42 réflexions sur « Les dessins toxiques de La Montellier !, par Chantal Montellier »

            1. Voir Arkao sur Google = design industriel, graphisme et toussa, hyper offensif et commercial… Vous saviez pas?

              1. N’importe quoi Chantal ! Elle est forte celle-là!
                Mon pseudo n’a rien à voir avec cette entreprise. Je suis d’autant plus étonné que vous aviez demandé à Paul mon adresse mail afin que nous parlions en privé.
                Je vous ai écrit une longue bafouille au sujet de ma profession et des raisons de mon intérêt pour la bande dessinée. Vous n’avez pas daigné accuser réception et encore moins me répondre.
                Mais comme ma véritable identité est Jean Martin, je vous laisse le soin d’aller demander à Google qui c’est ce gus qui a l’outrecuidance de ne pas crier au génie à chacune de vos œuvres et de ne pas pleurer de concert avec vous à chaque évocation de Maccarthysme.

                P.S. Ne pas trop me casser les noix en ce moment, je suis d’une humeur exécrable à cause du boulot.

                1. On compatit avec Madame Martin .

                  PS : les emmerdes , c’est comme l’hiver , ça finit par s’arrêter .

                  1. Oui mais comme là on n’est qu’au printemps, l’attente de la fin de l’hiver va être longue 😉
                    Foutu devoir de réserve, j’en aurais pourtant à raconter sur le grand chantier du quinquennat de Manu Ier, où les hasards de la vie professionnelle m’ont propulsé.
                    Allez bonne nuit et à demain !

                    1. Non, non, faut procéder tout de suite à l’archéologie préventive du macronisme ! 😉
                      On attend le rapport avant les élections.

                    2. Bien vu, Pierre-Yves, l’archéologie préventive.
                      Je me suis rappelé qu’on en fait vraiment pour des choses très récentes comme les camps de 1939 pour les réfugiés républicains d’Espagne, au nord des Pyrénées.
                      Car la situation et son évolution, c’est comme si Macron avait agrandit, au moins dans nos têtes, le camp de Rivesaltes, avec Darmanin sous le képi du gendarme bourru “c’est pour votre sécurité monsieur”. Avoir un idéal , voilà ce qui mérite l’assignation à résidence, …et en accompagnement une dose modique d’opprobre.

                      1
                2. Bon, malentendu complet, mon humour idiot et provocateur n’est pas passé. Il ne me reste plus qu’à vous demander de m’excuser. Sinon, je n’ai jamais reçu ce dont vous parlez, je n’ai donc pas pu vous répondre. J’aurais peut être du regarder dans les spams, ce que je ne pense jamais à faire, encore une faute. Je plaide donc coupable et espère obtenir votre pardon. Je n’ai pour excuse que la fatigue quasi létale et mon manque de finesse congénitale. Amicalement. Chantal

                  1
  1. Je connaissais les parents toxiques , mais un dessin toxique , comment ça se caractérise ?

    PS : le dessin en de juin 2020 ( cf Cisjordanie ) ?

    1. Oui, mes dessins sont qualifiés de “toxiques” par les forces de la joie du marché de la BD. Normal puisque je suis moi même qualifiée de “femme toxique” par les mêmes marchands du temple dont les grands prêtres vouent toujours un culte inconditionnel à l’oncle Picsou. Je ramène du social et de la politique … une culture pas oligarchiquement correcte. Des inquiétudes et une vision du monde plus proches de celles de Ken Loach que de Heavy métal, qui a censuré Shelter pour cause de “stalinisme” sic. Mac Carthy pas mort. Il s’en passe de drôles de choses, mine rien, au royaume de Donald Duck ans co…

      1
        1. En fait j’en sais rien. Je sais juste que les miens le sont et moi aussi parait-il, d’après les experts psychiatres tendance oncle Picsou, ligne propre, et nostalgie coloniale pas trop raciste quand même… Sans doute parce que je parle de la souffrance, de la mort, de l’écrasement, de la déshumanisation, et toussa… Et en plus avec un certain réalisme social absolument dégoutant… Enfin, je suppose.

          1. Pourtant , en mot à mot , un dessin toxique serait un dessin qui transmet du poison .

            Le pharmakon peut être à la fois le remède et le poison . Si le dessin est pharmakon , quand est il poison et quand est il remède ?

            1
  2. Autoportrait réussi !
    On reconnaît bien Chantal avec sa couronne et Paul avec sa vaseuse 😂

        1. C’est ça, accusez cette pauvre machine qui ne peut pas se défendre!.. Votre inconscient, plutôt!! Huhuhuhu…

          1
        2. Pascal, et ça c’est rien par rapport à ce que nous réserve l’IA. Elle devinera ce qu’on pense avant qu’on ait pu écrire un mot !
          Du coup elle pensera pour nous.

          2
    1. Ma couronne ? Quelle couronne? La mienne est faite d’épines! Je vous assure.

    1. Complètement toxique cette lettre au ministre de l’éradication nationale des élèves du lycée François Rabelais. Et pour qui se prennent-ils ces morveux ? Que fait la police??

  3. Mais j’en sais rien camarade stéphanois. Et vous? Qu’en pensez – vous? Subsidiairement, pourquoi appelez vous monsieur Martin , madame? Pour taquiner??? C’est vrai que j’ai un peu merdé avec Arkao. Mais bon, il me sera beaucoup pardonné car j’ai beaucoup pêché, surtout par omission…

    1
    1. C’est vrai qu’on a eu chaud !
      Il a passé un mauvais quart d’heure le pauvre Arkao 😉
      A part ça j’ai aimé le dessin, il est très réussi.

    2. Ou alors c’est la femme de Monsieur Martin que vous plaignez Mon cherJuan… ? Dans ce cas la formulation est un peu ambiguë… Sinon, grâce à vous, je me suis mise à réfléchir au rôle de pharmakon joué, peut être, par certains de mes dessins… Et je pense à ma psy qui me disait “celui qui dit le mal devient ce mal pour les autres”. Avec mes images j’ai fait mieux que le dire, le mal, je l’ai montré. Chose impardonnable semble t il. Ne jamais desaveugler le bétail humain que l’on mène à l’abattoir
      socio-economiquee, C’est un crime contre l’inhumanité.

      1
      1. Pardon d’avoir donné le sentiment d’être long à répondre à cet écho sensible , mais mon corps a un peu de difficulté à suivre ces temps ci .

        – Pour Madame Arkao ( je crois que Monsieur avait bien pigé ), je me fiais effectivement à mes propres souvenirs , car mon épouse était toujours la première à détecter et “sentir” quand “quelque chose n’allait pas ” au boulot , et à me ramener sur terre .

        – Pour le dessin , vous êtes un peu dur en me retournant l’interrogation , car je n’ai pas eu de psychiatre pour me souffler des réponses , et si j’étais présentable dans pas mal de disciplines , j’ai toujours été nul en dessin ( et en éducation musicale ) . Il y a peut être un lien avec mon indifférence au cinoche .
        Je crois que vous avez peut être des éléments de réponses dans votre propre formation aux beaux arts , et qu’en refouillant votre mémoire de l’époque de cet ” enseignement”, vous pourriez retrouver des briques utiles . De mon côté , malgré tout , en divagation libre , les idées suivantes , non exhaustives , me sont venues :

        – on peut faire une correspondance axiomatique entre toxique et mal , entre remède et bien .
        – le dessin toxique est alors , quelque soit son graphisme , un dessin qui incite au mal , ou qui rend mal compte de la réalité par intention de nuire , ou par ignorance , ou par erreur d’appréciation . On peut penser aux affiches caricaturant le juif par exemple .
        – le dessin remède , quelque soit le graphisme et son mode ( violent , drôle , sinistre , sanguinolent , gentil …..), est un dessin qui montre le réel sans le travestir , et qui interpelle les consciences et l’empathie ( la philia dirait Paul Jorion );

        Mais fondamentalement , je crois que l’on peut être assez facilement poussé à cette interprétation, si on se souvient que “dessein” , issus de “designare, désigner” a donné naissance à dessin , et que la différence sémantique entre les deux termes n’est intervenue que tardivement en fin du XVIII ème siècle . Et qu’un “dessein” , un peu comme un certain sourire , c’est à la fois le but donné et le chemin pour y parvenir .

        Il y a des buts et des chemins qui tuent , il y a des buts et des chemins qui sauvent .

        En ces périodes électorales , on pourrait d’ailleurs demander , en pastichant le petit prince : ” dis , dessine moi un dessein “.

        PS : je compatis aussi avec Monsieur Martin , et me met au calme le temps nécessaire . Bonne journée , et je vous crois assez forte pour laisser tomber maintenant la béquille de votre psy . Bise ;

        1. Arrêtez d’être aussi intelligent Juan, vous allez donner des complexes aux stéphanois… Huhuhu… Je fais mon miel de chacune de vos phrases… vous êtes en danger de devenir mon gourou, et moi de devenir un peu collante. Ça fait plus de 6 décennies que je me cherche un père, alors faites gaffe. Je vous embrasse et vous supplie de prendre bien soin de votre corps, il est porteur d’une très grande intelligence ajoutée à une grande bonté. Bon. J’arrête de vous faire des compliments, ça me fait rougir. Chan.

          1. Merci à vous et à Chantal de votre sollicitude . Je réémerge un peu . reprise à feu doux jusqu’à la prochaine .

  4. @Chantal Montellier
    A mon tour de présenter des excuses, ayant omis l’hypothèse d’un accident technique dans la transmission du courrier.
    Il est vrai que je ne vais pas voir souvent non plus ce qui est tombé dans la boite à spam.
    Je ne devrais pas non plus écrire quand ma tête est encore pleine du bruit et de la fureur de la journée.
    Sans rancunes.

    1
      1. @Chantal Montellier
        Voilà, c’est fait (envoyé par un certain “auguilanneuf” – au cas où vous auriez la mise à la corbeille un peu rapide)

        1. Non, j’ai plutôt tendance à entasser, au contraire… Journée épuisante, suis un peu KO. Votre texte est sur le bureau de mon ordi. Je le lirai demain et vous répondrai aussitôt. Amicalement. Chantalovna

Les commentaires sont fermés.