Ceci n’est pas une baleine d’avril, par Max Berthy

Billet invité.

Aujourd’hui 1er avril, La Cour internationale de justice (CIJ) a tranché : le Japon doit mettre fin à son programme de chasse scientifique à la baleine en Antarctique.

Pour rappel, les quatre pays qui ont voté contre l’interdiction de la chasse baleinière sous des prétextes scientifiques sont le Japon, la France, le Maroc et la Somalie. Un juge français Ronny Abraham, membre de la cour depuis le 15 Février 2005, réélu en 2009, s’est positionné dans le camp des baleiniers.

Est-ce un hasard, mais TMC diffusait hier soir la reprise 2008 du film de S.F. « Le jour ou la terre s’arrêta » dans lequel Klaatu (Keanu Reeves), représentant accrédité de civilisations galactiques responsables nous ayant mis en observation inquiète depuis un bail, s’en vient finalement « sauver la terre ».

Il faut comprendre par là que c’est la planète Terre et l’ensemble des choses vivantes qui l’habitent qui suscitent cet intérêt… à l’exclusion de ses locataires humains qui se révèlent incapables de respecter en bon pères de famille cette petite sphère bleue dont il n’est que de rarissimes exemples comparables et miraculeux dans l’univers.

À la fin de l’histoire, le visiteur de l’espace finit par entrevoir quelques-unes de nos qualités et décide dans un excès d’empathie de sauver in extremis l’espèce humaine…

Revenons à nos baleines : il faut maintenant lire (ou tenter de lire jusqu’au bout) le Rapport Explicatif du juge qui ne dit que le droit et rien que le droit.

Quota, concurrence, commerce, échantillon, recherche scientifique, propriété, revendications maritimes, territoires, économie, exploitation, aucune trace d’humanité ici car ce serait incongru.

Que les cétacés soient des êtres sensibles ayant un cerveau de la taille d’une Clio et dont la complexité sociale est à peine entrevue à ce jour, capables de langage et porteurs peut-être même d’une culture selon certains, ne semble soulever aucune question.

Espérons que ce document ne tombera pas sous ce qui sert d’yeux à Klaatu lors de sa prochaine inspection sur Terre… Car ce coup-ci, il n’y aura plus de cession de rattrapage.

Partager :