Piqûre de rappel : Pour une meilleure pratique balnéaire, par Tchou

Billet invité.

Gille de BincheLes malheureux événements de ces dernières semaines sur les plages – interdiction du burkini ici, guerre de l’image et débarquement de CRS par là -, ont conduit nos dirigeants à légiférer en vue d’encadrer sérieusement les estivants en manque de pratique balnéaire.

Pour remédier à l’absence ou au trop-plein d’imagination de certains le problème a été réglé de la manière suivante : un appel d’offres sera lancé au niveau municipal en vue de la confection d’un uniforme de plage spécifique, discret, seyant, et respectueux des us et coutumes des habitants du lieu. Les particularités locales seront symbolisées par un écusson, à l’expression vigoureuse, rappelant les hauts faits de la ville ou ceux de ses illustres représentants.

Le costume de bain sera ras-du-cou pour fluidifier les formes éventuellement trop proéminentes et s’arrêtera au-dessus du genou pour raisons d’hygiène et de bienséance.

Comme il serait excessif d’imposer les mêmes dépenses aux estivants des plages populaires qu’à ceux des plages tropéziennes, des étoffes et des finitions différentes seront disponibles selon les budgets : toile de jute pour les moins nantis, soie sertie de pierreries pour les élites. Une taxe locale d’un montant modulable reflètera la qualité des prestations en matière de sécurité apportée par l’État dans les différents sites.

Bref, à l’heure où les finances collectives manquent mais non l’esprit belliqueux, les mesures imaginatives de ce genre constituent un excellent moyen de renflouer les caisses des collectivités locales tout en rassurant nos concitoyens désorientés !

Partager :