18 réflexions sur « LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 28 OCTOBRE 2011 »

  1. vous avez un faible pour les maquilleuses, sont-elles une tête de pont pour sonder l’opinion ? Sinon, lors de ces émissions annoncées, verra-t’on Philippe Dessertine, il est omniprésent actuellement, pour vous permettre de « décompresser », il devrait aller chez Taddéi… qui risque lui-même d’attirer vigneron sur Newsring et ses millions d’euros.

    1. Voir sur le site du Monde :
      http://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2011/10/27/les-cds-victimes-collaterales-de-l-accord-sur-la-dette_1593833_1581613.html#ens_id=1268560

      « Les fameux CDS (Credit default swaps), accusés d’avoir alimenté la crise de la dette en Europe, se remettront-ils des derniers arbitrages européens ? Certains banquiers en doutent, et alertent sur les risques que cela comporte pour l’ensemble de l’économie. »
      …………

      1. Cet accord permet d’éviter un défaut de paiement de la Grèce que l’on craignait dévastateur. Et devrait donc éviter de déclencher le paiement des CDS, comme l’a confirmé jeudi l’association compétente en la matière, rappelant toutefois que la décision en reviendra à un comité spécifique.

        De qui et de quoi s’agit-il ?

  2. Aux USA, avec les 99% opposés au 1% (même si c’est 90/10, 80/20, …), ca évoque les colons opposés à la métropole.

    Je ne peux pas m’empêcher d’assimiler, au moins au niveau du contexte économique et social, le mouvement OWS aux prémices de la guerre d’indépendance.

    Et qu’on ne me parle pas des indignés avec des trémolos dans la voix, c’est très dépréciant, voire carrément péjoratif, quand on ressent une profonde révolte.

  3. J’ai toujours en mémoire un ”discours de Toulon”.

    Est ce que j’ai halluciné ce jour là car plus personne (ou presque …), en particulier aucun journaliste ne semble vouloir rappeler à qui de droit son contenu pourtant mémorable.

  4. Je sais, cela risque de paraître un peu dérisoire comme préoccupation mais …l’immobilier ne va-t-il pas immédiatement fléchir du fait que les banques ne donneront plus aussi facilement de crédits ? Cela semble logique, et panique aidant, un dégonflement brutal de la bulle n’est-il pas à attendre ?

      1. – 30 % ok, voire davantage compte tenu du fait qu’il s’agit très souvent de bulles locales sans aucun rapport avec la réalité des besoins et des revenus, voir ce qui s’est passé en Seine Saint Denis, ou dans certains quartiers populaires de Paris.

      2. Sauf si la BCE abaisse comme c’est probable ses taux d’un demi point.
        L’immobilier est la trappe à liquidité idéale, pourquoi voulez vous qu’on s’en passe.
        On pourrait même supposer qu’une part de la bulle apparente de l’immobilier n’est due qu’au dégonflement des autres actifs. Tout est relatif.
        En plus, pour relancer l’immobilier, il suffit de ne pas construire, ce qui est économique…

  5. Je regarderai 50 degré Nord ( comme tous les jours) avec beaucoup de plaisir, …Je croise parfois son présentateur Éric Russon quand « je fais mes courses au Delhaize » … ;-)))

  6. Malheureusement, je ne suis du coté de Brest à ce moment-là, mais merci pour votre ténacité.

    Je tiens aussi à remercier votre talent cinématographique de metteur en scène pour cet effet halloween très saisissant ;D

  7. L’accord du sommet européen des 26-27 octobre 2011 est inacceptable
    par Pascal Franchet, Yorgos Mitralias, Griselda Pinero, Eric Toussaint

    L’accord intervenu à l’aube du 27 octobre 2011 n’apporte pas de solution à la crise de la zone euro tant sur le plan de la crise bancaire que sur celui de la dette publique souveraine ou de l’euro. Les décisions qui sont intervenues reportent les échéances sans résoudre les problèmes de manière satisfaisante. Le CADTM considère que cet accord est inacceptable.
    http://www.cadtm.org/L-accord-du-sommet-europeen-des-26

    La conclusion:

    L’expérience de 2007-2008 n’a absolument pas amené les gouvernements à imposer des règles prudentielles strictes. Au contraire, il s’agit de prendre des mesures pour empêcher les institutions financières, banques, assurances, fonds de pension et autres hedge funds de continuer à nuire. Il est nécessaire de traduire en justice les autorités publiques et les patrons d’entreprises responsables directs ou complices actifs des débâcles boursières et bancaires. Dans l’intérêt de l’écrasante majorité de la population, il est urgent d’exproprier les banques et de les mettre au service du bien commun en les nationalisant et en les plaçant sous le contrôle des travailleurs et des citoyens. Non seulement il faut se refuser à une quelconque indemnisation des grands actionnaires, mais il convient en outre de récupérer sur leur patrimoine global le coût de l’assainissement du système financier. Il s’agit également de répudier les créances illégitimes que les banques privées réclament aux pouvoirs publics. Il faut bien sûr adopter une série de mesures complémentaires : contrôle des mouvements de capitaux, interdiction de la spéculation, interdiction des transactions avec les paradis fiscaux et judiciaires, mise en place d’une fiscalité qui a pour objectif l’établissement de la justice sociale… Dans le cas de l’Union européenne, il convient d’abroger différents traités dont ceux de Maastricht et de Lisbonne. Il faut aussi modifier radicalement les statuts de la Banque centrale européenne. Alors que la crise n’a pas encore atteint son apogée, il est grand temps de prendre un tournant radical. Le CADTM soutient, avec d’autres organisations, les intitiatives prises dans différents pays pour un audit citoyen de la dette. Le mouvement des Indignés et « Occupy Wall Street » ont déclenché une dynamique très créative et émancipatrice. Il faut la renforcer.

Les commentaires sont fermés.