Les marchands de doute (2010) de Naomi Oreskes et Erik M. Conway (I), L’industrie du tabac

Un résumé de Les marchands de doute (2010) de Naomi Oreskes et Erik M. Conway (Le Pommier 2012), par Madeleine Théodore.

Le livre de Naomi Oreskes et Erik M. Conway vise à montrer comment l’industrie américaine a systématiquement financé des campagnes dont le but était d’invalider des conclusions scientifiques pourtant incontestables et accablantes dans des domaines parallèles : par exemple pour la rentabilité des producteurs de cigarettes quant à la nocivité du tabac, et pour la politique de défense stratégique menée par les Etats-Unis quant au danger militaire représenté par l’Union soviétique.

L’industrie du tabac

Le premier thème examiné systématiquement est celui de la cigarette. Depuis 1930, des découvertes nazies en avaient mis en évidence l’aspect dangereux. C’est ainsi qu’Adolf Hitler refusait que l’on fume autour de lui. Aux Etats-Unis, les premiers constats concernant la dangerosité du produit sont apparus dans les années 50, lorsque des chercheurs ont montré que du goudron de cigarette étalé sur la peau des souris produisait des cancers mortels. On appelle ce cancer aux États-Unis le « cancer de la cartouche ».

Ce fut là un tournant pour l’industrie du tabac qui fit appel aux services d’une firme de relations publiques pour contrer les preuves scientifiques que fumer peut tuer. Cette firme suggéra d’inclure le mot « recherche » dans le titre de son nouveau comité parce qu’un message pro-cigarette aurait besoin du soutien de la science. Dès ce moment, l’industrie du tabac s’appuya sur celle-ci et finança des recherches extrêmement coûteuses pour émettre des doutes sur les liens entre tabagisme et cancer. Elle finança aussi de grands programmes de recherche sur des sujets annexes afin de détourner la suspicion.

Cette campagne de désinformation s’appuya sur l’aide de journalistes, chargés d’arbitrer le prétendu pour et contre et d’experts de plus en plus prestigieux, chargés de contrer les arguments pourtant indiscutables et de témoigner lors des procès. L’industrie du tabac n’hésita pas à engager un certain Frederick Seitz, dès 1979, comme directeur et recruteur. Seitz était un scientifique, président de l’Académie nationale des sciences, responsable de la recherche nucléaire, conseiller de la Maison Blanche, connu pour ses positions ultra-libérales, anti-communistes, critiques vis-à-vis des mouvements de révolte de ses pairs et des étudiants face au pouvoir.

L’argument principal des détracteurs du tabac était que celui-ci causait de nombreuses maladies et déficiences, en plus du cancer. L’industrie du tabac répondait qu’on ne pouvait jamais établir un lien sûr, clair, entre la maladie et l’usage du tabac, puisque d’autres facteurs pouvaient être incriminés, comme l’environnement, le stress, la génétique. À cette affirmation la science peut répondre qu’il s’agit d’un facteur adjuvant et que le caractère-même du vivant implique toujours des incertitudes.

Finalement l’Histoire donna raison à la science lors de fameux procès intentés par les consommateurs, où la responsabilité de certaines grandes firmes fut reconnue parce qu’elles avaient caché depuis les années 1950 certaines études financées par elles allant dans un sens contraire à leurs intérêts.

Partager :