Le bourdon

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

« Et le blues engendra le rythm ‘n blues. Et le rythm ‘n blues engendra le rock ‘n roll ». Mais ce n’est pas là son seul titre de gloire, bien entendu.

« The blues ain’t nothin’ but a good man feelin’ bad », dit un refrain bien connu. C’est vrai : le blues, ce n’est rien d’autre qu’un brave type qu’a un coup d’bourdon, et nous avons donc tous chanté le blues un jour ou l’autre, même sans connaître la musique.

Deux de mes chanteurs de blues préférés : Mississipi John Hurt et Lighthin’ Hopkins. Du premier, si vous ne le connaissez pas, je vous recommande l’album « Avalon Blues » : tous les enregistrements qu’il fit en 1928 pour la compagnie Okeh.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

10 réflexions sur « Le bourdon »

  1. sure ’nuff!

    le blues c’est toutes les émotions qui ont existé, qui existent et qui vont se découvrir. le blues est intemporel, du delta jusqu’à public enemy en passant par hendrix… et même jusqu’à: L’angle mort

    mais encore, le blues, c’est la vie rusée, qui sait résister malgré tout, ne pas tomber dans le piège qu’on lui tend, qui fait confiance tout en ne se faisant pas d’illusion…

    le blues, c’est la vie! oh sweet mystery black music.

    et hop, pour le plaisir:

  2. j’ai oublié de dire merci, parce que le blues est un des meilleurs soins que l’humain peut donner à l’humain.

    et j’ajoute (mais qu’est-ce que cette guitare?):

    promis, je me calme…

  3. (il y a même Bob, tout nouveau jeune…)
    je suis moi-même guitariste, il y a longtemps j’avais composé une chanson : King’s blues ; un hommage aux « Kings » du blues guitar, Freddy King, Albert King, BB King, pour ne pas les nommer. C’est un blues plus électrique, mais d’une grande pureté, le style guitaristique influencera la génération des Clapton et consorts. Les voix sont fabuleuses, grand feeling !
    Paul aime bien les guitares acoustiques. Plus reposant, en effet.

  4. merci Paul pour Hopkins, un vrai bonheur. J’espère que vous, vous n’avez pas le bourdon…
    Amitiés

  5. Hummm, oui … le rock ‘n roll vient du blues pour ses 12 mesures et ses 3 accords mais il a d’autres filiations avec toute la tradition du boogie-jazz piano, avec les grands orchestres orientés dance et les saxo hurleurs . Par ailleurs tout un pan du rock ‘n roll est imprégné de country.

    … et ne pas oublier Bill Big Bronzy … Muddy Waters des années 55/65 , excellents également, ainsi que celui qui les domine tous par sa profondeur primitive : JOHN LEE HOOKER

    PS/ Les 3 Kings électriques , bien sûr , quoiqu’ Albert soit un poil trop démago-funky quand même, (- Et Otis Rush !!!, le maudit flamboyant , réservé à ceux qui savent -)

  6. Je suis à jamais pour Lightnin’Hopkins et son Mojo hand :

    « Un mojo est une force spirituelle prenant possession du musicien, déformant sa conscience et le transformant en intermédiaire entre ce monde et une autre dimension où jaillit une musique cosmique.

    Souhaiter une main mojo (Mojo hand) est simplement espérer avoir une connexion anatomique innée et permanente à son mojo, de manière à pouvoir y accéder sur demande. »

    Et e préfererai toujours la guitare de Big Bill Broonzy à la chaîne de Charles Ponzi

    Arf !

    Zgur

    Et merci à Paul pour Mississipi John Hurt que je ne connaissais pas.

Les commentaires sont fermés.