18 réflexions sur « Veille effondrement #44 – Pluies torrentielles dans le Tennessee »

    1. Le lac de bolivie évaporé était  »
      UNE RÉFLEXION SUR « VEILLE EFFONDREMENT #45″

      Le numéro 46 est la fonte accélérée de la mer de glace à Chamonix qui logiquement devrait avoir disparu à 80% dans une cinquantaine d’années.

      Le numéro 47 est la hausse des températures au Groenland ayant conduit pour la première fois à ce qu’il pleuve durant 9 heures ininterrompues.

      Le numéro 1852 est la mise en oeuvre du plan B par les adeptes de Paul Jorion qui tentent d’atteindre Alpha du Centaure.
      Toute ressemblance avec l’Ordre du Temple Solaire voulant rejoindre Syrius est volontaire.
      Déprimante cette veille … voire dangereuse pour les esprits fragiles ne pensez-vous pas ?

  1. @ UFO

    La Mer d’Aral, à sa façon,
    File un mauvais coton ;
    Et cul sec, le Lac Poopo
    S’est vidé d’un coup, manque de pot.
    Maintenant c’est le Lake Mead
    Qui n’aura bientôt plus une ride.

    Moralité :

    A trop tirer sur la chasse d’eau,
    Plus de glaçons pour l’apéro !

    2
  2. Oui le déni, ou l’indifférence sont beaucoup plus positives et confortables, vous avez tout à fait raison. Sans doute aux premières fraîcheurs d’automne tout sera oublié et nous pourrons reprendre le cours tranquille des chroniques habituelles du temps qu’il fait…

    1. Bonsoir UFO,
      Vous m’avez mal compris et je vous défie de trouver de ma part sur ce blog un seul post dans lequel transparaîtrait du déni ou de l’indifférence quant aux modifications climatiques en cours ou à venir.
      Paul a lancé une série Netfix intitulée  »Veille effondrement ». Or, vu que nous sommes dans la panade, que les prévisions des scientifiques convergent vers plus de catastrophes, cette série sera sans fin. Je pense que l’humanité a besoin d’être rassemblée, motivée pour atteindre un objectif commun réaliste qui ne peut être que le plan A. Malgré les difficultés et les désespoirs qui apparaîtront, il mérite d’être notre objectif n°1 voire l’objectif unique et ne peut que l’être au vu des défis insurmontables des autres plans.
      La lithanie des catastrophes naturelles de cette série est, à mon sens, contreproductive car porteuse d’effroi, de désespoir et génèrera de la démotivation.
      La Covid 19 a altéré la santé mentale de nombre de nos concitoyens. Si ce blog qui se veut être le plus  »optimiste du monde occidental » continue dans cette voie de recenser toutes les catastrophes, il participera à la déprime ambiante sans proposer des solutions réalistes qui ne peuvent découler que de choix politiques assumés et acceptés. Sinon, ce sera le chaos comme l’explique si bien J.M Jancovici.

      Quant aux fraicheurs automnales qui pourraient nous faire reprendre le cours tranquille des chroniques habituelles du temps qu’il fait, nous faites une erreur.
      Paul a mis le doigt dans un engrenage sans fin. Cet automne et cet hiver, Paul, à travers sa  »veille effondrement n°85  » relatera les destructions dues aux ouragans de catégorie 5 s’abattant en Louisiane ou aux Antilles. Le numéro 92 de la série sera consacré aux incendies en cours en Australie.
      Bref, c’est sans fin, donnera le tournis, contribuant à la déprime ambiante. Est-ce la bonne stratégie pour faire adhérer nos concitoyens à adopter un autre mode de vie ?
      Je ne le pense pas.

      Maintenant si vous pensez qu’à travers un plan B, l’Homme pourra embarquer direction Alpha du Centaure, sachez que le voyage va être long.
      https://www.numerama.com/sciences/596809-dans-combien-de-temps-nos-sondes-spatiales-atteindront-elles-un-autre-systeme-solaire.html

      1. Cher JPM,
        Personnellement, je ne vois pas d’alternatives à notre vie, ici. Et selon certaines cultures établies depuis fort longtemps nous pourrions même y revenir un certains nombre de fois. Et PJ aussi!
        L’utilité ou les dégâts de l’effroi, je ne sais pas. Depuis combien d’années JM Jancovici dit exactement et fort bien, les mêmes choses, avec les mêmes blagues? Le GIEC aussi répète inlassablement les mêmes conclusions avec chaque fois plus de précisions. Aurélien et Greta se fâchent et cela un peu plus d’écho peut-être? Ne reste t-il pas le réel, le plus brut, sa litanie de catastrophes naturelles allant clairement s’accélérant pour nous ré-VEILLE-r un bon coup?
        Amicalement

        2
        1. Bonsoir UFO,
          Je pense que malheureusement ces  »petites catastrophes » dites naturelles à tort car la cause est et sera de plus en plus antropique ne produiront que peu d’effet sur la population occidentale relativement préservée dans sa globalité, pour l’instant, et disposant de systèmes assuranciels conséquents.
          Tout au plus les personnes sensibilisées au problème y verront la confirmation des anticipations pessimistes des scientifiques. Quel est l’auditoire de JM.Jancovoci ? et de Paul ? Il est faible et comme le dit JM.Jancovici, quel intérêt de faire des conférences publiques auxquelles n’assisteraient que des personnes convaincues ? Nos efforts doivent être portés en direction des incrédules, des opposants à tout changement dans nos modes de vie, de consommation et bien sûr en direction de la jeunesse via sa formation afin qu’une réorientation de nos sociétés puisse s’engager. J’ai tenté d’aborder le sujet en famille, entre collègues, donnant les liens vers les sites de Paul, JM.Jancovici, François Leclerc, mais je sens bien que le sujet dérange, les gens ne sont pas encore mûrs si tant est qu’ils s’y soient intéressés.

          Que faudra t’il pour que la population mondiale réagisse ? Un traumatisme malheureusement. Une canicule en Europe qui tuerait 300000 personnes en 1 mois, un cyclone qui rayerait de la carte New York, ou plus probablement la Nouvelle Orléans, des incendies sans fin en Australie, des Etats US asséchés et ravagés par les flammes générant un crack immobilier puis financier puis éconiomique ? Un Covid 21 ? Je crains qu’il faille en passer par là pour que l’humanité se réveille, du moins la partie occidentale de l’humanité, la plus riche, celle qui peut réellement influer sur la situation car en grande partie à son origine.
          Au final, nous sommes d’accord sur les objectifs à atteindre, seule la méthode porte à discussion.

          Bien cordialement

          1. @JPM,
            Oui je suis tout à fait d’accord. Une evolution nécessaire des mentalités sera longue car douloureuse et aidé en cela par les accidents climatiques à répétition. La jeunesse a déjà compris que nous avions saboté la suite par indifférence et est très remonté contre nous. D’ailleurs elle ne vote presque plus. Mais les climatosceptique sont légions, organisés et bien financés. Et les médias sociaux une purge. Nous allons encore perdre beaucoup de temps.
            Amicalement,

  3. La vue de ces automobiles carambolées par l’eau est insoutenable.
    Une bagnole moderne est une somme technologique dont on a peu idée. Savoir que des les forces de la nature aveugles et stupides jouent aux casseurs avec ces bijoux d’intelligence me fend le cœur…

    2
  4. Pas torrentiel. Un peu plus haut, en latitude comme en altitude.
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/08/23/pluie-inedite-pres-du-sommet-de-la-calotte-glaciaire-du-groenland-a-3-000-metres-d-altitude_6092134_3244.html
    La croisière-s’amuse « ski d’été au Groenland » (« vivez une aventure inédite! »), ça va devenir difficile. Restera quelques glaçons de banquise pour l’apéro sur le Titanic 2, le « géant des mers ».

  5. Les USA ont vraiment fait n’importe quoi avec le pétrole, c’est un fait, avec une véritable culture de la combustion.

    Ceci dit, on ne pourra pas dire qu’ils échappent aux conséquences du réchauffement, ils sont a priori, bien servis.

    1. Michel

      Le biais est profondément ancré, en témoignent les titres des journaux depuis toujours :

       » le brouillard a encore tué  »

       » l’accident serait du aux mauvaises conditions météo  »

       » les dangers de la montagne  »

       » Piégé par les courants  »

       » le choc était inévitable  »

      Etc…

      A en croire les journaux, l’environnement est un fauve qui saute sur – pauvres de nous – impuissantes victimes.

      Alors que dans l’histoire, nous sommes bien les seuls à choisir ( d’escalader des montagnes pourries, ou de rouler à 150 dans le brouillard )

      1. Ah oui, « la route qui tue ». Le platane sur lequel est allée se fracasser la Facel Vega de Michel Gallimard, corbillard d’Albert Camus, c’est vrai, il n’avait qu’à pas être là.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.