France Inter, Le sept dix, « Interactiv », le jeudi 6 août de 8h40 à 9h00

« Rémunération des patrons : c’est reparti comme avant… »


France Inter – Jacques Attali et Paul Jorion
envoyé par franceinter. – L’info video en direct.
Partager :

77 réponses à “France Inter, Le sept dix, « Interactiv », le jeudi 6 août de 8h40 à 9h00”

  1. Avatar de Belgo-belge
    Belgo-belge

    Le week end dernier, Festival (altermondialiste et musique du monde) à Floreffe, royaume de Belgique. Un débat y est organisé sur la justice fiscale. L’animateur demande aux participants : pour vous, c’est quoi un paradis fiscal ? Et le prof d’économie de service sur le plateau de répondre : « c’est très simple, c’est le contraire d’un enfer fiscal ». J’en suis encore sur le cul. Ouais, ça repart comme avant.

  2. Avatar de Petit-Boutien
    Petit-Boutien

    En prenant soit de remplacer ‘art contemporain’ par ‘finance contemporaine’, ‘artistique’ par ‘financier’, etc . . .
    Je vous invite à lire le résumé qui est fait de l’essai sur l’art contemporain intitulé « la grande falsification » de Jean Louis Arouel à l’adresse http://www.editionsjcgodefroy.fr/collection.php?id=15&id_ouvrage=98.
    Voici le copier-coller (une fois n’est pas coutume):

    Le néant artistique abusivement appelé art contemporain est la lointaine suite de la crise de la peinture déclenchée par le progrès technique dans la seconde moitié du XIXe siècle. Sous l’effet de cette crise, la religion de l’art inventée par le romantisme s’est trouvée privée de sens. La délirante sacralisation de l’artiste par la philosophie allemande, qui lui conférait le statut de voyant, de messie, de philosophe, a basculé au XXe siècle dans l’absurde, le dérisoire, voire l’abject.
    Tel est le prétendu art contemporain : une religion séculière de la falsification de l’art, où l’adoration de l’art a fait place à celle du soi-disant artiste, et où l’œuvre d’art se trouve remplacée par n’importe quoi pourvu qu’il ne s’agisse pas d’art. Aussi bien tout cela est-il aujourd’hui très vieux. Dès les débuts du XXe siècle, les figures les plus radicales des avant-gardes avaient été au bout de la logique du remplacement de l’art par n’importe quoi. Tout ce qui s’est fait depuis dans ce sens n’est qu’une fastidieuse rabâcherie.
    Né de la volonté politique de la classe dirigeante américaine au temps de la guerre froide, le succès mondial du prétendu art contemporain est à beaucoup d’égards un accident de l’histoire. Il n’en reste pas moins que l’aberrant triomphe de cet ersatz d’art renvoie les sociétés occidentales actuelles à leur profonde déculturation

  3. Avatar de Blake
    Blake

    pour Petit-Boutien :

    Quel bonheur d’entendre dire haut et fort ( à la « Front National » ) de telles évidences pétries de bons sens !
    merci !

  4. Avatar de JJJ
    JJJ

    @ Petit-Boutien

    Vous ne croyez pas si bien dire. Il suffit de se référer à la « collection », prétendument constituée en 30 ans d’intérêt pour l’« art contemporain », par un grand capitaine des affaires français qui a investi Venise pour l’ exposer. L’écrin est remarquable, mais sa splendeur ne se transmet pas par capillarité aux « œuvres » en cause, véritable bric-à-brac de niaiseries infantiles.
    On peut soupçonner le richissime propriétaire d’avoir bien compris la technique de la maximisation de la valeur ajoutée : il a probablement acheté le tout en vrac et au poids, pour une poignée de lires, avec pour objectif de multiplier leur prix par un facteur énorme grâce au catalyseur de sa propre notoriété et du caractère unique du lieu d’exposition. Un emballage somptuaire pour de la pacotille.
    C’est très exactement la même technique dont a abusé la haute finance pour valoriser des m…

  5. Avatar de Fatalitas
    Fatalitas

    Bonjour,

    Rien, absolument rien ne changera.
    Les hommes sont des lâches, des pleutres et des couards pour la plupart.
    Incapable de sacrifier une parcelle de leur confort pour assurer un espoir d’avenir à leur progéniture, ils préféreront déshériter ceux-ci plutôt que de fournir une once d’effort afin de sortir des carcans dans lesquels ils se sont eux-mêmes enfermés.

    L’homme est le seul animal suffisamment C.N pour scier de son propre chef la branche sur laquelle il est assis tout en conservant un sourire béat.

  6. Avatar de JJJ
    JJJ

    @ Paul

    Vous allez finir par vous lasser des médias « grand public » où l’on vous impose de demeurer dans l’anecdotique et le « compréhensible » par le pékin, sur un temps trop limité. Par ailleurs, en France, la dénomination de « docteur en sceinces sociales » – qui en fait ne veut rien dire – ne constitue pas un gage de crédibilité, au contraire. Je crois qu’il vaudrait mieux vous présenter comme anthropoloque et économiste.

  7. Avatar de Jean Louis
    Jean Louis

    Ce matin ,sur France Culture et à propos des bonus de traders bons « stakhanovistes » des banquiers-financiers,
    Paul Jorion parle de Piratage.
    Certes oui,hélas.
    Sur la même radio :

    entre 3 et 4 milliards (au lieu des 6 à 7 estimés nécessaires) pour les affamés des pays dits émergents ( = 1 Milliard 200 Millions d’Etres Humains) ,ce qui équivaut à :
    UNE Année de Bonus-Traders d’Une Banque Française !!!§§??!!!@@/:!§??

    Par ailleurs ,et dans le plus grand désordre donc : les USA dépensent plus d’argent que Suisses et Français (3e) pour leur Santé ….Avec des résultats plus que médiocres. ( En France 3 ans d’espérance de vie en plus par rapport à l’américain ) et ce avec un rapport de 9 à 16 ,en milliards de dollars ,sachant qu’un point vaut 20 milliards !

    Ce qui fait dire à l’ancien Directeur des Hôpitaux au Ministére Français (tituléaire du poste en 1985) que l’assuré-citoyen et patient de base ( « riche » toutefois) que ce dernier paie cher pour obtenir, ou du moins tenter d’obtenir, la Confiance…

    De quoi donc ,au choix :
    gémir
    se révolter (mais après qui ,après quelles institutions,quels systémes ? )
    lire et écrire ici et ailleurs ,pour informer le plus possible
    et,enfin,pour les non allergiques et pourqsuoi pas : prier (A ce sujet ,je conseille la lecture ou relecture d’un ouvrage de David Wilkerson,écrit en 1973 et qui s’intitule « La Vision » =
    cela vous fera faire l’économie de toutes les Unes des journaux du jour !! )

  8. Avatar de Bouboune
    Bouboune

    @ JJJ

    Je plussoie. « Docteur en Sciences Sociales » fait beaucoup trop pompeux pour le commun des français. Anthropologue et ex-trader me va bien, ça fait un peu « celui qui a approché la peuplade autiste des opérateurs en Bourse ».

    Sinon je n’ai pu m’empêcher de bondir dans ma voiture en entendant Mr Attali s’étonner de ce que les banques privées dirigent leurs affaires afin de maximiser leur propre profit, et non dans l’intérêt du bien public. Je ne peux pas croire que ce Monsieur soit aussi naïf, et cela montre bien dans quel état de sclérose se trouvent nos « grands » intellectuels.

    Qu’il dise simplement qu’il n’y a pas d’autre salut que la nationalisation d’un pan entier du crédit (celui au particulier et aux entreprises) et qu’on passe à une autre phase du débat : comment passer à l’acte.

    Par contre j’ai bien aimé la clarification par Paul et Mr Attali de la situation:
    – la crise n’est pas fini
    – il n’est rien sorti du G20
    – l’administration US est dirigée par Wall Street
    – un début de solution (ou l’aggravation de la situation) ne peut venir que des US

    Merci pour cette petite émission matinale, rien de tel pour réveiller nos petits neurones engourdis.

