« Les prédateurs au pouvoir » des Pinçon-Charlot, par Bruno Lecœur

Billet invité.

Le dernier ouvrage du couple de sociologues Pinçon vient de paraître en ce mois de mai 2017. Une soixantaine de pages pour 8€. Chère la ligne me direz-vous, mais cet ouvrage est un résumé, un condensé, argumenté, chiffré, de ce qui est justement dénoncé sur le blog de PJ depuis des années.

Il est volontairement court, réduit aux éléments essentiels mais complet, volontairement simple à lire, à comprendre, à constater les faits avérés, l’ignominie de ce monde financier que la populace ne veut pas voir par déni ou ne veut pas comprendre par déréalité.

À peine une heure à consacrer pour y découvrir l’abjecte vérité et fuir la névrose sociale. Car en ces temps troubles où la raison disparaît au même titre que la réflexion, en ces temps troublés par un système économique gravement malade, par des situations géopolitiques de plus en plus dangereuses, par des crises écologiques dramatiques, par des crises démocratiques, politiques et sociales aiguës, le couple de sociologues, anciens directeurs de recherche au CNRS, livre à l’ensemble des citoyens et dans une logique implacable, un essai clairvoyant sur la gravité de la situation et sur l’avenir d’une humanité en perdition.

Ce livre mérite la plus grande publicité et qu’il soit lu à l’unanimité.

Un bouquin à mettre entre toutes les mains.

=======================
Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Les Prédateurs au pouvoir. Main basse sur notre avenir, Éd. Textuel, mars 2017, 64 p. 8 €.

Partager :

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta