Référendum en Grèce : résultats

Ouvert aux commentaires.

merkel_tsipras
© Kap

Non : 61,31 %
Oui : 38,69 %

Ministère grec de l’Intérieur

… ce qui n’empêche pas la machine à décerveler de continuer de tourner à plein régime :

Le vote pour le « Non » signifie que les Grecs ont voté pour une sortie de la Grèce de la zone euro.

Pourtant le sens du « Non » a toujours été clair : « Oui au maintien dans la zone euro. Non aux propositions iniques – et antidémocratiques – de la Troïka ! »

Les gens ne lisent-ils pas les journaux ?

Ah, zut ! Ce sont précisément les journaux qui, dans leur très large majorité, déversent depuis l’annonce du référendum, la propagande « made in Troïka », plutôt que la vérité.

Partager :

43 réflexions sur « Référendum en Grèce : résultats »

  1. Je suis en train de regarder BFM

    c’est absolument grandiose de grandiloquence europeiste et de désinformation

    j’ai la curieuse impression que cela va tanguer sur le marché obligataire…

    1. Ben, non, ça ne va pas tanguer car la pompe à liquidité est prête à démarrer. Quand elle arrosera, il faudra comparer les m3 déversés avec les quelques m3 qu’attendait la Grèce. C’est du foutage de gueule au plus haut niveau.

      Qui voudra bien m’expliquer pourquoi nous acceptons qu’on se fiche de nous à ce point ?

      Si nos dirigeants changent d’avis vis à vis de la Grèce, il faut prendre. Les comptes se règlent après pas avant.

    2. ça va capoter, de rage plus que de raison. Je crains.
      De plus l’édifice « Monde » est miné par les fourmis légionnaires de la finance. Là, c’est plutôt l’effondrement.
      Faites vous jeux !

      Mais vive les grecs qui auront combattu debout.

  2. Bravo à la Grèce. La partie va être dure mais au moins ce n’est pas la fin de la partie.

    La désinformation, c’est pas mal. En lisant tous les sondages (bidon), j’ai passé deux mauvaises journées en me disant, que ce n’était pas possible.

    Je me suis finalement raccroché au seul vrai sondage, le nombre de participants dans le stade, 17.000 et le nombre de participants devant le parlement 22.000… c’est donc presque 40% 60%. On y était presque.

    Merci aux bidonneurs de sondage. Ce n’est pas leur premier coup, ni leur dernier.

    Demain, le psychodrame va continuer mais, c’est le prix à payer pour cette victoire. Il suffira de tendre le dos et ça passera.

     

  3. Je suis grec, nous sommes grecs…

    Quelle belle leçon de démocratie.

    En plus ils ont réussi à organiser en quelques jours un référendum

    Respect!

  4. L’ordolibéralisme franco-allemand vient de prendre un missile en pleine tête .

    Et ça fait plaisir .

    Merci les grecs , et au suivant .

  5. S’il pouvait sortir de la réunion Merkel-Hollande de demain  une urne en forme de petit cochon rose tirelire , mais toujours transparente , je me dis que les grecs auraient bien œuvré pour la résolution du conflit entre marché et démocratie , ce conflit bien mis en scène par Attali , et où le marché libéral est ( était ?) en passe de mettre à mort celle qui l’a aidé avant qu’elle ne devienne sa pire ennemi .

     

    Mais auparavant il faudra que vous acheviez Eric Woerth .

  6. Merci à Alexis Tsipras, au gvt et au peuple grec d’ouvrir la brèche pour le retour de la démocratie en europe, ça continue !

    Compte tenu de la confusion et des tentatives de bidonnage j’ai eu aussi comme M Vermont des doutes un moment donné, BRAVO et encore MERCI et c’est pas fini !!!! 🙂

    Yanis Varoufakis dit ce Non est un OUI à l’Europe, merci pour ce message positif, rassembleur et digne !

  7. Hola a todos,

    Quelle est la finalité de ce référendum ?

    Ce référendum ne donne aucune solution pour résoudre la situation puisqu’une seule question à réponse binaire mais équivalente a été posée.(oui équivaut à non pour cette question posée).

    1. « oui équivaut à non pour cette question posée »

      « Le oui c’est le non » comme « la guerre c’est la paix » ?

      Selon moi, le « non » valide la politique de la grèce face à la troïka et encourage les représentant grec à poursuivre dans cette voie.

      Le « oui » aurait enjoint les mêmes représentants à accepter les dernières propositions de la troïka.

      Il me semble que cela n’a rien « d’équivalent »…

      1. « Non »=> {rester dans l’euro} âˆ©  {renégociation: chercher une solution}
         
        « Oui »=> {rester dans l’euro} âˆ© {renégociation:chercher une solution}
        C’est bien équivalent.
        avec une conséquence tout de même de ce référendum,
        la Grèce perd Yanis Varoufakis un as de la Finance, la seconde partie risque d’être plus difficile pour les grecs.

  8. Ce qui est burlesque, c’est que les souverainistes récupèrent ce vote en le présentant comme une victoire contre les « européistes », tandis que le gouvernement grec en fait un atout pour corriger la politique européenne, pas pour en sortir.

    Les ennemis de Tsipras en ont fait tellement des tonnes pour braquer contre eux un nombre croissant de grecs qu’ils se révèlent être presque les meilleurs alliés de Tsipras qui a tout de même gagné cette manche.

     

  9. !!! OXI !!!

    Merci à toute la Grèce pour ce nouvel espoir si magnifiquement offert à l’ensemble des peuples européens qui souffrent depuis trop longtemps maintenant.

    Bravo à vous, monsieur Tsipras, même si, il est vrai, le combat ne fait que commencer.

    Aristote, Epicure et tous les autres peuvent être fiers de vous.

    « Ataraxie » et « Aponie » au peuple grecque !!!

    1. Dessin génial en effet que cette opposition  » tirelire – Merkel » et « urne- Tsipras ». Hier soir à la télévision une femme grecque disait en français:  » Ce n’est pas une banque qui domine Athènes, mais un temple! »  Il y a quelques jours je lisais un texte d’Augustin Berque citant  le philosophe allemand Heidegger écrivant que  » les hommes et les animaux, les hommes et les choses  ne sont pas donnés en tant qu’objets invariables… C’est le temple qui par son instance donne aux choses leur visage et aux hommes la vue sur eux-mêmes« . Ce n’est pas  avec une Europe abstraite que les  institutions européennes devraient mettre les peuples  européens en relation, mais avec ces milieux différents  que chaque peuple  a déployés, en tant que leur matière première  culturelle propre.  Une urne « temple »  contre  la « tirelire » ou la cassette des  banques privées.

  10. Les pauvres petits retraités grecs… Obligés de faire la queue à la banque et obligés de faire la queue pour aller voter pour rien au final. En définitive, Obligés de faire la queue sans arrêt pour rien au final si ce n’est pas cruel.

  11. Merci, bravo aux Grecs pour cette belle leçon de démocratie, et pour cette résistance à l’ordolibéralisme autodestructeur européen.

    Nous sommes tous grecs !

    Et pour le montrer, je suggère à tous ceux qui assisteront au défilé du 14 juillet à Paris d’agiter le drapeau grec sous le nez de notre cher « ennemi de la finance » à plat ventre devant les financiers de Bruxelles et du FMI.

    Vive la Grèce !

  12. À l’instant sur BFHaine Tv, je cite: La plupart des économistes qui comptent étaient pour le « oui »!… 

    Avec autant d’économistes schizophrène je pense qu’on a du soucis à se faire.

    Je pense donc qu’il faudrait peut être écouter d’urgence un peu plus les économistes qui ne comptent pas… Les hétérodoxes

    1. Jean Tirole ….

      Notre meilleur économiste de France réserve ses commentaires au Président de la République. Je n’apprécie pas qu’on se prononce pas en public quand on a un tel bagage, une telle expérience. Je parle de Jean Tirole, pas de Raymond Barre.

      Ceci n’est qu’une intuition,  j’accuse sans preuve, mais je ne le sens pas bien, ce JT. Les autres (JT) nous ont abreuvé de non sens économiques, donc pourquoi pas lui mais en sous main ? Le jeu de mot était facile, je suis donné dans le panneau.

      Peut-être que les économistes ne sont pointus que dans un domaine, le leur, et pas assez généralistes. Auquel cas, la plupart des économistes ne servent pas la société mais se servent eux-mêmes.

      J’ai ré-écouté l’interview de T. Piketty par JJ Bourdin sur BFM. Que du plaisir, les propos de TP sont mesurés, pensés, matures. JJ Bourdin n’était pas arrogant, relisait ses notes pour sortir la prochaine question.  JJ Bourdin n’était pas dans son rôle habituelle. J’aurais presque cru voir un homme agréable. C’était non pas BFHaine TV mais BF Aime TV (version hypocrate).

      Bonne journée.

       

      1. « Peut-être que les économistes ne sont pointus que dans un domaine, le leur, et pas assez généralistes. Auquel cas, la plupart des économistes ne servent pas la société mais se servent eux-mêmes. »

        Parfaitement d’accord!

        Dans l’ordre comme des poupées russes en commençant par la plus petite. la politique, la finance, l’économie le social et ce qui chapeaute le tout la thermodynamique

  13. les créanciers et leurs  représentants n’ont plus désormais face à eux l' »irresponsable » Tsipras mais le tout le peuple grec. Les journées qui vont suivre seront passionnantes, l’Histoire est en marche…

     

  14. Pas la démission que les créanciers attendaient …

    http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/grece-le-chef-de-l-opposition-conservatrice-et-ex-premier-ministre-samaras-demissionne-559993b73570c685852a801f

    Et les choses s’accélèrent puisque Hollande et Merkel demandent un sommet de la zone euro, et pas une réunion de l’eurogroupe apparemment. Soit le niveau politique, qui était jusque là refusé par Merkel pour gérer la crise.

    Exit donc Samaras, exit l’eurogroupe. Manque plus qu’un FMxIt, en même temps qu’une politique ‘souple’ de la BCE demain et les choses pourront aller leur train : rapidement.

  15. 5 juillet 2015 à 20:40
    Le non semble majoritaire.

    De ce référendum, le premier gagnant est la démocratie.

    Tsipras a maintenant les moyens d’affronter le coup de force permanent de Bruxelles. Je lui fais confiance pour en faire le meilleur usage.
    Par exemple montrer à Juncker que l’avis majoritaire prévaut sur les traités, quand ils sont léonins ou à géométrie variable. Peut-être est-ce le début du détricotage de ces traités qui fixent dans le marbre des questions économiques essentiellement contingentes et soumis sans restriction à la discussion et au suffrage. On sait que fixer l’organisation économique dans des textes constitutionnels « sans cesse plus contraignants » était un but stratégique des voyous de Chicago.
    J’en profite pour réaffirmer mon soutien à Tsipras, ma retraite dut-elle en souffrir.

    Paul et beaucoup d’autres parlent d’une victoire sur la machine à  décerveler. C’est incontestable et éclatant, c’est un véritable révélateur de l’ agenda  propre à leur classe, celle des conservateurs méprisant le peuple quand il ne pense pas correctement.
    Cette prise de conscience devrait nous aider à voir claire dans la guerre civile en Ukraine. Un pays disposant de moyens matériels en apparence écrasant tue et blesse chaque nuit, à l’aide d’artillerie, des civils qui ne pense pas comme ils le devraient. Chaque villes et villages de la ligne de contact est méthodiquement détruit, y compris ses équipements publics telle que adductions d’eau, gaz et électricité.
    La République de Donetz estime à 600 morts le nombre de civils tués depuis Minsk2. Dans un square de la ville elle a aménagé une « allée des anges » en mémoire des enfants tués par l’artillerie kiévaine.  Selon la phraséologie officielle ils sont tous des terroristes, justiciables de l’Opération Antiterroriste      (ATO)  en cours.
    Certes, il s’agit d’une guerre civile où la vérité est la première victime. Mais on peut  constater que la vérité, selon les moyens d’information qui nous ont désinformé sur la Grèce, est tout aussi méprisée quant à la Novorussie. Tout comme  l’extrême parcimonie des informations ponctuelles, alors qu’ un envoyé spécial aurait matière à articles factuels  réguliers.

  16. La Grèce est l’Europe. La Grèce dit non à l’austérité imposée. Le gouvernement grec avait besoin du soutien de son peuple pour poursuivre les négociations. Nous savons la valeur du vote populaire…, quand la France a dit non, par référendum, au remaniement du traité européen… Ce que le peuple veut, Dieu le veut, mais ce Dieu est mort sous les coups d’un dieu plus capricieux. Vini, vidi et si podemos, vici. (et pardon pour l’énorme transgression des langues mortes et enterrées)

  17. Et bien moi, je débouche immédiatement une bouteille (toujours une que les Allemands n’auront pas!) pour fêter ce grand moment de démocratie.
    Merci au peuple grec, à Syriza et Alexis Tsipras : je trinque à leur courage, à la voie de la dignité qu’ils nous montrent, à l’espoir, …
    Ce n’est qu’un début! 🙂

  18. Double plaisir car j’avais entamé des jours-ci la lecture du « Minotaure planétaire » de Yanis qui-vous-savez. Et j’allais me disant, « quelqu’un qui associe sa vision du monde socio-économique — générale et historique — aux puissants mythes grecs, c’est vraiment autre chose que nos ordo-libéralo (libor à l’eau)-écervelés qui vivent mal et travestissent mal leur devenir d’Harpagon (« ma cassette » !).  Et de me demander si jamais il était possible de nouveau que de telles gens (avec les Zoe Konstantinpoulo aussi, la pdte du parlement) restent au pouvoir au moins le temps de l’alternance démocratique, sans se faire déquiller par la terreur de fait.

    Voila, par un beau gambit, un bon petit amarrage au pouvoir pour Tsipras et Varoufakis.

    1. @ timiota :

      oui, le gambit : sacrifier une possibilité d’accord avec une faible défaite (à court terme, mais une vraie défaite profonde in fine), pour obtenir une position stratégique meilleure pour continuer à jouer, dans l’espoir d’un gain potentiel ultérieur.

      Après le Roque, le gambit … 😉

      Si Tsipras sait jouer au poker, il sait aussi jouer aux échecs : il vient de mettre en échec la dame.

      Au roi Draghi de jouer demain.

      1. T’es sérieux là Zebu ? C’est ça que tu vois dans tout ce fatras ? Une simple partie d’échec ? Ben mon colon !

  19. Trop fort, on se déplace, on fout un papier dans une urne et le réel est changé. Vraiment trop fort ! Un vrai conte pour adulte. Entre nous fallait être tarte pour voter Oui à une question pareille. Après avoir glissé un doigt par derrière sans le lubrifier, voilà ti pas qu’il passe la main sur la nuque en disant qu’on reste copain. Du grand art grec …

    Espérons pour eux que les autres dirigeants sont en fait une belle bande de couilles molles (hautement probable), contrairement aux images données ici de grands prêtres tout puissants de la Religion féroce. Pourquoi ? parce que ce qui vient de se jouer ce dimanche, chez les grandes personnes ça donne en général l’ouverture immédiate des portes de l’Enfer ! Ma on est chez les civilisés et entre beau linge, alors le diable et ses démons attendront encore un peu, quoique…

    1. Trop fort, on se déplace, on fout un papier dans une urne et le réel est changé. Vraiment trop fort !

      On a juste pris la clef en main

      Tout le monde pense cela sur le blog

  20. Il serait temps de proposer un référendum à tous les européens pour la fin ou pas de l’Euro… Car il ne faut pas se leurrer, les créanciers vont rapidement reprendre le dessus, et nous, continuer à nous enfoncer…

    1. « Il serait temps de proposer un référendum à tous les européens pour la fin ou pas de l’Euro… »

      Probablement! Mais la culture démocratique ne semble que très peu prisée par une »élite » eurocrate plus soucieuse de « blinder » par des traités la soumission de ses populations.

      Quant à l

  21. Yanis Varoufakis démissionnerait pour que sa personnalité rejetée par les « négociateurs » ne soit plus un obstacle.

    Dommage très dommage ces gens ont un grand besoin d’être contrariés et de constater que le monde n’est heureusement pas à leur image.

    Bien que non convaincu par cette option, je fais confiance aux qualités démontrées de stratèges de cette équipe Grecque.

  22. Monsieur Tsipras faites bien attention, ne finissez pas comme Thomas Sankara au discours sur la dette africaine à graver à côté du votre !

     

    Que va-t-il se passer ? les marchés sont toujours là qui actionnent les ficelles de ces marionnettes politiques et médiatiques affriolantes et affolées.

  23. « C’est dans ces moments qu’il faut expliquer que couper une jambe ne soulage pas le cœur, que se trancher un bras n’améliore pas le système nerveux. La Grèce, la Corse ou l’Estrémadure font partie de notre entièreté. On n’a pas à comparer sa fille, sa nièce et sa cousine mais à considérer qu’ensemble elles font famille, comme des Régions font nation, comme des peuples font Europe »

    http://politique.blogs.ouest-france.fr/archive/2015/07/06/grece-l-europe-au-peril-du-chacun-pour-soi-14412.html

  24. Un proverbe ouvrier du début du XXe siècle, nord de la France:

    « N’achète pas le journal, tu ramènerais un patron à la maison.« 

Les commentaires sont fermés.