À quoi tiennent les choses !

Le sourire, fendu jusqu’aux oreilles avec lequel M. Martin Schulz, aujourd’hui candidat SPD au poste de Chancelier allemand, m’a accueilli à deux reprises au Parlement européen à Bruxelles, dont il était alors le président, alors que j’y venais témoigner, fait que j’éprouve a priori un sentiment très positif à son égard.

Ah ! la nature humaine et ses mécanismes désespérément rudimentaires !

Partager :