« Là où les enfants jouent »

C’était plusieurs années avant que l’on ne parle de sa conversion à l’Islam. Ce qu’il chantait était charmant, ça plaisait à tout le monde. Je me souviens du jour où j’ai acheté ses deux premiers albums, ça se passait à Whitstable dans le Kent : un petit port endormi avec ses magasins de souvenirs remplis d’« objets d’art » en coquillages, la capitale anglaise de l’huître. J’apprenais l’anglais juste à côté : à Canterbury.

Lien ténu avec l’actualité : le vrai nom de Cat Stevens, c’est Steven Demetre Georgiou. Son père était Cypriote.

Partager :

9 réflexions sur « « Là où les enfants jouent » »

  1. Je ne connais pas le cheminement « philosophico-religieux » de Cat Georgiou Stevens, mais j’ai été frappé lors d’une voyage en Palestine par la proximité de certains Chypriotes grecs avec le peuple palestinien: petits pays proches, divisés en deux par un « mur de séparation/ségrégation », confronté à une puissance coloniale impérialiste puissante et immédiatement voisine.
    Comparaison n’est pas raison mais la conversion de Cat Stevens a peut-être aussi des racines politiques ?

  2. Cela faisait longtemps que je n’avais pas ecoute ces morceaux…et d’un coup, la filiation avec José Gonzàles me saute aux yeux!

    Pour la petite histoire, ce morceaux est une reprise de The knife qui dans un autre genre est superbe egalement

  3. Ce merveilleux chanteur,né par ailleurs à Londres, depuis sa conversion, se prénomme ‘Yusuf Islam’ et vient de publier sous ce nom « Road Singer « . Vu l’absurdité régnante dans les aéroports britanniques depuis 2001 / 2005, ses voyages doivent se heurter à des problèmes bureaucratiques….

    1. Il avait eu des problèmes en 2004 quand il devait aller aux USA pour un concert de charité…je crois qu’il avait été confondu avec un militant islamiste d’al quaida.
      Tant qu’on y est, il faudrait rendre un petit hommage à Alex Chilton, ex-Box Tops et surtout ex-Big Star décédé le 17 mars dernier (un autre grand de cette période bénie de la pop music). L’hécatombe que connaît le milieu de la pop music est triste à voir.

Les commentaires sont fermés.