Le rôle de l’individu et des masses dans la régulation du trafic en Chine populaire

Lorsque les feux sont rouges mais que les piétons en attente constituent une masse suffisante, ils entreprennent soudain de traverser, jugeant que l’amoncellement des cadavres finirait bien par stopper l’automobile ou le bus qui s’aviserait d’exercer son bon droit.

Inversement, le piéton isolé qui traverse lorsque le signal est vert pour lui et refuserait de laisser passe le véhicule qui annonce sa détermination inébranlable en klaxonnant abondamment, serait immédiatement massacré.

Alors que je menaçais du poing le taxi qui venait ainsi de tenter de me renverser, une bonne dame s’adresse à moi en mauvais anglais et me dit : « Si vous voulez un taxi, ce n’est pas la bonne manière : il faut vous rendre à la station ! ». Je lui réponds « Non, non, vous ne m’avez pas compris : je me contentais de le maudire ! »

Partager :

Une réflexion sur « Le rôle de l’individu et des masses dans la régulation du trafic en Chine populaire »

  1. La dame en question ne s’appellerait pas éric woerth (mémorable, à la télé )?
    Vous surprenant dans les clous (votre respect des règles communes)
    en train de maudire ce chauffard (assassin) de capitalisme débridé (le taxi)
    persuadée que si vous êtes normal,
    vous cherchez à atteindre votre part du gâteau (une place dans le taxi) comme « tout le monde ».

Les commentaires sont fermés.