16 réflexions sur « Veille effondrement #113 – Pourquoi c’est foutu »

  1. Prenez un pays imaginaire dont la capitale serait Habuja et où se trouverait l’île imaginaire de Baunny Island sur laquelle serait implantée une usine imaginaire du nom de Aine LNG, dans laquelle une compagnie imaginaire, Tatol, aurait des parts à travers une filiale imaginaire enregistrée aux Îles Crocodiles. Ajoutez un cabinet d’audit imaginaire, Dehorslaloitte, qui valide un schéma comptable qui permette à la filiale Tatol Crocodiles de sanctuariser les résultats en provenance d’Aisne LNG.

    Comment sont utilisez ces résultats ? Pourquoi tous les Papers et autres Leaks ne tombent jamais sur ces (trop) grosses combines ?

    1. Parce que c’est un secret de polichinelle que les leaks de masse récents sont le fait d’un groupement de « journalistes » qui émargent tous à la CIA. Le but n’est absolument pas de lutter contre le blanchiment d’argent, mais bien plutôt de mettre fin à tous les paradis fiscaux qui ne sont pas américains, c’est à dire de s’assurer que la plupart de l’argent sale (50% de la masse totale) reflue aux USA.

      De la même façon, n’avez vous pas remarqué que les ONGs vertes ciblent rarement des multinationales US?
      Car la plupart de ces ONGs, elles sont financées par qui à votre avis?

      C’est juste que la guère se fait comme ça, désormais…

      2
      1. Et pour qui roule la CIA ? Pourquoi vous abstenez-vous de dire pour qui roule la CIA ?

        Je vais vous le dire : pour le Deep State ! Et qui tire les ficelles du Deep State ? C’est I… ou l’A… S… ! (Souvenez-vous du 11/9).

        Pourquoi êtes-vous aussi silencieux sur le nom du pays qui dicte sa politique à la CIA ?

        Avez-vous des liens avec l’un des deux ? Avec I… ou avec l’A… S… ?

        1
      2. Couettes,

        Sauf que ce que vous dites est totalement faux.

        Ainsi cette campagne de Greenpeace contre Coca Cola, une entreprise US !

        « Coca-Cola it’s time to stop your pollution at source » 20 Avril 2021

        https://www.greenpeace.org/international/story/47293/coca-cola-its-time-to-stop-your-pollution-at-source/

        Et de l’ONG Break Free From Plastic contre la même compagnie US :
        https://www.novethic.fr/actualite/environnement/dechets/isr-rse/dechets-plastiques-coca-cola-reste-l-entreprise-la-plus-polluante-au-monde-150271.html?fbclid=IwAR1NCoyBEuxAo1OGijmOIFFh1J4CbdNqXvcuaH9rTrQIVzzvhfYn9TGIue4

      3. Couettes, Vous en voulez d’autres ?

        Les ONG contre EXXON MOBIL

        »Les ONG face aux actionnaires pétroliers, l’exemple d’Exxon Mobil
        … Voilà en effet plusieurs années que les ONG ont ciblé les majors du pétrole, premiers pollueurs de la planète, pour essayer de changer leur stratégie… » sur la page de Corinne Lepage, qui en connaît un rayon sur la question.

        https://www.actu-environnement.com/blogs/corinne-lepage/77/26-mai-2021-victoire-climat-fronde-actionnaires-exxon-mobil-condamnation-458.html

        1
  2. Bien que ce ne soit pas vraiment l’authentique sourire qui m’est cher , j’apprécie que le pire soit annoncé aussi élégamment , sans rajouter gratuitement au drame .

    Je suis moins sur que les visages resteront zen ou impassibles , quand les effondrements seront tellement évidents et angoissants , sans avoir besoin d’être mis en pages , et que la panique se fera un chemin sans échappatoire jusqu’à la conscience de la majorité et des  » dominants reptiliens » en particulier .

    Il y aura très peu de savoir-vivre pour savoir mourir et aller to  » the End » .

    1
    1. Qu’arriverait-il si le visage humain exprimait fidèlement toute la souffrance du dedans, si tout le supplice intérieur passait dans l’expression ?

  3. Certains défenseurs de l’environnement paient cher leur investissement pour les bonnes causes. Prenez Steven Donziger, avocat représentant de 30.000 fermiers et indigènes équatoriens mazoutés au beau milieu de la jungle par Chevron, auteur d’un saccage industriel sans commune mesure en pleine forêt vierge. Condamnée à 18 milliards de dommages et intérêts en première instance (2011), peine réduite à 9,5 milliards d’appel en appel, l’entreprise a tout simplement délocalisé tous ses avoirs du pays pour échapper à la moindre ponction des autorités locales. Puis l’américaine a prolongé l’affaire devant la cour d’arbitrage de La Haye pour faire passer la décision judiciaire équatorienne pour une campagne diffamatoire entachée de fraude et de corruption, l’innocentant du même coup de toute responsabilité (2018).

    Non content de s’arrêter là, l’histoire a pris une tournure des plus odieuses quand l’entreprise a tout simplement cherché à retourner sa culpabilité sur l’avocat qui l’avait poursuivie en comptant sur l’appui de ses plus proches et fervents supporters du barreau new-yorkais. Lui intentant un procès à charge, durant lequel l’avocat s’est vu successivement perquisitionné, privé de ses équipements de travail, de son passeport, de sa liberté de commenter l’affaire en cours, assigné à résidence, équipé d’un bracelet électronique et, fait unique des annales judiciaires américaines, transféré dans une prison lors du prolongement de la procédure en appel (oct. 2021), la pétrolière montre une capacité nuisance sans limite prenant bien soin d’étouffer la moindre parole préjudiciable.

    Cette affaire en cours me paraît parfaitement illustrer l’effondrement en cours.

    7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.