Disparition de Raymond AUBRAC (1914 – 2012), par Cédric Mas

Billet invité

Disparition de l’un des derniers grands résistants, qui fut de tous les combats dès 1940, avec la création du mouvement Libération-Sud, arrêté deux fois, une fois par la police française, puis en même temps que Jean Moulin lors du traquenard de Caluire.

Il est sauvé par son épouse, Lucie, formant avec elle un couple de légende au sein de la Résistance, militants de la France Libre, sacrifiant leur vie de famille, leur sécurité et leur jeunesse pour un idéal de Liberté. Il faut avoir lu « ils partiront dans l’ivresse » de Lucie Aubrac ou ses mémoires « où la mémoire s’attarde » pour réaliser les enjeux de ces choix pour une jeune couple confronté à la plus terrible des épreuves : la lutte contre le nazisme.

Il faut savoir qu’il fut élève de Schumpeter à Harvard dans les années 30, Ingénieur, membre de l’Assemblée consultative provisoire d’Alger, Commissaire de la République à 30 ans en pleine épuration à Marseille, plénipotentiaire à la demande de Kissinger auprès d’Ho Chi Minh pour mettre fin à la guerre du Vietnam, occupant un poste de directeur à la FAO….

Il consacra ensuite sa vie à témoigner auprès des jeunes de son engagement dans la Résistance pour les valeurs du CNR, mais aussi pour la pérennité du combat initié en 1940 qui est loin d’être terminé, comme on peut en juger lors de son interview du Monde en mars 2011, il y a juste un an.

Enfin, si cette disparition permet enfin à Raymond de rejoindre la femme de sa vie, Lucie, partie avant lui, elle reste un malheur pour nous, qui restons avec la trace de ses vertus, et le défi de relever son héritage.

Elle marque le départ d’un homme courageux, guidé par les valeurs morales qui servent de guide aux hommes de bien.

Il déclarait en mars 2011 : « Dans la vie, vous savez, il n’y a que trois ou quatre choix fondamentaux à faire. Tout le reste est affaire de hasard ». Puissions-nous suivre son exemple et faire les bons choix fondamentaux.

0Shares

43 réflexions sur « Disparition de Raymond AUBRAC (1914 – 2012), par Cédric Mas »

  1. Merci Cédric de rendre hommage à notre dignité !….Dans la foulée, hommage à mon grand-père, résistant lui aussi….Et à tous les anonymes qui nous portent par leur engagement gratuit, pour notre bien et pour le bien de « l’humain d’abord » ;-)))

    1. Et merci encore une fois Cédric, au nom de tous les miens et au nom de notre devoir de résistance de me permettre de vous avertir TOUS de ceci :
      Ici maintenant en belgique cela se passe !!!

      http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/731447/la-journee.html
      Extrait :
      La Journée

      Mis en ligne le 11/04/2012

      Le Vlaams Belang dénonce les illégaux

      La délation, cela semble devenu très tendance au sein de l’extrême droite européenne. Le Vlaams Belang vient de lancer un site Internet sur lequel les citoyens peuvent dénoncer des « problèmes liés à l’immigration clandestine » – abus à la sécurité sociale, travail au noir, criminalité en tout genre. L’idée n’est pas de « se substituer à la police et à la justice », rassure le leader de l’extrême droite flamande, Filip Dewinter. Mais de dresser un « Livre noir de l’illégalité ». Ce qui est à peine moins rassurant. « L’illégalité ne doit pas être récompensée, clame Filip Dewinter. Les illégaux doivent être recherchés activement et ensuite renvoyés dans leurs pays d’origine ».

      Le Vlaams Belang n’a pas dû beaucoup se creuser les méninges pour trouver son idée. L’initiative s’inspire en fait directement du site Internet lancé par le PVV le 8 février dernier et qui invitait les gens à dénoncer les « nuisances » causées par les ressortissants d’Europe orientale et centrale aux Pays-Bas. Même le titre est une mauvaise imitation. Le site du PVV s’intitule « Meldpunt Midden en Oost Europeanen ». Celui du Belang, « Meldpunt Illegaliteit ». Le parti d’extrême droite flamand pense sans doute qu’en piquant les idées du PVV de Geert Wilders, il atteindra ses scores électoraux ou qu’à tout le moins, il enrayera l’exode massif de ses electeurs vers la N-VA. Difficile à dire si cela payera. En revanche, ce qui est sûr, c’est que le Belang ramassera sur la tête des tonnes de réactions courroucées. Tout comme le PVV….
      Et regardez donc la très courageuse réaction de la commission européenne :

      http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/731378/appel-a-la-delation-la-commission-n-interviendra-pas.html
      ……………………………Raymond… Et pèpère….Ne nous laissez pas seuls face à ces monstres !!!

  2. « Il consacra ensuite sa vie à témoigner auprès des jeunes de son engagement dans la Résistance pour les valeurs du CNR, »
    Les valeurs du CNR sont de plus en plus à adapter à notre époque et à mettre en place.

    « « Dans la vie, vous savez, il n’y a que trois ou quatre choix fondamentaux à faire. Tout le reste est affaire de hasard » »
    Même les choix fondamentaux sont affaire de hasard je le crains.
    Ce qui n’empêche pas de se mouiller.

  3. De R. Aubrac dans l’interview du Monde
    « … si vous vous battez, alors vous aurez peut-être une chance d’arriver à quelque chose.  »
    On est loin de l’indignation hésselienne .

    1. @l’émission ‘musicale’ tardive
      « On est loin de l’indignation hésselienne . »
      C’est que vous n’avez pas lu ses livres…!

  4. Entretien du Monde (extrait)
    « Je ne me l’explique pas, et Stéphane, qui était assis dans cette même pièce il y a quelques jours, est le premier surpris de ce succès. On peut penser ce que l’on veut du texte et, pour ma part, je pense qu’il n’aurait pas dû aborder le problème d’Israël et de la Palestine, car cela a créé une polémique inutile. Mais l’écho qu’il rencontre prouve que les idéaux de démocratie et de justice sociale du programme du Conseil national de la Résistance (CNR) font bel et bien partie de l’identité française. »
    Pourquoi diable y-a-t-il polémique dans l’affaire Israël/Palestine? Simplement pour ne pas aborder le sujet en toute honnêteté.

  5. Plus que la parole et que les actes des courageux Aubrac… je me demande s’il ne vaut pas mieux montrer aux jeunes générations le parcours des malfaisants ordinaires…
    Comme le sombre et puéril Lacombe Lucien qui passe d’agriculteur à tortionnaire pour un costume bien taillé et quelques privilèges…. raconté ici par Louis Malle

    … Ou pourquoi et comment la plus part du temps les (mauvais) « choix fondamentaux » se font en toute insouciance… par de pauvres idiots…

    La dernière phrase de L.Malle dans le reportage étant…
    « … si des circonstances s’y prêtaient dans une époque de trouble, je peux très bien imaginer même dans un pays comme la France, qu’on voit ressurgir des Lucien Lacombe… Je crois que c’est un film qui est au passé mais qui pourrait très facilement être aussi au futur. »

  6. Entretien avec Robert Mencherini (1), historien, spécialiste de l’histoire politique, économique et sociale des Bouches-du-Rhône.

    -Sous l’égide du jeune commissaire de la République de Marseille, quinze mille ouvriers vont pendant quatre ans travailler sans patrons dans des entreprises stratégiques.

    Quelle situation économique et politique trouve Raymond Aubrac à Marseille quand 
il prend, fin août 1944, 
ses fonctions de commissaire de la République ?

    Robert Mencherini. Raymond Aubrac trouve une ville sinistrée sur le plan économique et démographique. Le port commercial est inutilisable, le trafic ferroviaire est pratiquement inexistant. Le Vieux-Port est dans un piètre état. La population vit dans un état de grande précarité. Aux problèmes de logement liés aux destructions et aux évacuations du printemps et de l’été 1944, s’ajoute l’effet des pénuries alimentaires. Les Marseillais meurent littéralement de faim….

    http://www.humanite.fr/02_05_2011-et-aubrac-lan%C3%A7-les-r%C3%A9quisitions-%C3%A0-marseille-471293

    1. Oui, mais Raymond Aubrac a aussi décidé de la création des Forces républicaines de sécurité (FRS voir ici http://polices.mobiles.free.fr/les_frs.html ), précurseurs des Compagnies républicaines de sécurité. (les célèbres CRS.

      C’est lui qui nomme Gaston Defferre à la tête de Marseille pour faire contre-poids aux communistes.

  7. Un autre résistant est mort aujourd’hui. En 44 il était à Monte Cassino. Il avait 95 ans. Ahmed Ben Bella.

    1. Il fut aussi joueur à l’OM avant guerre.

      Et un vétéran de la 2ème division d’infanterie marocaine (5ème RTM) sur le Garigliano., particulièrement la prise du Mont Majo qui perce toutes les positions allemandes de la ligne Gustav.

    2. Médaille militaire avec 4 citations, remise par De Gaulle lui-même.
      De même pour Mohamed Boudiaf, lui aussi adjudant à Monte Cassino et assassiné il y a bientôt 10 ans.
      Punaise …

      1. Bonsoir à tous.

        Par un hasard qu’on peut juger malheureux, le jour même où mourait un résistant qui a fait plus que lutter contre un occupant, puisqu’il a lutté pour l’avenir, était lancé à grands renforts de buccins le livre-brûlot d’Anne Lauvergeon, ex-patronne d’AREVA, intitulé – sans rire – La femme qui résiste. Anne Lauvergeon a pour époux un certain Olivier Fric, consultant en énergie. Celui-ci n’est pas responsable de son nom, certes, mais il donne involontairement une idée du genre d’appétences et d’accointances que cultive madame. Je ne sais s’il faut rire ou s’indigner qu’une pauvre femme maltraitée par les infâmes séides élyséens, calomniée par les hirsutes antinucléaires, assassinée dans son honneur par un gros chèque d’indemnités de départ, se pare du titre auguste de « résistante ». Hasard malheureux ? Peut-être pas. Cette conjonction nous force à redéfinir une notion que le marketing a gâtée jusqu’à la moelle. Anne Lauvergeon a lutté, à la tête du lobby nucléaire, contre l’avenir. L’avenir lui réserve une place dans les fosses de l’oubli. Ce soir, j’oublie Anne. Vive Raymond.

      2. BRL
        Comme quoi le mot résistance peut très bien se métamorphoser en : « de la merde dans un bas de soie ».

      1. Non Aubrac n’a été arrêté qu’une fois par la police française le 15 mars 1943.

        une fois de trop certes…

        La seconde fois, c’est par le SD allemand à Caluire.

  8. Il n’est pas mort. Son esprit restera vivant.
    Le programme du CNR est une idée moderne.
    L ‘Etat et la démocratie sont ses pivots.

    Il y a une autre chose difficile qu’ Aubrac et d’autres grands figures
    doivent nous rappeler:
    Hitler était un monstre. Son idéologie monstrueuse était connue pour certains , militaires , dont c’était le métier. Ils en savaient la perversion et les risques pour les démocraties.
    « ils connaissaient leur Hitler sur le bout des doigts » , comme dit l’un d’autre eux.
    Des journalistes à la tête froide le savaient aussi.
    Beaucoup de faits, parcellaires mais significatifs, étaient connus.
    Relier les pointillés pouvaient orienter la réflexion…

    Dans les faits, toutes les alertes ont été vaines.
    La France et la Grande-Bretagne n’ont pas su s’extraire des mirages et des mensonges hitlériens avant l’invasion de la Pologne.
    Les choses sont certainement complexes, mais au plan intellectuel nos grand-pères et pères ont failli.
    En tant que pays porteur des idées de1789, si nous avions fait un peu mieux
    notre devoir vis à vis de l’Humanité, la charge de morts de cette guerre
    auraient été moindre.

    Avant de discourir sur une idéologie chatoyante, il nous faut garder
    la tête froide et voire ses failles. Une idée politique ne vaut rien
    si elle n’assure pas la protection des faibles. Il y a d’autres critères du même ordre, simple et terre-à-terre.
    Sans aller à une comparaison directe avec l’hitlérisme,
    il devrait nous devenir évident , petit à petit, en raccordant
    entre eux des faits disparates, que l’idéologie libérale avec ses extrémistes
    possède des caractéristiques mortelles ( ou a-humaine).
    Nous avons 30 ans d’observations…
    Lutter contre elle, ou seulement ses excès, est certainement
    ce qu’un honnête Homme devrait faire.
    Je n’aimerais pas qu’on puisse me reprocher une complicité
    passive, quand la Grande Perdition sera là.

  9. Résister c’est créer…

    Programme du Conseil national de la Résistance

    http://fr.wikisource.org/wiki/Programme_du_Conseil_national_de_la_R%C3%A9sistance

    Adieu 1945, raccrochons notre pays au monde !
    Magazine Challenges | 04.10.2007
    « Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis « entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie. »
    Désavouer les pères fondateurs n’est pas un problème qu’en psychanalyse ».
    Denis Kesler

  10. 1914 – 1933 : « Le Golem ».
    1933 – 1945 : « Untermensch ».
    1945 – 2012… et plus : « L’homme jetable ».
    Les guillemets, c’est pour la semoule.

    « Elle avait dans le sang cette grande absence d’exigences face à la vie, qui n’existe qu’en apparence et n’est en réalité rien d’autre que l’expression authentiquement mûrie d’exigences supérieures : le mépris de toute valeur extérieure, qui naît de la sensation inconsciente de sa propre plénitude et d’une félicité intérieure mystérieuse, impossible à élucider totalement. »
    Paula Modersohn Becker
    http://v15.nonxt4.c.bigcache.googleapis.com/static.panoramio.com/photos/original/17179830.jpg?redirect_counter=1

  11. Je reviens sur le message de Pierre ci-dessus.

    « Raymond Aubrac était le dernier survivant des chefs de la Résistance réunis et arrêtés en juin 1943 à Caluire (Rhône) avec le chef du Conseil national de la Résistance (CNR). »

    Et dans le camp d’en face aujourd’hui ?

    Qui trouvons-nous dans le camp d’en face aujourd’hui ?

    Par exemple, nous trouvons Denis Kessler.

    Denis Kessler qui écrivait ceci :

    Adieu 1945, raccrochons notre pays au monde !

    Par Denis Kessler, Challenges, 4 octobre 2007.

    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1316

    1. Kessler c’est vieux, dépassé… y’en a un autre qu’est ben plus mignon dans l’genre, assureur comme Kessler en plus, pis Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, excusez du peu, comme quoi le Travail c’est bien la Santé (ouais la prison de…), Xavier Bertrand qu’il s’appelle, un mec qui milita contre Maastricht en 92, comme BA13, qui déclare hier soir sur la Chaîne parlementaire : «L’Europe sort enfin du socialisme…»

  12. bonjour,

    quelque-chose me dit que raymond aubrac aurait été d’accord avec une france forte portant des valeurs d’indépendance et de liberté. pour ce faire raymond aubrac aurait sûrement été en accord avec les points suivants:

    – la france doit développer une politique énergétique totalement indépendante basée sur des énergies vertes et renouvelables.
    – en dépendant moins des autres, l’on porte mieux ses idéaux.
    – la france doit se défaire de la tutelle des marchés et de la corruption, et pour ce faire peut-être même de la tutelle de l’union européenne.
    – charité bien ordonnée commence par soi-même, ce n’est pas en se diluant sans garanties toujours plus dans la mondialisation, que l’on défend ses choix de civilisation.
    – raymond aubrac aurait voté pour plus de protectionnisme.

    quand on dispose d’alliés solides et non-cannibales, qu’on est indépendant énergétiquement et scientifiquement, que l’on a confiance en l’appui de son peuple, tous les ingrédients sont réunis pour trouver une nation puissante, pôle de stabilité, porteuse d’espoir et de progrès.

    oui, nous pouvons.

    1. C’est bien ça meuh-todd… les premiers charognards près du cadavre sont les premiers servis. Ça va d’soi… Et pis la viande encore tiède, c’est plus digeste.
      Faire voter les morts par contre, ça a jamais été joli-joli, même les tout chauds, les frais trépassés quoi.

    2. ah mais je n’avais même pas pensé à tout ça! vous savez moi je suis né tardivement dans la deuxième moitié du vingtième siècle, l’horreur pour nous c’est le quotidien, les fausses indignations pas trop permises…

      ceci dit comparer ben bella qui libéra une régence ottomane spécialisée en piraterie et esclavage d’européens, et la france de raymond aubrac c’est pas mal non plus dans le genre.

      voyez l’autre ahmed,
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Sidi_Ahmed_ou_el_Kadhi

      bon je ne m’étale pas la modération ne m’en laisserait pas conter, comme d’hab.

    1. Mr Courtois est connu pour ses positions anticommunistes.

      Il en oublie le minimum de précautions qu’un historien doit prendre, au point d’altérer les faits et d’en inventer (la pseudo-altercation Cordier – Aubrac n’a jamais eu lieu sur ce sujet-là).

      Il a été le seul à témoigner en faveur de Chauvy dans son procès contre Aubrac, ce qui en dit long sur la haine qui l’anime lorsqu’il parle de R. Aubrac.

      Pour en savoir plus deux livres essentiels et documentés :

      François Delpla Aubrac, les faits et la calomnie – Le Temps des Cerises 1998.

      Laurent Douzou, Lucie Aubrac, Perrin, 2009. ce dernier fait le point sur les véritables liens (très souples et disparus à partir de 1956) entre les Aubrac et le PCF et le PCUS.

  13. « Dans la vie, vous savez, il n’y a que trois ou quatre choix fondamentaux à faire. Tout le reste est affaire de hasard »
    Cela me rappelle le livre de Jacques Monod Le Hasard et la Nécessité paru en 1970 et c’est fou de penser que le hasard fait si bien les choses

  14. Pour un éclairage essentiel de la personne de Raymond Aubrac, il est intéressant de consulter un post récent du blog Secret défense de monsieur Merchet.
    Ainsi, il semblerait que Raymond Aubrac n’ai pas été délivré par une action de vive force menée par sa femme, mais libéré par la Gestapo.

    1. Faux, Mr Courtois commet une erreur entre les dates des faits.

      Raymond Aubrac a été arrêté une première fois par la Police française le 15 mars 1943. Il est remis en liberté sous contrôle judiciaire par la Justice française le 10 mai 1943, qui ne s’est pas rendu compte de l’importance de sa « prise ».

      Il est à nouveau arrêté par le SD (et non la Gestapo) à Caluire le 21 juin 1943. Interné à Montluc, il est libéré lors de l’attaque de son transport vers l’école de santé militaire le 21 octobre 194, par un commando mené par son épouse enceinte Lucie.

      C’est un exemple des inexactitudes orientées de Mr Courtois.

      cet article ne fait d’ailleurs pas honneur à Marianne !

      CM

    2. Me semble que ce genre de « réalité » d’origine (bien nommée) « Courtoise » avait plus sa place, particulièrement aujourd’hui, sur le blog de Merchet chez Marianne que sur le blog Jorion… Le débat de Libé en 98 a fait le tour de la question me semble-t’il et que Courtois en remette une couche le jour de la mort d’Aubrac… pas de mot.
      Pauvre type.
      Allez… la réponse de Delpla à Stéphane Courtois sur le blog de Merchet… et n’y revenez pas.

      Stéphane, ressaisis toi ! […]
      Le livre de Chauvy est une tache intégrale, que tu es le seul diplômé en histoire à avoir défendue pendant son procès, lourdement perdu devant quatre instances françaises ou européennes; tu joues sur le mot « évasion » : tu fais allusion à la première, en mai 43, de l’hôpital de l’Antiquaille, alors que tout le monde a en tête, et que Chauvy entreprend de salir, la seconde, par l’attaque du fourgon, en octobre.

      http://www.delpla.org/

  15. Dites moi, chers historien Ahmed Ben Bella à été destitué par un coup d’état militaire!
    c’est bien que toute l’Algérie l’encense aujourd’hui !
    quand à Raymond Aubrac, ce qu’il dit là: « « Dans la vie, vous savez, il n’y a que trois ou quatre choix fondamentaux à faire. Tout le reste est affaire de hasard » doit nous faire réfléchir.
    Il y a des moments dans la vie, à ne pas louper!

Les commentaires sont fermés.