion.

    http://calebirri.unblog.fr/2010/08/21/guerre-internet/
    http://calebirri.unblog.fr/2010/03/31/internet-et-la-revolution/

    1. En effet Paul Jorion décrit particulièrement bien cette situation dans le dernier chapitre « Ce n’est pas le niveau du journalisme qui baisse, c’est le niveau des blogs qui monte! » de son livre « La guerre civile numérique »…Je vous livre le dernier paragraphe :
      « (…) Bientôt les gens liront les nouvelles sur leur tablette tactile, les journaux imprimés vont vite tombés en désuétude – ils n’ont pas la même fonction que les livres, qui résisteront un peu plus longtemps. Dieu sait si j’ai été un adepte, voir un adulateur des livres, mais je ne mettrais pas ma tête à couper que les livres survivront de beaucoup à la presse écrite. A moins bien sûr que les décroissantistes n’aient raison quant à l’avenir qui nous attend! Ou que « Big Brother » ne l’emporte et qu’il faille, comme dans « Fahrenheit 451 », que chacun d’entre nous apprenne un livre par coeur! J’aimerais bien alors « être » Mody Dick, mais ce serait beaucoup de boulot, et je me contenterais plus modestement d’être « Le bateau ivre »!…Belle fin…J’écouterai Paul ce soir sur France Culte, parce qu’il le vaut bien!

      1. « (…) Bientôt les gens liront les nouvelles sur leur tablette tactile, les journaux imprimés vont vite tombés en désuétude – ils n’ont pas la même fonction que les livres, qui résisteront un peu plus longtemps. Dieu sait si j’ai été un adepte, voir un adulateur des livres, mais je ne mettrais pas ma tête à couper que les livres survivront de beaucoup à la presse écrite.

        Voir
        http://youtu.be/Q_uaI28LGJk
        http://www.youtube.com/watch?v=xFAWR6hzZek&feature=related

      2. Cette histoire de livre électronique est l’arbre qui cache la forêt. C’est le cas de le dire. Car ce sont bien les forêts primaires qui servent à la fabrication des livres. Et elles sont en voie de disparition.

        Pour pouvoir réellement comparer l’empreinte écologique de la fabrication du livre, y compris du papier recyclé qui n’est pas vraiment concluant, à l’économie de papier que propose l’informatique il faudrait retrouver la page d’info du site de Greenpeace qui a disparu depuis quelques mois. Heureusement que je l’ai copiée, n’est-ce pas? (Comme tout ce que je vois d’intéressant d’aileurs. On ne sait jamais avec les temps qui courent)

        Je serais curieuse de voir une comparaison entre ce qu’une plateforme comme celle-ci peut apporter au livre si l’on comprend que la version papier est disponilble sur demande. Même reliée je crois.

        Il serait utile, avant de faire de la pub pour l’une ou l’autre des « alternatives infernales » proposée par le capitalisme, de connaître les chiffres exacts entre le gâchis de l’industrie papetière et de l’Edition qui réduit la culture à de l’offre et à de la demande par le biais de la propagande commerciale médiatique, et l’utilisation correcte d’un ordinateur simple et évolutif, alimenté par du solaire et muni d’une connection raisonnable aux réseaux.

    2. Un ami Vietnamien me disait à Hanoï: « ici nous avons une liberté limitée »
      Je lui répondis: « chez nous, c’est la démocratie qui est limitée »

      Tout cela pour dire qu’internet perçu comme vecteur démocratique, est une erreur: on coupe le robinet à idées > plus d’échanges, plus d’infos…

      Le livre de Paul est très intéressant , je fais tourner.

  5. Le monde du 11/7 « Hadopi fait son bilan »

    http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/07/11/l-hadopi-fait-son-bilan-de-la-reponse-graduee_1547521_651865.html

    au 1er juillet : 18 millions de constats, 1 million de demandes d’identification, 900.00 adresses de personnes soupçonnées de piratage, 470.000 recommandations envoyées par courrier (5.000 premières recommandations /jour.
    20.000 envois d’un second courrier avec AR.
    « Ces annonces de l’Hadopi interviennent alors que le dispositif de « réponse graduée » a récemment connu d’importantes mises en cause. A la fin du mois de juin, Marc Guez, directeur de la Société civile des producteurs phonographiques (SCPP), qui regroupe les producteurs de musique, a estimé que la Haute Autorité n’était pas assez répressive et devait s’attaquer plus directement au téléchargement direct. »

    On est vraiment en phase de rodage et pour quels enjeux ?
    Des usagers qui veulent un prix raisonnable pour les productions, des auteurs devant être rétribués à leur juste valeur pour leur travail et aussi des investisseurs ou rentiers à la recherche de plus-values lucratives ?

  6. Personnellement, je ne crois pas un instant à un contrôle strict et efficace dans la durée. La nature du réseau et de l’informatique montre depuis longtemps que les contournements sont toujours possibles, au moins, pour une partie des utilisateurs. L’histoire du piratage en est une parfaite illustration. Et plus récemment, il suffit de regardez l’impact ridicule d’Hadopi. Et même franchement contre productif, puisqu’il a fait émerger des pratiques encore plus efficaces. L’histoire des protections des droits d’auteurs n’est qu’une succession de mur ralentisseurs, de quelques heures à quelques jours. La censure étatique à plus de moyens, mais en dehors de tirer sur la prise, point de salut, le pouvoir change de main et à moins de transformer internet en minitel, rien n’y changera, j’en suis absolument convaincu.

    1. +1
      Principalement parce que les anciens médias, qui ne supportent pas la concurrence d’internet et encore moins le modèle économique associé, prennent soin de n’inviter à en parler que des amateurs, après un silence quasi-total depuis plus de 10ans.

      Ce silence lui-même permettant d’entretenir l’ignorance comme tous les fantasmes sur les mode de fonctionnement de la communauté des hackers et des informaticiens du Libre.
      Il y a des tas de personnalités dans le monde de l’informatique, bons orateurs et au fait des possibles du développement d’internet, qui seraient ravis de pouvoir informer les gens. Et d’être pris en considération ailleurs qu’en prison, entre les mains de la DGSE ou dans les cabinets feutrés de l’Elysée. A Berlin par exemple, ils sont invités chaque année à se faire connaître pendant trois jours au Palais des Congrès.

  7. Il y a grands groupes et grands groupes . Je veux dire qu’une distinction s’impose . Dans la veille
    Europe l’option mise au pas d’internet semble possible . Mais il est remarquable quand méme
    qu’Internet ne soit pas apparu en Europe et surtout , paradoxe , qu’il soit apparu sous l’aile de l’armée US . De méme que la silicon vallée par ex . Ce paradoxe n’existe que pour nous qui ne
    sommes plus en charge de la défense de la civilisation .
    Pour les militaires US (certains en tout cas) et les groupes de pointes aux USA , il n’y a pas photo , l’avance technologique , passe par l’innovation , et celle ci par les initiaves individuelles , de préférences subversives . Ce sont de grands groupes qui sont à l’origine de l’open source , les mises au point demandent des essais et idées , hors de prix , pour eux .
    Ce ne sont pas les grands groupes en général selon moi , le pire à craindre , ce serait l’extinction de ce feu sacré . Mais vu d’ici , d’Europe , çà craint en effet . Je ne suis pas sur que
    la source de ce feu soit encore en Gréce , mais le traitement qu’on lui inflige se révéle hautement symbolique .

    1. Ce sont de grands groupes qui sont à l’origine de l’open source , les mises au point demandent des essais et idées , hors de prix , pour eux .

      Heu… je dirais plutôt hors d’atteinte voyez-vous. .

      Vous parlez de l' »Open source », en tant que nouveau concept publicitaire à la France Télécom depuis le naufrage de la directive sur les brevets logiciels en 2005? Alors sachez qu’entre « Open source » et « Libre » il y a une simple divergence philosophique et donc de position politique vis à vis du capitalisme.

      Et l »‘innovation »dont vous parlez, c’est celle dont se vantent les multinationales en croisant leurs licences à grand renfort de cabinets juridiques anonymes ou bien la vraie?

      Concrètement le Libre avec les sources « ouvertes » en travail collaboratif, c’est le résultat d’un grand groupe peut-être mais de personnes qui forment la fameuse « Communauté » depuis la création de l’OS GNU-LInux, c’est à dire le début des années 70.

      Un groupe sans cesse croissant d’individus passionnés qui n’ont pas du tout l’intention de devenir rentiers.

      Ca contredit d’ailleurs le début de votre phrase. Les militaires et les multinationales obèses que vous appellez « de pointe » ne font que s’accaparer du travail existant et souvent bénévole.

  8. Tiens, je vais scanner tous les ouvrages de notre hôte et les mettre à disposition de tous gratuitement à télécharger sur le site mégaupToad…

    Bien sur, je plaisante, mais l’accès gratuit à la culture est devenu une sorte d’évidence aujourd’hui, mais cette évidence est économiquement dangereuse. Critiquer les traders et les banques, alors que l’on télécharge illégalement des œuvres, c’est avoir le même comportement mais à une échelle différente.
    Je ne nie pas que l’accès à la culture gratuite est une excellent chose, mais les artistes ne doivent pas en souffrir; cela pousse donc à prendre de la hauteur et critiquer le système dans lequel cette dualité ne peut être résolue.

    1. il y a des gens qui ont des choses à vendre d’autres qui ont des choses a exprimer et à diffuser
      ne vous gênez pas!

  9. @caleb irri. Quand je lis ,sur votre site , la partie intitulée « internet et le révolution » où vous estimez que la radio est pour chacun la possibilité de parler publiquement , je reste baba . Où est-il le temps des radios « libres » ? Jamais autant qu’aujourd »hui les radios n’ont été tenues par les mêmes , éternellement les mêmes commentateurs « avisés » . Quant à internet révolutionnaire , vous semblez bien loin de seulement commencer à imaginer ce que pourrait être une révolution . Les grecs sont passés d’une résistance à une sédition puis maintenant une insurrection et pas l’once d’un début de révolution ; ça viendra peut-être le jour où ils(le peuple) seront en position d’imposer une loi , des lois après avoir virés sans retour possible les paltoquets qui les dirigent actuellement .

    1. @Taratata

      Taratata ! Qu’est-ce que vous nous chantez là ? C’est open radio pour vous ! Des taratatas comme vous, des discours tartataresques comme les vôtres, j’entends que ça quand je trébuche sur toutes ces fréquences très fréquentes et fréquentéeset très demandeuses en taratatas, yakamaniaques et normopathes, piétaille de choix pour standards largement ouverts aux cris du populo.

      Par ailleurs votre hôte ici, Jorion, c’est quant il veut ou quasiment sur France-Q ou Europe et une chronique tous les lundi matin sur BFM Radio pendant des mois, sans censure et interrompue par lui seul…

    1. idle alias sous-marin humaniste,

      ANYWHERE OUT OF THE WORLD

      N’IMPORTE OÙ HORS DU MONDE.

      Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu’il guérirait à côté de la fenêtre.
      Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas, et cette question de déménagement en est une que je discute sans cesse avec mon âme.
      « Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d’habiter Lisbonne ? Il doit y faire chaud, et tu t’y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l’eau ; on dit qu’elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu’il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût ; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir ! »
      Mon âme ne répond pas.
      « Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante ? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l’image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons ? »
      Mon âme reste muette.
      « Batavia te sourirait peut-être davantage ? Nous y trouverions d’ailleurs l’esprit de l’Europe marié à la beauté tropicale. »
      Pas un mot. – Mon âme serait-elle morte ?
      « En es-tu donc venue à ce point d’engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal ? S’il en est ainsi, fuyons vers les pays qui sont les analogies de la Mort. – Je tiens notre affaire, pauvre âme ! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l’extrême bout de la Baltique ; encore plus loin de la vie, si c’est possible ; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu’obliquement la terre, et les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là, nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d’un feu d’artifice de l’Enfer ! »
      Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie : « N’importe où ! n’importe où ! pourvu que ce soit hors de ce monde ! » (Beaudelaire)

      Au fait, vous savez quel âge avait Rimbaud ?

      1. Ce navigateur de la crise rien n’y plus personne ne pouvait plus l’arrêter maintenant içi ou ailleurs, voyage même jusque dans les recoins les plus tristes et les plus vils de ce monde marchand en ruine, à la rencontre de je ne sais quel autre compagnon d’infortune. Passant
        les railleries et les multiples jugements de plus à son encontre, non rien ni plus personne ne pourrait l’arrêter dans sa froide et lucide détermination à vouloir témoigner plus courageusement de tout ce qu’il pourrait vivre de plus iniquitable, tant pour lui même que pour les autres, son but maintenant était forcément plus clair et fixé par ce seul et noble idéal de vie, conduit par je ne sais quelle autre indignation de plus dans sa propre existence ou destinée, à travers même les plus grandes turbulences climatiques de la vie comme du ciel, oui il n’allait quand même pas s’arréter en si bon chemin, pour faire pareillement aussi peur et malédiction que les autres en société. Son heure n’était bien sur pas encore venue de se faire de nouveau trahir et jeter en pature par les plus lâches
        et bêtes des êtres en société. De nos jours c’est surtout très important d’être très bien payer en retour.

        Car quoi qu’ils fassent de plus entre-eux dans la malice et tromperie de plus sur terre il y en aura toujours un ou un autre qui reprendra le flambeau dans l’histoire des êtres.

  10. Y a-t-il une différence de fond entre les fuites obtenues par MURDOCH et celles par ASSANGE??

    1. Vous regardez trop Art T /7-T.V. …Inspirez … Expirez…Et voilà le bonheur retrouvé!

    2. @childéric de banlieue Nord

      Y a-t-il une différence de fond entre les fins et moyens de M. Murdoch et celles et ceux de M. Assange ?
      Ze vous poze ze kouestione…

      1. @ vigneron quand vos interventions parfois intéressantes cesseront-elles de se focaliser de prime abord sur le détournement des pseudos?

      2. @(toutcourt)

        @ vigneron quand vos interventions parfois intéressantes cesseront-elles de se focaliser de prime abord sur le détournement des pseudos?

        1) Ça m’amuse
        2) Ça énerve
        3) Ça m’amuse encore plus
        4) A chacun son « prime abord »
        4 bis) L’humour en vrac et dérivé est un plus puissant et plus universel antidote à la sottise que le Sérieux en série,
        4 ter) On n’est jamais trop cruel avec la sottise, dit-on; avec l’esprit de Sérieux, soit l’absence d’Esprit, encore moins.
        5) Moi, c’est François, vigneron aussi, tout court aussi, Françoué ou les bas bleus, c’est comme vous voulez…
        6) J’aime bien votre pseudo. En tout cas, vous avez évité les monstruosités baudruchesques auto-stigmatisées du genre « Armaggedon » ou « Vendez ! Vendez ! » comme les « insondables consubstantiels revendicatifs » du type « Jducac »…

      3. @vigneron: Un peu provocateur ce pseudo sur ce site, is’n’it? Mais ce serait plutôt « …de la rive droite », et si vous êtes du SO vous devinerez facilement! 🙂
        Il n’y a pas de différence de fond dans les fins: recherche de la puissance, du pouvoir et de l’influence.
        En ce qui concerne les moyens, net avantage à Murdoch en $ ou €, mais il a commencé à sévir il y a beaucoup plus longtemps. Pour Assange, il cherche à accumuler de la notoriété. Il vient de démarrer. L’avenir nous dira jusqu’où ira cette autre belle conscience (sachant que dans son entourage les avis sont partagés).

    3. Y a les fuites en avant et les fuites en arrière, impressionner et laisser des traces voilà un travail impressionnant.Murdoch encourage le crime parfait de l’argent et Assange essaie d’en trouver des traces et paradoxalement il est accusé de viol.

  11. On le droit de rêver parfois d’un monde meilleur,

    Imaginez par exemple que sur le toit du monde JJ se mette un jour à exprimer lui aussi un plus grand droit au glandage comme les premiers rentiers de la terre, pour mieux également leur couper toute l’herbe sous les pieds, surtout lorsque nous nous rendons bien compte que tout ceci et cela nous conduit tout droit au désastre, l’autodestruction du monde que rechercheront alors ceux qui ne veulent absolument pas que les hommes apprennent à se passer d’eux ?

    C’est sur et certain ils ne pourront pas toujours trouver les moyens de museler le mal-être
    de plus en plus grand des êtres dans un tel monde d’esclaves et d’opprimés.

    Car dans les pays les plus pauvres et affamés de la terre ils n’ont pas tous non plus
    l’internet pour se faire censurer et couper le micro.

  12. Paul
    ? ou étiez vous ?
    je n’ose imaginer une défection de votre de part …. Alors sujet trop ….
    en tout cas très à l’aise le frangin de la sinistre de l’écologie/nucléaire un winner c’est sur
    Dommage encore pour FC qui se discrédite encore une fois

  13. CVN 77 G.H.W. Bush Enters Persian Gulf As CIA Veteran Robert Baer Predicts September Israel-Iran War.

    « There is almost « near certainty » that Netanyahu is « planning an attack [on Iran] … and it will probably be in September before the vote on a Palestinian state. And he’s also hoping to draw the United States into the conflict »

    http://www.zerohedge.com/article/cvn-77-ghw-bush-enters-persian-gulf-cia-veteran-robert-baer-predicts-september-israel-iran-w

    1. Dans ce cas là c’est la fin des haricots. Mais malheureusement la fuite dans la guerre peut-être un bon dérivatif pour une oligarchie empêtrée dans des problèmes sociaux-économiques inextricables.

  14. Bonne prestation Paul,

    En plus vous n’avez pas du tout dit du mal de Jérémie.

    Et cela malgré le fait que j’aime pas du tout vous voir lire KM aux autres,

    Vous au moins vous ne me jugez pas aujourd’hui et en société à cause de ma Foi.

    Bien avisé et prudent l’homme ou la femme qui se garde bien encore aujourd’hui de porter un jugement de valeur
    sur le pauvre et modeste homme surtout dans un tel monde de premiers, de précieuses, de marques chinoises ou pas préférant bien encore tout contrôler, diriger et censurer com tant d’autres à la fois partout ailleurs, exclure et bannir de leur société com sur la durée de la crise, celui ou celle qui pourrait encore témoigner et avoir un peu
    de foi et souci moral de l’autre autrement.

    Bien sur ce n’est pas non plus des choses que j’irais dire dans les médias, vous imaginez alors leur tête pour demain ? On ne touche pourtant pas impunément à un seul cheveu du prophète sur toute la durée des choses. Ils ont beau vouloir tous se voiler la face, se tenir tous un peu éloignés de moi, cela ne leur évitera pas plus qu’un jour le ciel, l’orage et la malchance ne s’abatte également à leur tour sur eux.

    Pour ça que le monde se sent de plus en plus mal, à force de vouloir pousser davantage les êtres à vivre partout dans la peur, le conformisme, la norme, la bétise, la soumission, le tout contrôle, la servitude, l’esclavage, le déshonneur, tant de mauvaise langue, tant de précieuses et prétencieuses de première dans ce monde bien vendu aux premiers démons et oiseaux impur du marché pour faire bien évidemment plus d’affaires d’hommes et de disette.

    Ne sommes nous pas avant tout les meilleurs travailleurs et travailleuses économiques de ce monde en ruine, pourquoi donc ça ne devrait pas toujours nous porter Chance pendant aussi nos propres vacances, de vouloir souvent en fait nous montrer beaucoup plus dur que Jérémie en matière de ceci ou cela.

    Vous verrez Paul cela ne leur portera pas chance à tous ces méchants et méchantes hyènes féroces de plus sur terre comme en société, pire même en période de crise globale, comme vous en avez bien Raison de vous en inquiéter tout autant que moi, ca va très très mal finir pour tous.

  15. Je vous ai écouté Mr Jorion lors de l’émission d’hier. A propos de censure, en ayant moi-même fait l’expérience sur ce blog, je sais qu’il y a certains endroits où il ne faut pas mettre les pieds car on sera modéré (si l’on ne veut pas employer le mot de censure).
    Je sais bien que vous parliez d’autocensure, celle que le titulaire d’un blog hébergé par un journal peut s’imposer de lui même, du fait qu’il est hébergé par ce journal, et non de ce que l’on appelle la modération des messages des lecteurs.
    Mais quoi que l’on fasse il y a toujours une limite à ne pas franchir. Et je suis certain que moi-même si je créais mon blog je n’accepterais pas de publier tous les messages.
    La question intéressante est:
    « Pourquoi dans un contexte donné tel sujet peut-être abordé, et ne pas l’être dans un autre? ». C’est un peu une question pour un anthropologue, non?

  16. Très bien vu, M. Jorion, d’avoir associé le concept de démocratie directe avec les diverses activités non-institutionnelles possibles par le biais d’Internet. C’est une optique trop peu présente dans les initiatives des mouvements réclamant ce type de démocratie qui se limitent à réclamer une participation directe des citoyens aux institutions et à utiliser le réseau pour la lutte politique en faveur de leurs idées. Créer effectivement de nouvelles relations entre les hommes est le meilleur moyen de changer le monde, à mon avis.

Les commentaires sont fermés.