  9. Avatar de Alexandria
    Alexandria

    @ Paul et @ JJJ 09:02
    Je ne suis pas sûre que ce soit P. Jorion qui ait choisi de mettre en avant son doc. de S. Sc. … Quant à la crédibilité de telles émissions… Je suis assez d’accord avec Frédéric Lordon qui refuse à peu près toutes les invitations médiatiques. Ce matin, nous avons eu droit, comme trop souvent, à du pâté d’alouette (avec l’haridelle fourbue et nocive J. Attali dans le rôle du cheval…). Ce genre de quizz fondé sur le « hasard » des questions d’auditeurs débouche sur l’incohérence. P. J. répond à une question sur la nocivité des banques, et la question suivante nous fait revenir deux pas en arrière. On ne construit pas un quizz, on s’y laisse ballotter… Par ailleurs, je ne soulignerai jamais assez le crétinisme du « journaliste » (il me semble que c’était Pierre Weill, l’homme qui hurle « pas de débat ! pas de débat ! » quand ses invités parlent l’un sur l’autre sans s’écouter). Le plus grave, c’est que, non content de ressasser « docteur en sciences sociales » (10 secondes perdues à chaque nouvelle présentation de P. Jorion…), il n’a pas eu un mot pour signaler son site internet (qui est de mon expérience, l’un des sites les plus actifs et créatifs sur les sujets économiques) ; par contre Attali et « Slate.fr » (cette m…rde « Médiapartique » de « vrais » journalistes avec des vrais morceaux de langue de bois et de pensée unique), il nous en a bassiné jusqu’au bout !
    Paul, je ne suis pas sûre que partager l’antenne avec un Attali lorsqu’on est soi-même au téléphone soit une prestation utile. Bien que j’aie le sentiment que vous vous en êtes plutôt bien tiré, compte tenu de la difficulté… Mais vraiment, il n’a pas cité votre blog, et ça, ça me dégoûte…

  10. Avatar de Henri
    Henri

    Lequel d’entre vous aurait le cran, s’il était né riche ou l’était, de renoncer à ses privilèges pour mener la vie d’un mec comme moi, manoeuvre dans le batiment, 1100 nets par mois ?

  11. Avatar de JJJ
    JJJ

    @ Alexandria

    Exact. Attali est un grand « récupérateur de tendances », et son omniprésence médiatique en qualité de « dénonciateur » des outrances de la finance (mesuré, quand même…) laisse dubitatif. On dirait qu’il joue le rôle de solvant officiel des interrogations dérangeantes sur la cohérence du système en vigueur, que ses dirigeants et bénéficiaires ne veulent (logiquement) pas voir mourir, bien qu’il soit à l’agonie. Paul devrait peut-être se rappeler la saillie célèbre de Talleyrand « Seigneur, gardez-moi de me amis; mes ennemis, je m’en charge »…

  12. Avatar de Henri
    Henri

    Fatalitas a tout résumé, pas de fatalités que des complicités

  13. Avatar de gracques
    gracques

    Pourquoi Paul Jorion se « compromet il « avec les médias ?

    Bonne « réponse  » en forme de question d’Henri !

    Les choses sont plus nuancées qu’elles n’apparaissent…M Jorion (que j’admire et encourage , je vais payer ma cotisation pour Aout ..) ne peut se priver de la complicité vampirique de M Attali , lui sait ouvrir les portes……

    Bon gaffe tout de même à la dérive …voir a ce sujet l’émission de Frédéric LORDON sur ASI.net
    Lordon se définit comme un cocude l’histoire ,comdanné a être pillé et affadi par des opportuniste à l’ATTALI.

    M JORION a droit a quelque part de l’audience que ses idées génèrent.

  14. Avatar de Enrique
    Enrique

    @Paul,

    Je suis parti travailler ce matin, donc je n’ai pas pu écouter la fin de votre intervention. Vous avez été convaincant (mais je suis un « converti »). Je partage assez l’avis de JJJ sur Attali. Il a surtout expliqué la crise et le comportement des banques avec VOS arguments. Sur la spéculation, il a mis son grain de sel mais vous l’avez très justement repris. Evidemment, c’est un homme d’influence. Il écrit et parle sur tout. Il a tout fait… Il a senti le filon.
    Par ailleurs, vous présenter comme docteur en sciences sociales n’est pas très « vendeur » en France, je partage assez les avis donnés sur ce sujet plus haut. Anthropologue économique, économiste ou spécialiste du système bancaire seraient des appelations plus parlantes et aurait plus d’accroche.
    Les émissions avec du temps et où vous êtes interrogé tout seul sont plus intéressantes, mais je ne pense pas qu’il faille négliger les interventions plus modestes, car à force on vous connaît et peut-être vous écoutera-t-on.

  15. Avatar de Lisztfr
    Lisztfr

    L’Offre et la Demande, – comme il faut une demande, il faut de l’insatisfaction.

    La valeur est fondée sur la Demande insatisfaite, à partir de là le système est par définition incapable de satisfaire. Il est fait pour ça.

    L’inflation basse signifie 2 choses, qu’il n’y a pas de croissance et pas de consommation. Or c’est la politique de Bruxelles, de l’OCDE, etc.

    Elle signifie que les vendeurs ne peuvent pas augmenter les prix car la consommation ne suit pas. Elle signifie donc la pauvreté, ce qu’on a pu constater lors de la crise du lait en 2007 : dès que les prix montent, les consommateurs ne peuvent pas suivre. 1 E ou 1,5 E, pour beaucoup de clients c’est une question importante, ce qui signale encore le degré de tension du système.

    Je ne sais pas si ces question sont encore importantes au point où nous en sommes, mais si par hasard un retour à la normal se produisait, elle continueraient à se poser.

    Et si personne n’est là pour demander le billet de 20 E parce qu’il en a besoin et que 20 E ont de l’importance pour lui, ce billlet ne vaut rien. Le billet est plein de l’anxiété économique de ceux à qui il manque. Sa négativité lui confère sa valeur, sa positivité lui la retire. Il ne vaut que parce qu’il manque. La pauvreté fait que l’argent a une valeur, c’est ce qui me semble insupportable.

    L

  16. Avatar de Lionel
    Lionel

    Je rappelle que Jacques Attali a été le premier président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) où il n’a rien fait de bien différent que ses collègues banquiers.
    Il vaut mieux ne rien en attendre.

  17. Avatar de Lisztfr
    Lisztfr

    http://membres.lycos.fr/jccau/ressourc/biblio/baudel/ind_fleu.htm

    En rouvrant mes yeux pleins de flamme
    J’ai vu l’horreur de mon taudis,
    Et senti, rentrant dans mon âme,
    La pointe des soucis maudits;

    …De la Demande maudite, et ce qui pour la majorité constitue les soucis, c’est la même pulsion psychique qui confère la richesse à une minorité. la richesse n’est pas abstraite ce n’est pas du numéraire mais de la souffrance réelle, aperçue par son côté utile.

  18. Avatar de JJJ
    JJJ

    @ Lionel

    Sans médire, il semble même qu’il ait plutôt fait pire…

  19. Avatar de Ton vieux copain Michel
    Ton vieux copain Michel

    Personnellement, j’ai trouvé cette émission catastrophique. Je me demande souvent ce qu’un auditeur lambda (dont je suis), à qui il arrive de mette de la bonne volonté à comprendre le monde qui l’entoure, retient de tout ceci. Quelle compote ça doit être dans sa tête. Il faudrait faire un petit sondage après l’émission, juste pour savoir ce qu’ils en ont retenu. A mon avis, ça serait édifiant. J’imagine que c’est quelque chose comme « Les banquiers sont des gangsters » ce qui n’est pas tout à fait faux mais peut-être un peu court.

    Frédéric Lordon a raison. Le format de ce genre d’émissions ne convient pas. Les mécanismes de la finance sont des objets complexes qui ne peuvent pas être résumés en deux coups de cuiller à pot. Il faut avoir le temps d’expliquer, de donner des exemples… La vulgarisation est un art difficile et Paul le fait très bien dans ses livres. Il y a aussi la pression médiatique, conformiste par nature, qui oblige les interlocuteurs à affadir leur propos et à délayer leurs idées. C’est un piège redoutable.

    Le problème, c’est que si les gens ayant une vision critique et alternative de la sphère économico-financière désertent les médias des masse, battent en retraite et laissent la place aux prédicateurs habituels et aux récupérateurs de tout poil, on n’est pas sorti de l’auberge. C’est un gros dilemme.

  20. Avatar de apoK_lipse
    apoK_lipse

    @lisztfr
    « la demande maudite » , dont vous parlez, est le moteur du dispositif d’échange économique dans lequel nous vivons.
    l’exacerbation des frustrations dont ont besoin les manufacturiers pour « caser » leur « camelote non-durable » abouti à la catastrophe que nous vivons.

    il faut avoir une position dominante pour pouvoir définir un manque dans lequel l’autre se perdra.

    les théories psychogénétiques décrivent particulièrement bien ces phénomènes , mais , ont toujours refusé de s’engager sur le
    terrain politique.
    les travailleurs sociaux, le personnel de santé , les « psy » en tout genre ont quotidiennement sous le nez , à longueur de journée
    la « souffrance réelle  » dont vous parlez.
    ils essayent d’en témoigner.
    ce qui devient insupportable , c’est le cloisonnement entre la clinique de la souffrance humaine et les Raisons de sa production.
    c’est à dire l’artifice de l’opposition Homo Sapiens-Homo Démens
    chercher vraiment des solutions à la catastrophe en cours serait de partir de l’axiome :
    Homo Sapiens+Homo Démens = Homo Nudus , l’homme tel qu’il est , quoi .
    après , il me semble que les solutions s’articulent d’elles même.

  21. Avatar de Sylvie
    Sylvie

    nouvelle petite dose de morphine administrée au public naïf…

    patience, braves gens, vous êtes entre de bonnes mains

    qui mieux qu’un trader et un libéral, pompiers repentis par nécessité,
    peut vous sauver de l’incendie qu’ils ont provoquée ?

  22. Avatar de D comme David
    D comme David

    @ Henri 10:03
    Personne Henri personne , même pas besoin de toucher 1101 euros. Heureusement il n’y a pas que des maisons a construire pour que tout se passe bien.
    Le problème c’est moins les 1100 euros que la pénibilité (réelle ou imaginaire), à mon avis. Votre travail doit ou peut vous plaire ce qui ne va pas c’est le salaire et les conditions (horaires extensibles, fatigue et usure physique).
    Adapté au bon loisir de chacun, peu de métiers disparaitraient si l’on était pas obligé de travailler, gagner de l’argent.

  23. Avatar de Enrique
    Enrique

    @Henri 10:03

    La réponse est personne.
    C’est pourquoi il faut changer de système économique et et social – et donc politique – qui asservit les êtres humains et détruit la nature dont nous faiosns partie. C’est un défit anthropologique. C’est là où le profil de Paul Jorion est intéressant et ses analyses nous font avancer.

  24. Avatar de omicron

    Merci à France Inter pour ce temps d’analyse et merci à votre site qui permet aux lève-tard d’accéder à cette vidéo.

    Je retiens :
    – l’incurie des acteurs du monde financier,
    – le manque cruel d’une coordination politique européenne,
    – le retard à l’allumage dans la stratégie politique d’Obama,
    – la méconnaissance de nos banques sur la valeur réelle de leurs avoirs, ce qui est quand même un comble,

    – que le pire est à venir !
    – qu’il est bon de finasser sur la belle origine du mot « spéculation » !
    – que je vais te nationaliser tout ça moi, ça va être vite vu ! -:)

  25. Avatar de BA
    BA

    Etats-Unis : les chiffres du jour (jeudi 6 août 2009).

    Les chiffres macroéconomiques.

    Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont chuté à 550 000 lors de la semaine du premier août, contre 558 000 la semaine précédente.

    http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=d2aefd42a165223e0ff6b6e673ff9146

    Conclusion : dans la semaine du 25 juillet, il y a eu 558 000 inscriptions au chômage.

    Dans la semaine du 1er août, il y a eu 550 000 inscriptions au chômage.

    A part ça, tout va très bien, madame la Marquise.

  26. Avatar de Crystal
    Crystal

    @ Henri

    Il y a deux questions.

    Travailler dans le bâtiment. Pourquoi pas ? J’aimerai bien faire quelque chose de mes mains qui soit tangible.

    Vis à vis du salaire. Au lieu de demander que tout le monde soit payé une misère, il vaudrait mieux demander que tout le monde ait une paye de ministre, non ?

  27. Avatar de Lisztfr
    Lisztfr

    @ apoK_lipse :

    « ce qui devient insupportable , c’est le cloisonnement entre la clinique de la souffrance humaine et les Raisons de sa production. »

    Ok moi ce que je veux dire plus précisément peut-être est que l’argent et la manière dont on assure sa forte valeur, sans inflation, que ceci précisément est cause de souffrance. Que le système entier soit fondé sur des désirs impossibles à satisfaire qu’on exacerbe avec ses implications de frustration etc, oui mais le mécanisme économique précisément est à mon avis dans ce simple fait que l’argent pour avoir une valeur doit être demandé, or n’est ce pas la définition de la pauvreté ? le ver est dans le fruit !

    La demande c’est une souffrance et ce n’est pas seulement le compte en banque qui est vide, mais l’avenir, l’assiette, etc Marx a très bien dit que la situation sociale est ce qui détermine la conscience, et ce qui se passe dans l’économie c’est de la psychologie, ce n’est pas abstrait ! sans affect, rien ne circule.

    citation :

    « “la demande maudite” , dont vous parlez, est le moteur du dispositif d’échange économique dans lequel nous vivons. »

    La demande implique que l’argent ne soit pas disponible, sinon sa valeur s’affaiblit. S’il est nécessaire que l’argent ne soit absent, le plus absent possible, alors de quoi s’étonne-t-on ? Rien ne peut fonctionner.

    Je voudrais dessiler les yeux sur cette question de valeur… qui me parait fondamentale.

    Marx dit que le capital sert a acheter la force de travail en vue de reproduire le capital, mais la conséquence est que, plus les gens sont pauvres et plus ils vendront leur force de travail pour le même capital. C’est ce que Marx n’a pas dit et que personne ne dit, si je n’étais pas là pour le dire…!

    Marx n’a pas tout dit, et il a notamment écrit des bêtises c’est à dire comme le dit L.F. Céline, des « hégélo-conneries ». Son chapitre 1 sur la monnaie est un monument d’emberlificotage où il reste tributaire de théories naturalisantes.

    L

  28. Avatar de tintin
    tintin

    Le bon ton est d’actualité dans notre monde <>. À tout prix il ne faut pas employer les vrais mots.

    Dans le monde de la finance, Albion devient le nouveau mot pour désigner les Anglais perfides de la City, et vendeurs du temple celui employé pour nommer les Juifs qui contrôlent Wall Street. Comme s’il n’y avait pas une distinction à faire entre une poignée de brigands, désignés, et le peuple auquel ils appartiennent. Qu’il soit Juif, Allemand, Français, Anglais ou Étasunien, un voleur est un voleur ?

    Une oligarchie financière, ça ressemble à une famille, et si l’on pousse la recherche dans l’Histoire du capitalisme, les familles sont là, et certaines plus marquantes que les autres. Faut-il travestir l’histoire, taire la réalité, sous peine de passer pour antisémites ?
    Cette loi du silence, de type cosa nostra, s’applique à tous les journalistes, à tous les politiciens et à ceux qui cherchent une visibilité dans les médias. Ce n’est pas évident pour qui veut jouer sur les deux tableaux… alors on ménage la chèvre et le chou, on fait du copinage avec les grands propriétaires… ou leurs amis.
    Une organisation criminelle, quelle soit politique ou financière, doit un jour subir son procès. Que 20, 40 ou 60 % du peuple allemand aient appuyé l’organisation nazie, c’est condamnable. Que 20, 40 ou 60 % des intellectuels français aient appuyé le communisme, dans ses pires moments, c’est condamnable. Que 20, 40 ou 60 % du peuple Juifs aient appuyé le sionisme, c’est condamnable.
    Tôt ou tard la vérité finit par sortir et ceux qui pactisent avec l’ennemi sont dénoncés.

  29. Avatar de tintin
    tintin

    Notre monde politicly correct

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta