Veille effondrement #42 – Nos villes sont-elles condamnées à devenir des fours ?

Le reportage nous explique comment renverser la tendance. Il nous signale aussi qu’à Paris en tout cas, en 2021, elle se poursuit dans la mauvaise direction.

Cf. ma réponse a « A-t-on tiré les leçons ? » : « Bien entendu ! Mais il y a ceux qui savent et ceux qui prennent les décisions. Et les seconds n’ont que mépris pour les premiers (des idéalistes qui ne vénèrent pas le dieu Flouze) ».

Partager :

39 réponses à “Veille effondrement #42 – Nos villes sont-elles condamnées à devenir des fours ?

  1. Avatar de Une Tourangelle
    Une Tourangelle

    Oui, ce sont toujours les premiers concernés qui tirent les leçons adéquates, et parmi eux nous ne pouvons compter que très (très, très) peu de décideurs (aucun exemple ne me vient à l’esprit, en réalité, donc si quelqu’un en a un, je suis preneuse). Ceux-ci n’ont simplement pas les mêmes ambitions, hélas.
    Il me tarde de voir un monde où les intérêts des personnes à protéger seront enfin pris en compte, et respectés. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : de respect. Nous naissons tous essentiellement de la même manière, et nous mourrons tous un jour selon un processus semblable les uns des autres, alors pourquoi certains auraient-ils un quelconque droit supérieur sur les autres, surtout en matière de conditions de vie et de durabilité?
    Notre société et le système dans lequel nous évoluons reposent fondamentalement sur les inégalités et l’iniquité. Le partage et la bienveillance sont, petit à petit, noyés sous la course au fric et à l’ambition démesurée de certains qui se permettent d’écraser les autres. La compassion disparaît, et ça, c’est douloureux. Pour tout ceux qui en ressentent.

    4
    1. Avatar de Vincent Teixeira
      Vincent Teixeira

      Oui, c’est exactement cela, dans le fond du fond, le manque de « respect » et de « common decency » (toujours et encore la formule essentielle de Orwell), sacrifié au fric, à la notoriété (aujourd’hui = visibilité), au pouvoir, à des idées abstraites de l’homme, qui tuent « l’homme concret ». Vos propos sont entrés en écho total avec une récente lecture de Vassili Grossman, dont j’extrais juste ces phrases (dans « Vie et destin »), sous le fanal de l’humanisme de Tchekhov :
       » il (Tchekhov) a dit que nous sommes avant tout des êtres humains ; comprenez-vous : des êtres humains ! Il a dit que l’essentiel, c’était que les hommes sont des hommes, et qu’ensuite seulement ils sont évêques, russes, boutiquiers, tatars, ouvriers. (…) Les hommes sont égaux parce qu’ils sont des hommes. »

      2
      1. Avatar de Une Tourangelle
        Une Tourangelle

        Très beau. Merci.

  2. Avatar de Otromeros
    Otromeros

    Du paradoxe de voir un problème multi-factoriel sous une seule facette.

    En cas d’effondrement brutal ( p.ex. arrêt des filières d’approvisionnement de consommables et de mat prem), et de recours des décideurs publics  » quoi qu’il en coûte  » à un plan de type A (vu l’urgence qui ne laisse aucune alternative)… il ne peut logistiquement y avoir qu’une théorie de regroupement (de consommation = de survie)… = apoplexie citadine à terme. Sans échappatoire.

    1
  3. Avatar de Emmanuel
    Emmanuel

    Merci pour ce petit documentaire très clair. Déjà dans les projets d’aménagement, ces sujets émergent et commence à être mis en œuvre. Mais, pour reprendre la question du temps qui reste pour radicalement changer de cap, il s’écoule environ 10 ans au moins entre la genèse d’un projet et sa réalisation finale ; et là on parle de « projet neuf », car réhabiliter, transformer, changer un morceau de ville existant par exemple, est beaucoup plus lent (X2) et complexe. C’est à dire que, dans un système existant, généraliser les solutions (et il y en a d’autres) présentées dans le documentaire, aboutirait à…2032 minimum. Et puisqu’on parle de Paris et de la Région Ile de France, je vous invite à jeter un coup d’œil aux programmes qui sont proposés par les protagonistes politiques actuels : cela va d’un début de prise en compte à juste quelques mesures cosmétiques, juste destinées à faire de la com’. et plaire aux électorats concernés : on est loin du compte…. Les responsables politiques actuels manquent complètement de vision ; mais aussi, il faut bien le dire, l’électorat aussi….La question du timing, comme l’a plusieurs fois évoqué Paul, est dorénavant cruciale, si l’on en croit le dernier rapport du GIEC….Mais également celui des ressources a mobiliser (et là, j’invite les lecteurs du blog à prendre notamment connaissance des proposition émise par exemple par Gaël Giraud)….

    1. Avatar de écodouble
      écodouble

      Emmanuel,
      Gaël Giraud, tout comme Paul, fait un diagnostic eminament juste. Hélas, parce que tous les deux sont scientistes, les solutions simples n’ont pas leurs faveurs ; et leurs solutions ne sont que d’apparentes bonnes idées (espace, reseaux, IA, « électrique », « hydrogène » – dans un monde ou tout est pétrole à la base) car elles sont en fait très mauvaises, puisque mises en oeuvre, elles généreraient un tsunami d’Entropie.
      D’ailleurs, toutes ces solutions ne seront pas, la faute aux Limites de la Physique ou au fait, tout simplement, qu’elles sont impossibles à mettre en oeuvre (par exemple, on commence enfin, dans des émissions sérieuses, de causer du rayonnement cosmisque très ennuyeux lors d’un voyage dépassant la Lune).
      Et comme ces solutions ne seront pas, personne ne se sera trompé ; sauf ceux qui aiment l’argent. Mais cette fois, pour une fois, ceux-ci seront punis de s’être trompés : ils perdront tout ; comme tout le monde. C pour bientôt. Alea jacta est.

      1
  4. Avatar de Chabian
    Chabian

    « 80 % des français vivent en ville » dit le docu (au début). C’est une statistique européenne serinée depuis 30 ans.
    Mais on compare ensuite Paris à Melun, 40.000 habitants, dont les nuits furent bien plus fraiches en 2013. Melun est une GRANDE ville ! En France, il faut atteindre 5000 habitants pour être « légalement » une ville. Sur quoi repose cette norme ? Il y a des bourgs aérés, verts et des villages coincés entre deux falaises !
    Les promoteurs visent à bétonner les espaces verts ? C’est l’attractivité des métropoles qui est en cause ! C’est plus rentable de construire là que dans le bled. Or, cherchez l’erreur, l’ Europe promotionne et soutient les métropoles, veut la métropolisation des territoires (donc centrés sur leur métropole), là où se vit la modernité et donc le mal vivre.
    Supprimer le TGV, et restaurer les trains de banlieue, cad la mobilité Melun-Seine-St-Denis (j’invente). Voilà la tendance qui manque. Parce que la dimension économique de l’urbanisme est absente du film. Trop complexe.

    1
  5. Avatar de jeanpaulmichel
    jeanpaulmichel

    Certains diront que c’est trop peu, pas assez rapide, j’en fais partie …
    Cela avance tout de même.
    https://www.college-de-france.fr/site/didier-roux/course-2017-04-28-10h00.htm

    1. Avatar de écodouble
      écodouble

      Tiens, Didier Roux ! Un autre scientiste.

  6. Avatar de Maxfriend
    Maxfriend

    L’université d’Harvard étudie le problème sous un autre angle : En considérant que le taux de CO2 ne baissera pas de si tôt pour induire un arrêt de la hausse des températures, agir sur le rayonnement solaire en haute altitude serait la piste à l’étude.
    Dernière chance pour le plan A ?

