Tenter de convaincre, ou passer à l’échelon de radicalité supérieur ? par Cédric Chevalier

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Doit-on maintenant humilier et pourfendre les personnes qui représentent l’immobilisme pour débloquer la transition écologique de la société ?

Autrement dit, sur un plateau de télévision, au sein d’une réunion d’un gouvernement, dans un conseil communal, dans un article de journal, dans un livre, dans un courrier écrit à un politique, lors d’une conversation avec son banquier, lors d’une réunion de parti, etc. soit tous les lieux d’interaction où s’échangent les idées qui ont pour ambition d’influencer la politique menée, les penseurs/orateurs, les ministres, les conseillers « communaux » ou « municipaux », les journalistes, les citoyens, les clients, les militants, etc. doivent-ils tourner en ridicule ceux qui réfutent les faits auxquels nous sommes soumis, dont voici une liste incomplète.

– l’évolution actuelle de la société humaine est un cul de sac évolutif, sans inflexion des tendances, l’espèce et/ou la civilisation disparaît à terme inconnu mais d’échelle historique humaine (décennie ou siècle[s]) ;

– aucune des politiques synthétiques menées actuellement dans aucun pays ne concourt à infléchir la tendance évolutive d’une population nationale de manière à écarter le risque d’effondrement ;

– le contenu principal et actuel des discussions, des échanges d’idées qui ambitionnent d’influencer la politique menée est complètement non-pertinent et sans commune mesure face aux enjeux réels actuels (l’immigration ; en Belgique : le « saut d’index », la présence au gouvernement de personnes aux opinions inquiétantes, l’éviction de Philippe Mettens, la réduction des crédits de la Culture, les files d’élèves aux inscriptions, etc.)

– les principaux partis n’ont aucune conscience exprimée de la situation et leurs propositions ne peuvent modifier en rien la trajectoire mortelle que nous suivons ;

– Etc. (vous pouvez compléter vous-même).

Concrètement, vos héros et ténors intellectuels favoris, les universitaires conscients, etc., doivent-ils humilier les dirigeants, les autres penseurs, les hommes et femmes de pouvoir qui sont inconscients de la situation ou permettent sa perpétuation ? Humilier pour mieux pourfendre, gagner la bataille de la crédibilité, prendre le pouvoir et déployer des solutions ou pistes réellement opérantes sur la crise en cours ?

Dit autrement : faut-il abandonner tout discours dont le niveau de radicalité  est dans les gradations inférieures du continuum ? Tout discours dont le ton est celui de la diplomatie, de la sensibilisation, de l’information, de la négociation, du compromis, de l’écoute, de l’influence, de la persuasion, pour entrer dans les niveaux les plus élevés qui conduisent à la domination totale du débat politique par la « mise à mort » des idées et donc des tenants des idées conservatrices absconses auxquelles nous faisons face ?

Ce passage à cet échelon de radicalité supérieure modifie le schéma de la communication. Ainsi l’interlocuteur conscient ne cherchera plus à convaincre l’interlocuteur inconscient comme dans une conversation entre deux sujets légitimes. Il cherchera à « objectiver » son adversaire, à le démolir et à s’en servir comme preuve par l’absurde de ce qu’il ne faut pas faire, en s’adressant désormais au tiers spectateur du débat (téléspectateur, citoyen, autres mandataires politiques, lecteurs, etc.).

Il dira : « Tiers spectateur, je mets à mort ta fausse idole, ce tenant stupide d’idées absconses, afin de mieux te révéler la véritable situation dans laquelle nous sommes. Après avoir disqualifié mon interlocuteur et sa capacité à opérer sur le Réel devant tes yeux, j’espère recevoir le pouvoir pour mettre en place des pistes de solutions qui tiennent compte de ce Réel. »

Il s’agit d’une interrogation essentielle sur l’endroit où nous nous trouvons aujourd’hui et la recherche de la stratégie d’action la plus opérante dans la noosphère et la politique.

L’auto-transition, l’action locale et collective entre convaincus existe bien entendu  aussi pour changer les choses. Mais le risque est réel de rester sur nos îlots respectifs de changement, en laissant le champ (de bataille) totalement libre aux abominables menteurs.

 

Partager :

181 réponses à “Tenter de convaincre, ou passer à l’échelon de radicalité supérieur ? par Cédric Chevalier”

  1. Avatar de un lecteur
    un lecteur

    Un chef économiste d’une banque, Andreas Höfert de l’UBS, qui monte aux créneaux, bizarre.

    1. Avatar de Dominique Gagnot
      Dominique Gagnot

      Il apparaît ça : « Ces vidéos sont actuellement indisponibles. » ??

    2. Avatar de juannessy
      juannessy

      effectivement .

    3. Avatar de un lecteur
      un lecteur

      Sur Youtube, j’imaginais pas que le contenu soit réservé au Suisse.

      1. Avatar de GUDULE
        GUDULE

        Perso la vidéo de 14mns a bien fonctionné, il a évoqué un point important concernant syriza pour le moment ils ont été il est vrai plutôt silencieux et moumous vis à vis des oligarques grecs qui pourtant auraient besoin d’un « bon coup de latte dans le derrière » tout de même……… !

        pas vraiment solidaires de leurs concitoyens…..;

        Cela dit c’est vrai que ce n’est pas un petit morceau……..

      2. Avatar de FDS
        FDS

        minute 6 et suivantes : désinformation ?

        ou manipulation de l’information ?…

        autres sources pour le chef économiste d’Ubs :

        http://www.okeanews.fr/20150422-evasion-fiscale-oligarque-leonidas-bobolas-sous-mandat-arret

        http://cadtm.org/La-Grece-malade-de-ses-impots

        Je lui enverrai bien quelques infos d’Antoine Peillon, mais là il va tousser…

  2. Avatar de G L
    G L

    Beppe Grillo

    ATTENTION :Je n’ai ni la prétention d’avoir tout compris de l’Italie et du mouvement 5 étoiles, ni celle de résumer en quelques phrases ce que j’ai pu en comprendre !

    Certains ont condamné ce mouvement parce que populiste mais il est fier de l’être.

    D’autres l’ont rejeté à cause de son refus des syndicats, de son ambiguïté assumée vis à vis de l’immigration illégale, de son discours contradictoire sur l’Europe et la sortie de l’euro et de ses relations pas toujours très claires avec certains fascistes italiens ou le FN français.

    N’empêche qu’en face d’un parti dit de « centre gauche » qui a réuni presque tous les communistes italiens (ex PC, disparu) et presque tout les membres du parti démocrate chrétien (ex DC, disparue elle aussi), face à l’invraisemblable Berlusconi qui a continué à obtenir pendant des années des millions de voix d’électeurs résignés à la corruption (corruption financière sur laquelle a été fondé son parti Forza Italia et corruption par les mafias traditionnelles) Beppe Grillo est parvenu a regrouper les voix d’un tiers de ceux des italiens qui continuent à voter et qu’il l’a fait en ridiculisant les politiciens au pouvoir.

    Le slogan « rendez vous, vous êtes cernés ! » exprimait parfaitement la situation d’élus coincés entre d’innombrables procès pour corruption, les exigences de Bruxelles et une situation financière les condamnant à faire des discours sans rien pouvoir régler autrement que par des artifices (une situation qu’il serait trop long ici de comparer à celle de la Grèce avant l’arrivée de la Troïka mais qui y ressemble.)

    Donc
    – En s’appuyant sur une génération d’Italiens habituée à utiliser Internet et à combattre efficacement au plan local les multiples pollutions industrielles et agricoles que connait l’Italie
    – En s’appuyant sur une tradition théâtrale italienne (commedia del arte) efficace et sur son expérience de la télévision dont il était une vedette
    … Beppe Grillo a pourfendu et est parvenu à humilier les politiciens et les partis corrompus qui représentent l’immobilisme bloquant la transition écologique de la société italienne.

    Le résultat ne ressemble absolument pas au grand soir dont certains rêvent mais il est clair pour moi qu’il y aurait des leçons à tirer de cet exemple italien dont on parle peu, à gauche comme à droite, parce qu’il est gênant pour les uns comme pour les autres.

    1. Avatar de G L
      G L

      Comme quoi l’Italie ne ressemble vraiment ni à la Belgique ni à la France: un référendum a décidé l’abandon du nucleaire en Italie !

