Tim Hardin (1941 – 1980)

J’ai parlé hier de Loudon Wainwright, le qualifiant de grand baladin de la chanson américaine et cela m’a fait penser bien entendu à Tim Hardin. L’héroïne l’a tué quelques jours après qu’il fête ses trente-neuf ans. Je n’ai pas trouvé de vidéo de lui en live. Voilà d’abord sa voix seule.

Et puis j’ai trouvé, interprétant l’une de ses chansons les plus connues, une petite demoiselle sans prétention qui se fait appeler Lemonflower parce qu’elle n’aime pas son vrai nom, et que l’on trouve également sur Youtube chantant « Johnny Has Gone for a Soldier », et dont la voix se casse à cette évocation des soldats qui meurent à la guerre.

Bonus :

Partager :

2 réponses à “Tim Hardin (1941 – 1980)”

  1. Avatar de Moi
    Moi

    Dommage que sa voix ne se casse pas aussi à l’évocation des civils tués par ces soldats.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta