Bruno Iksil : ce qui s’est vraiment passé (V) La Value At Risk était la clef de voûte du protocole de valorisation du portefeuille du CIO

Billet invité. Ouvert aux commentaires. P.J. : j’ouvrirai bien entendu volontiers les colonnes du blog à d’autres acteurs de cette affaire s’ils le souhaitent.

La VAR était la clef de voûte du protocole de valorisation du portefeuille du CIO

Prenons un exemple inventé mais très proche de la réalité (cf. le rapport du Senat américain). La VAR [Value at Risk] de l’IB était de disons $80 millions. La VAR du portefeuille du CIO était de disons $50 millions, celle du CIO au total de $60 millions. Et la VAR totale de JP Morgan ? Était-ce $80 + $60 = $140 millions ? Non. La VAR de JP Morgan était seulement de $105 millions. Les chiffres ici sont des estimations pour simplifier la discussion. La réduction de $140 à 105 millions de la VAR totale de la firme venait de l’effet protecteur du CIO pour l’essentiel. C’est une chose que Dimon voulait et que le département des risques de JP Morgan analysait et façonnait au jour le jour.

En réalité cet énorme portefeuille de protection permettait à toute la firme de prendre plus de risques en VAR qu’elle ne l’aurait fait sans. Les chiffres qui circulaient indiquaient une réduction de l’ordre de 25% des risques de VAR par le seul fait de l’existence de cette protection. Donc en pratique, cette énorme protection du CIO permettait à la banque de prendre 25% de risque en plus. Si on considère maintenant que JP Morgan sortait en moyenne $15-20 milliards de profit nets par an et que 50% des profits venaient du trading, on peut grossièrement estimer que cette énorme protection avait permis de booster les profits de 25% depuis 2007 pour moitié, soit 12,5%. Et 12,5% de 5 années à disons $17 milliards cela donne environ $9 milliards de profits attribuables à l’énorme portefeuille de protection du CIO.

Ce n’est qu’un ordre de grandeur des enjeux ici. Mais c’est aussi un minimum pour les gains apportés par cette protection depuis 2007 à la banque quand on considère que beaucoup de banques ont péri ou presque en 2008… Bref, le résultat pris isolément de ce portefeuille n’avait pas beaucoup de sens contrairement à n’importe quel portefeuille typique de trading. Bien évidemment Dimon et la haute direction en étaient parfaitement conscients, ne serait-ce que parce qu’ils étaient les concepteurs de cette énorme stratégie de protection pour la firme. Bien sûr la valorisation de ce portefeuille sans limites et emmené par un quatuor de traders, eux-mêmes hauts dirigeants, était adaptée à la situation. Ainsi cette protection n’utilisait que des instruments financiers activement cotés à la banque d’Investissement JP Morgan. Tout naturellement aussi le prix « mid » clef dans la procédure de mark to market était fourni par un trader de l’IB pour toute la banque et était vérifié au quotidien par plusieurs contrôleurs. L’enjeu était de taille car la non moins énorme banque JP Morgan se devait de fournir à sa multitude de clients un prix fiable pour leur propre valorisation. À ce titre le CIO et son énorme portefeuille de protection étaient traités comme un très gros client de JP Morgan dans la pratique routinière.

Partager :

3 réflexions sur « Bruno Iksil : ce qui s’est vraiment passé (V) La Value At Risk était la clef de voûte du protocole de valorisation du portefeuille du CIO »

  1. J’avoue que j’ai du mal à comprendre cet article bourré de sigles (VAR, CIO….). Pourrait il être ré-écrit en insérant quelques éléments de plus de contextualisation ?

  2. Accessoirement, JPMC a déboursé quelque chose comme 40 milliards en diverses pénalités depuis 2009, y’a que BofA qu’a fait mieux…

  3. La VAR est décrite dans la partie précédente. c’est la clef de voute. C’est un chiffre en fait qui donne une idée de la plage de perte ou de gain que la banque peut avoir d’un jour à l’autre parce qu’elle est exposée aux fluctuations des marchés financiers. La VAR ne fut pas inventée par Jp morgan. Mais c’est JP Morgan qui en 1993 milita pour que cettte mesure soit adoptée par toute l’industrie bancaire et reconnue par les gendarmes de la bourse du monde entier. Le centre névralgique de Jp Morgan en matière de trading, donc d’expositions sur les marchés, et par conséquent de VAR était la banque d’investissement ou IB dans le texte. Le CIO où je travaillais était complètement différent de l’IB. C’est au CIO que le PDG décida de placer une couverture de ces risques là qui étaient mesurés par la VAR. Je tente ici de décrire sommairement comment la banque commença à concevoir cette protection au CIO sur la base de sa VAR. la VAR de nos jour est devenu un indicateur je dirais « universel » pour tous les investisseurs. Si une banque ment sur sa VAR c’est la prison potentiellement. Voilà pourquoi c’est important bien au-delà du seul chiffre.
    Si vous avez une autre question….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.