      – Aucun parti n’en recommande la poursuite (Berlusconi pour l’abstention, parti démocrate pour l’arrêt.)
      – suffrages exprimés / inscits: 54%
      – poursuite du nucleaire 4 %, abandon 96 %

    2. Avatar de GUDULE
      GUDULE

      @GL
      « Donc
      – En s’appuyant sur une génération d’Italiens habituée à utiliser Internet et à combattre efficacement au plan local les multiples pollutions industrielles et agricoles que connait l’Italie
      – En s’appuyant sur une tradition théâtrale italienne (commedia del arte) efficace et sur son expérience de la télévision dont il était une vedette
      … Beppe Grillo a pourfendu et est parvenu à humilier les politiciens et les partis corrompus qui représentent l’immobilisme bloquant la transition écologique de la société italienne.

      Le résultat ne ressemble absolument pas au grand soir dont certains rêvent mais il est clair pour moi qu’il y aurait des leçons à tirer de cet exemple italien dont on parle peu, à gauche comme à droite, parce qu’il est gênant pour les uns comme pour les autres. »

      Oui, entièrement d’accord, la légèreté, ne diminue pas la puissance ni la force, elle leur donne des ailes 🙂

  3. Avatar de TORPEDO
    TORPEDO

    Bonjour,

    Radicalisation? Mais quels autres type de radicalisation voulez vous que les gens puissent adopter, que ceux disponibles sur leurs écrans télé, en France, par exemple: Le Pen ou Mélanchon et Cie?
    Seules les actions radicales peuvent emporter l’adhésion active des populations…
    Fournissez un drapeau, une effigie symbolique à brûler, un peu de propagande génératrice de colère vengeresse sur fond d’inégalités et le tour est joué!
    Les puissants dominants savent très bien faire cela quand ils commence à avoir chaud aux fesses, tout en restant prudemment dans l’ombre.
    Les actions radicales, sont toutefois plus difficiles à démarrer, quand ceux qui les mettent en place sont les victimes, le font sans moyen, sans discernement et sous surveillance.
    Ces action ne peuvent se développer que si elles sont soigneusement ciblées pour ne pas disperser des forces fragiles au début, et surtout pour obtenir des résultats visibles qui permettent de rallier d’avantage d’acteurs, avant tout pour pouvoir mener d’autres actions…
    A l’échelon d’un simple forum comme celui de Paul Jorion, qui représente un « groupe de pression potentiel » de nature très hétéroclite, définir des objectifs de pensée commune est déjà un rêve, tant les individualités sont marquées!
    Alors penser définir une cible sur laquelle diriger une action quelconque de ce groupe peut paraître relever si ce n’est de la gageure, au moins d’une bonne dose de naïveté !
    Pourtant, en se basant sur quelques idéaux simples dont l’intégrité est aujourd’hui bafouée au yeux de la majorité du groupe, et à condition de se dé-solidariser de ceux qui pratiquent la rhétorique comme un jogging matinal juste pour garder la ligne, l’on pourrait assez facilement définir quelques grands principes représentatifs des abus des pouvoirs publiques ou privés et choisir démocratiquement un premier thème d’action, et dans ce thème, une cible concrète.

    Y parvenir serait déjà une petite victoire pour le groupe!
    Pour illustrer mon propos, et écarter par la même occasion les velléitaires collectionneurs d’armes anciennes, d’autocuiseurs, et autres pirates virtuels en mal de publicité, je dirai que le monde politique qui caractérise notre époque se rapprochant chaque jour davantage de celui d’une république bananière, le thème de la prévarication en politique est un bel exemple des abus impunis de nos institutions dirigeantes.
    Sur ce thème, et sans préciser les classifications intermédiaires qu’il sous-tend, je mentirai en disant que les exemples concrets ne se bousculent pas à nos esprit, en même temps que les noms des fautifs.
    Les voici les cibles possibles… Ne reste qu’ à définir ensemble les plus emblématiques dans tous les domaines, pour diriger dessus cette bonne vieille colère populaire.
    Mais il ne peut s’agir d’organiser un lynchage public !
    On peut dénoncer des abus, les pointer du doigt, mais il convient de revendiquer une peine de telle façon que l’exemple soit non violent, mais … radical (exclusion à vie de toute activité politique, déchéance de droits civils, etc…)
    Une telle démarche précisément dirigée peut être défendue de façon simple et directe et à toute occasion, par les moyens habituels du forum et de ses membres sans déroger à aucune loi et parvenir à son but qui est de voir le retour d’une certaine « moralité » politique.
    Les sujets de pression ne manque pas dans tous les domaines de la vie publique. On peut aussi y aller petit à petit… En attendant la fin du monde puisqu’il paraît que c’est pour bientôt!
    allez, à plus! Eric.

    P.S. Notre pouvoir dépend de notre « tableau de chasse ».

  4. Avatar de justebienlibre
    justebienlibre

    Les puissant, les élites, le pouvoir , l’adversaire sans nom!
    Pourtant, il y en a des gens, qui recherchent la cause des causes et apportent des solutions pacifiques.
    Pourquoi faire honte et à qui? » http://www.bibliotecapleyades.net/bloodlines/ »
    Voici une multitude de liens pour exemple.
    Trouver des solutions qui ne laisse plus aucunes place au système en place sans passer par la vengeance, est plus que souhaitable et mérite d’éviter le moindre conflit qui ne sera que délectation pour ces familles.

  5. Avatar de octobre

    Gilles Deleuze parle d’une certaine honte d’être un homme ici : R Comme Résistance – Abécédaire (Extrait)

    1. Avatar de juannessy
      juannessy

      D’où je retiendrai pour ce qui me parait opérationnel : réseau et complicité .

      1. Avatar de juannessy
        juannessy

        Et que la démagogie , comme la publicité , assassine la vie .

      2. Avatar de GUDULE
        GUDULE

        oui réseau et complicité , écoute dialogue et respect, entièrement d’accord

    2. Avatar de Basicrabbit
      Basicrabbit

      J’aime bien sa définition fonctionnelle, lamarckienne, de la philosophie:
      « La philosophie a pour fonction d’empêcher la bêtise. »

      Comme « Le poumon a pour fonction de prévenir l’asphyxie. »

    3. Avatar de GUDULE
      GUDULE

      merci octobre pour cette vidéo de gilles Deleuze !!!
      excellent !

  6. Avatar de Velka
    Velka

    J’ai bien peur que cela ne suffise pas.
    Déjà politiquement le ridicule ne tue pas, ou ne tue plus. Il suffit de voir la réélection de quelques affairistes politiques, qui malgré leurs truandages, se sont vus encensés par une majorité de la population. A la fois Errare humanum es & bis repetita placent.

    Il n’y a même pas besoin de ridiculiser les dirigeants en place, ils se ridiculisent seuls. Par la bêtise des décisions prises, ou par leur inaction, parfois encore plus destructrice de la société.
    Il ne faut pas non plus négliger le pouvoir des medias et leur parti pris, Malheureusement, la publicité « bête et méchante » a souvent plus d’impact que des discours intelligents. Sans compter le contresens, ou le mensonge, maniés à volonté par des communicants aussi serviles, qu’orgueilleux.
    J’ai bien peur que ce soit le rapport de force, ou la perspective de l’autodestruction en cours qui provoque la prise de conscience. Si conscience il y a.
    Destruction non pas même de la planète (car ils sont convaincus de maitriser la nature, grâce aux superpouvoirs de la technologie), mais de ce qui est encensé au delà de la métaphysique : l’argent (ou le pouvoir, les deux étant tellement imbriqués)

    Reste la responsabilité, la morale, ou d’autres valeur humaines, qui ont servi de fondements à la société.
    A défaut des magistrats, l’histoire jugera assurément ces dérives.
    Dans tous les cas, il faut les démontrer et les dénoncer avec virulence.

  7. Avatar de Gyps
    Gyps

    Sont-ils sensibles à la honte? C’est que « ces gens-là, Monsieur, ils brillent… » (pour paraphraser Brel). Je lis en ce moment ‘Tout peut changer’ de Naomy Klein. Ses recherchent confirment que les mêmes groupes de gens dominants nient le désastre écologique et défendent les règles du néolibéralisme. La foi en un dogme et en leur supériorité les habitent.

    Paul Jorion mentionnait une étude qui révélait que ces gens de Pouvoir -un petit groupe- ne tenaient aucun compte de nos souhaits, de nos besoins, et seuls décidaient.

    Ils préparent notre avenir (Lettres à mes parents sur le monde de demain -Dominique Nora). Ils disposent de capitaux, de spécialiste à leur solde pour manipuler langage et communication, de mercenaires pour orienter les politiques, créent des Institutions qui font les lois et les règles internationales (et qui vident les politiques nationales de toute alternative possible).

    Une bonne riposte est de revendiquer notre souveraineté. Nos représentants parlementaires doivent la défendre. Par tous les moyens. Et c’est un argument qui porte auprès de tous: la Liberté pour un peuple c’est d’être maître de son destin. Et non pas de voir ses élites politiques engluées par les toiles tissées par des intérêts privés et avides qui se sont emparés année après année du pouvoir de FAIRE et de décider. Pourquoi serait-il impossible de déchirer des Traités?

    Dans l’état où est le monde, il est souhaitable que la mondialisation reflue. Nous pouvons tous y contribuer même par des petites choses, il ne faut pas se décourager si là-haut rien ne change: c’est par le bas que les choses commencent à se transformer. Il y a des indices (la fin de la mondialisation – Francis Lenglet). Il y a des victoires. Courage.

    1. Avatar de FDS
      FDS

      http://local.attac.org/attac84/attachments/article/502/La%20violence%20des%20riches.pdf

      http://www.bastamag.net/Monique-Pincon-Charlot-La-violence

      « Un pessimiste, n’est en fait qu’un optimiste informé », proverbe russe parait-il.

      A la violence subie, il n’y a qu’une réponse, la rue, l’occupation des lieux symboliques, comme le parlement, la grève générale, la révocation des mandants, etc etc

      Il en faut quand même, et une bonne paire, pour risquer sa peau pour des idées ; et des couillus, chez les intellos, j’en vois pas beaucoup…

      Le dialogue, la compréhension, les modérés, tout ça tout ça, au final, il y a quoi au bout, du vent !

      Etre RA DI CAL, c’est employer les mêmes méthodes que ce que nous font subir les « mandarins du système » .

      Bien sur que la justice serait l’idéal pour contraindre, pour réglementer, mais je ne vois pas comment pacifiquement il peut y avoir une transition, un partage entre ceux qui mènent la
      danse, et ceux qui subissent.

      JAMAIS « ils » ne lâcheront un millimètre de pouvoir par la négociation politique !

      Todd pense que les masses appauvries ne supporteront pas éternellement la situation :

      « Ce système oligarchique sera tolérée par mollesse jusqu’à ce que la baisse du niveau de vie devienne trop violente pour les jeunes, pour les vieux et pour les surdiplômés. »

      http://www.marianne.net/emmanuel-todd-europe-n-est-plus-monde-democatie-liberale-egalitaire-230115.html

  8. Avatar de chabian
    chabian

    La technique proposée fut utilisée par le lobby nucléaire contre les opposants et les écolos : c’est nous ou le retour à la bougie, vous prônez le retour à la bougie, etc. Cela marche dans un sens (pour dénigrer) mais cela ne marche pas pour convaincre. Il faut avoir l’opinion avec soi (les rieurs de son côté) pour dénigrer sans effort.
    Sur la transition, nous sommes des PIONNIERS — et notre but est d’ANTICIPER un contexte défavorable qui s’entrevoit. Ces deux mots marquent des principes d’action adaptative. Non nous avons pas à convaincre la majorité silencieuse, ni à l’attaquer. Nous devons témoigner que nous vivons dans le changement. ET nous devons partager nos expériences de pionnier pour aller plus loin ‘tous ensemble’. Et nous devons communiquer sur nos efforts, sans rationaliser. (En fait nos efforts pour vivre autrement sont occultés actuellement. Recul de la fréquentation des grandes surfaces et des banques, progression du bio, du local, mise en place de circuits courts et collectifs ? C’est pas mesuré, enquêté, et c’est silence). Mais des signes montrent que les élus ont peur.
    Cette première étape est lente, ténue, mais elle mettra « le feu à toute la plaine » si notre action tombe sur une herbe desséchée et assoiffée. Au début, nous sommes très dispersés, désunis, en dispute et trop exigeants envers nos alliés. Mais il faut construire un mouvement d’alliance et parler aux gens autour de soi. On organise et on communique beaucoup trop peu.
    Enfin, certains l’ont dit, les dirigeants se doivent d’être rassurants et conservateurs. Ils y arrivent très mal, mais le néolibéralisme progresse de manière effarante. Ce n’est pas les dirigeants qu’il faut prendre comme cible. Ni pour le changement, ni pour le dénigrement.

    1. Avatar de Béotienne
      Béotienne

      Vous évoquez « les dirigeants », je suppose que vous pensez aux hommes politiques?
      Il existe une ambigüité ce ne sont plus les politiciens qui dirigent, ce sont les actionnaires des grandes multinationales.
      Il me semble que c’est une des raisons de la maladie du système démocratique actuel. Les partis politiques se sont trop bien adaptés à cette situation, ils devraient réformer leurs structures internes.
      Quant à la mondialisation elle existe de fait; mais seulement au bénéfice d’une minorité de privilégiés.
      Il faut mieux communiquer entre nous qui voulons être acteurs de changement, Oui mais c’est une difficulté de taille qui s’oppose non seulement à notre éducation au chacun pour soi mais aussi au manque temps à y consacrer (c’est paradoxal) de la part des jeunes actifs.
      Il est plus aisé de se regrouper virtuellement (attention les grandes oreilles écoutent mais on s’en balance) que de se regrouper physiquement pour réaliser des projets.

      1. Avatar de chabian
        chabian

        @ béotienne et @ gudule
        Il me semble que la démocratie fonctionne pour désigner des dirigeants. Les partis « tuyautent » un peu le système autant qu’ils peuvent (ils se plient à la parité ‘à l’insu de leur plein gré’ !) mais de nouveaux élus et nouveaux partis sont chose courante.
        Penser que les élus sont achetés me parait un peu une explication magique (th. du complot). Bien sûr, il y a des brebis galeuses (5 % ?, parfois pour des montants ridicules) et des dérives de pouvoir (éloignement de la réalité des gens) et des besoins d’argent des partis/élus pour rester au pouvoir (suspicion sur Sarkozy notamment) et des ‘pantouflages (passage de l’élu au privé) avec parfois une dérive fiscale. La plupart des élus restent honnêtes (avec un enrichissement de dirigeant, OK),et sont surveillés.
        Je pense que le constat que les dirigeants deviennent « rassurants et conservateurs » doit trouver une explication ailleurs, dans une collusion avec une opinion « pas d’aventure » très majoritaire ; et avec des règles de la vie économique (on ne crée pas des emplois par décret, on doit soutenir la volonté d’entreprendre, on ne peut que fournir les infrastructures qui aident à la vie des entreprises, gouverner c’est coordonner plus que prendre l’initiative, etc., etc.). Mais c’est étonnant que cela se maintienne dans ce conservatisme quand la richesse se concentre sur le 1% et que le fonctionnement social implose (décadence de l’empire romain et de l’empire occidental…). Le néolibéralisme aide à ce maintien ; et il a ses lobbies, ses stratégies de pouvoir (la Commission UE par exemple) décortiquées par Naomi Klein (Stratégie du choc).
        Il faut une société où la majorité n’a plus rien à perdre et où apparaissent des dirigeants courageux et aventureux pour que une alternative soit possible. Syriza en Grèce est dans ces conditions (comment pouvons-nous les soutenir ?), Fidel Castro ou Lénine le furent en leur temps. (Donc on les traite de tous les noms). Nous nous préparons à ces conditions qui vont survenir.

  9. Avatar de GUDULE
    GUDULE

    @béotienne
    « Il existe une ambigüité ce ne sont plus les politiciens qui dirigent, ce sont les actionnaires des grandes multinationales.
    Il me semble que c’est une des raisons de la maladie du système démocratique actuel. Les partis politiques se sont trop bien adaptés à cette situation, ils devraient réformer leurs structures internes. »

    Si ce sont les multinationales qui financent et instrumentalisent les partis comment comptez vous vous y prendre pour que le ou les partis retrouvent leur autonomie financière et donc leur liberté de penser et d’acter ?

    Quelle pourraient être la ou les alternatives de financement ou de non financement et d’organisation ?

    Les partis actuels me semblent non seulement obsolètes mais dépassés par ce qui en toile de fond est entrain de progressivement se mettre en place alors ils s’accrochent aux branches avec leurs vieilles lunes et leur corporatisme sectaire et ampoulé et je pense sincèrement qu’ils fatiguent de plus en plus de monde (tous bords confondus) car dorénavant les masques tombent !

    Il existe actuellement pleins d’initiatives et ce qu’il y de bien c’est que justement ces individus se sont regroupé ont agi et créé d’autres possibles (colibris etc …) aussi je les vois comme des experimentateurs qui peuvent nous inspirer et effectivement dans la mesure où ils continuent d’exister et d’experimenter DONC d’agir et de s’épanouir, c’est vraiment encourageant

    1. Avatar de Béotienne
      Béotienne

      @ Gudule
      Ce n’est pas entièrement une question de financement des partis politiques en Belgique car ce sont les citoyens (nous) qui les payons par le biais d’une dotation étatique.
      De plus les frais de campagnes électorales sont plafonnés.
      « En Belgique, la dotation publique est le nom donné à la somme d’argent que l’État donne aux principaux partis politiques afin que ceux-ci puissent assurer leur « promotion » et leur bon fonctionnement et ne doivent pas trop dépendre de financements privés, considérés dans ce contexte comme des sources potentielles de corruption. Cette dotation est donnée aux partis qui disposent d’un ou plusieurs sièges à la Chambre ou au Sénat. Les montants sont déterminés par siège obtenu, ainsi que 1,5 € par voix engrangée. Pour bénéficier de la dotation, un parti doit également s’être engagé à respecter la Convention Européenne des Droits de l’Homme…. »

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Dotation_publique

      Et aussi il existe un système abscons de déclaration de patrimoine:

       » C’est maintenant connu, avéré et publié: il y a 8 ministres millionnaires au gouvernement français! Mais qu’en est-il chez nous? Apprendrons-nous bientôt combien de vélos possède un ministre Ecolo et si un de nos élus socialistes peut rivaliser avec Laurent Fabius sur la « guerre des chiffres » des comptes bancaires? … »

      http://trends.levif.be/economie/politique-economique/declaration-de-patrimoine-et-transparence-a-la-belge/article-normal-216173.html

      Voilà, ils n’ont aucune excuse, sinon d’appartenance à des clans familiaux ( les dynasties) et à des réseaux ou simplement de couardise et de manque d’imagination et de conviction.
      Peut-être aussi l’espoir de décrocher un poste rémunérateur dans le privé ou dans des institutions internationales.

      L’homme politique idéal serait, soyons réaliste, un ambitieux, compétent, doté de convictions fortes pour l’intérêt général et d’esprit indépendant.

      Le fonctionnement de la discipline de parti serait à revoir ainsi que le système de constitution des listes électorales.

      Nous sommes loin du compte et spectateurs de combats de chefs, grands chefs, petits chefs, sergents – chefs et sous-chefs…

      .

      1. Avatar de G L
        G L

        En Italie, à cause de l’épouventable utilisation par absolument tous les partis de l’argent versé par l’État, les députés et sénateurs du mouvement 5 étoiles reversent tout cet argent pour une bonne cause (genre aide à l’artisanat) et se soumettent à une comptabilité ridicule (certains se sont vu entre autres choses reprocher d’aller manger au restaurant – bien sur très luxueux – du Sénat ou de la Chambre.)

        C’était peut-être la moins mauvaise solution mais ça a un côté « supprimons l’État » et « sur les choses importantes on est pas très clairs mais sur les détails on est imbatables » pas très brillant…

        Il serait nettement plus utile de régler le problème Berlusconi dont l’entreprise Mediaset a détourné de l’argent servant à acheter des votes d’élus soit-disant de gauche (3 millions d’euros le vote) mais tous les partis ont du linge sale plein leurs placards, les italiens le savent mais sont encore nombreux à penser que la seule solution pour s’en sortir est d’être bien vu de ceux qui savent y faire (si on va au fond des choses le Luxembourg ou la Suisse c’est la même chose en plus discret.)

  10. Avatar de GUDULE
    GUDULE

    @fds

    « cadtm : Pour payer sa dette, la Grèce a besoin de faire rentrer les impôts, mais la source est à sec. Depuis la crise, les impôts des plus pauvres ont augmenté de 337%, quand ceux des plus riches n’augmentait que de 9%. Résultat, un Grec sur trois doit de l’argent à l’Etat grec, qui lui même n’arrive plus à rembourser sa dette. Jusque là courante mais cachée, une partie de la fraude fiscale est aujourd’hui assumée, comme moyen de résister à la crise. La mise en ordre du fisc grec était pourtant l’une des missions de la task force, le groupe de travail crée par la troika en 2011, un an après le premier plan de sauvetage. C’est encore aujourd’hui une demande répétée de toutes les capitales européennes et l’un des axes majeurs de la politique que veut mener Syriza. Pour la première fois un ministre chargé de la lutte contre la corruption a été nommé. Panagiotis Nikoloudis, un ancien magistrat non membre de Syriza, veut s’attaquer à la fraude fiscale des plus riches. Chantier de longue haleine qui prendra du temps, un temps que la Grèce n’a pas, sauf à recevoir l’aide des ses créanciers européens. Mais y ont-ils vraiment intérêt ?

    la task force , non mais quelle blague cette troika et sa task force, prennent les gens pour des grosses buses ……….et les oligarques depuis 2011, va bene pas trop génante la task force, encore un de ces mots creux et ampoulé qui dissimule mal une coquille vide !

    mais par contre bon point pour syriza dont acte

    1. Avatar de GUDULE
      GUDULE

      @ fds

      merci pour le lien 🙂

      1. Avatar de FDS
        FDS

        You are welcome !

        Au sujet de la situation grecque, je visite :

        >La tribune > Romaric Godin

        > Il relaie aussi des infos sur son compte Twiter

        > De très bon papiers dans  » l’Arène nue »

        > le site d’OLIVIER DELORME est excellent

        > le site de « Greek crisis » , du vécu

        > le blog de Sapir

        Sinon, pour « la tendance » mainstream, avec « grece google news », il y a de quoi… »rire »…

        http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/04/22/arrestation-en-grece-du-fils-d-un-oligarque-accuse-d-evasion-fiscale_4620607_3214.html

        Il semble que l’UE trouve des fonds pour aider l’Ukraine, qui en a bien besoin certes… ;

        mais un membre de la « famille », non, il peut toujours attendre…

        http://www.lepoint.fr/economie/ukraine-un-plan-d-aide-europeenne-de-11-milliards-d-euros-05-03-2014-1797930_28.php

  11. Avatar de GUDULE
    GUDULE

    @Béotienne

    Dans la série des amis qui « nous veulent du bien » :

    les flingueurs d’abeilles

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Syngenta

    1. Avatar de Béotienne
      Béotienne

      @ GUDULE
      Merci pour ce lien.
      Croyez-vous que ces actionnaires osent encore donner du miel à manger à leurs enfants ?

      1. Avatar de GUDULE
        GUDULE

        @
        🙂 pas impossible, demandez leur ..

  12. Avatar de GUDULE
    GUDULE

    @Chabian

    Ce n’est pas ce que j’ai dit, je ne crois pas à la théorie du complot, il y a encore , fort heureusement, pour nous, des individus engagé en politique , qui aiment et respectent le peuple à 2 voire à 4 ou même sans pattes… 🙂

    pour faire court :
    L’affaire et et le sujet concernent l’équilibre fragile entre indépendance d’esprit, la ou les convictions voire la vision, quand il y en a une…………..ET qui soutient voir qui finance et porte (réseaux, lobbys etc…) cette politique ,

    bref
    qui fait quoi ; et pourquoi ? et comment ? et avec qui ? quelle utilité pour le bien commun, la société, l’intérêt général ?etc…..

    Médiocrité, cynismes; opportunismes; orgueillleux aveuglements; etc…. convergences d’intérêts divers et variés et pas trés reluisants se suffisent à eux mêmes pour générer des phénomènes malsains sans qu’il soit nécéssaire d’y voir un quelconque complot…………….

    1. Avatar de Béotienne
      Béotienne

      Titre du prochain livre de Paul Jorion:
      « Comment le peuple fut inventé »

    2. Avatar de BasicRabbit
      BasicRabbit

      Misère de la pensée politique?

      1. Avatar de Béotienne
        Béotienne

        La démocratie à l’agonie ?

  13. Avatar de vigneron
    vigneron

    Écouté Naomi Klein sur France Q. Aussi inintéressante à l’oral qu’à l’écrit.

    1. Avatar de Béotienne
      Béotienne

      Je n’ai pas vu l’émission; pourquoi est-ce inintéressant ?

      1. Avatar de BasicRabbit
        BasicRabbit

        @ Béotienne

        Le maître vigneron, dont l’oracle est à Delphes, ne montre ni ne cache, il signifie. 🙂

      2. Avatar de Béotienne
        Béotienne

        Ce serait plutôt ainsi:
        – Le maître au disciple: as-tu mangé aujourd’hui?
        -Le disciple: oui maître.
        – Le maître: alors va laver ton bol
        🙂

  14. Avatar de DISS Christophe
    DISS Christophe

    Cette radicalité m’a souvent gratter le fond de la gorge…dans mon contexte, je vois seulement que ce sont ceux qui poursuivent les mêmes politiques absurdes qui usent le plus de cette radicalité pour casser l’opposant qui dénonce les omertas.

    Il faut alors devenir plus rusé…un peu comme un judoka en transformant l’énergie de démolition qui nous est envoyé en arme qui va le culbuter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. « Vous faites un malheureux contre-sens en confondant principes démocratiques, et les réalité(s) de tout régime démocratique. » mais aussi on peut…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta