SÉRIEUSE ALERTE A FUKUSHIMA, par François Leclerc

Billet invité.

Une panne d’alimentation électrique est intervenue sur le site de la centrale de Fukushima dans la nuit de lundi et mardi (heure du Japon). Ses causes n’ayant pas été déterminées, elle continue d’affecter trois piscines de refroidissement du combustible, dont la piscine numéro 4 qui est chargée de 1.300 barres de combustible usagé (le plus radioactif), après avoir touché le centre de commande de la centrale. Le refroidissement des réacteurs n’a pas été interrompu. L’opérateur ne donne pas d’information sur le rétablissement du courant dont l’interruption a aussi atteint les installations de décontamination d’eau, impliquant qu’elles regorgent d’eau radioactive.

Selon l’opérateur, la température de l’eau des piscines, qui n’est plus renouvelée, pourrait atteindre le seuil critique de 65 degrés en quatre jours pour la piscine n°4. On peut s’interroger sur l’utilisation de systèmes vitaux non redondants ainsi que sur l’incapacité à identifier les causes de la panne, cela s’explique au vu des installations de fortune de l’opérateur Tepco qui maintiennent la centrale dans ce qu’elle appelle faussement un « arrêt à froid ». Il est question de « moyens alternatifs » non identifiés par l’opérateur.

La chasse aux coriums est à ce propos toujours ouverte, le folklore des robots inopérants pour les localiser se poursuivant, les explorations endoscopiques et avec une caméra gamma n’ont toujours pas permis de les localiser, pas plus que les fuites d’eau contaminée. Ce qui pourrait accréditer l’hypothèse qu’ils ont traversé le radier en béton (le socle) des trois réacteurs concernés et que nous serions en plein « syndrome chinois ».

Partager :

3 réponses à “SÉRIEUSE ALERTE A FUKUSHIMA, par François Leclerc”

  1. […] Une panne d’alimentation électrique est intervenue sur le site de la centrale de Fukushima dans la nuit de lundi et mardi (heure du Japon). Ses causes n’ayant pas été déterminées, elle continue d’affecter trois piscines de refroidissement du combustible, dont la piscine numéro 4 qui est chargée de 1.300 barres de combustible usagé (le plus radioactif), après avoir touché le centre de commande de la centrale. Le refroidissement des réacteurs n’a pas été interrompu. L’opérateur ne donne pas d’information sur le rétablissement du courant dont l’interruption a aussi atteint les installations de décontamination d’eau, impliquant qu’elles regorgent d’eau radioactive.Selon l’opérateur, la température de l’eau des piscines, qui n’est plus renouvelée, pourrait atteindre le seuil critique de 65 degrés en quatre jours pour la piscine n°4. On peut s’interroger sur l’utilisation de systèmes vitaux non redondants ainsi que sur l’incapacité à identifier les causes de la panne, cela s’explique au vu des installations de fortune de l’opérateur Tepco qui maintiennent la centrale dans ce qu’elle appelle faussement un « arrêt à froid ». Il est question de « moyens alternatifs » non identifiés par l’opérateur.La chasse aux coriums est à ce propos toujours ouverte, le folklore des robots inopérants pour les localiser se poursuivant, les explorations endoscopiques et avec une caméra gamma n’ont toujours pas permis de les localiser, pas plus que les fuites d’eau contaminée. Ce qui pourrait accréditer l’hypothèse qu’ils ont traversé le radier en béton (le socle) des trois réacteurs concernés et que nous serions en plein « syndrome chinois ».  […]

  2. […] La chasse aux coriums est à ce propos toujours ouverte[ ]. Ce qui pourrait accréditer l’hypothèse qu’ils ont traversé le radier en béton (le socle) des trois réacteurs concernés et que nous serions en plein « syndrome chinois ».  […]

  3. […] Une panne d’alimentation électrique est intervenue sur le site de la centrale de Fukushima dans la nuit de lundi et mardi (heure du Japon). Ses causes n’ayant pas été déterminées, elle continue d’affecter trois piscines de refroidissement du combustible, dont la piscine numéro 4 qui est chargée de 1.300 barres de combustible usagé (le plus radioactif), après avoir touché le centre de commande de la centrale. Le refroidissement des réacteurs n’a pas été interrompu. L’opérateur ne donne pas d’information sur le rétablissement du courant dont l’interruption a aussi atteint les installations de décontamination d’eau, impliquant qu’elles regorgent d’eau radioactive.Selon l’opérateur, la température de l’eau des piscines, qui n’est plus renouvelée, pourrait atteindre le seuil critique de 65 degrés en quatre jours pour la piscine n°4. On peut s’interroger sur l’utilisation de systèmes vitaux non redondants ainsi que sur l’incapacité à identifier les causes de la panne, cela s’explique au vu des installations de fortune de l’opérateur Tepco qui maintiennent la centrale dans ce qu’elle appelle faussement un « arrêt à froid ». Il est question de « moyens alternatifs » non identifiés par l’opérateur.  […]

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. C’est Bardella qui danse avec Marine. Complémentarité parfaite: 33% sont prêts à partir en vacances en Argentine avec eux!

  2. J’ai prévu de me remettre aux stats cette année. C’est une décision politique.

  3. Notre Univers ne contient pratiquement que des particules, alors que les antiparticules ont la même probabilité d’exister (en théorie) dans…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta