LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 10 JUIN 2011

Mon déplacement en Albanie à l’invitation de la Fondation Charles Léopold Mayer et de l’Université Européenne de Tirana.

Ma rencontre avec l’économiste Adrian Civici, membre du conseil de surveillance de la banque Centrale albanaise.

La transition du marxisme au capitalisme en Albanie.

La façon dont mes interventions ont été perçues.

Ma conférence à Rennes le samedi 11 juin, dans le cadre de l’exposition « Les Bretons et l’argent ».

0Shares

44 réflexions sur « LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 10 JUIN 2011 »

  1. Allez tous voir Paul sur le plateau TV albanais !
    Ça vaut le coup d’œil !

    Où l’on y voit notre anthropologue préféré imperturbable devant une langue incompréhensible pour nous et dont on croit pourtant saisir quelques bribes. Quelle maîtrise !

    Ça serait bien d’avoir la traduction en français des questions posées, même si on s’en doute un peu à la teneur des réponses.

    Au fait, quelle est au juste la situation économique de l’Albanie en ce moment ?
    En dehors du régime libéral bien assis en réaction aux années de plomb soviétique tendance régime despote, il serait intéressant de comprendre ce qu’ils cherchent à résoudre en ce moment. Sortir d’un endettement faramineux ? Se développer à toute vitesse ? Consommer et accéder à toutes les facilités du monde occidental malgré son agonie ? S’arrimer à une zone d’influence pour asseoir une meilleure stabilité économique et politique à l’avenir ?

    Bref, où en sont-ils aujourd’hui ?

    PS: personnellement, je fais partie des heureux touristes qui se sont fait tirer dessus à balles réelles (sans conséquence, fort heureusement) sur leur dériveur pour s’être trop approché des côtes albanaises. En 1992 je crois. J’étais alors en vacances en camping sur l’île grecque de Corfou, juste en face de l’Albanie.

  2. Je ne sais plus qui a dit que le l’évolution vers le socialisme aurait gagné du temps si la première expérience de socialisme réel avait eu lieu en Suisse et pas en Russie. C’est sans doute vrai mais je ne vois pas pourquoi les Suisses auraient été les premiers à se battre pour plus de démocratie et de justice sociale puisque, même au début du XXème siècle, ils n’étaient pas trop privés.
    L’Histoire ne se réécrit donc pas et l’expérience albanaise a hélas, elle aussi, été plus que décourageante. Les réactions quasi pavloviennes des peuples de l’Est de l’Europe contre tout ce qui ressemble de près ou de loin à ce qui n’est pas libéral est désolante mais compréhensible.
    Il faut donc que ce que nous pouvons proposer de favorable au collectif humain n’utilise, par exemple, pas ce mot « collectif » car il évoque immédiatement le repoussant collectivisme.
    Je crois que les valeurs du socialisme des débuts sont toujours très attractives pour une majorité mais il faudra être attentif à l’emballage des mots pour ne pas prêter le flanc aux détournements pleins de malignité de ceux qui tiennent à garder leurs avantages indument acquis…

    1. @ Alain A
      Dans la foulée, contre celle simple limite du langage (qui prolonge l’échec de Platon ou d’Aristote face aux sophistes) , certains (dont je me sens proches) sautent le pas et « pensent système ».

      Et c’est vrai que là, seul dans son coin, avec sa théorie du grand tout, c’est pas facile, et que du coup on en arrive à faire appel à des penseurs. Des « post-modernes » (Deleuze, Derrida) et affiliés (Foucault).

      En ce qui me concerne, je fourgue souvent sur ce forum du Bernard Stiegler dans ce registre. Dans son cas (ainsi que dans celui de Bruno Latour, dir. adjoint de Sciences Po et ex-élève de Michel Serres, si je ne dis pas de bêtise), il me semble que le point de stabilité visé est fixé par un savoir-faire et/ou des savoir-vivre qui l’accompagnent. Ce qui ne vas pas, notre mécréance des dirigeants, le discrédit de leur politique, est alors relié à l’absence de « co-individuation » des techniques et des supports de mémoires derrière ces techniques, nous conduisant à être malheureux par obésité d’infos mal digérées, qui ne nous font pas causer plsu constructivement que ça avec nos voisins.
      Le fait qu’on relie une tentative de rénovation à une pratique, un savoir-faire /savoir/vivre me semble être un point crucial. C’est un point pas si éloigné de celui que prend Rifkin en défendant l’empathie, une maître-compétence de l’homme, qu’il ne faut pas trop le priver d’exercer. Et plus marginalement celui du sociologue Richard Sennett (« Ce que sait la main », un livre qui revisite l’artisanat et le rôle de la main, non sans analogie avec Linux et les communautés plus actuelles de savoirs…)
      Je m’arrête là, je me doute que vous verrez plutôt pipi de chat dans le fait de commencer par le prisme d’une « grande théorie » de plus, mais cette théorie me semble faire appel au sentiment du « travail bien fait », simplement, et par contagion, à sa reconnaissance de bas en haut dans la société.
      Je comprends donc que vous soyez plus enclin à secouer le cocotier pour qu’il se passe quelque chose à échéance pas trop lointaine.

  3. Très intéressante intervention de M.Paul Jorion ou comment une dé-contextualisation involontaire, nous fait prendre vessie pour lanterne .

    1. Peut-être pas, Piotr.

      Mais c’est bien là où tu te rends compte de l’intérêt de CERTAINS à détruire toute idée de bien commun.
      A leur profit.

      Je dis ça juste au cas où tu ne t’en serais pas encore rendu compte..

  4. A cette époque de contrôle de l’information galopante, on ne peut que reconnaître la supériorité de nos amis albanais en ce domaine, ils ont presque réussi à contrôler, non plus seulement, les informations, mais aussi les rêves.
    Pour en savoir plus, vous pouvez vous plongez avec délice dans cet excellent livre d’Ismaël KADARE « Le Palais des Rêves » (une espèce de NSA à l’ancienne mais en beaucoup plus puissant)
    http://regards-curieux.blog.lemonde.fr/2009/02/13/le-palais-des-reves-ismail-kadare/

    Bonne lecture

  5. Il est intéressant de se souvenir qu’en 1997 l’Albanie a connu une crise économique majeure avec des milliers de morts en raison de l’écroulement de banques pyramidales suivant la chaîne de Ponzi. Le premier stade de leur adaptation au capitalisme était donc au fond le dernier stade de celui des USA… On peut donc comprendre que votre discours soit bien entendu quand vous expliquez le remplacement des salaires par le crédi t!

  6. Après 2114 démentis….

    Dette grecque: la zone euro étudie l’option d’un rééchelonnement

    BRUXELLES (AFP)

    La zone euro « analyse la faisabilité d’un rééchelonnement » de la dette grecque sur une base volontaire de la part des créanciers, a indiqué vendredi un porte-parole de la Commission européenne.

    1. @ Dissy,

      Bonjour,

      En alignant déjà les taux européens d’emprunts des Etats membres…a minima

      Infliger a posteriori la punition d’un taux élevé pour inconduite, on force l’intéressé à la récidive ou pire, sous prétexte de le réhabiliter…

      Ah, souveraineté, géographie de l’étrange, en intérêts décomposés…

      Popof – Hypnotical (Original mix)
      http://www.youtube.com/watch?v=om3-xfixlnY&feature=related

      1. Garanties des restes, question de mesure. Harmonique financière?
        Rapport de force domination/intensité – perennité d’iceux, un calcul de raison insondable?

        Leçon financière d’humanité en folie majeure. Les mots se bougent..les gens, les intérêts itou, dans des réciprocités individuellement mesurables

  7. Décidément, Paul, vous travaillez plus maintenant que pendant la partie première de vos activités.
    La retraite porte des fruits albanais.
    Pas encore été en Alabanie, mais je l’ai vue de près par la côte grecque de Corfou en 1984.
    A cette époque, l’Albanie était encore très distante, si pas interdite, des autres pays d’Europe..
    Même question que Tom ci-dessus. Tourisme en Albanie?

  8. Faire un lien entre le régime albanais et Marx est un erreur. Marx n’a jamais défendu aucune tyrannie ni aucun régime de parti unique. La filiation serait plutôt à trouver du côte de Staline.

    1. « L’expérience de l’édification du socialisme dans une série de pays socialistes a prouvé le bien-fondé de la théorie marxiste-léniniste sur l’existence d’un certain nombre de lois générales, infailliblement applicables à tout pays qui s’engage dans la voie du développement socialiste. Notre pays et chaque pays socialiste ont obtenu leurs succès précisément grâce à la correcte application de ces lois générales de l’édification socialiste, en tenant compte de leurs conditions concrètes et de leurs particularités historiques, ainsi que des intérêts du socialisme en général.
      Les révisionnistes du marxisme déforment ou nient ces lois. L’Etat socialiste, selon eux, devrait renoncer à ses fonctions économiques et d’organisation, sans quoi il s’y développe des tendances «bureaucratiques», l’Etat se transforme en une force «au-dessus de la société», etc. Pour y parer, ils préconisent la décentralisation de la gestion de l’économie, «l’autogestion des producteurs». En prônant l’affaiblissement continu du rôle économique de l’Etat socialiste, les révisionnistes se dressent contre le principe très important de l’édification socialiste et de l’organisation étatique socialiste — le principe du centralisme démocratique — et cherchent à le remplacer par le développement libre et indépendant des forces économiques, c’est-à-dire par la spontanéité petite-bourgeoise, qui laisse le champ libre à l’anarchie de la production.
      La vie, la pratique ont réfuté toutes ces conceptions des révisionnistes actuels, qui servent seulement les ennemis de classe, nuisent gravement à la cause de l’édification du socialisme et créent le danger de restauration du capitalisme. Notre Parti, s’en tenant scrupuleusement aux enseignements du marxisme-léninisme sur la construction du socialisme, a combattu et combattra résolument toutes ces conceptions. » (Enver Hoxha, Rapport d’activité du Comité Central du Parti du Travail d’Albanie présenté au IVe Congrès du P.T.A. (13 février 1961), Œuvres Choisies, Edition numérique, Tome III, p.134.)

      1. Et cela n’est rien encore comme déguisement.
        Il y a bien pire dans les écrits de Staline et ses clones pour s’approprier Marx ou Lénine.
        On imagine aisément Marx, philosophe de l’émancipation humaine, devant de tels régimes,
        de dirigeants nationalistes, liberticides, corrompus, bref pire encore que les prussiens…
        Ils se sont d’ailleurs fort bien recyclés comme classe dirigeante capitaliste.

  9. Hier soir Pujadas nous entretenait des derniers chiffres de la balance du commerce extérieur de la France qui s’est encore un peu plus creusé le mois dernier.
    Explication : « La faute à Air France » qui à préféré Boeing à Airbus pour l’achat de deux gros porteurs……
    Tout un tas d’explication et de comparaisons avec nos « partenaires » Européens ont suivi :
    Ibéria aucun Boeing, Luftensa 30%, etc, etc ….
    Mais surtout pas un mot sur Christine Lagarde dont le cabinet d’avocats new-yorkais, a passé son temps à défendre les intérêts de Boeing contre ceux d’Airbus.
    Il n’y a bien sûr aucune liaison de causes à effets dans cette décision « technique » de Air France, et tout rapport relève bien sûr du mauvais esprit……
    Serrez vos ceintures, et bon voyage à tous, comme la crise, le sol est derrière vous ! 🙂

    1. Lufthansa achète du Boeing pour les gros porteurs à 60 %.
      Avec l’arrivée du Boeing 787 – adapté au marché réel futur hors mégalomanie 🙂 la tendance ne vas pas s’inverser.
      C’est surprenant ces ultra-libéraux qui parlent de patriotisme aux centrales d’achat d’ entreprises !

    1. La Grèce, à qui l’on doit la démocratie, précipitée en enfer par le broyeur à humains qui nous tient lieu de gouvernance, c’est à pleurer.

      1. Zonka déposer le brevet de la la démocratie,pour payer leur dette,puisqu’il l’ont inventée.

      1. La graisse du CA fond au soleil de Satan.
        Fait de l’huile petit homme, cette terre est dure et séche…….. Bientôt les olives n’auront plus que des noyaux anatomiques sous la grêle des dettes et l’orage des foules.

    2. L’Europe fédérale fraichement constituée – non sans mal 🙂 – décide d’honorer ses dettes après une décote de 66 % et d’investir le reste dans un réseau énergétique précautionneuse de son environnement déjà bien dégradé !

    3. Pour moi, la Grèce, c’est Athènes, bien sûr, chez l’habitant, avec les diners dans les restaurants des ruelles au pied de l’Acropole ; c’est des virées magiques à Pâques dans le Péloponnèse ; c’est l’air parfumé d’Epidaure (ancien) au milieu des orangers, à côté d’un des plus beaux théâtres antiques ; ce sont les ruines de Mycènes, où, passé la porte des Lionnes, on sent rôder les fantômes d’Agamemnon et de Clytemnestre ; c’est en une heure, le passage de la mer à la montagne, du tee shirt à l’anorak ; avec, partout, de l’inattendu et du merveilleux. Et partout le même accueil charmant. Des tonnes de souvenirs et d’émotions. Leur Histoire, c’est notre Histoire.
      Alors, nos élites jouent son avenir à pile ou face, on ergote, on spécule, on parle économie…
      Moi, tout simplement, ça me fait mal.

    4. @ Quelqu’un,

      Bonjour,

      Cela paraît trop gros pour être honnête. Mais c’est très bien…

      L’art d’investir. Une image en plaqué or, c’est une idée brillante!

      http://www.editogo.tg/presse_monde.php?rubrique=Histoire%20dr%F4le&date=2011-06-09

      Bien d’accord sur la remarque d’aller mieux se faire voir chez nos amis et voisin grecs, qui n’en peuvent mais.

      La main du marché s’en va en voyage..serrer des mains souveraines…que de bizzlatérales intentions!?

  10. Les invités du plateau de http://www.top.channel.TV, c’est quand même autre chose :

    Assoc. Prof. Dr. Adrian Civici

    Mr. Adrian Civici holds a Ph.D., in Economics from ENSA, Montpellier (France) and a doctor’s degree in Business Administration from the Agricultural University of Tirana. He holds the “Associated Professor” title.

    During his professional career he has worked in various important positions, such as Chief of “Agrarian Economy and Policies” Department, Dean of Agricultural Faculty at Agricultural University of Tirana, and at the same time a full time lecturer of this University, Executive Director of “Centre of Rural Studies and Stable Development”, Advisor to the Minister of Finances and currently Director of the Executive Board of the Strategy of Socio-Economic Development at the Ministry of Finance. Dr. Civici is currently a rector and a lecturer at Europian University of Tirana.

    Dr. Civici has been and still is a member of some organizations and universities: Governing Board of «EUROMONTA» (European organization of rural areas development, with headquarters in Brussels); Member of the Central Assembly of RONGEAD (Institute specialized in international trading relations, with headquarters in Lyon, France); Scientific advisor of RAFAC (Mediterranean Network for Stable Rural Development); Coordinator of Balkan Network for Stable Development, with headquarters in Paris; Associated Lecturer at University of Lyon (ISARA), in CIHEAM – IAM Montpellier, University of Thessaly, Greece, VALENCIA University, Spain, etc.

    He has performed a number of specializations within the country and abroad. His areas of interest are agrarian and trading policies for transition economies, structural transformation and reorganization process of Albanian economy, theories and models of socio-economic development, policies and strategies of international institutions such as the WB, IMF, WTO, etc.

    He is the author of several books, of more than 130 scientific articles in university press and magazines, of researches and other publications within the country and abroad. He is a participant of numerous national and international workshops and conferences on economy, finance, economic and social development, etc.

    He is fluent in French, Italian and English.

    Dr. Ardian Civici is Member of the Supervisory Council of the Bank of Albania since April 2005.

  11. Standard&Poor’s demande a la France » de faire bosser les Français jusqu’à leur mort et de moins les soigner  » d ‘ici 2020 sous menace de retirer le AAA+ !
    Je réitère ma demande à la Grèce de faire défaut maintenant !

  12. Vers un référendum en Grèce?

    From Greek website Capital: « George Papandreou said that reforms on the political system or the public administration need the voting of Greek people through referendums. Furthermore, he stated that “the road will be difficult but we must endure the pain”, adding that he is determined to proceed with all the necessary changes to make the country’s debt sustainable. »

    zhedge

    1. N’exagérons rien. Disons que c’est un pouvoir d’une inertie incroyable. Du coup, l’aile du papillon doit déployer une énergie nucléaire pour faire bouger le sommet. On y arrivera, moi j’vous l’dis !
      Suffit de quelques initiatives Cantona pour faire vaciller.

      1. La seule initiative Cantona qui puisse fonctionner c’est de ne plus porter d’argent à la banque au lieu d’aller chercher celui que l’on y a (ou croît y avoir). Imaginons qu’on ne paie plus nos crédits auto par exemple (suffit d’ouvrir un compte un peu discret chez un concurrent qui vous acceuille bras ouvert et est prêt à tous les mic mac pour gagner un client et on touche son salaire pareil).
        Juste les crédits auto et motos si vous voulez : en quelques mois, des millions de véhicules à saisir et a entreposer et qui plus est, qui perdent de la valeur à une vitesse fulgurante ainsi qu’une montagne de dossiers à boucler…. Résultat : mise au pas des banquiers de la planète entière sans pour autant faire la révolution ni changer nos habitudes. Pour la première centaine de millier de véhicule vraiment saisis : covoiturage ou location : pas grand mal.
        Et la cerise : une vague de congés maladie chez les huissiers pour surmenage…..
        Le pied quoi 😉

      2. L’inertie ne vient pas du néant, mais de la démocratie très indirecte (comme tout organisation mondial), le pouvoir devrait être à des démocratie directe.
        ( comme ça Barroso devrait nous explique l’utilité durant la rigueur de :
        https://docs.google.com/document/d/14C3w_0sIx5AdozjLWsjIwMzuPOdbUVhY6qXT39-uNrk/edit?hl=en_US&authkey=CKDO0skJ&pli=1).
        Non pas qu’on élit le meilleur, mais on peut faire pression sur les trop mauvais, par la crainte que son camp ne soit trop sanctionné aux élections suivantes (Sarko n’a parlé d’agriculture que suite aux épandages de lait, au Mont Saint Michel, car il avait trop a perdre à l’exclure).
        Plus que Cantona c’est l’élection par suffrage universel des membres de la commission qui serait intéressante, ….
        Mais les démocraties indirectes (enfin pas trop quand même) sont intéressantes en contre pouvoir (et limite les décisions liés à l’émotion de l’instant, comme le fait le sénat où le conseil constitutionnel, c’est pas parfait mais bon…)

  13. Moi ça m’a tout l’air d’une barbe fraichement taillée ça,non? Je dis ça, je dis rien…. 😉

    Anecdote sur la parano pour l’Albanie :
    En 92 ou 93 au douanes de Brindisi j’ai voulu avec un pot aller faire un tour en Albanie (frontière ouverte de frais) , réponse de l’espèce de carabinier Italien derrière son guichet : « Albania!!! Why??? » Réponse du chevelu que j’étais à l’époque : « tourism » ; Sourire / Sourire ….. No…… Why no??………….Dangerous……….. No,…sure?…….NO.

