MADRID PLACE LA CATALOGNE SOUS TUTELLE, par François Leclerc

Billet invité.

En déclarant avec deux heures de retard sur l’horaire initialement prévu qu’aucune garantie de suspension de la mise sous tutelle de la Catalogne n’avait été donnée au cas où des élections seraient convoquées, Carles Puigdemont a finalement écarté cette option qui avait ses partisans au sein de son gouvernement et des forces qui le soutiennent. Il a confié au Parlement la responsabilité de proclamer ou non l’indépendance de la Catalogne, ce qui sera fait selon toute vraisemblance à titre symbolique, car la décision du Sénat autorisant Mariano Rajoy à agir ne fait plus de doute, et il en fait porter la responsabilité à ce dernier.

Se plaçant à son tour sur le terrain du droit que Mariano Rajoy a privilégié dans une lettre de neuf pages qu’il avait précédemment fait porter au Sénat, où il était invité à venir s’exprimer, Carles Puigdemont estimait que les mesures envisagées par le gouvernement espagnol portent « frontalement » atteinte à la Constitution espagnole, notamment les articles statuant sur « le droit à l’autonomie politique des régions ». Il faisait valoir en argumentant que ni l’esprit ni la lettre de l’article 155 n’étaient respectés.

Le Parlement catalan va entrer en séance et le Sénat votera demain les pleins pouvoirs à Mariano Rajoy.

Partager :

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Ah ! Les Platters, on ne les retrouve que là : Only You(tube). Dommage que la synchro soit défaillante, le…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta