RAVI SHANKAR (1920 – 2012)

Avant lui, il faut bien le dire, l’Occident était hermétique à la musique indienne. Il a impressionné John Coltrane par son talent, ainsi que George Harrison. Les Beatles l’ont alors fait connaître beaucoup plus largement en Occident.

La musique de Ravi Shankar s’est occidentalisée au fil des ans. Sa fille, Norah Jones, est elle un pur fleuron de la musique occidentale, pas même de la « world music », alors qu’Anoushka, son autre fille, a renoué elle pleinement avec la tradition indienne.

Ravi Shanker était, pour le bonheur de nous tous, un très grand musicien.

« World music » : Ravi Shankar et Phil Glass

Within you without you : les Beatles faisant du Ravi Shankar

Partager :

34 réflexions sur « RAVI SHANKAR (1920 – 2012) »

  1. Bien sûr George Harrison l’a fait découvrir au « grand public », mais il a été une source d’inspiration pour de multiples artistes. J’ai particulièrement en tête John McLaughlin qui après avoir entendu Ravi Shankar a radicalement changé de style musical, pour notre plus grand bonheur.

    Ah Shakti !

    La danse du bonheur

    1. Bonjour Patrick.Je suis ravi que vous mentionnez le nom de John Mclaughlin(avec qui j’ai eu ,à la fois la chance et l’honneur de discuter à l’issue de son dernier concert parisien le 12 juillet 2011).En effet ,sa rencontre avec Ravi a incité John à créer son fameux groupe Shakti en 1976 qui a connu des prolongements très fructifiants avec « remember shakti ».A noter que le nom de Mclaughlin n’est pas cité par les dépêches annonçant la mort de cet immense artiste indien alors que ce guitariste anglais,’révélé par Miles Davis ,est le seul artiste occidental à avoir pu concilier jazz rock et musique indienne.

      1. « le seul artiste occidental à avoir pu concilier jazz rock et musique indienne. »

        Jonh Mclaughlin a ouvert les yeux et surtout les oreilles de jeunes musiciens des années 70 en leur faisant découvrir la musique modale. Un grand bol d’air pour nous faire sortir de nos gammes tempérées !

        Et puis comment ne pas révérer le guitariste exceptionnel de In a Silent Way et Bitches Brew ?

    2. shakti ça veut dire « lumiere , présence  » , c’est assez mystique comme notion ,
      à rapprocher de la sakinah de l’islam et la shekkinah hébraîque .

      pour les cathos si on veut ce serait l’Esprit ou plus recemment si on est de religion Jedi (250 000 sympathisants au UK ) « la Force » ..

    3. Je conseille aussi Trilok Gurtu , le barman des sons , percussionniste indien jazzifiant des plus vivifiant ! Dans les modernes , Mukta , une précieuse jeune femme , un très grand flutiste Haripasad Chaurasia … et je ne parlerai pas du grand Nusrat …

      Lakshmi Shankar quant à elle , chante toujours le classique avec maestria !

      http://www.youtube.com/watch?v=nZKedyLL6UM
      http://www.youtube.com/watch?v=nZKedyLL6UM
      http://www.youtube.com/watch?v=TNMS3O3xDFc
      http://www.youtube.com/watch?v=GvQVxrMZB18
      http://www.youtube.com/watch?v=vIVq21uhjf8

      Le décès de Ravi est sans doute une perte mais la relève est là !

  2. Benjamin, « le cousin ou le frère » évoqué par David Mac Neil dans l’une de ses chansons, existe t il vraiment ?

  3. Au delà de Ravi Shankar, c’est toute la musique indienne traditionnelle qu’il convient de saluer.
    Ravi était un musicien exceptionnel au service d’une musique exceptionnelle
    Heureusement le flambeau continue de briller

  4. C’est

    l’Anthologie de la Musique Classique de l’Inde – 1962, recueillie par Alain Daniélou (le frère du cardinal mort « en epectase » ;-)) enregistrement sous le patronage du Conseil International de la Musique (Unesco) Introduction de Serge Moreux Disque Ducretet-Thomson 320 C 096-7-8 (1962)
    33Tours…
    http://www.alaindanielou.org/Anthologie-de-la-Musique-Classique.html
    qui a fait connaître la musique indienne par ici. L’excellent Ravi Shankar (qui a d’abord été connu aux U.S.A.) est venu plus tard.

    Mais ce sont bien les années soixante ;-))

  5. Excellente sélection ! Merci. J’apprécie énormément le « world music » avec Philip Glass.

    Évidemment si on veut faire la liste des musiciens avec qui il a joué, on sera là encore en 2112. Notamment Alla Rakha, le père de Zakir Hussain, qu’on retrouve dans Shakti. D’ailleurs, Alla Rakha est le tablatiste qu’on voit dans la première vidéo, époustoufflante.

    Il y a eu aussi un certain Yehudi Menuhin : http://youtu.be/y_gN2ndE08A

    J’ajoute rapidement un morceau d’un album intéressant sorti il y a quelques mois :
    Talvin Singh, Niladri Kumar : Together : http://musique.id-libre.org/share/DcgEi

  6. dans les années 50-60, les ponts musicaux n’ont quand même pas manqué entre Inde et Occident, et avant que George Harrison assure la promo de Ravi Shankar ^^

    La premiere enorme pointure indienne a tourner/être reconnue en occident n’était d’ailleurs pas Ravi Shankar, mais Ali Akbar Khan (dont le père était d’ailleurs un des maitres de Ravi Shankar), meme s’il n’a jamais acquis le statut de quasi pop star de Ravi Shankar

    Pour les disques « east meets west », c’est pareil, il y a quelques (certes peu nombreux) precurseurs qui sont passés par là avant Maestro Ravi, a qui on peut bien filer un coup de projecteur pour l’occasion :

    – qui se souvient de la fabulissime indo-jazz suite de John Mayer (pas l’actuel, deconnez pas, mais un compositeur/violoniste indo-britannique né à Calculta en 1930) avec joe Harriot ?
    http://www.youtube.com/watch?v=Ycs2oqZvySg
    et sa premiere tentative de fusion « Raga Music for Solo Clarinet » date de 1952 quand meme ^^

    -et comment ne pas mentionner le monolithe/partouze « Jazz meets India » d’Irene Schweizer avec Barney Wilen, Manfred Schoof sur le flanc ouest et le trio de Dewan Motihar sur le flanc indien
    http://www.youtube.com/watch?v=Ln6eui-t54g

    -un autre passeur gros calibre etait Alla Rakha, qui a enregistré avec buddy rich … »Rich A La Rakha » (se sont pas emmerdés pour trouver le titre 😀 )
    http://www.youtube.com/watch?v=ZMipm_SlhK4
    c’était d’ailleurs lui qui jouait les tabla avec Ravi Shankar à woodstock

    …et d’autres mais faudrait que je refouille, là j’ai la flemme….

    quant à Anouska, si elle est aussi une musicienne classique, la majorité de ses disques c’est quand meme de la fusion dans tous les sens (c’est pas moi que ça va déranger sur le principe, après le resultat est pour le moins inégal …), electronique, pop, et plus recemment flamenco

  7. Et pis j’en profite pour mentionner un autre décès a peu près totalement occulté en France (ça va pas le changer, Il n’a quasiment jamais été joué en France alors qu’il doit etre à la Hollande un trésor de l’ampleur de Ravi Shankar pour l’Inde), je parle bien sur de Simeon Ten Holt

    vous voulez pas en faire un article d’ailleurs ? soyez sympa quoi, rembobinez les morts ^^

    http://www.gramophone.co.uk/classical-music-news/composer-simeon-ten-holt-has-died

    Le theme au coeur de son oeuvre phare Canto Ostinato en a pourtant inspiré/hypnotisé plus d’un (plutot des centaines de milliers…), passants/amoureux/musiciens, jusqu’à Michael Nyman dont le theme de la leçon de piano pour Jane Campion semble fortement inspiré (restons polis…)

    http://www.youtube.com/watch?v=u9L6Sz1H9go

    le couple Van Veen s’etait fait le champion de son oeuvre et la joue toujours/partout (en foret, en gare, peu importe) /inlassablement depuis plus de 30 ans

    1. Tiens! Ça me fait plaisir de voir que quelqu’un en France connaisse son oeuvre! 🙂

      Je le connaissais personnellement.
      C’était aussi comme personne quelqu’un de fascinant, resté d’une grande vivacité malgré son grand âge. Le corps ne suivait plus, mais son esprit était toujours aussi vif.
      Je garderai toujours en mémoire cet énorme piano à queue occupant la moitié de la pièce unique de sa minuscule demeure, une bicoque du XVII ou XVIIIe S, dont il ne sortait plus.

      Il parlait d’ailleurs couramment français, pour avoir séjourné en zone non-occupée pendant la guerre.

      Une de ses compositions, envoûtantes :
      http://www.youtube.com/watch?v=EWWAH0xe7Pc&NR=1

      Si le piano fut toujours son instrument fondamental, Il avait aussi composé pour le violon :
      http://www.youtube.com/watch?v=5D0wvOTz2GU&feature=related

      1. le plaisir est pour moi 😉

        Je n’ai vraiment aucune explication pour cette espece de zap total de son existence en France.
        D’ailleurs je suis vraiment tombé dessus complètement par hasard en explorant des discos « minimalisme » sur spotify (il y a 2 ou 3 ans), ça a été un de ces chocs…

        On est pourtant une terre d’accueil très favorable au minimalisme (pour dire vite) et sa musique est quand même globalement assez accessible, certainement plus que disons Andriessen pour prendre un autre Hollandais repetitif qui est connu par ici…

        depuis j’ai essayé de rattraper mon retard avec les coffrets qu’on trouve, à commencer par Brillant classics. (je me fais meme une sous collec des versions publiées de canto ostinato, ça va bientot me faire une playlist speciale canto ostinato de 24h ^^ ) et hors piano j’aime beaucoup aussi son Palimpsest, dont les prix des cd vendus par Amazon ont évidemment grimpé depuis sa mort dans des proportions « survie de l’espece », pffffff…

        sinon il ya cette page qui m’a donné un ptit coup de pouce sur d’autres musiciens hollandais
        http://physinfo.org/chroniques/paysbas.html

        Là je m’occupe du cas Peter Schät dans un autre registre avec le coffret 12 cd, c’est très étonnant aussi, ca devrait m’occuper pendant un bout de temps…

        et pour les curieux, là c’est le contraire de Palimpsest, on trouve le coffret sur Ebay pour à peine le prix d’un seul cd (chercher Peter Schat complete works) ^^

  8. La cocaine a plus fait pour la musique des années 60 et 70 que Ravi Shankar (ce qui n’exclut pas qu’il a pu avoir du talent).

    1. Vous faites l’apologie d’une drogue qui continue de détruire des vies et qui ne produit rien. Ravi Shankar ne se droguait pas. Il avait du talent, c’est tout. Il a vécu jusqu’à 92 ans car il était sain de corps et d’esprit. Si non, nous aurions de nombreux virtuoses. Au lieu de cela nous avons de nombreux naufragés de la cocaïne et des autres drogues.

  9. La disparition de Ravi Shankar a éclipsé l’ annonce de la disparition de la très grande cantatrice russe Galina Vichnevskaïa (l’epouse de M.Rostropovitch ) le 11 Déd 2012 . Cette anecdote délicieuse : quand Galina et Mstislav se sont rencontrés, le chevaleresque violoncelliste a jeté son manteau dans une flaque d’eau pour permettre à la chanteuse de passer son chemin sans qu’elle se mouille les pieds …
    Faut-il rappeler qu’ils furent aussi déchus de la nationalité russe pour avoir soutenu et protégé, entre autres, Sakharov ? la galanterie n’empêche pas le courage sous sa forme la plus haute .

      1. @Vanishing 16:15 j’a vu votre remarque colonne de droite et je vais vous répondre . 1) anecdote délicieuse :elle ne me fait pas vibrer ; pour cela il y avait le violoncelle de R. que j’ai vu et entendu plusieurs fois 2) j’ai dit « entre autres « et j’ai volontairement laissé de côté l’homme de lettres ,dont tt le monde sait qu’il fut l’ami ; quant au physicien et à sa femme , je n’ai aucun besoin de vérifier sur W ; il arrive que l’on ait des physiciens dans son entourage 3) nationalité « russe » : j’ai failli écrire « soviétique » ( ce qui aurait été exact) j’ai préféré « russe » car c’est me semble-t-il ce qui importait à Ret à G . 5)Mon post n’avait aucun autre intérêt que d’attirer l’attention sur G.V ,certainement pas de disserter sur les rapports de R. avec le régime en place . Quant à l’anecdote , j’ajouterai que ns pouvons voir la goujaterie de certains « artistes » et que le côté chevaleresque des Hommes de l’Est ,est réconfortant . 5) toutes vos remarques sont les bienvenues , je les transmettrai à mon violoncelle et à mon physicien . En toute amitié .

  10. Les Beatles étant d’excellents musiciens, Whithn you withthout you est une excellent morceau.

    Cela dit, leur gourou (d’un temps et/ou de l’époque), dont l’image traverse la vidéo (un barbu souriant), s’appelait Maharishi Mahesh Yogi et a fini par devoir fuir l’Inde, son pays, pour une histoire de fisc et de je sais pas quoi. Alors que tout de même, pour les gens à la réputation planétaire, il y a toujours des arrangements possibles, non ?

    Il est parti pour les USA avec ses dix-sept ou vingt-trois Rolls Royce. Ou quarante-cinq?
    Je ne sais plus.
    Est-ce que ça fait une différence?

Les commentaires sont fermés.