    Résultat : on a fini en Crête…. Et on s’y est fait braquer la bagnole (tout son contenu plus exactement)…..lol

    1. @ Trevize,

      Bonsoir,

      Puisse la nuit ce soir
      te porter repos doux et charmant
      La pitié se donne, comme sourire gratuit a un souffrant
      mais compassion se nomme, empatiquement

      Souvent, réclamée, excite le sadisme du supplié, qui y entend l’autorisation de franchissement de limites plus graves..paradoxe du mal, pour être gentil

      c’était pour quoi? enfin,le sujet

  14. Nicolas Fragneau, pour une interview dans Le Figaro
    http://www.lefigaro.fr/sicav/2011/06/06/04006-20110606ARTFIG00679-nous-ne-participons-pas-a-la-rarefaction-de-l-agriculture.php

    « Nous ne participons pas à la raréfaction de l’agriculture »

    C’est une évidence…..
    Comme par hasard, les médias aux ordres de ces messieurs accusent pendant trois jours en Une et à tort des concombres BIO Espagnoles, soit dit en passant, le potager de l’Europe, une des rares activités à survivre en Espagne qui est économiquement dans le collimateur de l’Allemagne où les bio-écolos font de l’ombre électorale à Miss Merckel. Puis on s’en prend à la confrérie des mangeurs de graines germées BIO……….. « retrouvée au fond d’une poubelle ».
    LE BIO TUE.
    LE GEANT VERT EST UN VIOLEUR ET IL TREMPE SON CONCOMBRE DANS DE LA MERDE TUEUSE. !!! TREMBLEZ MENAGERES !!!
    Et elles tremblent. Même devant ses tomates ! Elles croient ses salades la ménagère….
    En l’occurrence elles tremblent devant Echérichia Colli, le truc que tout « gratte-cul » a sous les ongles !
    Juste un peu trop « muté » pour être honnête, d’après l’analyse de nos concurrents Chinois…..
    Quatres gènes recomposées.
    Après les purins végétaux, voilà que nos éradicateurs de bibites vont découvrir que le fumier contient de la merde !!!!!
    Que diantre!!!, le Bio est vivant et le fumier son apport principal de matière azotées de temps immémoriaux.

    « J’ai jamais tué d’bio……. ou y sentaient pas bon…….. »

    Bientôt les Paysans Bretons qui attaquaient les préfectures au lisier vont être accusés d’être des terroristes BIO.
    Les paris sont pris…….. L’Article R 116-2 ne condamnant qu’à une amende de 1500 € va être certainement durcie. Tu iras jardiner à Guantanamo et nettoyer les latrines des dicentriques…..
    L’attaque en règle se poursuit.
    FUMIERS

  15. Un jeune homme condamné pour avoir chanté l’Hécatombe de Brassens. Une trentaine d’autres arrêtés par la police. Gare aux gorilles !
    1953, le grand Georges fredonne l’Hécatombe, chansonnette retraçant l’épopée de quelques « mégères gendarmicides » de Brive-la-Gaillarde qui se ruèrent un beau jour sur une poignée de malheureux « gendarmes mal inspirés ».
    2011, à Cherbourg, un jeune homme de 27 ans est condamné à 200 euros d’amende et 40 heures de travail d’intérêt général pour outrage. Sa faute ? Avoir fredonné un couplet de la beuglante à sa fenêtre… alors que passaient, en contrebas, quelques pandores peu mélomanes.
    http://www.lesmotsontunsens.com/brassens-hecatombe-police-10600

  16. Ca y est ils vont enfin accoucher de la vérité:

    Grèce: Juncker pour « une restructuration douce » de la dette.

    Le président de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, a prôné samedi sur une radio allemande « une restructuration douce » de la dette grecque, avec une participation volontaire des créanciers privés, comme le demande l’Allemagne.
    « Il n’y aura pas de restructuration totale, là-dessus les gouvernements sont d’accord, l’appui de la BCE à une telle option ne pourrait être obtenu », a dit M. Juncker.
    « Il va falloir qu’il y ait une restructuration douce et volontaire », a-t-il ajouté.

    http://www.lalibre.be/toutelinfo/afp/329297/grece-juncker-pour-quotune-restructuration-doucequot-de-la-dette.html

Les commentaires sont fermés.