11 réflexions sur « FRANCE CULTURE, JOURNAL DE 12h30, jeudi 11 août 2011 »

  1. Entre 11h30 et 12h10, sur les financières (SG, BNP, CA), un petit épisode boursier intéressant.

    Qui s’amuse, sinon ces vénérables institutions, car si c’est momentanément mauvais pour l’image, une action concertée avec ventes à découvert et rachats à bon compte peut rapporter beaucoup.

  2. court mais efficace!

    Merci M. Jorion et votre équipe de travailler autant à cette pédagogie de tous les jours.

  3. Cher Monsieur,
    Ressort-il du fond de votre intervention que finalement vous préconisez « il faut fermer la bourse » comme l’a écrit Frédéric Lordon?

  4. C’est ce que on appelle la capacité d’anticipation….vu que tout le monde « journalistique » paraît paniqué et ne sait plus très bien comment « traiter » le paquebot finances à la dérive, vous apparaissez comme un « devin » ou un druide « celtique »…C’est selon. Bien à vous. France Furby

  5. Copé « euro-bond » arrive sur les J.T… en direct…Vous avez dit James…Non François!…Heureusement France-Culture fait plutôt écho chez Paul Jorion…On avance.

  6. Des indices de la peur élevés, de la volatilité, des politiques discrets, n’est-ce pas le cadeau au privé pour leur participation aux « restructurations » des dettes d’Etat ?

  7. Cher Monsieur Jorion
    J’ai eu l’occasion de vous écrire (je ne sais si vous avez reçu mon post ; vous devriez pouvoir le retrouver) pour vous suggérer de lancer une initiative consistant à :
    – formaliser les 10 ou 20 mesures que vous préconisez, quitte comme je l’indiquais à distinguer les principes des modalités / intensités / chemins d’application,
    – proposer aux consultants de votre blog de la signer
    – cela fait, de communiquer à qui de droit cette recommandation afin qu’elle fasse l’objet d’un débat public du fait du nombre de personnes qui auraient signé cette recommandation.
    Ce soir, faisant suite aux émeutes de Londres, un parfait inconnu – ce que vous n’êtes plus -, a lancé sur le net une pétition en ligne avec un propos très contestable (1).
    Le résultat a été saisissant :
    – près de 100 000 signataires en quelques heures,
    – la pétition prend le chemin du parlement Anglais où elle pourrait être discutée.

    Comme je vous le disais, je crois que la force de la pensée et la pertinence des propositions ne valent, in fine, que par la volonté de poser les débats et d’adopter le chemin pour cela : qu’ainsi, on ne puisse plus ignorer les questions de fond dans les termes réels où ils se posent.

    Bien entendu la tradition démocratique Anglaise n’est pas celle de la France et de l’Europe ; mais je crois en sens inverse que nos dirigeants ont en réalité peur des masses : l’effet d’une pétition de ce genre serait me semble-t-il déterminant.

    Deux questions :

    – pourquoi ne pas proposer cette opportunité à vos lecteurs ?
    – en cas d’assentiment, qui ne manquera pas de se produire, pourquoi ne pas vous lancer dans cette aventure démocratique positive ?

    Cordialement,

    Charles de Mercy

    1. « Bien entendu la tradition démocratique Anglaise n’est pas celle de la France et de l’Europe ».
      C’est clair. En France, pour faire pareil, il faudrait d’abord que la loi organique soit votée concernant le pseudo référendum d’initiative populaire, puis une pétition signée par 10% des inscrits (!), soit environ 4 millions, puis transmise au parlement pour … examen.
      100 000 …
      A moins que ces 100 000 ne donnent en gage leur vote à celui qui se rapprochera le plus des propositions définies. Et en l’absence, l’abstention.

      Mais à supposer qu’elle fonctionne, ceci n’est qu’une arme à un coup.

Les commentaires sont fermés.