    SCoPEx, Harvard University – New Frontiers in Climate Change Research

    SCoPEx is a scientific experiment to advance understanding of stratospheric aerosols that could be relevant to solar geoengineering.

    https://youtu.be/w_qkmavwE54

    1. Avatar de écodouble
      écodouble

      Cher AmiMaxi
      C’est du scientisme, le bidule que vous colportez.
      Ne croyez-vous pas qu’il serait plus sage et plus efficace de planter des arbres ? Des vrais arbres !
      Dans chaque région ses arbres ! Beaucoup. Autochtones.
      Le rayonnement serait absorbé et, « en même temps », le CO2 serait fixé. Deux en un ! Effet kisscool.
      Mais c’est peut-être pas assez compliqué ? Pas assez  » in » ! Pas scientiste ; donc ringard. Voire khmer vert. Voir même eco-terroriste.
      Bon ben tant pis.

      3
      1. Avatar de CloClo
        CloClo

        Ré ensauvager les écosystèmes (faune et flore) sur une très très large échelle.

        Il me semble qu’en quelques décennies pas mal de solutions émergeraient disons naturellement.

        Nous sommes nombreux, la quantité de travail pour assurer les besoins de subsistances me semble faible.

        Sauf erreur de ma part, il y a pas mal de progrès de compréhension des phénomènes en terme d’éco agriculture et éco bâtiment non ?

        1. Avatar de écodouble
          écodouble

          Avril 2021.
          120 de talus planté d’arbres locaux, par moi, entre 2010 et 2017, passés à l’épareuse (violation de domicile, destruction de biens privés) pour pas que ces nobles végétaux gênent la pousse du maïs d’un premier de cordée communal (septième année de maïs sur la même parcelle).
          Cette haie sur talus servait à protéger des pesticides une zone humide (sur laquelle je paye l’impôt fonciers en bon proprio) connectée à une station de pompage d’eau potable à 4 km en aval.
          S’en suit : Plainte à la gendarmerie ; constat d’huissier ; puis, l’effet DEMETER (une joyeuseté de Castaner et de la FNSEA). Résultat : plainte non recevable d’après le proc, après 4 mois d’attente de sa décision posée, juste, éclairée.
          Donc, quand, même chez soi, on essaye de ré-ensauvager, en faisant du Génie écologique, ben la Société s’en fout. Un « agritueur » a le droit de tout vous détruire, sans être inquiété. Sans que la Mairie dise quoi que ce soit, sans que les citoyennes et citoyens de la commune ne s’en offusquent.
          Désolé CloClo : Je ne vois pas de progrès ; bien au contraire. Grâce à l’effet DEMETER délétère.
          Pourtant, le souffleté a dit : 7000 km de haies plantées en France cette année, le climat c’est grave, la France fait sa part. Mensonge !

          3
      2. Avatar de timiota
        timiota

        Quelqu’un a lu Jean-Baptiste Morizot « Raviver les braises du vivant » ?
        L’idée en abrégé est d’acheter des parcelles et de les laisser « se forester » sans plus aucune intervention ni exploitation,
        avec la même idée que « garder la braise pour raviver le feu » : garder des points de biodiversités d’où le vivant ne demandera que quelques années pour repartir à la conquête du reste, si on la lui laisse.

        C’est un peu limite excessif, mais si on pense à tout un territoire, certaines associations disent (si j’ai à peu près compris) « on en laisse 10% sans-rien-faire-surtout-pas d’amélioration, on en exploite en mode « biodiversité » X% et on a encore des marges pour les 90-X% restant, pour faire le reste, à condition de ne pas deverser de saletés…

        Ca me semble un point de départ, qui ne va pas transformer la Beauce en bocage du 1er ou du 2ème coup, mais du 4ème ou 5ème peut-être ?

        1
        1. Avatar de écodouble
          écodouble

          timiota,
          Les agritueurs ne veulent pas d’arbres, pas de mares, pas de jachères, pas de bois, pas de haies.
          Exemple : Guipel (35), le 11 novembre dernier : très tôt le matin, un « agritueur » a abattu un talus classé de 250 mètres planté de chênes de 150 ans. Ancien élu, il savait que le talus était classé. C’est fait. Un jour férié, la nuit encore là, et c’est pas réparable. Et toujours pas de sanction. Au contraire, lui et ses collègues continuent de s’arranger pour échanger des parcelles (les haies sautent ainsi), cultiver sur les chemins communaux, remblayer les zones humides et les petits ruisseaux. C’est ainsi, dans le 35, département le moins boisé de France.
          Quand on va de Paris à Nancy par la N4, il y a des champs à perte de vue. Il faudrait d’urgence que chaque crête du relief en cuesta soit laissée à la dynamique de reconquête forestière. La FNSEA ne le voudra jamais. Pourtant ce serait très bon pour augmenter la pluviométrie, dans une vingtaine d’années.
          J’arrête là. Pourtant, il y a tellement à dire.
          Tiens : Le triangle de Gonesse. Qu’est-ce qu’ils vont bouffer, les parigots, quand les camions ne rouleront plus ; en 2030 d’après le Schift Project. Ils se mobilisent, les parigots ?

          1
          1. Avatar de Correspondant_Guipel
            Correspondant_Guipel

            Bonsoir,
            Cet exemple est intéressant s’il est vrai.
            @écodouble Seriez vous intéressé pour donner un peu plus d’éléments et voir dans quelles conditions un article dans Ouest France serait possible?
            Peut on faire une généralité à partir d’un exemple?

            1. Avatar de écodouble
              écodouble

              Correspondant_Guipel

              Allez donc voir à la Mairie et demandez le conseiller municipal qui s’est occupé du mur du cimetière.
              Bien sur qu’on peut en faire une généralité. Les échanges de terres, pour agrandir les parcelles, sont classiques, très courants, et donne lieux à des coupes de haies de façon presque systématique. Les tronçonneuses, il y en a partout. les pelles mécaniques aussi. Et l’appât du gain est une « qualité » uniformément répartie.
              Et si vous en voulez plus, vous tapez mon pseudo, vous contactez, et puis on verra.

              1
            2. Avatar de Pierre-Yves Dambrine
              Pierre-Yves Dambrine

              Excellente idée, un article dans Ouest-France.

        2. Avatar de CloClo
          CloClo

          Salut !

          Y a un bon bouquin de de Stéphane Durand « Ré-ensauvageons la France » Actes Sud 2018. Et aussi son 20 000 ans ou la grande histoire de la nature Actes Sud aussi. 2018.

          https://www.franceculture.fr/personne/stephane-durand

          1. Avatar de écodouble
            écodouble

            Il est pas mal en effet. Il est même bien.

        3. Avatar de MG
          MG

          Acheter des terres? Euh, vous avez entendu parler de la SAFER?
          Il y a là-dedans un magnifique panier de crabe ; à ce niveau c’est pas des favouilles hein, plutôt genre tourteaux géants.
          https://reporterre.net/Les-Safer-gerent-elles-bien-les-terres-agricoles

      3. Avatar de Maxfriend
        Maxfriend

        Cher ami Ecodemi
        Je ne colporte rien, je met un lien sans commentaire perso, a vous de vous faire un avis.

        Des arbre pour régler le problème du CO2 ?

        Très bien comme idée, combien d’arbres, pour quel effet et dans combien de temps ? Avez vous des chiffres à avancer ?

        Autrement dit , planter oui, mais avec une efficacité différée avec la croissance de l’arbre, avons-nous le temps d’attendre ? Quelle certitude sur le résultat quand on voit le taux de CO2 ne cessant d’augmenter. Planter plus d’arbres, toujours plus d’arbres consisterait à étendre toujours plus un pansement sur un cancer qui se développe.

        Je suis bien plus inquiet de la tendance « tout bois » en vogue dans le bâtiment. En se prétendant durable et renouvelable, on va exploiter un capital forestier à maturité (et donc en pleine capacité d’absorption de CO2) par des plants jeunes pour lesquels il faudra attendre des décennies pour reconstituer leurs capacités.

        1
        1. Avatar de écodouble
          écodouble

          AmiMini
          Vous croyez vraiment à ces idées émises par des labos de recherche ? qui ont pour seul but d’attirer à eux des fonds de financiers, gogos et/ou cherchant à se faire une virginité par green-washing : Un écran-réflecteur spatial maintenant.
          Et quand, en tant que géologue, conscient de ce que fut le climat et les teneur en CO2 dans les temps géologiques, pour redresser la barre je propose l’ARBRE (400 M d’années de mise au point) comme solution simple, pas chère, économe en énergie et qui, en outre, a largement fait ses preuves, vous, vous me dites : COMBIEN ? Efficacité ? Pansement sur cancer !
          ????
          Vous devez être comptable !?!
          C’est ça ! Vous êtes un caissier.
          Les gens comme vous sont dangereux Monsieur. Dangereux.
          Vous nous faites perdre un temps très précieux, Monsieur. Très précieux !
          Combien de temps ???
          Beaucoup !

          1. Avatar de Maxfriend
            Maxfriend

            Dommage que vous ne preniez pas le temps de lire ce que j’écris, cher ami. Vous faites de ce fait des commentaires décalés, en vous égarant.

            Tenez, un peu de lecture pour vous remettre le sujet en tête. Il est bien entendu que planter des arbres est évidemment important, je dis ça sérieusement, ne vous fâchez pas à nouveau 😉 mais ça ne suffira pas, ça ne suffira jamais. Le taux de CO2 entre 1950 et aujourd’hui à pris 25% (en PPM) et la trajectoire est sévèrement ascendante.

            Ce qui veux dire que même en plantant massivement (et c’est souhaitable), il faudrait en faire toujours plus. Il est nécessaire de s’occuper de stabiliser (au moins) cette augmentation permanente des émissions de CO2 (le cancer) et ça c’est pas gagné. Si l’on n’y arrive pas, il faudra bien que l’on s’attèle à tenter de limiter l’augmentation des températures par un autre moyen, sans quoi les forêts… voyez l’Ouest Canadien, la Californie, la Russie…

            Pour aller dans votre sens (et dans le mien) :
            https://youmatter.world/fr/arbres-stocke-carbone-combien/

            (Signé: un Artisan des Métiers de la Pierre, travailleur indépendant depuis 1998… pas très dangereux)

            1
            1. Avatar de écodouble
              écodouble

              Salut Maxfriend
              Bon, ben je réponds un peu penaud : Merde ! Vous êtes dans le métiers du cailloux, comme moi ; qui suis un ancien géologue de bureau d’études, reconverti en murailler depuis trois ans. D’ici à ce que nous nous soyons croisés (les joints) quelque part, il n’y pas loin.
              Dire que je vous ai pris pour un caissier. J’ai manqué de flair, lourdaud que je suis. J’espère que vous me pardonnerez.
              Ici, sur ce blog, j’ai appris qu’il fallait faire court. D’autant que je suis pas fortiche pour écrire. D’ailleurs, je sais que je saoule tout le monde avec ma préoccupation principale, l’énergie (la base de tout) dont je ne cesse de parler ici depuis 2008.
              Complètement découragé depuis quelques mois, maintenant je survis en étant vache. Mais j’ai pas le bagage et l’intelligence de vigneron. Alors pardon.
              Pour faire vite, ma vision, pour atténuer – seulement atténuer – le cataclysme qui nous arrive, c’est de mettre en place une économie d’association avec le vivant, pour lancer une dynamique de restauration des cycles du carbone, de l’oxygène, de l’azote, de l’eau et de la silice.
              Planter des arbres est bien sûr pas suffisant. Mais disons que dire de planter des arbres est un raccourci de communication. Car tout expliquer est barbant et très long pour celles et ceux qui sont à fond dans le monde actuel. Alors je fais court en parlant que des arbres ; parce qu’ils sont beaux, les arbres ; les vrais ; les autochtones.
              En fait, il faut planter des arbres, mais aussi, et surtout, en tout premier lieu, tout changer dans le monde de l’agriculture. Car pour changer notre économie, il faut commencer par le commencement, c’est-à-dire l’agriculture ; parce que c’est le Secteur Primaire (je pense que même l’abruti qu’est Romer, l’homme qui affirme que l’on peut avoir 4,5 milliards d’années de croissance sur Terre sait que l’agriculture c’est le primaire). Et le principe à adopter pour changer l’agriculture, c’est de ne plus assassiner les sols avec les pesticides mais de les faire redevenir vivants, et par là fixateurs de CO2. Tout ça en les nourrissant par de bonnes pratiques parfaitement connues, en recréant des bocages assez serrés partout où c’est possible, en faisant seulement de la polyculture et en supprimant l’élevage hors sol.
              Cela implique l’arrêt de la bétonisation (moins de ciment, beaucoup moins de CO2 !) et l’exode urbain.
              Cela implique aussi des changements d’habitudes voulus et organisés ; ce qui est bien mieux que les changements d’habitudes qui vont s’imposer à nous si l’on continue dans la bêtise de la croissance du PIB (le taulier va pas être content de lire ce que je viens d’écrire – je le lui ai déjà expliqué de vive voix il y a longtemps déjà, un jour, à la capitale – certains ici s’en souviendrons sans doute).
              Les sols sont capables de fixer beaucoup de CO2. Les arbres en plus (ceux du bocage à reconstituer, ceux des lotissements qu’ils faudrait planter, ceux des zones qu’il faudrait laisser partir en dynamiques forestières naturelles, ceux qu’il faudrait planter dans les villes, sur de larges zones intra-muros et périphériques, ceux qu’il faudrait planter dans les cours d’écoles (ne riez pas)… feront aussi leur part, même si elle sera plus lente à se faire sentir.
              Bon j’arrête là. C’est un miracle si vous me lisez encore.
              Sachez que j’ai aussi mon idée afin de restructurer le secondaire pour lui imposer une nouvelle logique et une quantité d’idée pour que le tertiaire ne soit plus qu’un secteur utile à la communauté. Quitte à mater très forts les abrutis qui nous ont menés là où nous en sommes – ils sont pas nombreux ; c’est là leur handicap. Bouhh ! C’est pas bien ce que je viens d’écrire. Même si c’est bien moins pire que de détruire l’Hôpital Public, la Sécu, la Nature, l’Instruction Publique, la recherche fondamentale, la Justice… ce qui est, on le sais, parfaitement moral et juste. N’est-ce pas ?

              1
              1. Avatar de Maxfriend
                Maxfriend

                @ Ecodouble
                Ben voilà, ça c’est de la réponse ! Merci … et non ce n’est pas un miracle, j’ai tout lu ! 😉

                Je n’ai pas grand chose à ajouter, je ne peux être que d’accord avec le constat, et je ne pense pas être le seul, mais il faut bien reconnaître que nous avons un raisonnement un peu trop hexagonal et pas seulement sur la problématique environnementale. Le défi dans ce domaine est planétaire et l’hypothétique réponse aura forcément de multiples facettes, tout comme celui de l’énergie d’ailleurs.

                Ah oui, au fait Vigneron, descend du tracteur et viens tapoter sur le clavier !
                Je me dis par ailleurs que notre ami Juan Nessy n’a pas donné de nouvelles depuis un moment …

                1
  7. Avatar de Hervey

    Et que fait-on quand « le dieu Flouze » contre vents et marées monte toujours dans les sondages ?
    https://www.20minutes.fr/politique/3106711-20210822-sondage-confiance-envers-emmanuel-macron-augmente-41

    On se dit que « La Pravda » fait trop bien son job !

    1
    1. Avatar de timiota
      timiota

      Cause abrégée : Couplage Flouze, Energie, réseaux sociaux.
      Remède : Défaire couplage.
      Moyen : Education
      Tôt, profond, multiples essais, former les formateurs.
      Déblanquérisation forcenée pour commencer.

      2
  8. Avatar de Pascal
    Pascal

    Quand on savait encore vivre avec la nature et la chaleur
    https://m.youtube.com/watch?v=XKqUtdxEhEM
    Retour de vacances en Ardèche 😉

    1. Avatar de timiota
      timiota

      Ironie : on a utilisé les genévriers de 1500 ans d’âges des falaises voisines pour avoir une idée « anthropiquement neutre » du climat et de l’atmosphère, car aucun homme n’a influé directement sur ces arbres accrochés au flanc des falaises et inatteignable, non touché par les eaux de sources humaines non plus. (Après : dendrochronologie, et autres analyses arkaolaujikhement pertinentes)

  9. Avatar de Khanard
    Khanard

    Allez donc voir ici —-> http://www.lucianopia.it/.

    1. Avatar de écodouble
      écodouble

      Manquait plus que de la pub pour un architecte !
      Architectes : Les plus grands pollueurs de la Planète. Les soldats de la démesure. Incapables de concevoir un truc sans utiliser du béton. Du moins pour 99,99% d’entre-eux.

      1
      1. Avatar de timiota
        timiota

        Ils ont des actions chez Hilti (les chignoles à percussion pro et tutti quanti), sûrement.

        Ceci dit on construit dans Paris-Saclay un immeuble d’étudiant « mixte » : les colonnes d’ascenceurs et un bout du RdC (disons des poutres) ont été amenés en préfab.
        (cages de 2×3 à peu près), et tout le reste est en « cage à singe » en gros bois avec des pièces d’aciers au coin.
        Le plancher pourrait être fait de même (pas été dedans voir, mais il n’y aura nulle dalle de béton à ce stade).
        Pas de parking, donc pas de fondation lourdes et de risques structuraux de fentes et de travail du bâtiment, à 1ere vue.
        Bon compromis ?

        Voir aussi cet appel aux ricains à habiter « dense » en ville, du moins s’ils veulent arrêter de climatiser des m3 et d’avoir 400 m² de surface extérieur par pavillon (limite basse je pense, 60 x2,5m + 200 de toit), c’est du $$ et des kWh, même isolé (entretien et toussa).

        https://www.theguardian.com/us-news/2021/aug/22/cities-climate-change-dense-sprawl-yimby-nimby

        1. Avatar de écodouble
          écodouble

          Merci pour le lien, timiota.
          Pour l’exemple de Saclay que vous donnez, cela fait partie des 0,01% que j’évoque. Et encore ! dans ce « chouillat » il ne sont pas parfaits, loin de là. Juste des « artistes » cherchant à s’individualiser.
          Et question gênante : Saclay !?? C’est pas là qu’on construit là où il y avait la Nature ? Et une belle ressource en eau ? 🙂

          1. Avatar de timiota
            timiota

            Surtout des terres fertiles au possible près de Paris (ferme de Viltain = villa stagna, la sous-couche retenant l’eau juste à la bonne profondeur si j’ai bien compris), j’y cueille le cassis qui se conserve bien même confituré avec très peu de sucre (1 kg de fruit + 250g de sucre) ou sans sucre du tout (vitamine C oblige, c’est un fruit qui quasiment ne tourne pas !).

            1
      2. Avatar de Khanard
        Khanard

        je ne suis pas d’accord avec vous. Il ne m’est pas possible dans le cadre de ce blog de vous expliquer pourquoi . Je ne fais de pub pour personne et il me semble , je dois sans doute me tromper, puisque nous sommes sur le seul blog optimiste de monde, qu’il y a un meilleur consensus quand il s’agit d’informations aussi terrifiantes les unes que les autres .
        Il y a des solutions qui ont fait leurs preuves encore faudrait-il que les politiques s’en emparent.
        Vous travaillez il me semble dans une logique du bien contre le mal , manichéisme on dit je crois ?

        1. Avatar de écodouble
          écodouble

          J’ai suivi votre lien. Et qu’ai-je vu ?
          Du béton !

  10. Avatar de baloo
    baloo

    Coucou,

    Eh ben, en 20 jours, il y en a des effondrements !

    Je me méfie surtout de ceux qui croient savoir …

    On peut poser les bonnes questions, mais en ce qui concerne les réponses .

    Ma maxime favorite:  » si vous croyez avoir compris, c’est que l’on vous a mal expliqué ». Cela vaut aussi bien pour la mecanique quantique que les phénoménes méteo ou les évolutions imprévisibles d’une maladie inconnue.

    Bonne soirée

    Stéphane

    1. Avatar de écodouble
      écodouble

      Ma favorite c’est plus brut et réaliste :
      « Tout fini toujours mal ; et si vous voyez que ça va c’est que ce n’est pas fini. »
      Entropie partout. Entropie toujours.
      Entropie pour toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Ah ! Les Platters, on ne les retrouve que là : Only You(tube). Dommage que la synchro soit défaillante, le…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta